Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

maison du livre nc

Nouvelle émission littéraire avec Caledonia dès le 22 mai.

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Philippe Boisserand réalisateur avec océane Zobler et Annissa Toussi journalistes en alternance.
Philippe Boisserand réalisateur avec océane Zobler et Annissa Toussi journalistes en alternance.

Philippe Boisserand réalisateur avec océane Zobler et Annissa Toussi journalistes en alternance.

Livre Ensemble, une émission littéraire pas comme les autres

À l’inverse d’une l’émission littéraire « classique » qui s’adresse à des lecteurs réguliers et à des téléspectateurs spécifiques qui ont les bons codes, ce projet a pour ambition de ratisser large et d’essayer de capter, même partiellement, un public de jeunes et de jeunes adultes pour lequel l’objet livre appartient avant tout à l’univers scolaire et constitue même parfois un instrument de « torture ».

La démarche envisagée se veut à la fois pédagogique et didactique, sur la base d’un ton simple et direct

L’émission sera co-présentée par Philippe Boisserand et un des membres de CALEDONIA. Le principe du binôme contribuera au dynamisme de l’émission et permettra une saine opposition générationnelle. 

L’émission, soutenue par la Maison du Livre, tentera à la fois d’assurer la promotion de la production locale et de se décentrer pour parler des livres d’ailleurs. (Extrait du site Calédonia)

Pour donner envie de lire.

Diffusion mercredi 22 mai à 18h20.

 

Ci-dessous, l’interview du réalisateur Philippe Boisserand qui présentera l’émission avec océane Zobler et Annissa Toussi en alternance. Il a pour ambition de donner envie de lire. Ce projet en partenariat avec la maison du livre va offrir aux auteurs la possibilité de s’exprimer une fois par trimestre ou sur une fréquence plus rapprochée si le succès de cette rubrique est au rendez-vous.

 

Tous les acteurs de filière livre vont être ravis par ce beau projet qui fera la part belle aux salons et événements qui démarrent dès juillet avec LÔL pour le livre jeunesse. Rendez-vous le 22 mai pour la première et ce coup d’envoi. JP

 

Lancer une émission littéraire sur Caledonia, n'est-ce pas une sorte de défi ?

Relever des défis, c'est l'ADN de Caledonia. Ce projet est le fruit d'un partenariat entre la chaîne et la Maison du Livre, organisateur du Salon international du livre océanien (Silo) depuis l'an dernier, qui cherchait un relais en télévision. L'émission s'est bâtie en refusant une approche conventionnelle où l'on convoquerait des intellectuels éclairés autour d'une table pour une séance de remue-méninges. C'est ainsi qu'a pris forme un concept de rencontres avec des auteurs, des lecteurs et des professionnels du livre dans un format dynamique et sur la base d'une présentation à deux.

Quelle est l'ambition de Livres ensemble ?

À l'inverse d'une émission littéraire classique conçue pour des lecteurs réguliers, Livres ensemble s'adresse à un large public, y compris celles et ceux qui n'ouvrent un livre que très rarement. Ce nouveau rendez-vous trimestriel se veut à la fois singulier et sans prétention, ouvert à toutes les formes d'écriture et à l'ensemble de nos téléspectateurs, même ceux qui préfèrent la chasse, la pêche ou la cuisine à la lecture. D'ailleurs, la rubrique « Qu'est-ce que vous lisez en ce moment ? » va permettre de se rendre compte que les gens du pays sont aussi des lecteurs.

 

Quel type de littérature allez-vous mettre en avant ?

Nous allons évidemment faire la part belle à la production locale. Mais il n'est pas question de s'enfermer dans une insularité mortifère. Au gré des occasions et des salons, nous tenterons de nous décentrer pour parler également des livres d'ailleurs.

 

Livres ensemble : Pourquoi ce titre ?

C'est une émission locale, faite par et pour des gens d'ici. On a donc cherché un clin d'oeil qui ne laisse aucun doute sur le fait que nous sommes bien sur Caledonia et non sur Arte. On a sollicité l'ensemble de nos collaborateurs pour trouver un titre porteur qui reflète notre ambition et le positionnement de la chaîne. Un consensus s'est rapidement dégagé autour de « Livres ensemble », qui semble aujourd'hui particulièrement approprié puisque la mise à l'antenne du premier numéro intervient juste après les Provinciales, une période nécessairement clivante. (Source Maison du Livre)

Mercredi 22 mai, à 18h20, sur Caledonia.

