Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ecrivain du pacifique

La France et ses médecins dans les océans indien et pacifique du xvie au xixe siècle de Pierre Aubry et Bernard-Alex Gauzere

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

La France et ses médecins dans les océans indien et pacifique du xvie au xixe siècle de Pierre Aubry et Bernard-Alex Gauzere

Collection : Médecine à travers les siècles chez L’Harmattan, ce livre n’est pas encore arrivé en librairie à Nouméa mais peut être commandé en ligne, il est vendu 20 Euros

Ce livre traite du rôle des médecins et apothicaires dans les expéditions menées par la France du XVI e au XIXe siècle dans les océans Indien et Pacifique, qui ont entraîné des conflits larvés et des luttes d'influence sur mer et sur terre, principalement entre la France et la Grande-Bretagne, puis des guerres avec les populations autochtones comme la guerre franco-tahitienne de 1843-1847 et les révoltes des Kanaks en Nouvelle-Calédonie (1878). Médecins, chirurgiens et apothicaires embarqués étaient également des naturalistes chargés de rapporter des spécimens de plantes et d'animaux, afin d'enrichir les collections royales et le Muséum d'histoire naturelle. Les maladies infectieuses demeuraient un fléau permanent et une cause majeure de décès, ainsi que le scorbut de mer. Une contribution experte et importante à l'histoire de la découverte des Indes et des îles de l'océan Pacifique, ainsi qu'à l'histoire de la médecine.

Pierre Aubry est médecin, professeur de médecine tropicale du Service de santé des armées (E.R.), professeur émérite à la faculté de médecine d'Antananarivo (Madagascar), membre correspondant de l'Académie des sciences d'outre-mer et membre de la Société de pathologie exotique.

Bernard-Alex Gaüzère est médecin, praticien hospitalier au CHU de La Réunion (E.R.), professeur visiteur de l'université de Bordeaux, membre de la Société de pathologie exotique.

Date de publication : 19 janvier 2022

Partager cet article
Repost0

Vient de paraître Histoire du condominium franco-britannique des Nouvelles-Hébrides. De colonie à pays de Zorian Stech aux Indes savantes

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Vient de paraître Histoire du condominium franco-britannique des Nouvelles-Hébrides. De colonie à pays de Zorian Stech aux Indes savantes

Zorian Stech , Histoire du condominium franco-britannique des Nouvelles-Hébrides. De colonie à pays de aux Indes savantes, 2021 (Asie) disponible ne ligne Amazon, Fnac etc.

Présentation éditeur :

« Les Nouvelles-Hébrides représentent un chapitre oublié du colonialisme européen. Pourtant, entre 1906 et 1980, ce petit archipel d’environ quatre-vingts îles a été gouverné conjointement par la France et la Grande-Bretagne. L’ouvrage se concentre sur la période de 1945 à 1980 tout en fournissant un contexte historique replaçant les événements dans la période précédant la Seconde Guerre mondiale.

Aux Nouvelles-Hébrides, les Français et les Britanniques ont dû prendre en considération les aspirations et les besoins du peuple néo-hébridais, de plus en plus politiquement actif en raison de la question foncière et de l’aliénation des terres. Le lien entre l’éducation et la participation croissante des Néo-Hébridais dans la vie politique de la colonie est également exploré. Dès le début des années 1970, la vie politique aux Nouvelles-Hébrides a revêtu les caractéristiques d’une démocratie moderne : partis politiques, campagnes électorales et élections. L’ouvrage éclaire le rôle et la place de la France et de la Grande-Bretagne sur la scène politique émergente aux Nouvelles-Hébrides.

Plusieurs territoires dans le Pacifique ayant accédé à l’indépendance, les Nouvelles-Hébrides étaient vouées au même sort ; mais les positions divergentes de la France et de la Grande-Bretagne ont fait que l’indépendance n’a pas été obtenue dans la paix, mais plutôt dans le sang. »

Zorian Stech a étudié à l’université de Toronto et à l’université Lumière Lyon 2 en France avant de poursuivre ses études à l’université de Montréal, sous la direction de l’historien Samir Saul. Cet ouvrage est tiré de sa thèse.

