Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

poesie

Fin du séjour de Nicolas Kurtovitch, écrivain kanak en résidence au sémaphore du Créac’h

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Photo du télégramme lors de sa dernière rencontre avec ses admirateurs bretons le 26 décembre

Photo du télégramme lors de sa dernière rencontre avec ses admirateurs bretons le 26 décembre

Lundi 30 décembre, pour son dernier jour à Ouessant, Nicolas Kurtovitch, écrivain kanak en résidence au sémaphore du Créac’h depuis quatre mois, avait invité l’auteur-compositeur Gweltaz Ar Fur. Ensemble, ils ont participé à une lecture au Musée des Phares et Balises. Le premier lisait en français, le second avait adapté en breton quelques-uns de ses poèmes. « Adapté » et non pas « traduit » a-t-il expliqué, « parce que certains jeux de mots et de sonorités ne sont pas transposables du français au breton ».

 

Extrait d’un article Gweltaz Ar Fur adapte Nicolas Kurtovitch du journal Le Télégramme Publié le 02 janvier 2020 à 14h19

Gweltaz Ar Fur et Nicolas Kurtovitch entourés par les membres de l'association Cali.

 

Nicolas Kurtovitch a quitté l’île le mardi 31 décembre, le cœur gros de tout ce qu’elle lui a donné. Son texte sur Ouessant fera l’objet d’une édition en breton.

 

NB : Je relaie avec plaisir le périple de cet écrivain, un copain, mais aussi parce que les images de Bretagne me touchent toujours. Mon grand-père Robert Le Gohlisse est né à Crac'h qui est située dans le canton d'Auray. Mais Nicolas connait mieux la Bretagne que moi, (il écrit en breton !). J’y suis allé une seule fois. JP

 

PS : Gweltaz Ar Fur (Gildas Le Fur en français, "Ar Fur" = "Le Sage") est un auteur-compositeur-interprète breton, né à Hennebont (près de Lorient) le 25 avril 1950.

Partager cet article
Repost0

Nicolas Kurtovitch rencontre du succès avec le public de Ouessant

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Nicolas Kurtovitch rencontre du succès avec le public de Ouessant
Nicolas Kurtovitch rencontre du succès avec le public de OuessantNicolas Kurtovitch rencontre du succès avec le public de Ouessant

En ce moment il y a beaucoup de touristes sur l’île. Les charmes de l’automne en pays breton et les tempêtes attirent du public. Nicolas Kurtovitch en profite pour présenter son travail d’auteur calédonien.

Les photos reçu par l’envoyé spécial d’ecrivainducaillou ont été prises au cours d’une soirée lecture de textes extraits du recueil « Trois femmes » lue par Isabelle Le Bal. Tandis que Nicolas a lu un extrait de chacun des deux livres en cours d’écriture.

 

La soirée c’est achevée par une petite séance de dédicaces ensuite et pot de l’amitié offert à tous.

 

Nicolas Kurtovitch est à mi-parcours de sa résidence. Les conditions favorables sur Ouessant et le relatif isolement permettent d’y consacrer l’essentiel. L’île par elle même est d’un grand soutien tant elle est vivante et dynamique, dit notre calédonien breton.

Ci-dessous un message audio de Nicolas pour ses amis du Caillou.

Partager cet article
Repost0

GRANDEUR NATURE, une nouveauté, un recueil poétique collectif chez L’Harmattan dans la collection calédonienne Lettres du Pacifique

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

GRANDEUR NATURE, une nouveauté, un recueil poétique collectif chez L’Harmattan dans la collection calédonienne Lettres du Pacifique
GRANDEUR NATURE, une nouveauté, un recueil poétique collectif chez L’Harmattan dans la collection calédonienne Lettres du Pacifique

Collection : Lettres du Pacifique

OCÉAN PACIFIQUE Nouvelle Calédonie

LITTÉRATURE POÉSIE

DATE DE PUBLICATION : 31 OCTOBRE 2019

 

Ce recueil poétique collectif présente le travail d'élèves de trois classes du collège Païamboué à Koné, dans le nord de la Nouvelle-Calédonie. Inspirés par le travail d'Hélène Savoie et de la plasticienne Béatrice Camallonga, étudié en classe, les poètes en herbe y donnent leurs visions de la nature calédonienne et les illustrent avec leurs photos.