Publié dans Maison du livre NC

Partager cet article
Repost0

La maison Célières nouveau Foyer calédonien

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Photo de 2016

Photo de 2016

L’association Témoignage d’un passé  ATUP proposait déjà depuis quelques années des après-midi « Thé et souvenirs à la maison Célières » comme relaté dans cet article de 2015 sur ce blog. L’ancienne maison du livre avait connu ses heures de gloires lorsque de nombreuses manifestations et surtout le tournage et l’enregistrement de l'émission radiophonique et télévisée "Des Livres et nous" à l’époque du président de l’association monsieur Frédéric Ohlen se faisaient régulièrement.

L’ATUP avait passé une convention avec la MLNC afin d'assurer l’animation et la valorisation de l’aspect patrimonial et historique de la Maison Célières. Ce n’est plus le cas depuis novembre. La gestion est désormais confiée à l’association Témoignage d’un passé, la villa Célières devient le Foyer calédonien.

Créée en 2007, La Maison Célières - Maison du Livre de la Nouvelle-Calédonie (MC-MLNC) était une association Loi 1901 en faveur des acteurs de l'écosystème du livre et de la lecture.

Emblème du patrimoine architectural calédonien, la Maison Célières appartient à la Ville de Nouméa. Classée puis restaurée, la Maison Célières avant de devenir Foyer calédonien abritait les bureaux et les activités de la Maison du Livre. La MLNC a rouvert ses portes à la "Tour Eiffel du Livre" (étage de la salle Eiffel, bibliothèque Bernheim).

En 2014 LNC annonçait que c’est, en milliards de francs, le montant total chiffré pour rénover la totalité de la bibliothèque Bernheim, des travaux programmés pour 2015. En comptant les jardins attenants, les lieux s’étalent sur plus de 2000 m². Ces travaux n’ont semble-t-il pas été réalisé et la question qui se pose : est-ce que la salle Eiffel est bien adaptée pour recevoir du public. JP

Extrait de l’article LNC du La villa Célières est renommée Foyer calédonien

A-C.P | Crée le 06.04.2018 à 07h52 | Mis à jour le 06.04.2018 à 07h52

FAUBOURG-BLANCHOT. Depuis 2009, elle abritait la Maison du livre. Ce n’est plus le cas depuis novembre. Sa gestion étant confiée à l’association Témoignage d’un passé, la villa Célières devient le Foyer calédonien.

C’est un projet porté par Sonia Lagarde. Confier la gestion de la villa Célières, qui a hébergé la Maison du livre de 2009 jusqu’à la fin de l’année dernière, avant son déménagement pour la salle Eiffel à la bibliothèque Bernheim, à l’association Témoignage d’un passé (Atup). Cette dernière en occupait déjà une salle et y organisait des expositions. Mardi soir, en conseil municipal, les élus ont adopté la délibération proposant de changer le nom du lieu en vue de sa future mission. C’en est fini de la villa Célières, la célèbre bâtisse coloniale de la rue du Port-Despointes s’appelle désormais le Foyer calédonien. Sonia Lagarde s’en est expliquée en séance. « Atup y travaillait déjà, et en plus, c’est une association vivace en termes de préservation du patrimoine. Il y aura des animations, des cousinades dans le jardin, Atup sait parfaitement perpétuer la mémoire de nos pionniers. » L’association sera chargée de l’accueil et de l’animation du lieu, dont les horaires d’ouverture au public doivent être élargis.

Retrouver la maison d'époque

L’association travaille à la reconstitution des pièces de vie telles qu’elles étaient à l’époque, la salle à manger, le salon, la chambre d’enfant et le cabinet de toilette, avec du mobilier ayant appartenu aux Célières. Objectif ? Créer un parcours de visite. Guide, flyer, et témoignages audio sont prévus dans le cadre de la visite. Les jardins doivent également être aménagés, avec chemins piétonniers accessibles aux personnes à mobilité réduite et plantation d’essences locales. Le site veut s’ouvrir à tous les Calédoniens, mais aussi aux scolaires et aux touristes. Un rapprochement avec les city bus est notamment envisagé. Aucune date officielle n’est avancée pour l’ouverture.

