Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ecrivain caledonien

Nicolas Kurtovitch rencontre du succès avec le public de Ouessant

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Nicolas Kurtovitch rencontre du succès avec le public de Ouessant
Nicolas Kurtovitch rencontre du succès avec le public de OuessantNicolas Kurtovitch rencontre du succès avec le public de Ouessant

En ce moment il y a beaucoup de touristes sur l’île. Les charmes de l’automne en pays breton et les tempêtes attirent du public. Nicolas Kurtovitch en profite pour présenter son travail d’auteur calédonien.

Les photos reçu par l’envoyé spécial d’ecrivainducaillou ont été prises au cours d’une soirée lecture de textes extraits du recueil « Trois femmes » lue par Isabelle Le Bal. Tandis que Nicolas a lu un extrait de chacun des deux livres en cours d’écriture.

 

La soirée c’est achevée par une petite séance de dédicaces ensuite et pot de l’amitié offert à tous.

 

Nicolas Kurtovitch est à mi-parcours de sa résidence. Les conditions favorables sur Ouessant et le relatif isolement permettent d’y consacrer l’essentiel. L’île par elle même est d’un grand soutien tant elle est vivante et dynamique, dit notre calédonien breton.

Ci-dessous un message audio de Nicolas pour ses amis du Caillou.

Publié dans Ecrivain calédonien

Partager cet article
Repost0

Nouveauté jeunesse : Deux histoires de Louna Tcherko, drôles et sensibles, pour aider les enfants à mieux se comprendre. Chez Calédo Livres

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

 

« UN GÂTEAU AUX CERISES »

Les élèves d’une même classe vont à la découverte d’œuvres d’art, deux tableaux parmi les plus connus au monde. Ainsi, en s’ouvrant à une nouvelle facette culturelle, même lointaine, ils ont l’opportunité de parler d’eux-mêmes, de leur vie en famille, de leurs goûts, de leurs désirs… et, « cerise sur le gâteau », de se familiariser avec le vocabulaire des émotions, ces émotions qui leur permettent de mieux se comprendre.

 

« LES MONSTRES DE LA NUIT »

Quel enfant n’a pas eu peur de la nuit ? Lucas est comme les autres, il n’aime pas la nuit tout seul… Un soir, il engage, de manière inattendue, une conversation qui va durer toute la nuit, avec un « avocat » de la gente animale. Cela l’amène à s’interroger sur ses peurs et surtout à porter un autre regard sur nos frères animaux, un regard sensible et fraternel.

 

Biographie :

Louna Tcherko (pseudonyme) se présente chez son éditeur : "Une rencontre improbable orchestrée par l’Histoire et les émois m’a fait naître d’une conjugaison italo-arménienne. Depuis, fascinée par les rencontres et les langues, je suis partie à la découverte de la relativité à travers d’autres cultures. J’ai approché l’espagnol, l’anglais, le portugais, le langage des rêves et du tarot, et j’ai flirté avec beaucoup d’autres, abandonnées à regret en chemin, en l’absence de mécénat…

Ex-enseignante de lettres et d’espagnol en collège et résidente dans la commune de Houailou (Nouvelle-Calédonie) pendant 30 ans – autre rencontre improbable - j’ai cheminé en apprentissage de moi, de l’autre et de la mère nature. L’écoute des enfants, les histoires entendues, les croyances entrevues, les témoignages et les moments de partage vécus

avec les gens du pays, lors de ce long séjour ont été riches d’enseignement et source de découverte et d’inspiration dans ma quête. Certaines histoires que j’ai écrites, pour enfants de tous âges, se sont nourries de cet imaginaire, ont été tissées des fibres de ce pays : Au cœur de la pierre (en coécriture avec Sandro Emilio), La vengeance du banyan, L’enfant de la nuit, qui sont autant de parcours initiatiques.

Depuis 2008, je partage mon temps entre la Nouvelle-Calédonie et le Pérou, le voyage intérieur ayant succédé à la découverte d’autres lieux."

