Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

poesie

L’Entreligne chez Calédo Livres avec Dominique Marinet-Carrier

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

L’Entreligne chez Calédo Livres avec Dominique Marinet-Carrier

Dominique Marinet-Carrier présentait Les constellations du frangipanier aux éditions Spinelle, une parution de 2022 chez Calédo Livres avec café et viennoiseries pour les gourmands. Une rencontre-dédicace qui semble séduire le public est de plus en plus nombreux chaque samedi.

Dans ce recueil de 85 poèmes, dont la majorité est dédiée à la Nouvelle-Calédonie, Dominique Marinet-Carrier célèbre la vie. Sa poésie est gaie, inventive, parfois espiègle, colorée et lumineuse. Ses verts courts, accomplis et fluides, sont un enchantement pour tous les âges.

Un ouvrage vendu 1 995 XPF TTC chez Calédo Livres

Ci-dessous, deux poèmes tirés au sort en ouvrant le livre sur les 85 de recueil.

 

Vale

 

Orgueilleuse tutelle

de la poussière et du bruit

 au-dessus d'une piste patiemment défoncée

 l'usine autel sans encens

 cache un vacarme de ferraille

 dans les volutes de ses fumées.

 Usine guerrière

 au panache blanc

 copié-collé sur celui d'Henri IV.

 

La terre définitivement privée

 de l'ancienne plaine

 ne fait plus les gestes de la coutume

 entre le vent venu ici lécher

 sa peau couleur de sang

 et les frêles orchidées blanches.

 

Celles qui plantaient justement là

 en pleine terre sauvage

 leurs sagaies fleuries.

 

Le notou

 

Dans le serré de la forêt

 orchestre invisible des esprits

 le notou lance

 son chant de contrebasse.

 Les vieux l'affirment :

 tout est bon

 dans la chair de sa musique.

Des auteurs et des amis de la poétesse ont fait le déplacement ce matin
Des auteurs et des amis de la poétesse ont fait le déplacement ce matinDes auteurs et des amis de la poétesse ont fait le déplacement ce matin
Des auteurs et des amis de la poétesse ont fait le déplacement ce matin

Des auteurs et des amis de la poétesse ont fait le déplacement ce matin

Dominique et son époux

Dominique et son époux

Publié dans Poésie

Partager cet article
Repost0

Haïbun de Ouessant de Nicolas Kurtovitch

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Haïbun de Ouessant de Nicolas Kurtovitch
Haïbun de Ouessant de Nicolas Kurtovitch

Le dernier livre de notre romancier poète vient de paraître. Encore un ouvrage qui consolidera les assises du phare de la littérature calédonienne. Toujours sur les hauteurs. Du phare du Creac'h à Ouessant ou du mont Koghi en Nouvelle-Calédonie, il assure, se bonifie au fil du temps. JP

Date de parution 17/03/2022 - Editeur VENTS AILLEURS

Nicolas et Isabelle Le Bal en 2019 à Ouessant

Résumé

Du phare du Creac'h à Ouessant au mont Koghi en Nouvelle-Calédonie, Nicolas Kurtovich façonne un pont d'émotions au plus haut du monde, étonné d'être ce témoin amoureux où les êtres, terres, landes, roches et montagnes se confient à lui. Des falaises bretonnes aux rives de la Grande-Terre, on l'accompagne dans ce voyage imaginaire en creux et en surplombs. D'une brume à l'autre, d'une mer à l'autre, de l'observation minutieuse et délicate de son entourage immédiat au foisonnement d'une poésie sensible, il nous montre que d'un lieu on peut aimer, chérir, embrasser tous les autres, quel que soit le pays, quel que soit le continent.

Haïbun de Ouessant de Nicolas Kurtovitch

Prix : 1 450 XPF TTC 

« Haïbun de Ouessant » a été écrit lors d’une résidence au sémaphore du Creac’h à Ouessant, de l’écrivain calédonien Nicolas Kurtovitch.

Le haïbun est une composition littéraire mêlant prose et haïku.