Partager cet article
Repost0

Au-delà de la mer Paul Lynch. Un ouvrage inspiré d’un fait-divers du Pacifique

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Au-delà de la mer Paul Lynch. Un ouvrage inspiré d’un fait-divers du Pacifique

ALBIN MICHEL (18/08/2021) Un livre disponible à Nouméa, 4 095 XPF à l’As de Trèfle.

« Au-delà de la mer » (Beyond the Sea), de Paul Lynch, traduit de l’anglais (Irlande) par Marina Boraso, Albin Michel, 240 p., 19,90 €, numérique 14 € en ligne.

« Muets de saisissement, Hector et lui regardent le monde se recomposer dans une magnificence de couleurs. Comme s’ils étaient les premiers à contempler des ciels pareils. Chacun commence à entrevoir la vérité de l’autre, à deviner qu’ils sont tous les deux pareillement démunis au cœur de la vérité des choses. Et qu’au sein d’une telle immensité, ce qu’un homme porte en son cœur n’a plus guère de poids. »

Malgré l’annonce d’une tempête, Bolivar, un pêcheur sud-américain, convainc le jeune Hector de prendre la mer avec lui. Tous deux se retrouvent vite à la merci des éléments, prisonniers de l’immensité de l’océan Pacifique. Unis par cette terrifiante intimité forcée et sans issue, ils se heurtent aux limites de la foi et de l’espoir, à l’essence de la vie et de la mort, à leur propre conscience. Dans ce face-à-face d’une intensité spectaculaire, Paul Lynch explore la condition humaine avec une force digne d’Hemingway ou de Camus, et s’impose définitivement comme un virtuose des lettres irlandaises.

Extrait d’un article du Monde Par Ariane Singer (Collaboratrice du « Monde des livres ») « Au-delà de la mer », de Paul Lynch : duel dans le Pacifique

Dans le sillage de toute une littérature existentialiste, Paul Lynch quitte l’Irlande pour affronter les mille et un dangers de l’océan.

Publié le 25 novembre 2021 à 09h15

En 2014, un pêcheur salvadorien fut retrouvé sur un atoll des îles Marshall, au milieu de l’océan Pacifique, après treize mois passés à dériver. Peu de temps après son embarquement, à plus de 10 000 kilomètres de là, au Mexique, un orage avait eu raison du moteur de son bateau et de ses moyens de télécommunication. Son jeune coéquipier était mort pendant le périple.

Le romancier irlandais Paul Lynch, auteur du très remarqué Grace (Albin Michel, 2019) – l’odyssée d’une jeune fille à travers l’Irlande, sur fond de grande ­famine –, s’est inspiré de ce drame pour composer son quatrième roman, Au-delà de la mer…

Publié dans Ecrivain du Pacifique

Partager cet article
Repost0

Rencontre au Musée Maritime avec Alain Le Breüs pour deux siècles de cartographie calédonienne

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Rencontre au Musée Maritime avec Alain Le Breüs pour deux siècles de cartographie calédonienne

Deux siècles de cartographie calédonienne, un ouvrage d’Alain Le Breüs et Pascal Rota vient d’être édité par le Musée Maritime de Nouméa.

Alain Le Breüs, secrétaire du musée maritime, conférencier et ancien géomètre m’a accordé un petit entretien et une visite guidée du Musée Maritime pour l’occasion. Je lui avais donné rendez-vous pour une dédicace. J’en ai fait un petit reportage. JP

Alain est passionnant et passionné comme souvent, le sont les amoureux de la mer et des marins. J’ai eu droit une interview, (voir la vidéo ci-dessus) et à des confidences. Alain, 80 ans, a tellement de souvenirs. Géomètre, plongeur, explorateur, conférencier. Il m’a guidé dans les salles d’exposition du musée avec un long arrêt devant sa médaille, sa découverte, une pièce de 1774, preuve du passage de Cook qu’il a récupéré en brousse*. Un trésor, pour lui, et les amateurs australiens et Néo-zélandais en particulier qui auraient voulu la posséder, mais c’est au Musée Maritime de Nouméa que la pièce est exposée.  Les débuts de l'hydrographie et de la cartographie en Nouvelle-Calédonie.