Au temps des Livres et Nous photos de JP
Au temps des Livres et Nous photos de JP

Au temps des Livres et Nous photos de JP

Publié dans Maison du livre NC

Partager cet article
Repost0

Les émouvants discours du président de la maison du livre Frédéric Ohlen

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

M. Frédéric Ohlen, président depuis la création en 2007 a laissé sa place à un autre ecrivain reconnu, M. Nicolas Kurtovitch (relais de l'association des écrivains).
Frédéric Ohlen au dernier SILO avec Titaua Peu, il avait prédit sa réussite avec l'ouvrage PINA. Frédéric est un grand connaisseur ! Photo JP


Le reste du bureau de la Mlnc est le suivant :
• 1ere Vice-présidente, Mme Juliette Maes au titre de Lire en Calédonie 
• 2d Vice-présidente, Mme Françoise Cayrol au titre de l'Université de la Nouvelle-Calédonie
• Secrétaire, M. Philip Markham au titre des amis de la reliure
• Trésorier, Melle Valérie Chardonnet au titre du Sci-fi club.
Ce bureau est élu pour la fin du mandat en cours jusqu'à décembre 2018.
Nous remercions chaleureusement l'ancien président pour son investissement pendant 10 ans, sa bienveillance et sa grande générosité.
Nous remercions également l'ancien trésorier, M. Manuel Touraille au titre de l'ADAMIC pour son engagement.
(message de la nouvelle direction MLNC)

Photo MLNC

Photo MLNC

La MLNC a réouvert ses portes à la "Tour Eiffel du Livre" (étage de la salle Eiffel, bibliothèque Bernheim), l’inauguration des nouveaux locaux s’est déroulée mercredi soir.

DISCOURS PRONONCÉ LE SAMEDI 4 NOVEMBRE 2017

DANS LES JARDINS DE LA MLNC

Mesdames, Messieurs,

Chers amis de la Maison du Livre,

La nostalgie n’est pas mon fort. J’ai toujours préféré le pas qui suit au pas qui précède, toujours, j’ai préféré en-visager l’avenir au lieu d’encenser le passé. Mais vous me permettrez de faire, pour cette fois, une exception. N’en déplaise aux grincheux, à ceux que terrassent ipso facto l’inertie et l’indifférence, la violence et les difficultés, la vie ne m’a jamais paru absurde et sans issue. Il n’y avait que deux façons de servir la Clarté : enseigner et transmettre aux plus jeunes les valeurs que j’avais reçues de mes proches par le sang ou l’Esprit, et, là où les sociétés et leurs autorités de toutes sortes persistent à ignorer les lacunes et les cris, fédérer des êtres de bonne volonté pour tenter de faire quelque chose.

On ne peut être libre seul et mener, humainement et artistiquement, ses propres combats. Fort de ce constat, j’ai consacré trente ans et plus de mon existence à rassembler des gens formidables, ceux qui pensaient que marcher ensemble rendait possible tous les miracles. Ces tresses improbables, à ma grande surprise, ont perduré après moi. De cette histoire secrète, je voudrais vous dire brièvement quelques mots.

Ce furent d’abord trois décennies extraordinaires. 1974-1984 où nous avons, à l’enseigne du club La Gourmette, redonné ses lettres de noblesses à l’équitation en Nouvelle-Calédonie : création des premiers concours complets, des premiers critériums et championnats interclubs, introduction du horse-ball, de la voltige équestre, des carrousels liant en musique, avant les Zingaro et Bartabas, cavales et cavaliers. Puis, de 1987 à 1997, vint l’ère du Sci-Fi Club quand, par le jeu, le cinéma, la littérature, cette aspiration à plus vaste que soi trouvait pour beaucoup une réponse concrète. Puis il y a dix ans, dans la salle Eiffel de la bibliothèque Bernheim, là même où nous allons prochainement revenir, nous fondions la Maison du Livre et prenions possession de ce bâtiment de bois et de brique tout juste restauré. Une demeure enfin accessible, offerte à chaque Calédonien. Car oui, ce pays a des choses à (nous) lire et à (nous) dire ! Un message tout simple qui a encore ses négationnistes et ses détracteurs.