 

Un beau commentaire de Thierry Charton

"Le dernier livre de Nicolas Kurtovitch est un texte d'une grande beauté, un livre majeur dans son œuvre poétique."

A suivre dans un prochain billet, une surprise une résidence à la Cite Internationale des  Arts dans le Marais…

Identité et historique de la résidence d'écrivain à Ouessant

http://www.livre-insulaire.fr

Historique et missions L'association Culture, arts et lettres des îles (CALI) œuvre pour la promotion de la littérature insulaire ; elle organise des évènements tel que le Salon du livre insulaire et publie une revue de littérature insulaire, L'Archipel des lettres.

Elle reçoit des écrivains insulaires pour des résidences de création longue durée au Sémaphore du Créac'h, en partenariat avec le Conseil départemental du Finistère, propriétaire du lieu.

Structure organisatrice Association CALI

Partenaires Conseil régional et DRAC de Bretagne, Conseil départemental du Finistère, Mairie d'Ouessant

Du même auteur

Du même auteur

Publié dans Poésie

Partager cet article
Repost0

Cœur À Corps. De la Poésie de Fabienne Chéné

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Cœur À Corps. De la Poésie de Fabienne Chéné
Fabienne Chéné à droite sur la photo à l'Anse Vata. (Il n'y a plus de saison !) Copyright © 2022 FC

Fabienne Chéné à droite sur la photo à l'Anse Vata. (Il n'y a plus de saison !) Copyright © 2022 FC

Maison d'édition Spinelle

Date de publication 11 février 2022, disponible en ligne en attendant de pouvoir l’acheter en librairie à Nouméa

Cœur à corps est un cheminement du cœur vers le corps. Un voyage, un accord cœur-corps. Témoigner des maux de la vie, des souvenirs, des orages, des joies et des peines aussi. Puiser au plus profond de soi, là où sont enfouis les sentiments, les ressentis, le vécu qui bouleversent et traversent l’existence en déposant des stigmates sur le corps. Le cœur résonne dans le corps. Le corps est le miroir du cœur.

Née en France, dans le Gers, Fabienne Chéné a émigré en Nouvelle-Calédonie où elle réside depuis 27 ans. Passionnée d’art sous toutes ses formes, elle découvre la poésie. Elle est l’auteur d’un premier recueil « Maux à mots » puis participe à un ouvrage collectif des Iliennes « Graines de corail ».

Elle publie « Cœur à corps », son troisième recueil.

Les îliennes avec l'ouvrage Garines de Corail

Les îliennes avec l'ouvrage Garines de Corail

Publié dans Poésie

Partager cet article
Repost0

Café littéraire poésie avec Nicolas Kurtovitch et l’ALK, un succès matinal mérité

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Café littéraire poésie avec Nicolas Kurtovitch et l’ALK, un succès matinal mérité

Ci-joint deux photos :

L’une en compagnie de la traductrice Kama Fulilagi et de Paul Fizin de l’ALK

L’autre un aperçu de l’assemblée.

PS : Je ne suis pas trop du matin, les photos ne sont pas de moi. JP

 

Publié dans Poésie

Partager cet article
Repost0

Des voix pour la Terre, de la poésie avec la participation de notre poétesse Imasango

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

En librairie le 25 novembre 2021 en métropole à commander sur le net chez l’éditeur ou autre plateforme Prix : 9€

Aux côtés d’Imasango, il y a 40 poètes engagés pour sauver la planète, dans l’anthologie «  Des voix pour la terre ».

« Le sablier » est mon alerte...

Aussi bientôt parution de "L'Éphémère – 88 plaisirs fugaces", en février, aux éditions Bruno Doucey.

Nous honorons le thème du Printemps des Poètes qui se déroule du 12 au 28 mars, sur le thème L’Éphémère.