*la médaille de Cook a été donnée au musée maritime et, par voie de conséquence à la Nouvelle-Calédonie, par la famille Jacques. Merci à ces généreux donateurs. 

Louis XVI était comme Alain Le Breüs, il aimait la cartographie

NB : Le Passage de la ligne !

Du 28 décembre 2021 au 10 février 2022, tous les mardis et jeudis à 10h et 13h30

Dès 1774, les côtes de Nouvelle-Calédonie furent levées par de célèbres navigateurs et les hydrographes, Beautemps-Beaupré, Bouquet de la Grye, Chambeyron, Banaré, Napias…A la fin du 19ème siècle, la mission topographique militaire s’appuie sur leurs travaux pour réaliser la première carte de la Grande Terre. Après leur débarquement en Nouvelle-Calédonie, en 1942, les troupes alliées se sont très vite rendues compte de l’indigence des cartes calédoniennes et ont essayé d’y remédier. Il faut attendre les années 1960 pour que l’Institut géographique national (IGN) publie une carte terrestre fidèle et exhaustive. Côté mer, dès 1976, la mission océanographique du Pacifique (MOP-SHOM) effectue de nombreux travaux pour remplacer les cartes hydrographiques relevées par les disciples de Beautemps-Beaupré, complétées et corrigées ensuite par la Marine nationale.

Des objets et cartes qu'Alain Le Breüs m'a commenté. A voir dans les vitrines du musée.Des objets et cartes qu'Alain Le Breüs m'a commenté. A voir dans les vitrines du musée.
Des objets et cartes qu'Alain Le Breüs m'a commenté. A voir dans les vitrines du musée.Des objets et cartes qu'Alain Le Breüs m'a commenté. A voir dans les vitrines du musée.

Des objets et cartes qu'Alain Le Breüs m'a commenté. A voir dans les vitrines du musée.

Des ouvrages disponibles à la boutique du musée

Des ouvrages disponibles à la boutique du musée

Partager cet article
Repost0

1771. Histoire d'une rencontre, un nouvel essai de Philippe Prudhomme (mise à jour du 20-12-21)

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

1771. Histoire d'une rencontre, un nouvel essai de Philippe Prudhomme (mise à jour du 20-12-21)

Mise à jour le 20 décembre 2021 un article sur Tahiti infos évoque cette parution

1771. Histoire d'une rencontre

Tahiti, le 20 décembre 2021 - Philippe Prudhomme signe 1771. Histoire d'une rencontre, un ouvrage qui revient sur la rencontre entre Louis-Antoine de Bougainville et Ahutoru, et qui livre le premier dictionnaire de la langue tahitienne selon l'auteur. Un dictionnaire reproduit dans sa graphie d'origine. L’article complet sur Tahiti infos

Photo Tahiti Info du 20 décembre 2021. En pleine forme mon copain.

Pratique

L'ouvrage est disponible chez Odyssey, en ligne ou directement auprès de l'auteur : philprud6@gmai.,com

Message de Philipe Prudhomme aux amateurs d’histoire.

Bonjour à tous,

        Je viens de consacrer un nouvel  essai  historique à Bougainville , cet explorateur philanthrope , grand savant et polyglotte, qui fut le premier inventeur d'un dictionnaire franco-tahitien. L'ouvrage intitulé "1771. Histoire d'une rencontre " qui comporte cinq documents authentiques méconnus est en VPC chez mon remarquable imprimeur lillois thebookedition.com. . J'espère que vous trouverez autant de plaisir à le découvrir que celui que j'ai eu à l'écrire et vous souhaite à tous un bel été, un bon moral et la santé qui l'accompagne.

