Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ecrivain du pacifique

Le SILO 2016 à l’ADCK est sur les rails

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Silo accueil et public (photos JP)
Silo accueil et public (photos JP)
Silo accueil et public (photos JP)

Silo accueil et public (photos JP)

Mr Emmanuel TJIBAOU, Direction Général de L'Agence de Développement de la Culture Kanak, le centre culturel Tjibaou, a ouvert le salon international du livre océanien avec un discours de bienvenue en compagnie de l’organisateur Christophe Augias, le directeur de la bibliothèque Bernheim.

Emmanuel Tjibaou a fait un émouvant et beau discours sur l’importance de l’écriture au pays de l’oralité qui peut contribuer à la paix et la connaissance et la reconnaissance culturelles du peuple kanak ainsi des autres ethnies. La parole d’Emanuel Tjibaou était pleine d’humanisme. Il a dit sa fierté de recevoir le SILO au centre culturel. Christophe Augias lui a répondu en soulignant l’honneur qu’il avait d’organiser ce salon dans un lieu aussi prestigieux.

Après ces discours, le SILO a réellement démarré avec une conférence sur le jumelage des salons, le SILO de Calédonie, La pirogue de Vanuatu et lire en Polynésie. En fait de jumelage, il s’agit d’un ménage à trois que les intervenants, Paul Tavo, Christophe Augias et Christian Robert ont longuement développé. Ils avaient la lourde mission de formaliser l’informel, ils ont réussi. Ils ont expliqué l’importance de s’entraider, de tisser des liens entre les pays francophones de la région et nos voisins anglo-saxons. Les salons sont de plus en plus bilingues. Ce regroupement a déjà commencé au dernier salon de Paris avec le pavillon des auteurs d’Océanie. « Unis, nous serons plus forts », pourrait devenir la nouvelle devise des acteurs de la littérature du Pacifique.

Les éditeurs "Pacifique" photo JP

Les éditeurs "Pacifique" photo JP

Tandis que les interviews d’auteurs démarraient avec Pierre Faessel, quatre éditeurs, deux de Tahiti et deux de Nouvelle-Calédonie, ont donné une conférence. Après une stigmatisation de l’autoédition qui fait plus de mal aux auteurs que de bien, ont-ils dit, en argumentant ces propos. Ils ont abordé les problèmes de fond de l’édition en notant que la qualité des productions littéraires s’améliorait mais que les ventes régressaient. Un des intervenants, éditeur de livre jeunesse, n’avait pas le même point de vue, « et sans financement public », a-t-il indiqué. Ils ont néanmoins été d’accord pour souligner l’étroitesse du marché du Pacifique francophone et la nécessité de rechercher des nouveaux débouchés. L’argent, c’est le nerf de la guerre, mais le livre n’est pas mort les nombreux visiteurs attendus en feront la preuve.

Le SILO est un lieu formidable pour enrichir ses connaissances sur la littérature en profitant des intervenants présents mais aussi des animations GRATUITES. Vendredi soir, par exemple, « Paroles de Thio » à 18h30, est une belle occasion de voir ce spectacle formidable ou samedi à 18h00 la soirée musique avec Paul Wamo. Plus voir avec le programme

Paroles de Thio à la bibliothèque Bernheim (Archive JP)

Paroles de Thio à la bibliothèque Bernheim (Archive JP)

Divers Silo de JP
Divers Silo de JP
Divers Silo de JP
Divers Silo de JP
Divers Silo de JP

Divers Silo de JP

Publié dans Ecrivain du Pacifique

Partager cet article
Repost0

L'Océanie au Salon du Livre de Paris 2015, un avant-goût du SILO

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

À la veille de l’ouverture du SILO 2016 à Nouméa, je vous propose un petit détour par le salon du livre de Paris pour revoir un bon reportage sur la littérature océanienne d’Outremer 1er. JP
Voir ci-dessous : 

Ajoutée le 9 avr. 2015 Focus sur les auteurs, éditeurs, diffuseurs et distributeurs calédoniens et tahitiens lors du journal du soir du 22 mars 2015 de "France ô Polynésie". Avec ou sur notamment Christian Robert (éd. "Au Vent des îles"), Cathie Manné (pôle "Lire un Pays" de la MLNC), Wallès Kotra, Nicolas Kurtovitch, Claudine Jacques, Frédéric Ohlen et Antoine Kombouaré.