Illustration Les chants de l’âme paru en 2013 de  Louna Tcherko & Sandro Emilio chez Humanis

 

Source : http://www.editions-humanis.com

Publié dans Ecrivain calédonien

Partager cet article
Repost0

GRANDEUR NATURE, une nouveauté, un recueil poétique collectif chez L’Harmattan dans la collection calédonienne Lettres du Pacifique

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

GRANDEUR NATURE, une nouveauté, un recueil poétique collectif chez L’Harmattan dans la collection calédonienne Lettres du Pacifique
GRANDEUR NATURE, une nouveauté, un recueil poétique collectif chez L’Harmattan dans la collection calédonienne Lettres du Pacifique

Collection : Lettres du Pacifique

OCÉAN PACIFIQUE Nouvelle Calédonie

LITTÉRATURE POÉSIE

DATE DE PUBLICATION : 31 OCTOBRE 2019

 

Ce recueil poétique collectif présente le travail d'élèves de trois classes du collège Païamboué à Koné, dans le nord de la Nouvelle-Calédonie. Inspirés par le travail d'Hélène Savoie et de la plasticienne Béatrice Camallonga, étudié en classe, les poètes en herbe y donnent leurs visions de la nature calédonienne et les illustrent avec leurs photos.

Vendu 18 € sur le net chez Harmattan bientôt en librairie à Nouméa

NB : Imprimé en france - Frais de port 0,01 €*

 

Pour en savoir plus sur Beatrice Camallonga artiste peintre

 

Extrait de biographie récente de la plasticienne Béatrice Camallonga (source son blog).

En 2015, je présente la première exposition interactive et collaborative avec la sculptrice sur métal Aka à la galerie Arte Bello de Nouméa. Elle se nomme « 1+1=3 ».  A la recherche d’une nouvelle énergie créatrice, Aka et moi-même avons choisi de fusionner pour proposer aux visiteurs des œuvres individuelles et communes alliant lumière, matières, volumes, musique et nouvelles technologies interactives. Je poursuis ma quête picturale au travers de tentures musicales et de mes « Ipadraws », photographies stylisées, réalisées avec un Ipad et un stylet tactile. Ce nouveau concept interactif invite le visiteur à vibrer aux rythmes éclectiques, à voyager dans l’univers émotionnel de l’artiste.

 

En 2016, paraît mon second ouvrage en collaboration avec Hélène Savoie : Itinérances » édité chez l’Harmattan. J’y présente des Ipadraws. Les textes poétiques d’Hélène Les Orne.

 

2017 sera l’année d’une seconde exposition interactive à la galerie Arty Unlimited sur Nouméa : « Musikinspiration ».

 

En 2018, j’ai pour projet la réalisation d’un carnet de voyage autour de la Nouvelle-Calédonie en collaboration avec l’auteur Damien Faugerolles. Il voit le jour en 2019, il s’agit d’Escapad, carnet de voyage insolite et poétique autour de la Nouvelle-Calédonie Kanaky.

 

J’ai actuellement en préparation une exposition inspirée par le Gintsugi et Kintsugi, cet art de la réparation des porcelaines brisées au Japon. Ma démarche artistique actuelle est de reprendre cette philosophie pour mettre en avant nos blessures émotionnelles, physiques, psychiques. Il s’agit là de réparer les fragments, recoller les morceaux de la vie brisée pour recréer de la beauté transformant nos « cicatrices », seuls témoignages de notre histoire et de notre passé, en œuvre d’art.

 

*(si commande >= 30€ livrée en France) y compris pour mon livre un peu de pub pour votre serviteur Les Moustaches de Tigre

GRANDEUR NATURE, une nouveauté, un recueil poétique collectif chez L’Harmattan dans la collection calédonienne Lettres du Pacifique

Publié dans Ecrivain calédonien

Partager cet article
Repost0

L'ACCORD DE NOUMÉA Lexique et repères pour la sortie par Jean-Baptiste Manga et Luc Steinmetz, co-auteur du lexique

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

L'ACCORD DE NOUMÉA Lexique et repères pour la sortie par Jean-Baptiste Manga et Luc Steinmetz, co-auteur du lexique

L'Accord de Nouméa a constitué une véritable boussole de la vie politique, économique, sociale et même culturelle de la Nouvelle-Calédonie. La sortie de cet accord est délicate et porte de lourds enjeux que cet ouvrage aide à connaître.