Anthologie établie par Bruno Doucey, Ariane Lefauconnier et Pierre Kobel

Couverture : Bruce Clarke

Ce livre est un brûlot. Plus de 40 poètes et chanteurs du monde entier y dénoncent un scandale : l’asphyxie programmée de notre planète. Pollution des mers ou de l’air, destruction des espèces vivantes, mais aussi réchauffement climatique, déforestation ou gaspillage des ressources, autant de combats portés par de grandes voix, de la canadienne Margaret Atwood, à l’innue Rita Mestokosho en passant par la brésilienne Marcia Theophilo, le Mahorai Nassuf Djailani, ou bien encore Alain Damasio ou le groupe de rock Mickey 3D. Cette anthologie s’inscrit dans la collection Poés’idéal, de petits livres militants, qui offrent aux adolescents les mots pour exprimer leurs révoltes et leurs rêves d’un monde meilleur. Ni plainte, ni catastrophisme, pas plus qu’exaltation lyrique d’un prétendu Eden perdu, mais une dénonciation implacable et un tracé d’avenir. Les mots se révoltent pour sauver notre Terre.

Extrait :

« Nous sommes la nature qu’on défonce.

Nous sommes la Terre qui coule,

juste avant qu’elle s’enfonce.

(…)

Et maintenant ?

Maintenant, la seule croissance que nous supporterons

   sera celle des arbres

   et des enfants.

Maintenant nous serons le vivant

qui se défend. »

Alain Damasio

Publié dans Poésie

Partager cet article
Repost0

Les Constellations du Frangipanier de Dominique Marinet-Carrier, un recueil de poésie bientôt en kiosque.

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Les Constellations du Frangipanier de Dominique Marinet-Carrier, un recueil de poésie bientôt en kiosque.

Dominique Carrier souhaite véritablement contribuer à l'existence d'une poésie calédonienne, une poésie écrite avec les mots ordinaires de chacun, donc très accessible. Une poésie visuelle et courte, telle un tableau sur une page, palette complémentaire de celle du peintre, non pour illustrer des œuvres existantes mais pour exprimer des émotions intraduisibles comme elle le fait par les moyens de la peinture. Cette complémentarité est sa signature d'artiste.

Dominique se sent Métisse culturelle, calédonienne, de sang mêlé de la Métropole et du Caillou. Dans ce deuxième recueil qui fait suite à La Mémoire des Gaiacs (EEO), Ce recueil, Les Constellations du Frangipanier, nous propose 87 Poèmes. Les deux tiers sont inspirés par la Nouvelle-Calédonie, le dernier tiers est inspiré de sa terre natale.

Il figure au catalogue des Editions Spinelle. Déjà en vente en ligne, il faudra un peu de patience pour le trouver en libraire à Nouméa mais la commande est passée.

***

« Le rire des jeunes filles s’envole

et leur gaîté perce la rue sonore

D’un trottoir à l’autre

Si le soleil se lève pour tout le monde

Le rire des jeunes filles aussi. »

De formation littéraire universitaire et autodidacte en arts plastiques, Dominique Marinet-Carrier se définit ouvertement comme « une métisse culturelle ».

Artiste reconnue, elle choisit la poésie, sa deuxième palette, pour parler de son ancrage en Nouvelle-Calédonie depuis 1982. Les Constellations du frangipanier, après La Mémoire des gaïacs, paru en 2018, réaffirme cet ancrage sur le sol calédonien où elle a choisi de vivre tout en évoquant sa terre natale, source de réminiscences affectives.

La coloriste qu’elle est se laisse deviner dans ces poèmes aux atmosphères proches de la gaîté et de la spontanéité sensible de sa peinture.

De l’humour perle, sous-jacent, frais comme cette part d’enfance qui court entre les lignes, sauvegardée.

Une poésie à la fois visuelle, dense, fraîche avec laquelle le lecteur se trouvera en complicité.