Publié dans Ecrivain du Pacifique

Partager cet article
Repost0

Patricia Grace en Nouvelle-Calédonie pour le Silo 2016

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Son dernier livre aux éditions Vent des Îles et l'Auteur en Polynésie (photo Tahiti Presse)
Son dernier livre aux éditions Vent des Îles et l'Auteur en Polynésie (photo Tahiti Presse)

Son dernier livre aux éditions Vent des Îles et l'Auteur en Polynésie (photo Tahiti Presse)

Patricia Grace est annoncée comme la grosse pointure des invités extérieurs de ce SILO. Comment pourrait-il en être autrement. C'est impossible de faire l’inventaire de sa bibliographie. J’ai essayé et j’ai abandonné tellement sa production littéraire est abondante. Vous trouverez, néanmoins, quelques uns de ses livres en images à la suite de cet article. JP

 

NB : Patricia Grace est lauréate du Prix Neustadt (dit « petit Nobel »). Elle sera l’une des invités du prochain « Des Livres et Nous », en direct du centre culturel Jean-Marie Tjibaou demain. JP

Extrait d’un article de Tahiti Presse de juillet 2016

Immersion littéraire au cœur de la Nouvelle-Zélande contemporaine

Faisant figure de pionnière dans la littérature maorie, grande romancière de fiction, l’écrivain Patricia Grace rend hommage au célèbre poète maori Hone Tuwhare dans ce recueil de nouvelles, Des petits trous dans le silence. Présentant une multiplicité de voix maories, sous les nombreux aspects de leur quotidien, elle a ici choisit un thème pour le moins mélancolique : la solitude, et le silence qui l’accompagne.

Une première publication de la version française de ce recueil de 21 nouvelles, (après une publication originale en 2006 en Nouvelle-Zélande) permet une nouvelle fois de savourer le style plutôt direct, mais raffiné de Patricia Grace. Le choix du format "nouvelles" (entre 2 à 22 pages), courant chez l'auteur, met d'autant plus en avant sa maîtrise littéraire bilingue.

Avec une plume parfois dure, toujours authentique, Patricia Grace apporte des témoignages sur les liens qui unissent les hommes sur la terre de Aotearoa, sur les émotions qui guident chaque rencontre. Dans Ligne à ligne par exemple, les personnages sont confrontés à l’isolement social, le repli sur soi, la mélancolie, la frustration... Comme cette veuve d’un certain âge, au quotidien nostalgique, solitaire dans sa routine domestique. Jusqu’à ce que des étoiles viennent se déverser dans sa chambre à l’aube d’une belle journée.

D’autres ont la chance de vivre mieux lotis : même dans un cadre simplifié au strict minimum, les menus plaisirs sont pourtant biens présents et d’autant plus forts. Ces expériences de vie invitent au partage, au désenclavement des individus, à la recherche d’un entourage de confiance, emphatique et altruiste. Dans La petite rue, Sandwich grillé et autres nouvelles sur le banc, une femme (que l’on retrouve dans plusieurs nouvelles), seule, assise sur un banc à l’angle d’une petite rue, observe les passants. Elle écoute les bribes de conversations de-ci, de-là. Mais surtout, elle est témoin de retrouvailles émouvantes qui (lui) apportent du baume au cœur... Suite