 

Collection : Portes océanes

OCÉAN PACIFIQUE Nouvelle Calédonie

ACTUALITÉ SOCIALE ET POLITIQUE

DATE DE PUBLICATION : 23 OCTOBRE 2019

Livre papier : 12 chez L’Harmattan

Jean-Baptiste Manga est docteur en droit, historien et chercheur. Il enseigne en Nouvelle-Calédonie.

Luc Steinmetz est juriste et historien. Il est reconnu comme un spécialiste de la vie politique calédonienne.

 

Du même auteur :

DES PÉRÉGRINATIONS DU DROIT DES PEUPLES À DISPOSER D'EUX-MÊMES

Nouvelle-Calédonie - Nunavut

Jean-Baptiste Manga

Préface du professeur Jean-Yves Faberon ; Prologue du Père Roch Apikaoua

Que devient le principe des peuples à disposer d'eux-mêmes à l'heure de la mondialisation ? Reste-t-il ce qu'il était à l'origine ? A supposer qu'il se transforme, quelles en sont les causes et comment se traduit-il dans les formes politiques, les structures de droit public et au-delà ? Pour y répondre, la Nouvelle-Calédonie et le Nunavut, deux entités aux trajectoires différentes, servent de champ d'investigation intéressant car elles représentent deux formes d'exercice du principe, et deux "utopies concrètes" où se construisent des solutions originales.

 

NB : On oublie trop souvent que deux directeurs de collection des éditions L’Harmattan sont calédoniens. Les livres de ces collections sont marginalisés. À peu près 80 livres depuis 10 ans ont beaucoup de mal à trouver un public.  JP

Exemple de livres dans cette collection

Exemple de livres dans cette collection

Publié dans Ecrivain calédonien

Partager cet article
Repost0

Sylvain Derne, lauréat du Prix Lagneau, est actuellement à Paris présenter son roman Le souffle des Invisibles.

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Sylvain Derne, lauréat du Prix Lagneau, est actuellement à Paris présenter son roman Le souffle des Invisibles.

L’auteur originaire de Nouvelle-Calédonie Sylvain Derne, lauréat du Prix Lagneau, est actuellement à Paris.

.Il sera présent à la MVAC 1-2* (5 bis rue du Louvre, 75001) ce mardi 29 octobre à 16h pour présenter son roman « Le souffle des Invisibles ».

Venez nombreux !

 

*Maison de la Vie Associative et Citoyenne du 12e arrondissement

Partage d’une information SIAPO France une association vraiment dynamique.

Publié dans Ecrivain calédonien

Partager cet article
Repost0

Chân Dang en BD, un beau projet est en train de naître

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Les auteurs et acteurs de ce projet avec Simone Bui Thi Nhon, âgée de 103 ans désormais, la dernière Chân Dang de Nouvelle-Calédonie

Les auteurs et acteurs de ce projet avec Simone Bui Thi Nhon, âgée de 103 ans désormais, la dernière Chân Dang de Nouvelle-Calédonie

Chân Dang en BD, un beau projet est en train de naître

 

 

Le docteur Do Tess de l’université de Melbourne actuelle directrice du projet de traduction Chân Dang en anglais travaille depuis 2008 sur les Chân Dang. Elle a publié aux USA aux éditions Ropodi de New York un ouvrage collectif intitulé «Exile Cultures Misplaced Identities ».

Elle était de passage à Nouméa accompagnée de Clément Baloup, auteur et dessinateur BD, qui s’intéresse aux diasporas vietnamiennes. Celui-ci a notamment publié en France "Little Saïgon", "Quitter Saïgon" et "Un automne à Hà Nôi". 

Madame Do Tess lui avait proposé de venir avec elle afin de découvrir la population vietnamienne du Caillou pour la réalisation d'une BD. Une Bd sur nos Chân Dang devrait permettre de mieux faire connaître l’histoire de ces travailleurs tonkinois engagés dont beaucoup de descendants sont restés sur le Caillou en choisissant de devenir Calédonien.

