Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

maison du livre nc

Le lauréat de la résidence d’écriture 2021 au Château Hagen est Basile Galais

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Basile Galais et les personnalités présentes devant la maison Taragnat
Basile Galais et les personnalités présentes devant la maison Taragnat

Basile Galais et les personnalités présentes devant la maison Taragnat

Ils étaient 19 candidats en lice pour cette nouvelle édition d’une résidence d’écriture au Château Hagen sur l’île des confinés. Cette résidence d’écriture, vu ce grand nombre de participants, entrera dans « La Légende » après le sacre des héros précédents Sylvain DERNE en 2017, Guillaume BERGER en 2018, Leslie GOBILLE en 2019 et Yannick Jan en 2020. Comme à la fin dans la célèbre émission de téléréalité, il n’en est resté qu’un. Intouchable après avoir gagné les faveurs du jury final, l’immunité de la province sud et déjoué toutes les stratégies. Basile Galais, vainqueur sur le poteau de cette saison, pourra savourer ce séjour dans la magnifique demeure du haut de la Vallée des Colons. Félicitations à ce jeune auteur déjà bien parti avec un mentor renommé, Sylvain Prudhomme. C’est d’ailleurs avec un ouvrage aux éditions Folio de cet auteur que Christophe Bouton lui a souhaité la bienvenue. Sous un soleil radieux, c’est devant la maison Taragnat que les personnalités ont pris la pose avec l’heureux élu. Ce soutien à la culture, à la littérature, de la Province Sud est devenu une récompense « pays » avec le partenariat de la Province Nord. La culture rassemble, c’est une bonne chose. JP

La conférence de presse s’est déroulée ce jeudi 25 novembre au château Hagen.

Basile Galais est né et a grandi en Nouvelle-Calédonie. Dès l'adolescence, il a développé un rapport à l'écriture par des formes poétiques brèves avant de s'orienter vers les arts plastiques. Ses études en métropole, d'abord aux beaux-arts où il a développé une pratique artistique, notamment picturale, lui ont permis d'affirmer un regard, une sensibilité forgés dès son enfance passée sur la Grande Terre, au contact d'une nature forte et de cultures plurielles. L'importance de l'écriture et de la littérature s'est renforcée au cours de ses années d'études, l'amenant à postuler au master de création littéraire du Havre, où, durant deux années, il a engagé l'écriture d'un premier roman sous le regard de Sylvain Prudhomme. Ce projet romanesque est l'objet de sa résidence au Château Hagen, un lieu privilégié dans lequel il pourra aboutir son texte.

« L'enfant de la zone »

Le projet

Un enfant grandit dans une zone industrielle, qui, un jour, sous le coup d'un événement obscur, se détache du continent et de la Cité, devenant une île à la dérive. Dans ladite Cité, six personnages vont voir leur destin basculer sous le poids de cette disparition, des trajectoires qui vont s'entrecroiser, plongeant les uns dans un abîme de doute, les autres dans une quête existentielle sans fin, nous faisant passer tour à tour de la folie à l'art, du virtuel au réel, du monde des médias à celui des rêves, du mensonge au mythe. L'Enfant de la zone oscille entre le conte contemporain et une littérature de l'étrange. C'est un récit à facettes à l'intérieur duquel chaque personnage agit comme un prisme, un regard porté sur un mystère autour duquel le roman tout entier tourne et vers lequel, indéniablement, les protagonistes comme le lecteur convergent.

La Composition du Jury : pour la province Sud : directeur de la DCJS, directeur du Château Hagen, Chargée d’actions « livre et lecture » ou leurs représentants ; pour la Maison du Livre N-C : directeur et président ou leurs représentants ; lauréat 2020 ; responsable du département lettre de l’Université de la Nouvelle-Calédonie ; président des écrivains ou représentant (AENC) ; président des éditeurs ou représentant.

(AEDE) ; responsable de la médiathèque de l’ADCK-CCT ou représentant, Institutions partenaires : Province Nord et Mission aux affaires culturelles.