Patricia Grace est romancière et nouvelliste, elle est l’une des voix contemporaines les plus respectées de la Nouvelle-Zélande. Elle fut, dans les années 70, l’une des instigatrices du débat idéologique qui anima l’arène politique, artistique et littéraire de son pays. Accompagnée d’artistes et d’écrivains, elle revendiqua à cette époque le caractère légitime et nécessaire de l’empreinte créatrice maorie au sein d’une littérature nationale émergente. Elle signa « Waiariki » en 1975, ouvrage qui fit date puisqu’il marquait la toute première publication par une femme d’origine maorie d’un recueil de nouvelles. Sans nostalgie ni sentimentalisme, elle s’attache à brosser le portrait d’une grande variété de personnages fictifs issus d’une société qu’elle connaît de façon intime et dont la langue et la culture furent longtemps ignorées. Patricia Grace décroche le Prix Neustadt, que l’on surnomme le petit Nobel… Reconnaissance internationale pour cette écrivaine maorie, fer de lance des littératures du Pacifique. (Source vent des îles)

Les traductrices Jean Anderson, France Grenaudier-Klijn & Anne Magnan-Park sont universitaires, elles enseignent respectivement à Wellington (Nouvelle-Zélande), Palmerston North (Nouvelle-Zélande) et dans l’Indiana (Etats-Unis).

PARUTION AU VENT DES ILES

Les Enfants de Ngarua Mutuwhenua. La lune dort. Le Bataillon maori. Les Yeux volés. Électrique cité. Des petits trous dans le silence

Patricia Grace en Nouvelle-Calédonie pour le Silo 2016
Patricia Grace en Nouvelle-Calédonie pour le Silo 2016
Patricia Grace en Nouvelle-Calédonie pour le Silo 2016
Patricia Grace en Nouvelle-Calédonie pour le Silo 2016

Patricia Grace DCNZM - 2016 Te Waka Toi Awards une vidéo très récente ajoutée le 11 sept. 2016

Publié dans Ecrivain du Pacifique

Partager cet article
Repost0

Chantal Spitz en Nouvelle-Calédonie pour le SILO 2016

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Chantal Spitz en Nouvelle-Calédonie pour le SILO 2016

Elle fait entendre une voix libre et exemplaire marquée par un sens aigu de l’indépendance, voire de l’insoumission, par rapport au discours idéologico-politique ambiant, dit-on de Chantal Spitz. C’est l’écrivaine de Polynésie de référence. Pour l’avoir rencontré et écouté à plusieurs reprises lors de ses passages en Nouvelle-Calédonie. Je peux confirmer qu’elle ne laisse pas indifférent. Pour parler d’une femme de caractère comme elle, un vieil oncle maquignon en métropole dont j’adorais le franc-parler, aurait dit d’une femme de cette trempe. « Cette maitresse là, a du poils aux pattes », c’est un peu trivial, mais avec son bon sens paysan, Kléber aurait aimé Chantal.

Chantal Spitz sera l’une des invités du prochain « Des Livres et Nous », en direct du centre culturel Jean-Marie Tjibaou mardi prochain. JP

Son dernier livre CARTES POSTALES (2015)

Une rencontre avec l’au-delà. La perte d’un enfant. L’adoption coutumière dévoyée. La prostitution à Pape’ete. Tragédies individuelles et maux de société sont entrelacés dans ce recueil dédié à celles et ceux qui souffrent à Tahiti, en silence, et aux moments de la vie où tout peut basculer. Sous forme de portraits, de récits parfois à la première personne, « Cartes postales » invite à se sentir proche des cœurs plongés dans la détresse, la solitude et le désespoir. Si la violence des morts, brutale ou à petit feu, des nouvelles, oblige à regarder en face les vies brisées par des volontés de domination, la violence conjugale, la maltraitance et la trahison, l’écriture incandescente de Chantal T. Spitz, parole des entrailles, fait aussi scintiller les rêves étoilés d’espérance et de tendresse de personnages ordinaires qui ne demandent qu’à aimer et être aimés. Telle la splendide adresse qui ouvre l’œuvre, « Cartes postales » lance un appel à toujours donner de la valeur à l’existence d’autrui.