Bien cordialement

Philippe

Il y a 250 ans Louis Antoine de Bougainville publiait à Paris, après autorisation royale, le récit de son Voyage autour du monde effectué entre 1766 et 1769. Ce véritable et grand reportage sur l’Océanie sacralisait l’Ile de Tahiti et la rencontre de deux peuples. Surtout, l’auteur offrait au monde un somptueux cadeau : le premier « dictionnaire franco-tahitien.» Cette célèbre épopée, rédigée lors du trajet vers l’Europe, n’aurait jamais existé sans l’amitié de l’auteur avec le valeureux Ahutoru qui avait tenu à l’escorter et qui fut heureux de collaborer à cette intéressante traduction !

Partager cet article
Repost0

Le mémorial du bagne calédonien : entre les chaînes et la terre Prix Auguste PAVIE 2021

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Photo Christian Robert Radio Tahiti
Photo Christian Robert Radio Tahiti

Photo Christian Robert Radio Tahiti

Le prix Auguste-Pavie est un prix littéraire français annuel de l’Académie des sciences d’outre-mer, créé en 1983 et « destiné à récompenser un auteur ayant traité de l’Asie, de l’Indochine ou du Pacifique ».

Auguste Pavie, né à Dinan le 31 mai 1847 et mort le 7 juin 1925 à Thourie, en Ille-et-Vilaine, est un explorateur, diplomate et haut fonctionnaire français.

Recension rédigée par Emmanuel Desclèves (Source Académie d’outremer)

 L’imposant ouvrage de Louis-José Barbançon constitue une somme dédiée à l’histoire du bagne de Nouvelle-Calédonie, consécration de plusieurs décennies de recherches conduites par l’auteur sur ce sujet, ponctuées par une thèse de doctorat soutenue en 2000 et publiée sous le titre L’archipel des forçats. Histoire de la Nouvelle-Calédonie 1863-1931 (Presses universitaires du Septentrion, 2003). Cette thèseest un jalon incontournable de l’historiographie de la colonisation pénitentiaire et la première marche d’un long et méthodique travail de recherche que ce Mémorial du bagne calédonien vient consacrer avec brio.

Cette remarquable monographie à vocation patrimonialeimpressionne tant par l’ampleur du sujet traité de façon exhaustive que par ses dimensions physiques : deux volumes de plus de 1 000 pages au total, près de 7,5 kg., une iconographie extrêmement riche et une histoire qui brasse tous les aspects de la mise en œuvre de la politique de colonisation pénitentiaire conduite par la France en Nouvelle-Calédonie de 1863 à 1931.

L’auteur a questionné de nombreux centres d’archives et institutions culturelles (Archives de la Nouvelle-Calédonie, Archives nationales d’outre-mer, musée de la ville de Nouméa, centre culturel Tjibaou, archives Padre Maristi à Rome, musée maritime de Nouvelle-Calédonie, etc.) et s’est assuré le concours de spécialistes et d’un comité de rédaction. Le résultat obtenu donne un ouvrage particulièrement réussi, tant du point de vue du fond que de la forme. Il s’agit indéniablement d’un « beau livre » qui offre à ses lecteurs un ensemble documentaire notamment iconographique exceptionnel par sa richesse et sa diversité. Le premier chapitre traite justement de l’illustration et donne de précieuses indications biographiques sur les photographes et les dessinateurs sur lesquels s’appuie l’iconographie. Il faut également souligner le remarquable travail éditorial conduit par l’éditeur polynésien Au vent des îles, couronné par le Trophée de la fabrication du livre 2020 par la revue Livres Hebdo et le prix Popaï du Salon du livre océanien de Nouméa.