Publié dans Poésie

Partager cet article
Repost0

Rivages nomades de Claude Bugeia Éditeur Le lys bleu

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Rivages nomades de  Claude Bugeia Éditeur Le lys bleu
Rivages nomades de  Claude Bugeia Éditeur Le lys bleu

Lien vers les Editions Le Lys Bleu

« Rivages nomades » a été écrit lors d’une escale prolongée en France, au cours du dernier trimestre 2020. Cette immobilité forcée a inspiré des poèmes qui racontent les différents rivages abordés au cours de la vie de l’auteure, de la Méditerranée à l’océan Atlantique puis à l’océan Pacifique. D’autres poèmes sont nés de l’actualité de la fin de l’année 2020, si singulière. Quelques poèmes enfin ouvrent une perspective plus souriante.

En savoir plus

Quoi de plus agréable que d’aborder un nouveau rivage ?

« Contempler une côte qui défile devant un navire, c’est comme penser à une énigme. La voilà sous vos yeux, souriante, maussade, engageante, splendide, minable, insipide ou sauvage, mais toujours muette, avec cet air de chuchoter : Viens voir par toi-même. » Joseph Conrad.

C’est ainsi que les escales du cheminement de vie de l’auteure lui sont revenues, sous la plume.

Actuellement en Nouvelle-Calédonie, Claude Bugeia est née en Tunisie avant de revenir en France, à Marseille puis en Bretagne ; son parcours professionnel lui a permis de découvrir la Polynésie française et la Nouvelle-Calédonie vers laquelle elle est revenue comme port d’attache. (Source site Calédo Livres)

Extrait :

Ahe, atoll du roi Georges

Je me souviens d’Ahe, atoll du roi Georges,

Collier de perles fines entourant un lagon,

Refuge de Moitessier, renonçant au vieux monde,

Peuplé de cocotiers, remuant sous le vent,

De nodis noirs, de sternes et de fous à pieds rouges,

Vivant en bon entendement avec ces bons géants,

Témoins d’un autre temps, les Pisonia Grandis,

Nichant dans leur feuillage en engraissant leur sol.

Publié dans Poésie

Partager cet article
Repost0

Deux nouvelles publications ALK, Louis-José Barbançon, et Nicolas Kurtovitch - Frédéric Ohlen, traduites en langues kanak.

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Deux nouvelles publications ALK,  Louis-José Barbançon, et  Nicolas Kurtovitch - Frédéric Ohlen, traduites en langues kanak.

Deux nouvelles publications de l’ALK :

Louis-José Barbançon, et Nicolas Kurtovitch et Frédéric Ohlen, traduits, à leur demande, en langues kanak.

  • “Poésie, siji dröne pahatr” de Nicolas KURTOVITCH et Frédéric OHLEN. Texte en drehu
  • “La itre iape së ka hetre iwaan, Nos ailes ont des raçines” de Louis-José BARBANCON. Texte en Drehu, Nengone Iaai.

Source : Académie des Langues Kanak (ALK) 29, rue Georges Clémenceau – Centre-ville – Immeuble « Le Botticelli » – 6ème étage BP 274 – 98845 NOUMEA CEDEX – NOUVELLE-CALEDONIE Tél : (687) 28.60.15 – Fax : (687) 28.60.35 Courriel : alk@alk.nc – Site web : www.alk.n

Poésie, siji dröne pahatr de Nicolas KURTOVITCH et Frédéric OHLEN.

Présentation de l’ouvrage :

Sur les sentiers de l’île de Lifou les feuilles de fougères « pahatr » et autres plantes témoignent encore de nos jours d’une pratique Drehu : le « siji dröne pahatr ». Celle-ci consiste pour celui qui chemine à graver un signe, un mot, un code, un surnom sur le support végétal à destination d’une autre personne.

Ce recueil poétique de Nicolas KURTOVITCH et de Frédéric OLHEN est avant tout une invitation à décrypter le signe et à le transcender pour y extraire l’universalité de l’émotion. C’est une marche pas à pas à travers le Pays : « Chemins de sang et de haine », « Poèmes de la Côte Est » (Kurtovitch)… Mais aussi un regard sur la région miroir, de nos aspirations comme dans « Poème à Katherine Mansfield » (Kurtovitch)…

Ainsi les chemins deviennent initiatiques, et contemplatifs car « Tout est présence » (Olhen). Les destinées se signalent pour des rencontres singulières faites de « Bribes » (Olhen) et d’animaux fantastiques tel « Un Éléphant de cristal » (Olhen). Ici marcher signifie s'accompagner, se rencontrer, se saluer, avancer, reculer, s'arrêter, regarder derrière comme devant et tisser sur les nervures des « pahatr » vivantes un lien avec l’autre.