Les conditions : cette résidence est un dispositif de soutien à l’écriture littéraire initié en 2017 par la province Sud. Ce dispositif permet à un auteur Lauréat de bénéficier d’une rémunération durant sa résidence et d’être accueilli au Château Hagen de décembre à février. Durant cette période le lauréat peut se consacrer à son projet d’écriture.

Contact des partenaires : à la Maison du Livre de la NC, À la direction de la culture, de la jeunesse et des sports de la province Sud ou au château Hagen.

  • Alice Pierre : accueil@maisondulivre.nc
  • Julie Revault : julie.revault@province-sud.nc
  • Christophe Bouton : Christophe.bouton@province-sud.nc
Le Château, Le discours de bienvenue du "chatelain" avec le livre de Sylvain Prudhomme et Alice Pierre directrice de la MLNC avec Julie Revault responsable de la culture en Province Sud (En cliquant sur les photos elles sont belles !)
Le Château, Le discours de bienvenue du "chatelain" avec le livre de Sylvain Prudhomme et Alice Pierre directrice de la MLNC avec Julie Revault responsable de la culture en Province Sud (En cliquant sur les photos elles sont belles !)Le Château, Le discours de bienvenue du "chatelain" avec le livre de Sylvain Prudhomme et Alice Pierre directrice de la MLNC avec Julie Revault responsable de la culture en Province Sud (En cliquant sur les photos elles sont belles !)
Le Château, Le discours de bienvenue du "chatelain" avec le livre de Sylvain Prudhomme et Alice Pierre directrice de la MLNC avec Julie Revault responsable de la culture en Province Sud (En cliquant sur les photos elles sont belles !)

Le Château, Le discours de bienvenue du "chatelain" avec le livre de Sylvain Prudhomme et Alice Pierre directrice de la MLNC avec Julie Revault responsable de la culture en Province Sud (En cliquant sur les photos elles sont belles !)

Partager cet article
Repost0

Campagne de promotion des livres de Nouvelle-Calédonie 2021, c’est parti !

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Le Livre est un Cadeau !

Campagne de promotion des livres de Nouvelle-Calédonie

Le livre est un bien culturel majeur !

En effet, le livre permet de rendre le monde intelligible, il contribue à l’apprentissage du sensible, à dire l’humanité, à créer de l’imaginaire et, de manière toujours prégnante, à accéder aux savoirs et à la culture. Ainsi, le livre est à la fois vecteur de divertissement et de détente, mais également vecteur d’apprentissage, de réflexion, de constitution de l’esprit critique et, a fortiori, d’épanouissement personnel. Le livre est d’intérêt public et son accès une liberté fondamentale.

Grâce au soutien de ses partenaires, la Maison du Livre de la Nouvelle-Calédonie (MLNC) engage, pour la cinquième année, une action de promotion et de valorisation des livres locaux, autour de trois axes:

- Une opération de réduction de 15 % sur les ouvrages locaux du 24 novembre au 24 décembre 2021 dans les librairies partenaires : Calédo-Livres, Ludik NC (bd et jeunesse) et Hachette Calédonie, D’lire Ambulant.

- Une opération de valorisation des ouvrages sélectionnés dans le cadre du prix Popai 2021: soit

10 au total dans les catégories jeunesses et littérature.

- Une présence du camion librairie D’lires Ambulants sur les marchés de Noël afin de favoriser la vente d’ouvrages.

 

Partager cet article
Repost0

Maison Célières, maison du Livre, la vidéo n° 4 d’écrivainducaillou

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Maison Célières, maison du Livre, la vidéo n° 4 d’écrivainducaillou

La vidéo n°4 du blog écrivainducaillou est terminée. À temps pour ce nouveau week-end de confinement strict, c’est encore un court-métrage, il faudra la visionner plusieurs fois pour tuer le temps. Je ne me lance pas encore dans le long métrage mais soyez patient. Pour mon plaisir et le votre, j’espère. Je relate mes souvenirs de notre belle maison coloniale du Faubourg Blanchot, la maison Célières qui restera pour moi la maison du livre. Pour retrouver la maison du livre, Frédéric Ohlen et mon vivaneau. Je vous invite à la regarder. Je remercie pour ses conseils  Jilème, Joël Le Masson, le papa de Léannie. Il vous recommande, Les profs, un album qui sort aujourd’hui. La BD antimorosité recommandée par l'Éducation nationale ! JP

Ps : On peut s’abonner à la chaîne, un bouton à appuyer en bas à droite de la vidéo.