Chantal T. Spitz publie en 1991 L’île des rêves écrasés, premier roman tahitien. Il est salué comme un événement pour son écriture au rythme inspiré par l’oralité. C’est aussi le premier roman tahitien traduit en langue anglaise, Island of shattered dreams [Huia Publishers, 2006]. En 2002, elle publie Hombo, transcription d’une biographie [Te Ite, réédité en 2012 aux éditions Au vent des îles]. Pensées insolentes et inutiles [Te Ite], recueil réunissant quelques contributions à des colloques ou à des revues paraît en mai 2006. En 2011, elle publie Elles. Terre d’enfance. Roman à deux encres [Au vent des îles]. Ce roman raconte l’histoire d’une femme et se fait l’écho d’une identité métissée dans une Polynésie violente, doucement douloureuse, mais férocement poétique. L’œuvre romanesque exigeante qu’elle élabore lentement, le travail original qu’elle effectue sur la langue et sur les formes, la cohérence de la vision qu’elle offre font de Chantal T. Spitz un artiste de premier plan dans le domaine littéraire. Chantal T. Spitz participe à l’aventure de la revue littéraire Littérama’ohi, dont l’un des objectifs est de faire connaître la variété, la richesse et la spécificité des auteurs autochtones de la Polynésie française. (Source Pacific Book’in)

Ses parutions chez l’éditeur Tahitien Au Vent Des Îles

Hombo. Transcription d'une biographie

Elles, terre d'enfance, roman à deux encres

L’Île des rêves écrasés

Cartes postales

Ci dessous une vidéo de Chantal Spitz le lien pour Ile en ile

Chantal T. Spitz - 5 Questions pour Île en île en 2015

Publié dans Ecrivain du Pacifique

Partager cet article
Repost0

La parole des sables de Jean-Pierre Cabane

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

La parole des sables de Jean-Pierre Cabane

Dessins sur sable du Vanuatu

Alliance française du Vanuatu, 2016

Cet ouvrage, illustré de nombreuses photographies, vous fera découvrir le sens des dessins sur sable du Vanuatu. Ces dessins, aux formes géométriques et très souvent symétriques, exécutés avec le doigt par les initiés sont un moyen de communication éphémère mais sont aussi les composantes importantes de rituels traditionnels. Cette tradition a été inscrite en 2008 sur la liste représentative du patrimoine culturel de l’humanité de l’Unesco.

En vente en librairie à Nouméa au prix de 2 663 XPF / 22.32€

Plus sur un blog Vanuatu

Dessin du site recommandé, danseur du Vanuatu à Nouméa (JP) et mon livre écrit au Vanuatu
Dessin du site recommandé, danseur du Vanuatu à Nouméa (JP) et mon livre écrit au Vanuatu
Dessin du site recommandé, danseur du Vanuatu à Nouméa (JP) et mon livre écrit au Vanuatu

Dessin du site recommandé, danseur du Vanuatu à Nouméa (JP) et mon livre écrit au Vanuatu

Publié dans Ecrivain du Pacifique

Partager cet article
Repost0

18 ème Salon du Livre Insulaire à Ouessant. Les premiers résultats Tahiti et la Calédonie à l’honneur

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

18 ème Salon du Livre Insulaire à Ouessant. Les premiers résultats Tahiti et la Calédonie à l’honneur
Prix du Livre Insulaire - Priz levrioù an inizi 2016
Pour la littérature scientifique, le jury a mis, comme l'année dernière, la Corse à l'honneur, avec « Corse. Les fromages », aux éditions Albiana, ainsi que « La Corse en mutation », dirigé par Jean-Pierre Bonafoux, aux mêmes éditions Albiana.
La Polynésie a aussi été distinguée à travers l'ouvrage de Daniel Morgueron, « Flots d'encre sur Tahiti », aux éditions L'Harmattan. C’est un peu aussi un honneur pour la Nouvelle-Calédonie puisqu’Hélène Colombani de la collection Lettres du Pacifique a écrit la préface et que ce livre fait partie de sa collection.
Pour la littérature générale, les prix ont été attribués à « La mer des lumières », de Kenneth White, aux éditions Le mot et le reste ; à « Côté chambre, côté jardin », de Joseph-Antoine d'Ornano, aux éditions Michel de Maule et, enfin, à « Vol à vif », de Johary Ravaloson, paru aux éditions Dodo vole.