De 1863 à 1931, la Nouvelle-Calédonie est connue sous le nom de « la Nouvelle ». Vingt-deux mille transportés des travaux forcés, plus de 4 000 déportés politiques issus essentiellement de la Commune de Paris, près de 4 000 relégués en majorité récidivistes de délits mineurs, auxquels il faut ajouter plus de 1 000 femmes, débarquent à Nouméa, faisant de cette terre kanake du Pacifique Sud, l'archipel des forçats. Ces marginaux de la société française vont devenir le noyau de la société coloniale calédonienne. Largement majoritaire face aux colons « libres », la plupart des anciens forçats ou déportés politiques vont en effet rester dans la colonie et y fonder leur famille. Une particularité propre à la Nouvelle-Calédonie qui la rapproche plus de l’Australie et la Nouvelle-Zélande en terme d’immigration européenne, que des autres îles du Pacifique.

Louis-José Barbançon retrace l'histoire de la Transportation des forçats à « la Nouvelle ». Une histoire vécue à travers l'exemple du premier convoi de 250 forçats de l'Iphigénie, arrivés dès 1864. Le dernier convoi de bagnards est arrivé en 1897 à Nouméa, mais la fin officielle du bagne n’est prononcée qu’en 1931. Comme l'écrit l'auteur : « dans un pays d'immigration, l'importance dévolue aux premiers arrivés, pionniers volontaires ou malgré eux, reste une dominante de la conscience collective. On a les Mayflower qu'on peut ». « La colonisation pénale a été une forme de colonisation d’État, qui a permis le peuplement. C’est cela qui rend le bagne spécifique car il est, avec la colonisation libre, une des matrices de la société calédonienne », insiste M. Barbançon, lui-même héritier des deux types de colonisation.

L’auteur suit ces premiers transportés dans une étude exhaustive de leurs dossiers individuels, de leurs origines et de leur devenir personnel sur près de six décennies. Ce ne sont donc pas des forçats virtuels qui sont mis en scène, mais bien des hommes de chair et de sang replacés dans le contexte historique d'une terre de bagne, face à la répression ou à la réhabilitation. L'originalité de ce travail de mémoire tient avant tout dans le fait qu'au-delà des lois, des statistiques, de la chronologie, l'auteur tente de donner la parole à des femmes et à des hommes de rien dont il est lui-même originaire, faisant accéder ces oubliés de toujours, comme l'écrit en préface Michelle Perrot « à la dignité de l'Histoire ».

« Ce n’est pas une histoire du bagne », tient à préciser Louis-José Barbançon. « C’est un ouvrage que l’on peut ouvrir sans commencer par le début », puisque cette œuvre se veut thématique. Le livre est parsemé d’un bon millier d’illustrations. « Ce sont des illustrations avec des témoignages des anciens condamnés » a précisé l’auteur. « J’ai redonné la parole à ceux qui ne l’ont pas eue, une façon de redonner vie aux bagnards ». Et « ce n’est pas qu’une histoire de blancs non plus ». 115 Kanak ont été prisonniers, mais aussi plus de 500 Italiens, des Belges, des Suisses, tout comme des Algériens et d’autres peuples des colonies françaises.

« De ce bagne est issu une société » avoue l’auteur, qui « est sorti de la vision importée ». En tant que descendant de bagnard, Louis-José Barbançon estime avoir « une légitimité à parler ». « On n’a pas le même regard quand on est impliqué, il faut s’en méfier mais cela est un carburant », reconnaît l’historien.

Le premier volume traite du « Malheur », terme par lequel les condamnés désignaient leur condition de forçats. Un « malheur » qui débute en général à Toulon puis Saint-Martin-de-Ré et se poursuit sur les convois maritimes jusqu’à l’île Nou, où ils deviennent les « gens d’en face » aux yeux de la société de Nouméa. Autant de phases successives présentées en plusieurs chapitres qui présentent également l’activité et la vie du personnel de l’Administration pénitentiaire - qu’il soit militaire, civil, médical religieux ou encore kanak. À l’ombre du « malheur », d’autres facettes du bagne sont explorées : l’île des Pins, les minorités étrangères, arabes, asiatiques, kanak ou encore la fanfare et les artistes du bagne. Enfin, vient le sombre chapitre des punitions, des chaînes, des bastonnades, des instruments de torture, du quartier cellulaire de l’île Nou, du camp Brun, le camp de l’horreur et des exécutions à la guillotine.