Dix ans ! Une collection d’instants, de moments uniques… Je n’ai rien oublié. Soixante enfants riant et se pâmant un samedi matin, non devant Guignol, mais face au Nez de Nicolas Gogol. Yves Duteil dédicaçant notre Livre d’or pour nous « emmener vers demain ». Notre manguier magique qui fait pleuvoir ses fruits sur quelques récalcitrants de la syntaxe. Tous ces textes résonnant sur les ondes à la place des horoscopes. Un violoncelle sculptant les sanglots d’un aigle-pêcheur. Les totems du sieur Lôter comme autant d’échelles posées contre le Ciel. Les lapins et les chats, les poules et les vagabonds demandant asile à nos vérandas. Les verres de l’amitié jusqu’à pas d’heure au milieu des pizzas. Les plumes en résidence sommées de produire sous le diplôme roussi de vieillesse d’un certain Jean Mariotti. Les pommes-Cythère que les gamins s’arrachent. Les heliconias dévorés par une armée de sauterelles géantes. Les livres, donnés par tonnes, s’empilant à l’accueil. La voix du vieux Pebou ou d’un Nono chouchou du général Patch. La visiteuse avouant qu’elle dormait là, « à l’époque », dans tel coin de parquet, au fond du couloir. Les cailloux des voyous ricochant sur les tôles. Les voleurs d’eau, les tagueurs de porte, ceux qui inventent et ceux qui rêvent. Un monde. Oui, un monde, une écologie. Avec ses loups, ses fauves, ses passants.

Il y eut, bien sûr, d’autres aventures, moins connues, plus transversales – mais tout aussi abouties, et désormais assez adultes pour aller leur chemin en oubliant qui, jadis, les a cœur à cœur pétries avant même qu’elles ne naissent… J’ai confiance dans leur destin, dans leur aptitude à imaginer, à agir, à ne surtout pas déclarer forfait en proclamant la vanité de tous nos efforts.

Il ne suffit pas de réussir, de mener à bien ses projets personnels en publiant une œuvre qui a trouvé tous comptes faits son public et se diffuse dans tout l’espace francophone, y compris en Afrique et dans le Maghreb. Il ne suffit pas non plus, sur le plan professionnel, d’accéder tardivement aux plus hautes fonctions en faisant prévaloir un instant ses idées sur la langue, sa capacité de résilience, ses divers modes d’apprentissage.

La vie, comme le roman, sont les lieux privilégiés de l’impossible. Alors, osons défier encore, nos petits livres en main, le Néant et la stupidité, lutter jour après jour contre toutes les formes de surdité et d’aveuglement. Vous le savez depuis Lucilius, et ces lettres que lui adressait ce rabat-joie de Sénèque pour le convertir au stoïcisme : « Ce n'est pas parce que les choses sont difficiles que nous n'osons pas, c'est parce que nous n'osons pas qu'elles sont difficiles. »

J’ai foi dans le tandem Nicolas–Jean-Brice pour écrire la suite. Et je vous demande à tous, non pas « de vous arrêter »…, mais de leur apporter votre concours – pas seulement de vagues acquiescements ou des agréments donnés du bout des lèvres. Avec toute ma force de conviction, avec toute ma reconnaissance pour ceux, nombreux, qui nous ont soutenus et suivis, je dis aujourd’hui au revoir à la Maison du Livre et longue vie, très longue vie à la future Tour Eiffel des livres !

         Frédéric Ohlen

Image d'illustration photo du net modifiée

Image d'illustration photo du net modifiée

DISCOURS PRONONCÉ LE MERCREDI 13 DÉCEMBRE 2017

DANS LES JARDINS DE LA BIBLIOTHÈQUE BERNHEIM

Mesdames et Messieurs,

Chers amis de la Maison du Livre,

Longtemps, je me suis levé de bonne heure. Sans l’avoir jamais recherché,  par pur tempérament, par une sorte d’élan qui m’est tout naturel, et quels que soient ma fatigue ou mes soucis, je m’éveille à la pique du jour. Je suis de ceux qui, après quelques heures de sommeil, aiment voir à l’Est surgir le soleil, de ces amateurs de bons mots qui se damneraient pour un bon début et pour qui la discrétion, la fraîcheur de l’aube valent cent fois l’emphase des crépuscules. Mais dans la vie, comme dans les livres, il faut savoir conclure. Certaines fins sont aussi des naissances. Elles seules donnent un sens à ce qui fut semé.

Aujourd’hui, un cycle s’achève. Un autre commence. La Maison du Livre a mué. Voyez ! La chenille sort de son cocon, vole du Port-Despointes au Centre-Ville pour à nouveau battre des ailes. Il a suffi d’une poignée de semaines pour que nous passions d’un site historique, habité et animé durant une décennie,  à un bâtiment hors norme lui aussi : l’ancien pavillon de la Nouvelle-Calédonie à l’Exposition universelle de 1900, démonté et remonté grâce à la générosité d’un mineur mécène, pour devenir cette bibliothèque où nous sommes.