FLOTS D'ENCRE SUR TAHITI de Daniel Margueron

250 ans de littérature francophone en Polynésie française

 Préface d'Hélène Colombani

Lettres du Pacifique aux éditions l'Harmattan

Du mythe occidental inventé au XVIIIe siècle par les circumnavigateurs à la littérature autochtone contemporaine, en passant par une abondante littérature exotique et coloniale qui parcourt les XIXe et XXe siècles, Tahiti et les archipels sont déclinés comme un lieu majeur où naît et se diffuse une production littéraire, certes pleine de clichés, mais aussi variée, dynamique et originale.

CORSE, LES FROMAGES (ouvrage collectif)

Casgi, furmagli è brocci

Le premier ouvrage sur le fromage fermier, fleuron gastronomique de la Corse.

Descriptif

Savoureux, doux ou piquants, fondants ou secs, les fromages corses sont un des piliers de la gastronomie du terroir insulaire. Leurs modes de fabrication et d’affinage, leur lieu de production, la qualité du lait (brebis ou chèvre) déterminent au moins cinq types principaux, auxquels s’ajoute la célèbre préparation fromagère, unique en son genre, le broccio.

Un beau-livre, le premier en son genre, consacre enfin les fromages insulaires et révèle les secrets (mode d’élevage, technologie, saveurs recherchées…) d’un pastoralisme et d’une fabrication sans doute plusieurs fois millénaire.

Aujourd’hui, le fromage corse pourrait aussi constituer une référence en matière d’intégration des traditions dans le cadre d’un développement économique à échelle humaine (proximité, traçabilité, bio, authenticité, etc.).

Affiner les connaissances

Le projet d’offrir au lecteur un ouvrage de qualité sur la production fromagère de l’île est né avant tout du triple constat de l’absence d’un tel ouvrage, de la pertinence des questions et des enjeux que soulève le pastoralisme dans la société corse d’aujourd’hui (culturels, économiques, politiques et territoriaux) et de la qualité du travail fourni par les scientifiques malgré une certaine confidentialité de leurs recherches.

L’objectif premier était donc de réunir les compétences et d’ouvrir le chantier d’un ouvrage qui soit en tout point le reflet des savoirs actuels sur l’ensemble des métiers et des pratiques qui concourent à faire de la Corse un « haut lieu » du patrimoine fromager méditerranéen.

Aujourd’hui en difficulté, le monde agropastoral doit pouvoir compter sur un ouvrage de référence qui aide à l’approfondissement des savoirs et favorise sa visibilité auprès de la société locale et au-delà de la communauté insulaire. Les consommateurs y trouveront matière à « s’approprier » un patrimoine dont ils sont, aux côtés de producteurs, à la fois les « ayants droit » et les protagonistes.

Corse, les fromages s’emploie ainsi à objectiver et stabiliser des savoirs aujourd’hui fragilisés par l’absence de références. Ainsi, il s’agit bien au moyen d’un tel ouvrage de répondre à un enjeu de transmission de savoirs qui ne peut plus se limiter à une « imprégnation » ou au « ouï-dire ».

L’ambition était également de contribuer à valoriser le pastoralisme corse en affrontant sa complexité pour en révéler toute sa richesse, la profondeur de ses traditions, de ses savoirs et de ses ressources. Autant d’atouts qui peuvent demain constituer un « modèle » fondé sur une agriculture à taille humaine, respectueuse des équilibres environnementaux et sociaux selon les valeurs dans lesquelles les Corses aiment à se reconnaître (rapports de sociabilité, liens à la nature et transmission des savoirs, de l’histoire, des goûts, etc.).