Vendu 18 € sur le net chez Harmattan bientôt en librairie à Nouméa

NB : Imprimé en france - Frais de port 0,01 €*

 

Pour en savoir plus sur Beatrice Camallonga artiste peintre

 

Extrait de biographie récente de la plasticienne Béatrice Camallonga (source son blog).

En 2015, je présente la première exposition interactive et collaborative avec la sculptrice sur métal Aka à la galerie Arte Bello de Nouméa. Elle se nomme « 1+1=3 ».  A la recherche d’une nouvelle énergie créatrice, Aka et moi-même avons choisi de fusionner pour proposer aux visiteurs des œuvres individuelles et communes alliant lumière, matières, volumes, musique et nouvelles technologies interactives. Je poursuis ma quête picturale au travers de tentures musicales et de mes « Ipadraws », photographies stylisées, réalisées avec un Ipad et un stylet tactile. Ce nouveau concept interactif invite le visiteur à vibrer aux rythmes éclectiques, à voyager dans l’univers émotionnel de l’artiste.

 

En 2016, paraît mon second ouvrage en collaboration avec Hélène Savoie : Itinérances » édité chez l’Harmattan. J’y présente des Ipadraws. Les textes poétiques d’Hélène Les Orne.

 

2017 sera l’année d’une seconde exposition interactive à la galerie Arty Unlimited sur Nouméa : « Musikinspiration ».

 

En 2018, j’ai pour projet la réalisation d’un carnet de voyage autour de la Nouvelle-Calédonie en collaboration avec l’auteur Damien Faugerolles. Il voit le jour en 2019, il s’agit d’Escapad, carnet de voyage insolite et poétique autour de la Nouvelle-Calédonie Kanaky.

 

J’ai actuellement en préparation une exposition inspirée par le Gintsugi et Kintsugi, cet art de la réparation des porcelaines brisées au Japon. Ma démarche artistique actuelle est de reprendre cette philosophie pour mettre en avant nos blessures émotionnelles, physiques, psychiques. Il s’agit là de réparer les fragments, recoller les morceaux de la vie brisée pour recréer de la beauté transformant nos « cicatrices », seuls témoignages de notre histoire et de notre passé, en œuvre d’art.

 

*(si commande >= 30€ livrée en France) y compris pour mon livre un peu de pub pour votre serviteur Les Moustaches de Tigre

GRANDEUR NATURE, une nouveauté, un recueil poétique collectif chez L’Harmattan dans la collection calédonienne Lettres du Pacifique

Publié dans Poésie

Partager cet article
Repost0

Sylvie Coquillard ambassadrice de la poésie calédonienne en tournée en France

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Avec Bruno Doucey à Saint Sulpice

Avec Bruno Doucey à Saint Sulpice

Au Salon-"Marché de la Poésie" qui se tenait à Paris, Place St -Sulpice.

Pluie battante et température avoisinant les 14 degrés !!! Les amoureux de la poésie étaient au RV mais peu se sont attardés aux stands ; les parapluies ruisselants rendaient la lecture trop incommode.

Très chaleureuse rencontre avec Bruno DOUCEY, poète généreux et si accueillant !... Le soleil s'était invité de façon bien inattendue ! Superbe dernier ouvrage, "Marianne" aux illustrations magnifiques signées R. LOBET, lui aussi présent et adorable. Qui oserait dire que les artistes sont inaccessibles et peu communicatifs ?

 

Avec Patrice Guirao et Dominque Berton avec Catherine C Laurent en tournée de promotion en Gaule le Pacifique se défend bien. Vive nous !