On a oublié le nom de son architecte. En revanche, on a retenu, et pour cause, celui du concepteur de sa structure. Même un béotien traversant l’étage ne peut manquer de remarquer entre ces boulons rivés à chaud, ces croisillons, ces entretoises, une ressemblance frappante avec un monument en son temps très contesté, cette tour symbole même de l’Esprit nouveau. Et quelle fierté de demeurer désormais liés à ce « A » de fer né des ateliers Eiffel à Levallois-Perret.  Là même où naquirent la Statue de la Liberté, le viaduc de Garabit ou l’une des gares de Budapest !

Avoir un toit, certes, c’est capital. Et c’est bien ce que nous célébrons ce soir. Mais nos missions vont bien au-delà de ces murs. Lire et faire lire, inciter à écrire et à publier, de mieux en mieux et de plus en plus en tous lieux de la Grande Terre et des Îles. Un pays se construit – aussi – par les mots qu’il pose, par ceux qu’il tresse ici et là-bas pour témoigner du passé et inventer l’avenir. « Ma tâche, disait Senghor, est d’éveiller mon peuple aux futurs flamboyants / Ma joie de créer des images pour le nourrir, ô lumières rythmées de la Parole ! » (Élégies des Alizés, 1935).

Car un jour, comme dans l’acte IV de La Tempête, nos divertissements seront finis. Nous nous dissiperons dans l'air subtil. Tous nos fantasmes sans assises, tous nos temples solennels se dissoudront, ils s'évanouiront sans laisser derrière eux ne fût-ce qu'un brouillard. Oui, nous sommes de la même étoffe que les songes,  et notre vie infime est cernée de sommeil... Demain, seuls en témoigneront  nos chants s’ils portent en eux assez de force pour dire l’Homme, tout l’Homme, et le mettre debout.

Faut-il pour le comprendre avoir reçu le sceau des écoles ou des Églises ?  Rien n’est moins sûr. Souvent les gens fonctionnent à l’instinct. Sans peine  ils séparent l’essentiel de l’accessoire, et devinent d’emblée, sans cours, sans discours, l’importance de certains actes : planter un arbre après les flammes,  les cyclones ou les tsunamis, aimer la vie, s’aimer soi loin des colériques, et puis  – au nom de quelle folie douce ? – concevoir un enfant, le créer de sang ou d’encre malgré l’époque, Daech et la mer qui monte, le guider ensuite, à deux ou à mille, pour lui offrir le monde et son intangible beauté.

En coupant le ruban tout à l’heure, nous y penserons. Nous ouvrirons un espace pour nous agrandir, pour « lier le visible et l’invisible ». Vous qui entrez ici, ne perdez pas tout espoir. Redevenez le gosse qui s’émerveille de voler sur une balançoire  – et sait qu’il peut toucher le ciel.

Frédéric Ohlen

[1][1] Une balançoire vertigineuse a été installée au beau milieu de la salle Eiffel ! Venez l’essayer… !

La maison Célières, une photographie de Joël PAUL. C'était le bon temps !

La maison Célières, une photographie de Joël PAUL. C'était le bon temps !

Publié dans Maison du livre NC

Partager cet article
Repost0

Appel à contribution pour un recueil de nouvelles Vanuatu/Nouvelle-Calédonie

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Appel à contribution pour un recueil de nouvelles* Vanuatu/Nouvelle-Calédonie, qui donnera lieu à une publication 2018, à l'occasion du 3e salon du livre PIROGUE (Port-Vila).

- Thème : Jeunesses et égarements.

- Charge de texte : 5 à 15 pages (max 21 000 signes).

- Délais : jusqu'au 10 décembre 2017.

* Action culturelle de coopération interrégionale, assurée par l'Ambassade de France du Vanuatu, l'Alliance Française du Vanuatu et la Maison du Livre de la Nouvelle-Calédonie.

Cliquez sur les images pour obtenir plus de vissibilité
Cliquez sur les images pour obtenir plus de vissibilitéCliquez sur les images pour obtenir plus de vissibilité

Cliquez sur les images pour obtenir plus de vissibilité

Publié dans Maison du livre NC

Partager cet article
Repost0

L’énigme de la maison Célières pour la nuit des musées

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Photos de Joël PAUL
Photos de Joël PAUL

Photos de Joël PAUL

Retrouver un voleur de piano à l’occasion de la nuit des musées était le thème du jeu de piste proposé aux visiteurs de la maison Célières, notre maison du livre.