 

Biographie

Clément Baloup est né d'une mère française et d'un père vietnamien installé en France. Il fait ses études à Marseille au lycée Denis Diderot en arts appliqués, à l'EESI (École européenne supérieure de l'image), ainsi qu'au sein de la Vietnam University of Fine Arts. Il travaille régulièrement pour la presse nationale ou internationale et est également membre du Zarmatelier, un atelier de bandes dessinées. Influencé par le genre des romans policiers (comme Le chien des Baskerville), l'Asie représente un thème majeur dans ses œuvres et il a réalisé plusieurs récits sur les migrants issus de ce continent, comme Mémoires de Viet Kieu. Le premier volume, Quitter Saïgon, portant sur « l'exil des Vietnamiens de France », a reçu plusieurs distinctions. Pour le second volume, Little Saigon, il a reçu le soutien de l'association Cultures France pour mener un reportage aux États-Unis et recueillir des témoignages d'exilés. Toujours sur ce thème, il publie en 2012 avec Mathieu Jiro La concubine rouge, une fiction d'après une trame historique et dont l'action se déroule en Indochine française.

 

En 2014 paraissent deux ouvrages aux styles très différents : d'une part, Le Vaurien, « une épopée complètement loufoque » et d'autre part, Le ventre de la hyène, qui se déroule en Afrique subsaharienne et à Marseille et aborde le thème des enfants-soldats, récit scénarisé par Clément Baloup et dessiné par Christophe Alliel.

 

 

Œuvres

Illustrations

Michael Jackson en bandes dessinées, Céka (Éditeur Petit à Petit) 10.

Carnet d'Indonésie, avec Joël Alessandra, Simon Hureau, Sylvain-Moizie, Éditeur La Boîte à bulles.

 

Bandes dessinées et romans graphiques

Un automne à Hanoi (Éditeur. La Boîte à bulles)

Quitter Saigon, mémoires de Viet Kieu tome 1 (Éditeur. La Boîte à bulles)

Little Saigon, mémoires de Viet Kieu tome 2 (Éditeur. La Boîte à bulles)

La vie en rouge (avec Domas ; Éditeur. La Boîte à bulles)

Le chemin de Tuan (avec Mathieu Jiro ; Éditions du Seuil)

Le choix de Hai (avec Mathieu Jiro ; Éditions du Seuil)

Diables sucrés (avec Mathieu Jiro ; Éditeur. Gallimard)

La concubine rouge (avec Mathieu Jiro ; Éditeur. Gallimard)

Le club du suicide, d'après R.L.Stevenson (avec Eddy Vaccaro ; Éditeur. Soleil Productions)

Le vaurien (Éditeur. La Boîte à bulles)

Le ventre de la hyène (avec Christophe Alliel ; Éditeur. Le Lombard)

Les mariées de Taïwan, mémoires de Viêt Kieu tome 3 (Éditeur. La boîte à bulles)

 

Récompenses

2011 : Prix du jury œcuménique de la bande dessinée pour Quitter Saïgon;

2011 : Prix Melouah Moliterni pour Quitter Saïgon ;

2011 : Prix Coup de cœur de Médecins Sans Frontière pour Quitter Saïgon ;

2012 : Prix coup de cœur Michelin pour Little Saigon ;

2012 : Prix Nouveau Mangaka pour Little Saigon ;

2014 : Prix du meilleur album au festival BD de Moulins pour La concubine rouge1.

Photo Joël Paul 2013 inauguration du quartier asiatique

 

Le président de l’association des écrivains de Nouvelle-Calédonie Jean Vanmai est un ami, je l’ai rencontré sur ce sujet du devoir de mémoire des Chân Dang :

 

— "Oh ! La... jupe ?..." a été l'étonnement de l'artiste BD visiblement surpris pour ne pas dire désappointé en découvrant le monument.

 

Interrogé un peu plus tard par mes soins, Jean Vanmai après une certaine hésitation m'apporte son point de vue sur ce sujet :

« Clément a vu juste. Car moi-même sans doute avec d'autres descendants de Chân Dang, tout comme les Calédoniens de ma génération, sommes mal à l'aise devant ce "monument", que certains considèrent d'ailleurs comme de "style soviétique", et qui ne représente absolument pas l'image que nous avons de nos parents les Chân Dang. En effet, l'homme avec ses pectoraux saillants alors qu'il était mal nourri et de plus forçat du travail n'est pas représentatif d'un engagé tonkinois de cette époque. Tandis que la belle et svelte jeune femme en jupe ne passe absolument pas. Puisque nos mamans Nhà Quê ne portaient pas de jupe en ces temps-là. Et c'est la raison pour laquelle moi comme mes amis descendants des Chân Dang, n'avons pas réussi à nous approprier ce monument en venant par exemple le fleurir de temps en temps ou en s'inclinant avec respect pour rendre hommage à une... véritable maman.