Sylvie Coquillard ambassadrice de la poésie calédonienne en tournée en FranceSylvie Coquillard ambassadrice de la poésie calédonienne en tournée en France

Publié dans Poésie

Partager cet article
Repost0

Deux ouvrages de contes Réhéma et la cascade des Géants avec Le Prince Océan d’Alain Lincker

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Alain Lincker et son dernier bébé

Alain Lincker et son dernier bébé

Alain Lincker que nous connaissons bien en Nouvelle-Calédonie sera présent au festival du Livre jeunesse l'Ïle Ô Livres 2019 (Lôl) pour la présentation au public de Nouvelle-Calédonie de ses deux dernières publications :

 

- Un conte des origines Réhéma et la cascade des Géants écrit à Mayotte.

 

- Un "conte écologique Le Prince Océan Ados/adultes (Livre illustré "jeunesse", et tout public, pour un authentique partage intergénérationnel des citoyens du monde.

"Une île mystérieuse et son prince face à leurs destins. Dans la magie du Pacifique réside un lieu à nul autre pareil, où se mêlent l’appel des conques, le souffle des alizés. Un conte écologique et initiatique en écho aux bouleversements du monde : l’homme pourra-t-il longtemps encore percevoir les confidences des baleines et s’abriter du tumulte de l’océan qui gronde ? " AL

Ces deux livres ne sont peut-être pas arrivés sur le territoire mais soyez patients !

Deux ouvrages de contes Réhéma et la cascade des Géants avec Le Prince Océan d’Alain Lincker

Publié dans Poésie

Partager cet article
Repost0

Sacha Terrat et Sylvain Lorgnier au théâtre de poche avec Dans mon quartier de Lune

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Après Petits Pieds pour Grands Pas. Nouvelle création tout public à partir de 8 ans. Avec Sacha Terrat et Sylvain Lorgnier. Au théâtre de poche les 18 et 19 avril à 20H et 20 et 21 avril à 18H. Théâtre de poche, Nouméa.

 

Dans mon quartier de Lune, il y a des contes ; de la musique, des chansons de la Poésie, de l’amour et de l’humour. Tous tournent autour de la Lune ; qu’elle soit chaude ou froide ; sombre ou lumineuse ; homme ou femme ; elle danse dans nos cœurs et dans nos âmes. Et dans son quartier il y a le monde en entier qui s’amuse à raconter.

 

Réservations : https://cda-tickets.nc/14-dans-mon-quartier-de-lune

 

LES COMÉDIENS

Sacha Terrat

Qui a dit que la musique avait des vertus thérapeutiques ? Sûrement Sacha, qui, à défaut d’avoir mené à bien ses études de médecine est devenu l’un des pionniers de l’électro calédonienne. Dans un perpétuel élan créatif et innovant, cet artiste exigeant a trouvé dans la MAO une façon infinie d’exprimer sa conception aiguisée de la musique. L’homme-orchestre qui a étudié la musique, le chant et les techniques de sons en Irlande, compose depuis 2009, un savant mélange d’instruments acoustiques et de MAO dans un style qu’il qualifie d’electroceanic folk.

En ressortent des bandes son puissantes, aux tonalités sombres qui contrastent avec sa voix fluide et aérienne. Le trentenaire travaille aussi un sens aigu de la scène arborant parfois un maquillage hérité de son métissage calédonien-wallisien et des costumes de styliste.

En 2011, Sacha sort de son shaker musical son premier album Lines, récompensé aux Flèches de la Musique de Nouvelle-Calédonie. Mais dans le petit archipel calédonien, sa musique avant-gardiste désarçonne un public plus amateur de rythmes océaniens.

Après quelques dates sur le territoire, à Paris et au Canada, Sacha entame un virage dans sa carrière et se consacre à la création musicale pour le spectacle vivant. Observateur attentif, il construit des architectures sonores pour la danse hip-hop, le théâtre contemporain et jeune public.