Frédéric OHLEN

Frédérix Olhen à ST Malo

Frédéric Ohlen, poète et romancier français, naît à Nouméa (Nouvelle-Calédonie) le 15 décembre 1959. Sa famille y est installée depuis six générations. Sur son arbre généalogique, des émigrants allemands, des déportés de la Commune. Il grandit dans la dernière ferme de sa ville natale, en des lieux où la brousse et l'espace urbanisé s'entremêlent et nourrissent son imaginaire. Très engagé dans la vie culturelle calédonienne, il est en 1989 à l'origine du concours de science-fiction TranspaSci-Fique, mais également du Prix Orphée de poésie.

Son engagement au service de la création prend aussi la forme d’une maison d’édition, L’herbier de feu. Il est officier des Arts et des Lettres et reçoit, en 2021, le prix Arembo de la Poésie, attribué conjointement par l’association Ecrire en Océanie et la Mairie de Boulouparis. Consacré par les éditions Gallimard avec son roman Quintet, il demeure une référence classique et innovatrice dans le paysage littéraire local et national.

Nicolas KURTOVITCH

Prix Arembo en 2020, photo EEO

Poète, romancier et dramaturge, Nicolas Kurtovitch naît à Nouméa le 20 décembre 1955. Sa famille maternelle est installée en Nouvelle-Calédonie depuis 1843, ce qui l’enracine affectivement et culturellement sur le territoire, en dépit de ses racines yougoslaves et de ses nombreux voyages.

Engagé politiquement et socialement dans l’histoire littéraire calédonienne il a très tôt initié une dialectique entre des voix qui, affirmant leur diversité, manifestent dans le même temps la possibilité d’une parole partagée. Influencé par le taoïsme, conscient de l’impermanence de événements, il se montre soucieux de la mesure et du détachement, cultivant le présent, se montrant explorateur des soubresauts et des tréfonds de l’âme humaine, rêveur et observateur de scènes de rue, objecteur de conscience et pourfendeur des laideurs du monde.

Recueils de poésie, romans pièces de théâtre s’enchaînent et de nombreux prix consacrent l’écrivain, régulièrement invité des salons littéraires et des résidences d’écriture. En 2021 il reçoit le prix Arembo de la Poésie, attribué conjointement par l’association Ecrire en Océanie et la Mairie de Boulouparis.

La itre iape së ka hetre iwaan, Nos ailes ont des raçines de Louis-José BARBANCON

Présentation de l’ouvrage :

De qui sommes-nous les héritiers ? C’est par cette question que Wieni Robert Xowie, maire de Lifou, a interpellé Louis-José Barbançon historien calédonien. Il nous invite à un voyage initiatique à contempler le sillage d’hier à travers le parcours de femmes et d’hommes de Lifou et Tixa qui ont marqué l’ensemble de la société calédonienne. Depuis Elia Trijikone, premier maire de Lifou à Case Kanyan footballeur en passant par Fote Trolue premier juge kanak, sans oublier Ieneic Jacques Iekawe haut fonctionnaire d’État, l’historien nous propose au gré de son cheminement de vie une approche intimiste des acteurs d’hier et des héritiers d’aujourd’hui.

Tous avaient la singularité de puiser dans leurs racines la force de s’envoler au-delà des assignations que leur imposaient leurs époques et de s’envoler vers de nouveaux rivages, comme une ode à la liberté.

Weniko Ihage, Directeur de l’ALK donne un visage à ces acteurs par une galerie de portraits qui clôture le propos de l’historien. Il fige ainsi dans le temps autant de visages, « qëmek », en drehu pour les générations futures.