L’ouvrage revient ainsi sur chacun des aspects des processus à l’œuvre depuis des millénaires, en axant très fermement le regard sur la réalité d’aujourd’hui. Le plan en explicite le cheminement : pastoralisme – produits – enjeux.

Le but de ce travail était en définitive de mettre en valeur, au cœur de l’ouvrage, le produit fini, c’est-à-dire les fromages, comme un révélateur de l’ensemble des problématiques en question.

Le lecteur y trouvera donc aussi – et surtout – les grandes variétés, les façons, l’art de consommer, etc.

Editions Albiana

18 ème Salon du Livre Insulaire à Ouessant. Les premiers résultats Tahiti et la Calédonie à l’honneur
Utopia une peinture de 2009, Des bretonnes et l'affiche du salon
Utopia une peinture de 2009, Des bretonnes et l'affiche du salon
Utopia une peinture de 2009, Des bretonnes et l'affiche du salon

Utopia une peinture de 2009, Des bretonnes et l'affiche du salon

Publié dans Ecrivain du Pacifique

Partager cet article
Repost0

Les ressources minérales profondes en Polynésie française

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Deep-sea mineral resources in French Polynesia

La Polynésie française se caractérise par une immense zone économique exclusive, constituant la moitié de la zone maritime française, elle-même deuxième mondiale. Les enjeux de conservation et d’exploitation durable des océans et des ressources marines (objectif 14 de l’agenda onusien du développement durable) y sont considérables. Dans un contexte international marqué par une hausse de la demande en matières premières minérales et une « course à la mer », nouvelle frontière d’expansion territoriale, la question des ressources minérales profondes en Polynésie française suscite aujourd’hui un intérêt accru.

Pour se procurer ce livre :

On peut le commander par le net 2 888 XPF / 24.2€ sur le site de pacific Book'in ou en librairie à Nouméa et à l'IRD

 

Publié dans Ecrivain du Pacifique

Partager cet article
Repost0

Les Marquisiens et leur Art Au vent des îles de Karl von den Steinen

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Les Marquisiens et leur Art Au vent des îles de Karl von den Steinen
Les Marquisiens et leur Art
Le Coffret
 Karl von den Steinen,
 Au vent des îles, 2016,  Beaux livres, art

Ces trois volumes qui auraient dû n’en faire qu’un, pour la première fois réunis dans un coffret dans cette nouvelle édition, représentent en effet une somme de connaissances remarquable et inégalée sur l’art du tatouage en Polynésie précédé de données historiques et ethnographiques (volume I), la culture matérielle et l’art du tiki (volume II) abondamment illustrés et complétés par « Les collections » (volume III) regroupant une partie de l’iconographie évoquée dans les deux volumes précédents.

Les Marquisiens et leur art est un ouvrage incontournable pour qui s’intéresse à la civilisation marquisienne et la Polynésie orientale. Résultat d’une étude détaillée des différentes formes d’expression artistique – alors menacées de disparition -, menée par Karl von den Steinen, médecin allemand dans l’archipel à la fin du XIXe siècle. C’est un ouvrage de référence dès sa première parution en 1925. Son succès depuis près d’un siècle n’a jamais été démenti même si le lectorat francophone a dû attendre 2005 pour en bénéficier grâce à la traduction initiée par le musée de Tahiti et des îles. Ces trois volumes qui auraient dû n’en faire qu’un, pour la première fois réunis dans un coffret dans cette nouvelle édition, représentent en effet une somme de connaissances remarquable et inégalée sur l’art du tatouage en Polynésie précédé de données historiques et ethnographiques (volume I), la culture matérielle et l’art du tiki (volume II) abondamment illustrés et complétés par « Les collections » (volume III) regroupant une partie de l’iconographie évoquée dans les deux volumes précédents. Une œuvre qui allie la rigueur méthodologique à la rencontre véritable de la population et participe ainsi à la sauvegarde d’un volet remarquable de l’histoire des civilisations. Une coédition « Au vent des îles » et « Le Musée de Tahiti et des îles.