— C'est raté, alors ?

— Non ! Ce n'est pas raté. Mais il faudrait le changer d'endroit. Par exemple l'entrée principale de l'AVNC à Magenta conviendrait parfaitement. Car compte tenu de leur aspect "jeunesse", les personnages seraient très accueillants et pourraient même à la limite représenter la seconde génération, c'est-à-dire la nôtre.

— Mais alors pourquoi ce choix actuel ?

— Simplement parce que le comité organisateur de l'époque n'avait pas pris sérieusement en compte le fait qu'il s'agissait-là d'un monument à caractère "historique". Malgré mes interventions nombreuses, ils avaient préféré ériger un "beau monument" à la place, en prenant pour modèle une jeune femme en jupe, s'inspirant d'une photo qu'ils auraient trouvée dans un livre !        

— Avec quoi le remplacerez-vous ?

— Depuis quelque temps, un certains nombre d'entre nous, ceux de ma génération, pensons que nous devrions le remplacer par un monument un peu plus grand avec des personnages aux physiques et habillements proches de la réalité de cette époque. Et nous pensons qu'avec un accord consensuel entre nous à trouver, nous allons devoir agir très rapidement. Du moins avant que ceux et celles de ma génération ne disparaisse simplement à cause de notre âge avancé.

— Un autre monument coûtera de l'argent.

— Bien entendu, pour cela il nous faudra organiser des collectes non seulement auprès de la population vietnamienne locale, mais également auprès de la population calédonienne, tout comme auprès des institutions territoriales. Je suis certain que nos compatriotes de toutes origines répondront favorablement à notre sollicitation.      JP

Autour du monument qui effectivement interroge 2013 JP

Deux articles sur ecrivainducaillou évique cet illustrateur :

Article 1   Article 2 suivre les liens SVP

 

Voir aussi sur LNC

Simone Bui Thi Nhon, une histoire dans l’histoire

L’art au chevet de la mémoire. Pendant que l’histoire se partage, Clément Baloup croque. Photos CL

 

MEMOIRE. La vie de Simone, dernière Chân Dang, passionne les spécialistes de cette période. Début octobre, un auteur de BD et une enseignante australienne sont venus à sa rencontre.

« C’est une course contre la montre pour garder trace de cette mémoire ». Clément Baloup, auteur et dessinateur de bandes dessinées consacrées aux diasporas vietnamiennes, croque dans un petit carnet la rencontre unique à laquelle il est en train d’assister. Aux côtés de Jean Vanmai, auteur calédonien d’ouvrages sur les Chân Dang - les Vietnamiens engagés sous contrat dans les mines de nickel calédoniennes au XIXe siècle - il garde trace de sa visite à Simone Bui Thi Nhon, âgée de 103 ans désormais, la dernière Chân Dang de Nouvelle-Calédonie Suite de cet article réservé aux abonnés et sur la version papier des Nouvelles. Article de Christine Lalande | Crée le 19.10.2019 à 04h25

 

Partager cet article
Repost0

Rions et sourions de nous-mêmes. Blagues, histoires drôles et bons mots de Nouvelle-Calédonie et du monde Par Frédéric Angleviel

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Thème : Humour

 

Frédéric Angleviel

Rions et sourions de nous-mêmes - Blagues, histoires drôles et bons mots de Nouvelle-Calédonie et du monde chez EDILIVRE

 

Le rire est le propre de l’homme, car l’esprit s’y libère des apparences

Alain

 