Louis-José Barbançon

Historien, est originaire de Nouméa, Nouvelle-Calédonie. Professeur certifié hors classe à la retraite, descendant direct de condamnés aux travaux forcés, il travaille depuis plus de 30 ans sur la transportation et la déportation en Nouvelle-Calédonie.

Silo 2020, Louis-José Barbançon reçois le prix Popaï pour son ouvre le Bagne Calédonien (Le travail d'une vie)

Silo 2020, Louis-José Barbançon reçois le prix Popaï pour son ouvre le Bagne Calédonien (Le travail d'une vie)

Publié dans Culture Kanak, Poésie

Partager cet article
Repost0

Imasango - Nos vols d'oiseaux à Marseille

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Imasango - Nos vols d'oiseaux à Marseille

Ce mardi 5 octobre à 18 heures, 16 rue d’Anvers à Marseille Imasango déclamera ses poèmes. Tandis que nos auteurs Calédoniens Louis-José Barbançon, Claudine Jacques et Franck Chanloup se prépare à affronter les visiteurs de Rochefort Pacifique. Bravo à ces valeureux diffuseurs de culture du pays de faire rayonner nos talents d’ici. JP

Femme insulaire, Imasango transporte les mots d’un continent à l’autre, comme autant de passagers porteurs d’histoires ; celles d’une femme, d’un peuple, d’une terre natale, la Nouvelle Calédonie.

Le mardi 5 octobre, à l’occasion d’une résidence d’écriture à la Fondation Saint John Perse et dans le cadre du prochain recueil à paraître aux éditions Bruno Doucey, la mandole d’Oussama Escid se fera l’écho d’une lecture à voix haute par la poétesse, dialogue sonore comme terre de rencontre des cultures.

Afin d’ancrer cette soirée dans l’aventure éditoriale d’Azulil, nous publions une xylogravure de Marianne Conan, empreinte subjective d’un vers choisi. Cette estampe imprimée à l’atelier en édition limitée, numérotée et signée sera exposée et disponible à la vente. (Source Azuli maison d’édition)

Rendez-vous le mardi 5 octobre dès 18h à l’atelier Azulil au 16 rue d’Anvers à Marseille, pour partager avec nous ce moment de poésie !

Un article notre poétesse du Caillou Imasango sur ce blog

Son dernier ouvrage :

En hommage au magnifique et mystérieux poème de pierre que sont pour moi les pétroglyphes de Nouvelle-Calédonie. La voix des paysages, publié aux Éditions de la Margeride. Sur papier Olin 250 g, format 21 x 28 cm. Accompagné d’une gravure au Carborundum et 4 linogravures de Robert Lobet. Gravures en couverture.

Chaque livre est unique, numéroté et signé : gratitude pour cette beauté.

Et aussi : 

 

Partager cet article
Repost0

Études françaises et francophones contemporaines de Nicolas Kurtovitch

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Études françaises et francophones contemporaines de Nicolas Kurtovitch

Un ouvrage publié dans une revue de l'Université du Nebraska, qui publie les derniers travaux d'universitaires, de romanciers, de poètes, d'artistes, de cinéastes et d'autres personnes impliquées dans les études françaises et francophones des 20e et 21e siècles. Nicolas Kurtovitch devait s’y rendre suite à une invitation, en 2020 mais la pandémie est passée par là.

À partir des modelages en terre de Maryline Tidjepache Nicolas Kurtovitch To cite this article: Nicolas Kurtovitch (2021)

À partir des modelages en terre de Maryline Tidjepache, Contemporary French and Francophone Studies, 25:3, 264-267, DOI: 10.1080/17409292.2021.1902688

To link to this article: https://doi.org/10.1080/17409292.2021.1902688

À partir des modelages en terre de Maryline Tidjepache de Nicolas Kurtovitch

Texte à télécharger en suivant ce lien (Texte intégral)

Extrait :

Je sais mon immédiat, j’ouvre les yeux, me reconnais.