Des personnages historiques comme le couple Blanchot, les Petites Sœurs des Pauvres, le photographe Young Norton et l’institutrice de l’école du Faubourg joués par les bénévoles de l’ATUP étaient remarquables. Cette belle soirée a attiré beaucoup de monde. Elle se renouvelle chaque année pour le bonheur des Calédoniens. JP

Et 10 autres photos de Joël Young PAUL
Et 10 autres photos de Joël Young PAUL
Et 10 autres photos de Joël Young PAUL
Et 10 autres photos de Joël Young PAUL
Et 10 autres photos de Joël Young PAUL
Et 10 autres photos de Joël Young PAUL
Et 10 autres photos de Joël Young PAUL
Et 10 autres photos de Joël Young PAUL
Et 10 autres photos de Joël Young PAUL
Et 10 autres photos de Joël Young PAUL

Et 10 autres photos de Joël Young PAUL

Publié dans Maison du livre NC

Partager cet article
Repost0

CONCOURS PHOTO « LIVRE VOYAGEUR / LÂCHER DE LIVRE », les lauréats.

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Voici le nom des lauréats ainsi que leurs photographies.

Amir Atika, pour « Rue des bons-enfants » :
1 bon de 10 000 F à la librairie Calédo-Livres
CONCOURS PHOTO « LIVRE VOYAGEUR / LÂCHER DE LIVRE », les lauréats.
Joël Paul pour « Livres voyageurs, place des cocotiers » :
1 bon de 5 000 F à la librairie Calédo-Livres

Merci également aux autres participants.

"...Lire c'est voyager...Voyager, c'est lire.. »

Victor Hugo

NB : En tant que fils de boulanger élevé dans un fournil et ayant commencé ma vie active par ce métier, je me réjouis de voir la photo d’Amir Atika au-dessus de la mienne. Merci à Caledo Livres pour les bons cadeaux. Joël PAUL

NB : En tant que fils de boulanger élevé dans un fournil et ayant commencé ma vie active par ce métier, je me réjouis de voir la photo d’Amir Atika au-dessus de la mienne. Merci à Caledo Livres pour les bons cadeaux. Joël PAUL

Ce concours était organisé par la maison du livre de Nouvelle-Calédonie

Ce concours était organisé par la maison du livre de Nouvelle-Calédonie

Publié dans Maison du livre NC

Partager cet article
Repost0

Les enfants d’hier racontent leurs souvenirs du Faubourg à la maison Célières

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Marie-Claire Mary

Marie-Claire Mary

Les enfants d’hier racontent leurs souvenirs du Faubourg avec une belle exposition dans la salle principale de la maison du livre. Il n’y avait pas meilleur lieu pour la faire. La Maison Célières est l’endroit idéal. Elle est toujours aussi attrayante malgré le cyclone Cook qui a malmené son jardin.

L’Association Témoignage d’un passé a beaucoup travaillé pour rassembler les souvenirs des enfants du quartier. Le public, dès aujourd’hui, s’est rendu nombreux pour découvrir les photos et les objets exposés. Dix panneaux numérotés composent principalement cette exposition. Un thé souvenirs a été offert aux visiteurs.

Marie-Claire Mary a mis près plus d’un an à constituer cette exposition témoignage sur l’enfance au Faubourg-Blanchot, et dans laquelle tout un chacun pourra se reconnaître. Elle guide et explique aux visiteurs avec son imperturbable sourire.

L’ATUP qui partage les lieux avec la maison du livre aimerait développer des animations, orientées littérature en complément de l’exposition. Cette exposition est vivante et va surement évoluer. JP

Dans un article des Nouvelles Calédoniennes de ce jour 19 avril 2017de Joanna Jullien, monsieur Yves Mermoud le président de l’ATUP lui a fait quelques confidences (court extrait ci-dessous)

… « On est tous très impliqués sur la Maison Célières, et beaucoup d’entre nous sont originaires du Faubourg-Blanchot. Grâce à cette exposition, on retrouve l’esprit des lieux qu’on a connus [...] Là où on s’amusait, comme les collines herbeuses du quartier où nous avons usé nos fonds de culottes », se réjouit Yves Mermoud, le président d’Atup.

Passionnée et méticuleuse, Marie-Claire Mary a fait appel à ceux qui ont déjà contribué aux précédentes expositions de l’association, mais aussi aux archives de la Ville, surtout pour les photos. Comme Yvonne, sa propre mère, arrivée à l’âge de cinq ans, avec ses parents, dans le quartier… Le fil de l’histoire s’écrivant au quotidien, les témoignages et photographies d’autres « Enfants d’hier » sont également les bienvenus. Tout comme les objets d’époque, qui pourraient bientôt venir agrémenter l’exposition…

Inscriptions et renseignements au 77 83 73 et en envoyant un e-mail à : atupnc@lagoon.nc ; Page Facebook : Atupnc. L’Association Témoignage d’un passé (Atup) organise par ailleurs des visites guidées chaque 2ème mercredi du mois.