La famille Célières, originaire de l’île de La Réunion, débarque à Nouméa en 1891 pour commencer une nouvelle vie. Le fils, Paul Joseph Célières, surnommé « Thomy », épouse la Calédonienne Marie Ohlen avec qui il a trois filles : Paule, Yvette et Renée. C’est lui qui entreprend en 1898 la construction de cette bâtisse dans le quartier du Faubourg-Blanchot et en confie les travaux à l’entrepreneur M. Gérosa.

La maison Célières, à l’architecture de style colonial, a un plan de distribution symétrique. Sur la façade principale, un porche d’entrée avec un escalier à deux volées mène à une véranda ouverte. Puis une porte d’entrée débouche sur un couloir desservant les 4 pièces du bloc central carré. D’un côté, les chambres et, de l’autre, la salle à manger et le salon, séparés par un portique en bois ouvragé. Au bout de ce corridor, la véranda arrière, d’un usage plus privé, est habillée de persiennes. Les vérandas permettent de rejoindre les 4 pavillons d’angle servant de bureau, de bibliothèque, de cabinet de toilette et d’office. La cuisine est située à l’extérieur, comme dans toutes les maisons d’époque, pour éviter tout risque d’incendie, fréquent dans les habitations en bois. Le bâtiment repose sur un soubassement de pierres et de briques. Les caves, utilisées comme remises, participent également à la ventilation du bâtiment.

Cette demeure, comme la plupart des maisons coloniales, possède deux jardins. L’un, à l’avant, est ornemental et l’autre, à l’arrière, est destiné principalement au potager, tout en étant un espace de vie extérieur.

Au décès de ses parents, Renée Célières obtient la jouissance de ce patrimoine et y habite jusqu’à sa mort. Après plusieurs années d’abandon, le bâtiment est classé monument historique puis racheté en 2003 par la Ville de Nouméa. Dès lors, et sous l’impulsion de l’Association témoignage d’un passé, des travaux de restauration sont entrepris entre 2006 à 2009, date à laquelle la maison Célières devient la Maison du livre.

La maison Célières : le portail et le jardin d'ornement de la maison Célières

Paul Joseph Célières, le premier propriétaire de la maison, et son épouse Marie Ohlen avaient l'habitude d'accueillir leurs visiteurs au portail, limite entre les domaines public et privé. Cet ouvrage en fer forgé était appelé par ses occupants « le Baro ». Ce nom créole vient de La Réunion où il est utilisé pour désigner un portail. On retrouve dans toute la maison des éléments rappelant l’île de naissance de M. Célières.

PS : Source des informations ci-dessus principalement la ville de Nouméa

Partager cet article
Repost0

Lancement de La Maison du Livre sur la route réussi cet après-midi à Bernheim

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Les trois comédiens
Les trois comédiens

Les trois comédiens

Lancement de : "La Maison du Livre sur la route", un évènement mensuel itinérant qui présentera au public l'actualité littéraire calédonienne cet après-midi dans les jardins de la bibliothèque Bernheim avec un invité qui n’était pas prévu un temps maussade mais des lectures gourmandes, des rencontres d'auteurs ont pu se dérouler avant les premiers grains pour les animations à l’extérieur.

Le brillant comédien et metteur en scène, Stéphane Piochaud et sa partenaire on fait le spectacle avec des lectures et des jeux scéniques à la hauteur de leur talent et des extraits d’ouvrages choisis. Le jeu des acteurs pour Les Enchaînés, le roman de Franck Chanloup, valait le déplacement. Je ne serais pas étonné que Stéphane le mette en scène en espérant qu’il embauche Jean-Brice Peirano dans le rôle de Louis pour le fouetter, il avait l’air ravi de sa punition. Un bon moment de détente demain Jean-Brice  prend la route pour de nouvelles aventures. Bonne route à D’Livres.