Le second volume aborde le thème du travail forcé qui se décline en de multiples activités : corvées sur et en dehors de l’île Nou, travail dans les carrières ou au four à chaux, affectation dans les fermes pénitentiaires ou dans les établissements agricoles ou forestiers de l’AP, Bacouya, Prony, engagements chez les colons ou au profit des sociétés minières par les « contrats de chair humaine ». Le bagne devient bâtisseur, entrepreneur de travaux publics et l’abondance de sa main-d’œuvre en fait le principal consommateur de la colonie.

Suivent enfin les chapitres consacrés à la réhabilitation avec la présentation des centres de concessionnaires, Bourail, La Foa-Fonwhari, le Diahot et Pouembout-Koniambo. La formation ou la reconstitution de familles étant au cœur de la politique de colonisation pénale, les femmes au bagne, le devenir des enfants, les internats de l’AP sont tout autant de sujets qui, avec la libération et la condition des libérés, précèdent la longue agonie du bagne calédonien.

Cette exceptionnelle monographie s’offre comme un mémorial destiné à tous les descendants, acteurs et victimes de cette histoire, de façon qu’ils puissent mieux la connaître et la comprendre dans la perspective de cette « communauté de destin » que l’auteur appelle de ses vœux, avec le peuple kanak auquel ce passé colonial les a indéfectiblement liés.

NB : Nombreux articles sur ecrivainducaillou pour cet ouvrage à retrouver.

Partager cet article
Repost0

Vana, une parution de 2021 du fenua aux éditions des Mers Australes

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Vana, une parution de 2021 du fenua aux éditions des Mers Australes

Le petit oursin de Moorea

Au cœur du récif découvrez la vie du Petit Vana, l'oursin, et de ses amis.

Une histoire drôle et pleine de piquants qui vous donnera la chaire de poule.

Auteure : Jenny Pradines ; Illustrateur : Laurent Cardon (suivre le lien)

1 260 Cfp / 12 € en Polynésie uniquement pour le moment site de l’éditeur vatiti@editions-mers-australes.com

Âge : à partir de 05 ans

Editions des Mers Australes – EMA est une maison d'édition indépendante spécialisée dans la littérature jeunesse, créé en 1986.

Sa création est partie d'une bande d’ami(e)s enseignant(e)s basée sur Tahiti, en Polynésie Française dans les années 80. Constatant avec impuissance un gros problème de lecture auprès de leurs élèves et une absence totale de livres jeunesse pour les enfants polynésiens. En mars 1986, Guy Wallart, son épouse, son frère et un ami décident de créer les Éditions des Mers Australes !

Illustrations de l'ouvrage
Illustrations de l'ouvrage Illustrations de l'ouvrage

Illustrations de l'ouvrage

Partager cet article
Repost0

Lire en Polynésie : Les lauréats du concours de poésie. La Nouvelle-Calédonie a bien figuré

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

𝐏𝐫𝐢𝐱 𝐝𝐮 𝐩𝐮𝐛𝐥𝐢𝐜 : Cailleton Caroline, Nouvelle-Calédonie, Nouméa, avec 401 votes

𝚂’é𝚕𝚘𝚒𝚐𝚗𝚎 𝚕𝚊 𝚖𝚎𝚛

𝙰𝚝𝚝𝚒𝚛𝚎 𝚙𝚊𝚛 𝚕𝚊 𝚕𝚞𝚗𝚎

𝙴𝚝 𝚝𝚘𝚞𝚓𝚘𝚞𝚛𝚜 𝚛𝚎𝚟𝚒𝚎𝚗𝚝

𝐏𝐫𝐢𝐱 𝐝𝐮 𝐣𝐮𝐫𝐲 𝐞𝐧 𝐟𝐫𝐚𝐧𝐚𝐢𝐬 : Sandra FORLINI, de Nuku Hiva

"𝙳𝚊𝚗𝚜𝚎 𝚕𝚎 𝚌𝚑𝚎𝚟𝚊𝚕,

𝙰𝚞 𝚛𝚢𝚝𝚑𝚖𝚎 𝚍𝚞 𝚝𝚘𝚎𝚛𝚎

𝚂𝚞𝚛 𝚕𝚎 𝚜𝚊𝚋𝚕𝚎 𝚗𝚘𝚒𝚛"