Les horaires

Du mardi au jeudi, de 14 heures à 16 heures, le vendredi de 13 h 30 à 15 heures, le 1er samedi du mois de 9 h 30 à 11 h 30 et de 14 heures à 16 heures.

Des photos JP de cette première
Des photos JP de cette première
Des photos JP de cette première
Des photos JP de cette première
Des photos JP de cette première
Des photos JP de cette première
Des photos JP de cette première
Des photos JP de cette première

Des photos JP de cette première

Publié dans Maison du livre NC

Partager cet article
Repost0

Les Journées Internationales du Livre Voyageur avec la Caravane des Livres de la MLNC !

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Les Journées Internationales du Livre Voyageur avec la Caravane des Livres de la MLNC !
Les Journées Internationales du Livre Voyageur avec la Caravane des Livres de la MLNC !
La Caravane des Livres de la MLNC a investi la place des cocotiers aujourd’hui avec Jean de Bouc conteur, Sylvain Lorgnier conteur et comédien, Marie M. comédienne, Slimane, slameur et Sikin musicien et bibliothécaire pour distribuer des mots voyageurs.
Une belle initiative le jour de l’ouverture de la semaine de la francophonie. D’autres interventions sont prévues à l'UNC etc. Suivez la caravane et faites le plein de livres GRATUIT !
Les Journées Internationales du Livre Voyageur avec la Caravane des Livres de la MLNC !Les Journées Internationales du Livre Voyageur avec la Caravane des Livres de la MLNC !Les Journées Internationales du Livre Voyageur avec la Caravane des Livres de la MLNC !
Les Journées Internationales du Livre Voyageur avec la Caravane des Livres de la MLNC !Les Journées Internationales du Livre Voyageur avec la Caravane des Livres de la MLNC !

Publié dans Maison du livre NC

Partager cet article
Repost0

Rencontre-débat avec Walles Kotra autour de son ouvrage Nidoïsh Naisseline, de cœur à cœur

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Nidoïsh Naisseline Capture d'écran sur NC 1

Nidoïsh Naisseline Capture d'écran sur NC 1

L’équipe de la Maison du Livre de la NC et la Librairie Calédo-Livres ont le plaisir de vous inviter jeudi 2 février 2017 à partir de 18 h à la Maison du Livre NC / Célières pour une soirée rencontre-débat avec Walles Kotra autour de son ouvrage :
Nidoïsh Naisseline, de cœur à cœur (éd° Au vent des îles, 20016)

Modérateur : Virginie Soula _ L’intervenant : Walles Kotra

Nidoïsh Naisseline était chef coutumier, militant indépendantiste à l’origine des « Foulards Rouges ». Figure de la vie politique et économique de la Nouvelle-Calédonie, il aura marqué son époque autant que les mémoires.

Ce troisième ouvrage d’entretiens réalisé par Walles Kotra nous ouvre non seulement le cœur d’un homme d’exception tant par son rôle au sein de la coutume kanak que par le parcours qui le conduisit au côté de Jean-Marie Tjibaou et au sein des instances décisionnelles de la Nouvelle-Calédonie. Un parcours de chef, de décideur, mais aussi d’homme, sensible, profond, interrogeant perpétuellement le présent et l’avenir. Cette voix constitue aujourd’hui une mémoire essentielle et inédite qui résonnera encore longtemps en Nouvelle-Calédonie mais aussi auprès de tous ceux qui s’intéressent à l’avenir des peuples autochtones dans le monde contemporain.

Plus 

Walles Kotra, journaliste originaire de l’île de Tiga en Nouvelle-Calédonie, est directeur exécutif chargé de l’Outre-mer au sein du groupe France Télévisions.

Journaliste formé à l’École supérieure de journalisme de Lille, il revient en Nouvelle-Calédonie en 1981 où il intègre la rédaction de RFO (Radio France Outremer).

Il couvre alors les évolutions politiques de l’époque et notamment la signature des accords de Matignon-Oudinot.

Il est l’auteur de Conversations calédoniennes, entretiens avec Jacques Lafleur et Antoine Kombouare, paroles d’un footballeur (Au vent des îles, 2009 et 2014) ainsi que de plusieurs films documentaires portant sur l’histoire et la société calédonienne.