Lancement de La Maison du Livre sur la route réussi cet après-midi à Bernheim
Lancement de La Maison du Livre sur la route réussi cet après-midi à BernheimLancement de La Maison du Livre sur la route réussi cet après-midi à BernheimLancement de La Maison du Livre sur la route réussi cet après-midi à Bernheim
Dans ce passage le transport en bateau du jeune déporté des enchaînés la comédienne a été remarquable. Avec le mouvement des vagues mimé qui pouvait donner le mal de mer.

Dans ce passage le transport en bateau du jeune déporté des enchaînés la comédienne a été remarquable. Avec le mouvement des vagues mimé qui pouvait donner le mal de mer.

Un public attentif et des acteurs du livres bien connus
Un public attentif et des acteurs du livres bien connusUn public attentif et des acteurs du livres bien connus

Un public attentif et des acteurs du livres bien connus

Partager cet article
Repost0

Lancement de : La Maison du Livre sur la route, un camion-librairie itinérant

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Lancement de : La Maison du Livre sur la route, un camion-librairie itinérant

Venez rejoindre les acteurs de ce projet pour le lancement de : "La Maison du Livre sur la route", un évènement mensuel itinérant qui présentera au public l'actualité littéraire calédonienne, avec : des lectures gourmandes, des rencontres d'auteurs et un espace librairie de 16h à 17h00 : pour repartir avec vos coup de cœur !

Animations pour ce lancement le 19 Mai de 13h à 17h à la Bibliothèque Bernheim !

La maison du livre sur la route

Campagne de valorisation des livres calédoniens

Contexte et objectifs

L’une des missions principales de la Maison du Livre de la Nouvelle-Calédonie (MLNC) consiste à valoriser la production littéraire locale et ses acteurs (auteurs, illustrateurs, diffuseurs, éditeurs etc.).

La MLNC engage, pour la première année, une action de promotion originale des livres calédoniens au travers d’un camion-librairie itinérant qui interviendra chaque mois dans une des médiathèques du pays intitulé « La Maison du livre sur la route »

Ce dispositif s’adresse aux médiateurs du livre que sont les personnels des médiathèques tout autant qu’au grand public.

Il compte 4 objectifs :

  • Faire mieux connaître la littérature calédonienne
  • Promouvoir les nouveautés locales
  • Former les professionnels du livre
  • Susciter la vente d’ouvrages locaux

« La Maison du livre sur la route » c’est une opportunité de découvrir les nouveautés littéraires locales :

Un RDV avec la littérature calédonienne un mercredi par mois, avec un camion-librairie, dans une des médiathèques de Nouméa et de l’agglomération.

Le matin est consacré à un temps de rencontre avec les professionnels du secteur du livre, l’après-midi à des présentations d’ouvrages auprès du grand public.

L’entrée est libre et gratuite pour toutes celles et ceux qui voudraient mieux connaître nos livres locaux.

Les prochaines dates des rencontres prévues sont les suivantes :

Jean- Brice PEIRANO : Prestataire de « La Maison du livre sur la route »

« Pour résumer mon parcours, je dirais que les livres ont changé ma vie, à plus d’un titre. Ils m’ont permis de découvrir tellement de choses et, surtout, d’appréhender autrement la Nouvelle-Calédonie.

Les livres ont été au centre de mon cursus universitaire [1] et, depuis près de vingt ans, au cœur de mon parcours professionnel. J’ai été bibliothécaire (discothécaire), diffuseur-distributeur en métropole pour les éditeurs locaux, éditeur pendant six ans – notamment pour les éditions Grain de sable – puis, responsable de la Maison du livre de la N-C [2] pendant dix années. Aujourd’hui, une nouvelle page s’ouvre avec une autre aventure « livresque » sur les routes du territoire comme librairie itinérant sous l’enseigne « D’Lires ambulants – café librairie jeux ». »

[1]       Maîtrise des Arts et de la culture, spécialisation métiers du livre – Université Pierre Mendès France, Grenoble.

[2]        Structure régionale pour le livre et la lecture, sous forme associative.