𝐏𝐫𝐢𝐱 𝐝𝐮 𝐣𝐮𝐫𝐲 𝐞𝐧 𝐥𝐚𝐧𝐠𝐮𝐞 𝐩𝐨𝐥𝐲𝐧𝐬𝐢𝐞𝐧𝐧𝐞𝐬 : KAIMUKO Raïta, de Hiva Oa

"𝙼𝚊'𝚒𝚝𝚊 𝚝𝚎 𝚝𝚊𝚒,

𝚝𝚊𝚗𝚒 𝚝𝚎 '𝚎𝚘 𝚖𝚊𝚗𝚞

'𝚎𝚗𝚊 𝚝𝚎 𝚞𝚊."

𝐂𝐨𝐮𝐩 𝐝𝐞 𝐂𝐨𝐞𝐮𝐫 𝐝𝐞𝐬 𝐣𝐮𝐫𝐲𝐬Celui de Nicolas Kurtovitch

LEDUC SOPHIE de Nouvelle-Calédonie Dumbéa

"𝙻𝚊 𝚛𝚊𝚏𝚊𝚕𝚎 𝚕'𝚎𝚖𝚙𝚘𝚛𝚝𝚎

𝚕𝚎 𝚌𝚑𝚊𝚙𝚎𝚊𝚞 𝚊𝚋𝚊𝚗𝚍𝚘𝚗𝚗

𝚛𝚘𝚞𝚕𝚎 𝚟𝚎𝚛𝚜 𝚕𝚎 𝚖𝚊𝚛𝚌𝚑é"

Celui de Marie-Noelle Fremy :

Artigue Patricia, Nouvelle-Calédonie, Nouméa

"𝚄𝚗𝚎 𝚐𝚘𝚞𝚝𝚝𝚎 𝚍𝚎𝚊𝚞

𝙽𝚊𝚌𝚛𝚎 𝚜𝚞𝚛 𝚕𝚎 𝚋𝚘𝚒𝚜 𝚏𝚕𝚘𝚝𝚝

𝙰 𝚙𝚒𝚐𝚕𝚊 𝚕𝚞𝚗𝚎."

Celui de Moana’ura Teheiura :

TOUDJI Myriam, Polynésie Papeete

"𝙻𝚎 𝚌𝚒𝚎𝚕 𝚎𝚗 𝚖𝚒𝚛𝚘𝚒𝚛

𝙳𝚞 𝚕𝚊𝚐𝚘𝚗 𝚒𝚖𝚖𝚘𝚋𝚒𝚕𝚎

𝙻𝚎𝚜 𝚑𝚎𝚞𝚛𝚎𝚜 𝚍𝚘𝚞𝚌𝚎𝚜"

Celui de Seegan Mabesoone :

IENFA Orama, Polynésie Mahina

"𝚃𝚊𝚖𝚋𝚘𝚞𝚛𝚜 𝚍𝚎 𝚟𝚊𝚐𝚞𝚎𝚜

𝙶𝚊𝚕𝚎𝚝𝚜 𝚎𝚝 𝚎𝚗𝚏𝚊𝚗𝚝𝚜 𝚌𝚑𝚊𝚗𝚝𝚎𝚗𝚝 ;

𝙽𝚞𝚊𝚐𝚎𝚜 𝚖𝚞𝚎𝚝𝚜"