S’intéressant également de près aux problématiques du Pacifique, il est le promoteur de l’Université de la communication de l’Océanie en Nouvelle-Calédonie et du Festival international du film documentaire océanien (FIFO) en Polynésie française.

Avec ce troisième ouvrage d’entretiens, il poursuit son observation de la société calédonienne et des mutations du monde kanak dans laquelle il s’est engagé dès 1981 et, respectant la culture orale à laquelle il appartient, se fait passeur de paroles.

Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles.

Couverture du livre

Couverture du livre

Publié dans Maison du livre NC

Partager cet article
Repost0

La Nuit de la lecture à la maison du livre de Nouvelle-Calédonie

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Visuel Nuit de la lecture 2017- conception graphique Nicolas Portnoï (1)

Visuel Nuit de la lecture 2017- conception graphique Nicolas Portnoï (1)

LA NUIT DE LA LECTURE, SAMEDI 14 JANVIER 2017 À LA MAISON DU LIVRE NC/CÉLIÈRES, À PARTIR DE 17 H.

Au PROGRAMME de cette soirée étoilée, des lectures pour voyager dans nos imaginaires, des paniers et malles à lectures (pour piocher des textes à lire), espace familial/détente, espace restauration et quelques petites surprises pour vous saluer en ce début d'année 2017 :

De 17 h / 19 h : lectures pour le jeune public et les familles (dans les différents genres littéraires).

De 19 h / 22 h : lectures de littérature (poésie, slam, extraits de roman ou de nouvelle...).

Chers lecteurs motivés à participer, merci de nous contacter dès à présent auprès de Auriane Dumortier : debasenhaut@mls.nc ou de l'accueil de la MLNC : 28 65 10.

Clôture des inscriptions des "lecteurs officiels" le vendredi 6 janvier.

Toutefois, des créneaux seront réservés aux lectures libres qui se manifesteront le jour J.

ÉDITO DE LA MINISTRE

Pour sa première édition, le 14 janvier 2017, la Nuit de la lecture mobilise dans toute la France le monde du livre - bibliothèques, libraires, auteurs, éditeurs - afin de proposer au public un événement populaire autour de la lecture.

Audrey Azoulay © Ministère de la Culture et de la Communication

Source de connaissance, la lecture est un acte de liberté et une porte d’entrée sur l’imaginaire. Pour Voltaire, dans L’Ingénu, elle « agrandit l’âme » tandis que pour Louis Aragon dans Blanche ou l’oubli elle « jette sur la vie une lumière ». Surtout la lecture n’est jamais plus belle que lorsqu’elle se partage et qu’elle réalise ainsi le vœu de Marcel Proust d’être « une amitié ».

Forte de toutes ces promesses, la lecture demeure aussi la pratique culturelle la plus accessible. Plus grande entrée sur la culture, sur la réflexion et sur la réconciliation, elle est une chance unique pour notre démocratie. Pour cette raison, nous avons souhaité étendre les horaires d’ouverture des bibliothèques, notamment le soir et le week-end, afin d’en ouvrir plus grand les portes. C’est à ce même objectif que la Nuit de la lecture est appelée à contribuer.

Dans leur grande diversité, les 16 000 bibliothèques sont ainsi appelées à s’affirmer comme des lieux de rencontre, de débat et de partage. La Nuit de la lecture permettra à chacune et à chacun de mieux appréhender ces établissements ainsi que les librairies comme des lieux de vie, ouverts à tous.

Nous en avons, je crois, le besoin urgent. Et cette date du 14 janvier, parce qu’elle appelle aussi à se souvenir des attentats de Charlie Hebdo, nous le rappelle avec émotion et avec force. Elle nous renvoie directement à la nécessité de demeurer rassemblés, dans la liberté, dans la culture, face à l’obscurantisme, à l’ignorance. À cela s’ajoute l’actualité de la seconde rentrée littéraire qui chaque année met au premier plan le talent des auteurs, la richesse des lettres en France.

Cette Nuit de la lecture sera, je l’espère, avec ses ateliers, ses parcours, ses nombreuses activités, un écho de la beauté et de la diversité de la littérature et de son public. Je remercie l’ensemble des acteurs de ce premier rendez-vous pour leur engagement et vous souhaite à tous de passer une belle soirée en compagnie des mots qui se dévoileront à vous de toutes les manières dans la nuit du 14 janvier.

Audrey Azoulay Ministre de la Culture et de la Communication

La Nuit de la lecture à la maison du livre de Nouvelle-Calédonie

Publié dans Maison du livre NC

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 > >>