En 2017, il participe à une étonnante aventure artistique lors de la résidence collective Tù, des baleines et des hommes sur l’île Ouen. À quelques encablures de Nouméa, il s’imprègne des bruissements de cet espace mystique, point d’étape de la migration des baleines depuis l’Antarctique et crée une longue boucle expérimentale à partir d’enregistrements de palabres, de contes et de chants de cétacés…

Insatiable touche à tout, jamais enlisé dans sa zone de confort, l’artiste assouvit son appétit de scène en montant sur les planches pour une adaptation de Candide. Il assure la bande originale en live et révèle un magnifique potentiel théâtral.

En 2018, il est temps pour Sacha de redonner de la voix. Textes et musiques sont prêts depuis plusieurs mois. Alors, lors d’un étonnant concert mêlant quatuor à cordes, batterie, séquences électro et chant, il dévoile les titres de son nouvel album Treize (sorti en février 2019). Il récidive en duo avec un violoncelliste, toujours dans un esprit de « work in progress » intrigant. L’observateur devient l’observé…

Pour parfaire ses recherches autour des cordes, Sacha sera en résidence pendant trois mois en France à partir de juillet 2019. Entouré de professionnels, l’artiste se consacrera à la construction de son set live accompagné d’une violoncelliste et d’un batteur, nourri d’influences nouvelles, effluves d’un autre hémisphère.

 

Sylvain Lorgnier

Il arrive en Nouvelle-Calédonie en 1995 et habite alors à Canala, en tribu, durant 3 ans.

C’est là qu’il a la révélation de la parole et du geste.

Puis il devient formateur pour adultes et quitte tout en 2001 pour s’aventurer sur les chemins du conte. Il est l’un des créateurs en 2003 du Collectif Artistique : les Enfants Migrateurs, puis en 2010, il crée sa propre compagnie : les Artgonautes du Pacifique.

Il sillonne les routes de Calédonie pour conter et développe des veillées où il mêle conte, slam, chanson, littérature.

En plus de 15 ans, c’est plus d’une cinquantaine d’histoires qu’il a dans sa besace.

 

Publié dans Poésie

Partager cet article
Repost0

Conférence d’Hamid Mokaddem à l’Institut français de recherche sur le Japon à la Maison franco-japonaise

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Conférence d’Hamid Mokaddem à l’Institut français de recherche sur le Japon à la Maison franco-japonaise

Îles d'Océanie : les littératures francophones

Sous les cendres des conques, l'écriture de Déwé Gorodé

Discutant : HOSHINO Moriyuki (univ. de Tokyo)

 

Mardi 9 avril 2019, de 18 h 30 à 20 h 30 - Avec traduction simultanée - Auditorium de la Maison franco-japonaise 3-9-25, Ebisu, Shibuya-ku, Tokyo, 150-0013

 

Hamid Mokadden

L’Océanie est un continent invisible pour reprendre le mot de JMG Le Clezio. Pour être encore plus précis, les îles et archipels « invisibles » sont pourtant visibles par leurs histoires. L’écrivain tongien Epeli Hau’ofa et son ami anthropologue américain Marshal Sahlins parlaient tour à tour des îles d’Océanie et d’îles d’histoires. Les archipels océaniens francophones, ces îles où les locuteurs du Pacifique y parlent le français (Wallis et Futuna, la Polynésie française, la Nouvelle-Calédonie, le Vanuatu) à côté des langues du Pacifique, entretiennent des rapports littéraires singuliers avec les langues véhiculaires et dominantes, le français et l’anglais. En prenant l’exemple des littératures kanak de Nouvelle-Calédonie, la conférence propose d’analyser ces rapports avec la langue française en reprenant la « reformulation permanente », à Jean-Marie Tjibaou qui répondait aux objections faites à sa revendication politique culturelle que la « coutume kanak » serait un retour rétrograde vers la tradition contre la « modernité ». Jean-Marie Tjibaou, qu’Aimé Césaire considérait être comme une figure politique exceptionnelle, avait su valoriser ce petit peuple en misant sur la survie culturelle. M. Mokaddem Hamid montrera comment les genres, pratiques et styles oraux sont reformulés par les écritures actuelles. Dans la continuité et en complément, M. Hoshino Moriyuki présentera ses travaux de traduction et d’analyse de l’œuvre d’une des écrivaines les plus performantes d’Océanie, celle de l’écrivaine kanak Dewe Gorode.