Je dédicace cette recollection d’histoires drôles et de réflexions humoristiques à mes quatre filles et à tous nos frères humains, car comme le dit le génial auteur de science fiction Peter Ustinov : « Le rire est la musique la plus civilisée du monde ». Qui plus est, si nous consommons de l’humour, nous éduquons notre esprit à en faire ou pour le moins à transmettre les histoires drôles qui nous ont touché au plus profond de notre être. Puisqu’il s’agissait de rire de nous-mêmes, nous avons transformé des histoires et nous avons privilégié les traits d’humour qui s’appliquent des pôles à l’équateur. Par ailleurs, notre souhait n’est pas d’enfermer ces blagues réformées et réactualisées, irrésistibles ou incomparables si l’on en croit votre serviteur-collectionneur, dans un vieux grimoire poussiéreux, mais que nous les fassions circuler et vivre ! vivre !! vivre !!!… Et le bon sens populaire ne dit-il pas que l’on n’arrête pas de rire parce qu’on vieillit, mais que l’on vieillit quand l’on s’arrête de rire. Sans compter qu’un rire sincère est un rayon de soleil qui peut éclairer toute une journée et que le sourire est la lumière du cœur.

 

« Une journée sans rire, est une journée perdue »

Charlie Chaplin

Frédéric Angleviel

 

PS : Ce livre m'a inspiré une bonne blague mais j'ai crains de ne pas avoir le talent nécessaire pour la mettre en ligne, je vais l'envoyer à l'auteur et historien qui explore un nouveau genre avec cet ouvrage. jp

Publié dans Ecrivain calédonien

Partager cet article
Repost0

Drôles de métiers 2, recueil de nouvelles de Fafa et son atelier d’écriture de la maison du livre

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Drôles de métiers 2, recueil de nouvelles de Fafa et son atelier d’écriture de la maison du livre
Drôles de métiers 2, recueil de nouvelles de Fafa et son atelier d’écriture de la maison du livre

Fabienne Fabre, telle une maman cigogne apporte dans son baluchon chaque année à la saison des salons littéraires son petit recueil de nouvelles. Des vents contraires ont empêché la livraison d’arriver à temps pour le SILO mais la cigogne a livré quand même avec un peu de retard le paquet. Le recueil est un remède à la déprime, un véritable rééducateur de zygomatiques. Cette production artisanale avec des textes de qualité mérite d’être encouragée et le meilleur moyen c’est de l’acheter, le tirage est limité alors il ne faut pas perdre de temps. Un bon moyen pour découvrir des talents d’ici. JP

 

Préface du recueil :

 

Fabienne Fabre, coordinatrice du recueil « drôles de métiers », paru l’année dernière, récidive cette année à l’occasion de la 12ème édition du salon international du livre océanien (SILO).

“L’écriture est du domaine du ravage autant qu’elle peut l’être de la réparation, et l’animateur peut fort bien déclencher des phénomènes qu’il est incapable de maîtriser. L’atelier d’écriture, c’est de la dynamite.”

Anne Roche.*

Fabienne Fabre déclenche, dans ses ateliers d’écriture, des explosions de rires avec ses conseils truculents. Elle ne se lasse pas de chercher de nouvelles idées, des sujets d’écriture qui font le bonheur du petit groupe de fidèles qui la suit, souvent depuis longtemps.

Le succès de la première édition l’a incitée à publier le 2ème tome de « drôles de métiers » réalisé avec ses complices, ses amis. Dix nouveaux « drôles de métiers », pleins de poésie et d’imagination sont à découvrir dans ce second tome. Un régal pour les lecteurs amateurs d’humour !

 

Joël PAUL écrivain, blogueur littéraire

* Anne Roche a été la première à créer des ateliers d'écriture dans une Université française après un séjour aux États-Unis.

 

Table des matières :

 

Extrait : (un des textes choisi pour sa faible longueur)

Péteur de câbles

 

Au départ il ne s’agissait que d’une plaisanterie idiote avec un pote. Susceptible comme il l’était, une dispute avait éclaté et l’ami en question lui avait dit, excédé : « Mais t’es un péteur de câbles professionnel, ma parole ! ». Et puis, de castings en rendez-vous ratés, il avait dû s’avouer qu’il était surtout un chômeur professionnel. Mais bon, il avait pris le parti d’en rire. Et plus il narrait, avec force mimiques, ses entretiens ne débouchant sur aucune embauche, plus ses amis se bidonnaient. C’est ainsi qu’il avait trouvé enfin sa voie. Il avait réussi à se produire, à plusieurs reprises, dans un club en tant qu’humoriste et ses sketches commençaient à marcher pour de bon. Quand on lui avait demandé son nom de scène, il avait esquissé un sourire séducteur à la Clark Gable et lancé, avec cet accent « so British » qu’il s’était entrainé à reproduire devant ses potes : « Peter ! Peter de Cabble ! ».