Prix de vente public : 13 800 XPF / 115,64€

Les Marquisiens et leur Art  Volume 1 : Le Tatouage

 Karl von den Steinen,

 Au vent des îles, 2016,  Beaux livres, art,  9782367340739

Ce premier volume, consacré à l’étude du tatouage marquisien, rend compte de l’importance et de la qualité de l’enquête réalisée pendant six mois par Karl von den Steinen dans l’archipel des Marquises à la fin du XIXe siècle. Abondamment illustrée, cette présentation est précédée des données historiques et ethnographiques et d’une étude comparative du tatouage dans les différents archipels polynésiens. Les développements décrivent non seulement les figures ornementales mais tentent d’en comprendre l’origine et le sens et de déterminer des styles et leur évolution. L’auteur établit également des liens avec l’art du tiki analysé dans le deuxième volume.

Prix de vente public : 4 500 XPF / 37,71€ 

Pacific Book’in

Les Marquisiens et leur Art Au vent des îles de Karl von den Steinen

Publié dans Ecrivain du Pacifique

Partager cet article
Repost0

James Cook et le tabou de Robert lloancy

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

James Cook et le tabou de Robert lloancy
James Cook et le tabou de Robert lloancy

L'Harmattan, 2016

Sociologie, anthropologie

James Cook, en 1777, découvrit le tabou, le mot et la chose. Par lui, ce mot a pénétré nos langues européennes. Chez le Polynésien, le tabou est à l'opposé de ce qu'il signifie dans nos cultures. Pour nous, il est ce que l'on doit évincer, non ce qu'il faut respecter. On comprend mieux le tabou, s'il est joint à la notion de mana, également polynésienne et découverte cent ans après Cook. Par leur complémentarité, tabou et mana offrent une meilleure compréhension des sociétés traditionnelles.

Prix de vente public : 3 500 XPF en Nouvelle-Calédonie

Une nouvelle parution originale sur James Cook à découvrir. Ce livre est disponible en librairie et sur le net chez l'Harmattan et Book'in Pacific distributeur à Nouméa.

Publié dans Ecrivain du Pacifique

Partager cet article
Repost0

17° Sud 149° Ouest de Jean-Marie Dallet, Au vent des îles, 2011

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

17° Sud 149° Ouest de Jean-Marie Dallet, Au vent des îles, 201117° Sud 149° Ouest de Jean-Marie Dallet, Au vent des îles, 2011

Roman

Depuis « Les Antipodes » édité au Seuil et préfacé par Marguerite Duras, Jean-Marie Dallet a publié quinze romans, dont « Dieudonné Soleil » qui obtint la bourse Goncourt du roman historique. Il a toujours « navigué » entre Paris, la Méditerranée et Tahiti et ses îles où il a vécu plus de vingt ans. L'aventure de l'aspirant Lecœur ne surprendra pas les historiens car elle se nourrit des récits de voyages des grands capitaines, Bougainville, Cook ou encore Bligh, qui ont abordé Tahiti...

Jean-Marie Dallet est écrivain et marin. Depuis Les Antipodes édité aux Éditions du Seuil et préfacé par Marguerite Duras, il a publié une vingtaine de romans dont Dieudonné Soleil qui obtint la bourse Goncourt du récit historique et fut classé par la revue Lire parmi les vingt meilleurs livres de l'année 1983.

Jean-Marie Dallet a toujours navigué entre la Méditerranée, Paris et le Pacifique Sud.

d'autres livres de cet auteur

d'autres livres de cet auteur

Publié dans Ecrivain du Pacifique

Partager cet article
Repost0

<< < 10 20 30 31 32 33 > >>