 

Extrait d’une interview de Déwé Gorodé sur le sujet :

 

BLANDINE STEFANSON : Parlez-nous du symbolisme du titre de « Sous les cendres des conques » !

DÉWÉ GORODÉ : La conque, c'est ce grand coquillage qu'on utilise pour appeler le clan, les Kanaks, à la réunion dans la case commune. « Sous les cendres … », c'est ce qui restait des conques, de l'unité kanak, du fait d'être ensemble. Qu'est-ce qui en est resté après les délimitations des territoires et l'institution des réserves ? On est devenu une société fortement éclatée, divisée. Cet éparpillement des clans kanak, cette perte a provoqué l'éclatement de nos valeurs, de notre unité qu'on a retrouvée par la suite dans la lutte pour la libération nationale. J'ai publié le recueil à un moment où cette unité commençait à se retrouver dans la lutte politique. A travers le FLNKS, c'est la première fois que le mouvement d'unité a pris une dimension nationale. C'est à partir des Évènements, en 84, qu'on peut parler d'un nationalisme kanak. Mon fils avait deux ans et il a fait ses premiers pas pendant cette période.

Extrait d'un Entretien avec Déwé Gorodé, Notre Librairie, n° 134, Littérature de Nouvelle-Calédonie, mai-août 1998, p. 78

EXTRAIT 

Terre kanake

Terre brisée

Terre brimée

Terre aimée

 

Cité par Alban Bensa, in « Nouvelle-Calédonie: un paradis dans la tourmente », Paris : Gallimard (Découvertes, 85), 199

 

Un spectacle "Sous les cendres des conques" a eu lieu dans l'auditorium du complexe culturel de Koohnê en septembre 2013.

 

C'est dans le cadre de la fête de la Citoyenneté 2013 que cette création musicale et chorégraphique autour de l'oeuvre de Déwé GORODE avait été proposée par le Conservatoire de Musique et de Danse de la Nouvelle-Calédonie.

Publié dans Culture Kanak, Poésie

Partager cet article
Repost0

L'amour des gens avec Nicolas Kurtovitch chez Calédo Livres

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

L'amour des gens avec Nicolas Kurtovitch chez Calédo Livres

Nicolas Kurtovitch est un écrivain majeur de la Nouvelle-Calédonie, et l’une des premières voix calédoniennes d’origine européenne à s’être interrogée sur la nature entre les communautés en présence dans ce pays.

 

Ce recueil de poèmes a trouvé son écriture finale lors d’une résidence de l’auteur à Shanghai, en 2017. Hier soir mercredi 27 février 2019, la causerie animée par un « fin connaisseur », le directeur de la bibliothèque Bernheim en personne, Christophe Augias, a permis au public présent de prendre la mesure de cet ouvrage qualifié « d’aboutissement de l’œuvre poétique de Nicolas Kurtovitch ». Ce recueil résume parfaitement le cheminement du poète. Christophe Augias a fait un éloge appuyé de l’ouvrage de son ami. Nicolas, lui, a expliqué sa philosophie de la vie, son amour des gens avec la lecture de poèmes et en racontant des anecdotes.

C’est sa résidence de Shanghai qui lui a permis d’écrire sereinement la majeur partie des poèmes inédits de ce livre. Avec Les invisibles, le poème phare de ce recueil, le poète montre son acuité pour les gens que d’autres ne voient pas. Nicolas Kurtovitch a des états d’âme qu’il évoque dans certains poèmes. Il les justifie en dénonçant, non pas, le pays du « non-dit », mais le pays du non-entendu car le talent des artistes pays est présent sur la Caillou depuis longtemps. On est peut-être passé à côté de nos écrivains, philosophes etc. mais dans la bouche de cet écrivain majeur du pays, ses propos semblaient tenus par l’arbre qui cache la forêt. Le baobab de la littérature calédonienne est néanmoins sincère, il aime les gens et représentera dignement la Calédonie dans les salons où il est invité le mois prochain en métropole. Ses ouvrages sont dispersés à travers le monde par le souffle des Vents d’ailleurs ou du Vent des îles. JP