 

Contact :

Tel. : 28 65 10 / 81 89 36

 Courriel : fafabuleuse55@gmail.com

 Site web : http://atelierdecrituredelamaisondulivre.unblog.fr

Publié dans Ecrivain calédonien

Partager cet article
Repost0

Bibliothèque de Boulouparis Bi Bou : Résultat des concours de dessin de la semaine de la BD

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Bibliothèque de Boulouparis Bi Bou : Résultat des concours de dessin de la semaine de la BD

NIKO REMPORTE LE CONCOURS

DE LA MEILLEURE ILLUSTRATION 2019 !

 

Le concours de la meilleure illustration organisé par la Bi Bou a suscité un grand engouement de la part des scolaires et du public auprès des 30 points relais disséminés sur tout le territoire (de Pouebo à Yaté en faisant un crochet par Ouvéa et Maré).

 

Le public a choisi les illustrations de Niko, de l’album n° 10 de Frimeurs des îles intitulé Les potins d’abord !!!, écrit par Solo, avec 249 voix sur 640.

 

Le gros taro et Le pêcheur et le rat poursuivent ce classement avec respectivement 205 et 186 bulletins en leur faveur.

 

Au tirage au sort, parmi les quelques 640 bulletins de vote, c’est Laurent qui a voté à la Bi Bou qui remporte un magnifique lot de petits jeux et livres.

 

Au concours Dessin de presse, c’est Edena Poadae qui gagne le prix catégorie Adulte et Léa Toubon celui de la catégorie Jeunesse. Elles remportent chacune un bon d’achat d’une valeur de 15.000 F chez Brousse Computer à Boulouparis.

 

« Merci à tous et à l'année prochaine pour faire vivre l'illustration, l'écriture et l'édition calédoniennes partout sur le caillou ! », (message  des organisateurs)

 

PS : Une initiative de la petite bibliothèque qui organise sa semaine BD ou un festival avec de petits moyens mais avec beaucoup de cœur ! JP

Publié dans Ecrivain calédonien

Partager cet article
Repost0

WAKOUPA ! Auteure Héloïse Marquerolles, illustré par Agnès Cabillic

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

WAKOUPA ! Auteure Héloïse Marquerolles, illustré par Agnès Cabillic

 

Editions : La flèche qui sourit, 2019

 

Wakoupa vit en Mélanésie. C’est un enfant très curieux, dont le rêve est de devenir sage et de posséder la connaissance des choses mystérieuses. Il est obnubilé par ce qu’il ne voit pas de sa place d’enfant au sein de sa tribu. À ses nombreuses questions, les adultes lui répondent qu’il est trop curieux. Dans le monde kanak, il ne doit pas poser de questions, mais observer pour comprendre. Du haut de la chefferie, la flèche faîtière, symbole du lien entre les vivants et les ancêtres l’observe. Wakoupa, au caractère tempétueux, décide alors d’aller par lui-même découvrir dans la nature les mystères qui le fascinent. Il affrontera ainsi des dangers qui le conduiront à explorer ses propres limites. Jusqu’où ira-t-il ?

 

Un conte ancré en Mélanésie, qui interroge toutes les cultures sur la place de l’enfant, son envie de grandir, la curiosité, la colère, leur utilité et leur danger, l’expérience du deuil, du rapport à l’invisible partout autour, mais aussi plus loin : l’attraction exercée par le monde extérieur à l’univers clos et sécurisant de la tribu.

"Wakoupa !" se prête aussi bien à une lecture naïve qu’à un partage entre adultes et enfants autour les thèmes qu’il permet d’aborder de façon plus ou moins poussée. Le motif de la flèche faîtière, la sculpture, le franchissement des limites de Wakoupa offrent un support pédagogique à l’enseignement de la culture kanak au cycle 3 dans le cadre des études de la case, de la personne, de la terre et de l’espace.

 

Nouveauté disponible à Calédo Livres au prix de 1 980 XPF

Publié dans Ecrivain calédonien

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 > >>