Partager cet article
Repost0

Jean Vanmai a quitté ses fonctions de président de l’association des écrivains de Nouvelle-Calédonie

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Jean Vanmai a quitté ses fonctions de président de l’association des écrivains de Nouvelle-Calédonie

L’AENC a élu son nouveau président. La rédaction de ce blog félicite le nouveau président, Alexandre Rosada a été élu jeudi 15 avril au cours d’une assemblée générale extraordinaire.

C’était tentant pour votre serviteur de rédiger un billet en soulignant que l’association des écrivains de Nouvelle-Calédonie n’est pas l’association de tous les écrivains. Mais l’édito de Jean Vanmai avant son départ commence par « Née en 1997, sous l’impulsion de Claudine Jacques et de Nicolas Kurtovitch, l’Association des Écrivains de la Nouvelle-Calédonie est la première association à vouloir regrouper les écrivains du Caillou. Son but était d’éviter que les auteurs soient isolés les uns par rapport aux autres, mais de susciter plutôt une forte identité à la littérature calédonienne ».

Alors à bon entendeur, salut car « La critique est aisée, mais l'art est difficile », une locution proverbiale imaginée en 1732 par Philippe Néricault, auteur et comédien dont le nom de scène était Destouche, auteur aussi de « Les absents ont toujours tort ». D’autant que le président sortant, Jean Vanmai, a été un président rassembleur. Il a ouvert Sillages d’Océanie par exemple, la publication annuelle de l’AENC, aux auteurs marginalisés. L’AENC souhaite être l’association des écrivains francophones du sud Pacifique, dit-il.

Alexandre Rosada président océanien d’origine européenne va devoir se surpasser car notre image à l’extérieur, n’est pas très océanienne. La littérature pays reste a inventé peut-être. JP

NB : Photo des présidents Copyright AENC

Lire le bel édito de Jean Vanmai

EDITO (source site de l’AENC qui me pardonnera cet emprunt)

HIER, AUJOUR’HUI ET DEMAIN…

Née en 1997, sous l’impulsion de Claudine Jacques et de Nicolas Kurtovitch, l’Association des Écrivains de la Nouvelle-Calédonie est la première association à vouloir regrouper les écrivains du Caillou. Son but était d’éviter que les auteurs soient isolés les uns par rapport aux autres, mais de susciter plutôt une forte identité à la littérature calédonienne. De sorte qu’au travers de ses productions qu’il soit possible de connaître, par leurs écrits, un véritable courant littéraire propre et original. D’autant plus que la Nouvelle-Calédonie est une terre de métissages et de contrastes qui lui confère ce caractère unique, voire insolite, ne serait-ce d’ailleurs que par les noms ou pseudonymes de ses auteurs (es).

Les plus célèbres historiquement restent bien entendu Jean Mariotti (1901-1975),   Georges Baudoux (1870-1940), voire Alain Laubreaux (1899-1968) et Francis Carco qui avait passé ses dix premières années à Nouméa, Sans oublier Appolinaire Anova Ataba (1929–1966), prêtre kanak originaire de Moméa et premier écrivain kanak de langue française à avoir ouvert l’espace littéraire occupé jusque-là par les écrivains européens.

Jusqu’en 2007, sur une période de 10 ans, l’AENC qui bénéficiait directement des  subventions annuelles en provenance du Gouvernement de la N-C, de la Mission aux Affaires Culturelles, de la Province Sud et de la Marie de Nouméa, entre autres, a régulièrement organisé des manifestations de contact avec le public, ou de participer, en tant qu’association d’écrivains, aux manifestations culturelles organisées par d’autres en Nouvelle-Calédonie ou à l’extérieur de l’île.

Telles que les « Stands de l’Océanie », aux Salons du Livre de Paris, organisés en pool avec nos amis de « Lire en Polynésie ». Et surtout nos nombreuse rencontres au Salon du Livre de Ouessant, qui nous ont permis de nous inspirer pour créer notre propre SILO annuel, bien connu maintenant sur le Territoire.