  • Kurtovitch, Modelages

Le texte qui suit est un hommage, à la fois, au talent et au travail, de Maryline Tidjepache, sculptrice, ainsi qu’à la vie en Nouvelle-Calédonie, dans ses multiples dimensions, celles de la joie et du désir, des angoisses et des espérances. Une vie simple cependant.1

***

Je suis née de la terre par la volonté de l’eau des pierres des montagnes du vent du souffle du ciel, transformée en boules mouillées puis plaquées sur l’air, corps kanak.

Il faut du silence, laisser la tristesse s’en aller; il faut du silence, l’amertume trouve son chemin du ventre à la bouche ; il faut du silence et s’endormir enfin en laissant les mains bouger lentement, à petits coups et seules.

La vie est solitude à quoi bon s’attendre à trouver quelque part son amant, mais il faut aussi se tenir nue sur la terre, celle que je vais pétrir de mes talons, de mes genoux, des paumes de mes mains; celle sur laquelle je crache et pleure avant de la prendre encore mouillée et donner formes humaines aux esprits.

Après-tout il ne s’agit peut-être que de remonter les témoins du fond des âges, d’en appliquer les signes sur les ventres, les visages et les nuques; d’attendre la terre sèche l’humidifier de nouveau.

Garder tout contre soi l’amour des siens s’y perdre

Et comment ne pas danser en surgissant de nulle part comme surgissent du sol, des pierres et des souches ? Comment ne pas plier les genoux, se poser sur la plante des pieds, lever la tête le regard le cœur, armer son bras pour un lancer ? Pourquoi ne pas voir les yeux fermés ce qui ne se voit pas, ce qui se sent dans le mouvement et le déséquilibre d’un instant ?

Danser toujours, danser, se suspendre au ciel, se libérer de la boue. Voilà ce que je fais.

Finalement arrivera le jour (où) poussé par les racines et tiré par mes mains à la lumière au vent, au regard de mes frères, se tiendra un corps de terre, d’eau et d’amour, clamant à la surface du Monde : Je suis enfin debout, peut-être encore courbée et incertaine ; mais je me tiens là, par mes pieds encore mêlés au sol, par mon souffle indissocié du souffle de la forêt

où réside mon clan. Je suis là, à la fois être de rage et d’amitié. Regardez ! Arrêtez-vous ! Lisez sur ma peau encore fragile ! Je suis de cette île ! Lisez au fond de mes crevasses la douleur de la muette qui aujourd’hui, s’échappe de la gangue, frappe au cœur.

Et maintenant, je n’ai plus qu’à oublier l’eau et la terre, oublier également l’esprit et ma volonté. Oublier le désir de donner naissance, me contenter de mes mains abandonnées, libres indépendantes et reposées, les laisser, elles seules, agir, oubliant du même coup doigts et pouces, boue et lianes. Je ne désire plus rien d’autre qu’être là, accroupie ou debout, légère ou ployée sous le fardeau. Droite, appuyée sur mon ventre, allongée sur les grains de terre et regarder mes paumes lisser les corps, délivrer mon cœur des angoisses.

(Ainsi) ai-je franchi une porte, un passage et une étape, une passe dans le récif qui borde ma vie. (Ainsi) les mains boueuses à la rencontre de mes Vieux, les exhibant du passé. Je sais mon immédiat, j’ouvre les yeux, me reconnais. Ce n’est pas tout, j’invite à passer le regard au travers du voile, à s’enfoncer en moi, découvrir la force d’aimer, de connaître la force de dire le désir de ne plus voyager seule… Suite

Nicolas Kurtovitch is one of the leading voices in New Caledonian literature. His collections of poetry, short stories, and novels have received several awards, notably the Antonio Viccario International Poetry Prize, the Poetry Prize of the Ouessant Island Book Fair (for Le Piéton du Dharma), the Vi Nimö Prize (for Les Arbres et les rochers se partagent la montagne), and the Popaï Prize (for Les Heures italiques). He has been named a Chevalier in France’s Order of Arts and Letters, served as the first president of the Writer’s Association of New Caledonia, and is a founding member of the Geopolitics Center of New Caledonia.

Publié dans Poésie

Partager cet article
Repost0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>