𝐏𝐫𝐢𝐱 𝐝𝐞𝐧𝐜𝐨𝐮𝐫𝐚𝐠𝐞𝐦𝐞𝐧𝐭 𝐝𝐞 𝐥𝐀𝐄𝐓𝐈 : SIROH BINTI MURAD Nouvelle-Calédonie, Nouméa

"𝚂𝚎𝚞𝚕𝚎 𝚜𝚞𝚛 𝚕𝚊 𝚖𝚎𝚛

𝚂𝚘𝚞𝚜 𝚕𝚎 𝚜𝚘𝚕𝚎𝚒𝚕 𝚜𝚘𝚞𝚜 𝚕𝚊 𝚙𝚕𝚞𝚒𝚎

𝚙𝚌𝚑𝚎𝚛 𝚜𝚊𝚗𝚜 𝚊𝚛𝚛𝚝"

𝕣𝕚𝕩 𝕔𝕒𝕥𝕘𝕠𝕣𝕚𝕖 𝕛𝕖𝕦𝕟𝕖𝕤𝕤𝕖 :

𝟏𝟐-𝟏𝟕 𝐚𝐧𝐬 : 𝐞𝐧 𝐥𝐚𝐧𝐠𝐮𝐞𝐬 𝐩𝐨𝐥𝐲𝐧𝐬𝐢𝐞𝐧𝐧𝐞𝐬 VIRIAMU Eimiri de TUbuai

'Ō'𝚞 𝚖ā𝚖ā

𝚃𝚒𝚊𝚛𝚎 'ū'ā

𝙿ā𝚝𝚎𝚊 '𝚒𝚗𝚘 𝚟𝚊𝚒 𝚑ī

𝚃ō 𝚙ū𝚊𝚒, 𝚝ō 𝚑𝚘𝚞

𝟏𝟐-𝟏𝟕 𝐚𝐧𝐬 : 𝐞𝐧 𝐟𝐫𝐚𝐧𝐚𝐢𝐬 Honnart Dufy Adel, Papeete

"𝙻𝚊 𝚛𝚒𝚟𝚒𝚛𝚎 𝚌𝚑𝚊𝚗𝚝𝚎,

𝚎𝚝 𝚕𝚎 𝚋𝚘𝚗𝚑𝚎𝚞𝚛 𝚜𝚎 𝚖𝚘𝚗𝚝𝚛𝚎,

𝚙𝚞𝚒𝚜 𝚕𝚎𝚜 𝚖𝚊𝚜𝚚𝚞𝚎𝚜 𝚝𝚘𝚖𝚋𝚎𝚗𝚝."

𝐄𝐧𝐟𝐚𝐧𝐭𝐬 𝐣𝐮𝐬𝐪𝐮’à 𝟏𝟏 𝐚𝐧𝐬Lehartel Viktor, Polynésie, Arue

"𝙶𝚛𝚘𝚜 𝚖𝚊𝚝𝚘𝚞 𝚝𝚘𝚞𝚝 𝚍𝚘𝚞𝚡

𝚟𝚎𝚗𝚝𝚛𝚎 𝚛𝚎𝚙𝚞 𝚍𝚎 𝚝𝚑𝚘𝚗 𝚏𝚛𝚊𝚒𝚜

𝚜𝚘𝚞𝚛𝚒𝚜 𝚛𝚎𝚜𝚌𝚊𝚙𝚎"

Partager cet article
Repost0

la 21e édition du salon Lire en Polynésie, à Tahiti. Extrait du JT du 18 novembre 2021 sur Calédonia et un du journal de Tahiti TV

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Merci à Calédonia pour ce reportage le journal complet et en replay https://www.youtube.com/watch?v=JODea3eyh-I

Franck Chanloup sur le paepae (photo Lire en Polynésie)

Lien vers les 38 Haïkus retenus 

Bravo aux Calédoniens sélectionnés !

Article Paul Wamo sur ce blog

Article salon et Franck sur ce blog

Publié dans Ecrivain du Pacifique

Partager cet article
Repost0

Hier s'est tenue la conférence de presse pour annoncer le lancement du 21ème Salon du livre de Tahiti.

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Conférence de presse des organisateurs du salon et quelques nouveautés
Conférence de presse des organisateurs du salon et quelques nouveautés

Conférence de presse des organisateurs du salon et quelques nouveautés

Publié dans Ecrivain du Pacifique

Partager cet article
Repost0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 > >>