Or dès la création de la Maison du Livre de N-C, en 2007, ces subventions ont été « fondues dans une masse globale», ce qui nous a privé de toutes actions intérieures et surtout extérieures de l’île. Celles-ci permettaient pourtant de nous rencontrer, de parler de nos projets respectifs et de mieux connaître les auteurs francophones des DOM-TOM, principalement ceux et celles de Tahiti, de la Réunion et surtout de l’étonnante Haïti…

Ces quatre dernières années, malgré nos manques de moyens avérés, nous avons réussi à publier quatre numéros de Sillages d’Océanie, grâce aux cotisations de nos adhérents, des soutiens de Déwé Gorodé du Gouvernement, de la Mairie de Nouméa, de la MAC et de la MLNC (en partie pour les deux derniers numéro).

De plus, avec la publication ainsi que la nouvelle présentation de Sillages d’Océanie, nous avons également entrepris le toilettage de nos statuts et de nos règlements intérieurs. Avec l’adoption d’un logo plus moderne et plus explicatif de ce que nous sommes, ici, écrivains francophones du sud Pacifique.

La future nouvelle équipe qui aura la charge de conduire l’AENC vers un avenir plus prometteur voire de performances littéraires, aura donc à sa disposition cet outil rénové, qui n’attends plus que quelques soutiens pérennes notamment au niveau de la MLNC.

A cela nous espérons pouvoir compter, je l’espère, sur Alice Pierre, bien que la crise   économico-politique et la Covid-19 nous invitent à la prudence.

Un dernier mot toutefois, pour vous avouer que nous n’aurions jamais pu réaliser le beau rêve d’un site rajeuni, moderne et attractif, sans le soutien sans faille de Frédéric Pierrot, notre fidèle et dévoué webmestre, qui a passé des mois pour le créer, l’installer et que vous avez maintenant sous les yeux.

Et ce gratuitement !…

Merci infiniment à l’ami Fred et à vous tous.

Pour terminer, avec ma première mandature qui a duré cinq ans en tant que Président, en plus de celle-ci de quatre ans, nous avons fait avec les différentes équipes qui m’ont entouré, du mieux que nous pouvions afin de mettre aujourd’hui à votre disposition un outil de travail qui ne demande qu’à progresser pour la plus grande gloire de la littérature en générale et celle de notre Caillou en particulier.

Jean Vanmai

Président de l’AENC,

Nouméa le 12 avril 2021.

Partager cet article
Repost0

Le confinement peut vous permettre de découvrir les ateliers d’écriture de Fabienne, une femme en or !

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Le confinement peut vous permettre de découvrir les ateliers d’écriture de Fabienne, une femme en or !

Fabienne Fabre = 81 89 36

http://atelierdecritureeiffel.unblog.fr/

Partager cet article
Repost0

Retour sur la conférence Écrire le Mémorial du bagne calédonien au centre culturel

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Retour sur la conférence Écrire le Mémorial du bagne calédonien au centre culturel
Partager cet article
Repost0

Film : SILO 2020 "Soyons Nature". un beau résumé de Sari Oedin. Des heures d'enregistrement à traiter bravo !

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Image de couverture centre culturel Poménie

Partager cet article
Repost0

SILO 2020 : Lancement d’une nouveauté Jeunesse Kirinata & Doka, héritiers de clans ennemis, Un conte d'Isa Qala, illustré par Nicolas Yann Martin

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

La couverture du livre et Niko au SILO sur le Deck de l'ADCK
La couverture du livre et Niko au SILO sur le Deck de l'ADCKLa couverture du livre et Niko au SILO sur le Deck de l'ADCK

La couverture du livre et Niko au SILO sur le Deck de l'ADCK

Un conte d'Isa Qala, illustré par Nicolas Yann Martin (alias Niko) qui se déroule dans un Pacifique imaginaire : une opportunité de se questionner et d’échanger autour des thèmes de l’amour, du devoir, du conflit et de la liberté…

Pour les enfants à partir de 9 ans aux Éditions De BAS En HAUT

Un bel ouvrage à très petit prix disponible en librairie !

Auriane Dumortier, Yann Martin devant le public du Deck
Auriane Dumortier, Yann Martin devant le public du Deck

Auriane Dumortier, Yann Martin devant le public du Deck

Partager cet article
Repost0

1 2 3 4 5 6 > >>