 

 

L’auteur

Né à Nouméa, Nicolas Kurtovitch est une des grandes voix de la poésie calédonienne que confirme son dernier recueil, L’amour des gens. Son interrogation sur la nature de la relation entre les communautés présentes sur sa terre natale s’est traduite par des écritures à quatre mains avec les auteurs kanak Déwé Gorodey et Pierre Gope.

 

En 2007, il est invité au Randell cottage, résidence d’écrivains en Nouvelle-Zélande, puis convié en 2016, par l’Indiana University (USA) pour présenter sa pièce de théâtre Le sentier Kaawenya, et son livre Autour Uluru et en 2017, par l’association des écrivains de Shangai à une résidence de deux mois.

 

Lauréat de plusieurs prix pour ses ouvrages Le piéton du dharma (salon du livre de Ouessant), Les arbres et les rochers se partagent la montagne (Vi Nimö des lycéens en Nouvelle-Calédonie), Les heures italiques (Popaï de la littérature Calédonienne), il est publié dans les revues : Poetry NZ, Archipel des lettres, Carnavalesques, Voix d’encre…

 

Nicolas Kurtovitch est membre de l’association des écrivains de Nouvelle-Calédonie dont il a été le premier président et de la Société des gens de lettres. Il est aussi à l’origine de la création du centre géopoétique de Nouvelle-Calédonie, en lien avec l’Institut de géopoétique initié par Kenneth White.

 

Durant 35 ans, il a été enseignant en histoire et géographie, directeur de collège, puis de Lycée, toujours au sein de l’ASEE, une structure scolaire confessionnelle protestante essentiellement implantée dans la communauté kanak de la Grande Terre et des Iles Loyauté de Nouvelle-Calédonie.

Des images de cette causerie
Des images de cette causerieDes images de cette causerie

Des images de cette causerie

Publié dans Poésie

Partager cet article
Repost0

Mémoires du cœur de KARINE SHAN en version franco-chinoise

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Image FB de Karine Shan

Image FB de Karine Shan

Vous pouvez trouver "mémoires du cœur " en version franco-chinoise chez Andemic Art Gallery - Galerie d'Art - Boutique et à la librairie Calédo-livres !

Autre article sur ce recueil paru en 2017

 

Publié dans Poésie

Partager cet article
Repost0

Imasango Poète ARBRE aux éditions de la Margeride, octobre 2018.

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Imasango Poète ARBRE aux éditions de la Margeride, octobre 2018.

Cette maison d'éditions reconnue pour la grande qualité des ouvrages réalisés, propose une approche particulière du livre, en tant qu'objet d'art. Avec un souci constant de qualité (papiers, impression) convoquant des savoirs-faire traditionnels, proposant des livres uniques en séries limitées et signés par les auteurs.

Robert Lobet est dessinateur, peintre, graveur et éditeur de livres d’artiste qu’il conçoit et façonne lui-même avec minutie et plaisir pour offrir à ses collectionneurs, et plus largement aux amateurs du genre qu’il rencontre régulièrement aux quatre coins de la France, des objets d’exception.

 

Tirages de tête

Arbre d’ Imasango

 

 

Sur papier Johannot 250g

Format 225 x 160 mm

Impression numérique pour les textes et typographie au plomb mobile pour la couverture

Accompagné de trois peintures et d'estampes dans le corps du texte

7 exemplaires numérotés et signés

Collection : Tirage de tête

 

Cette édition a fait l'objet d'un tirage de 53 exemplaires dans la collection passerelle

 

Parution octobre2018 Prix: 280 euros

Messsage de l’auteure : Imasango Poète

Celui-ci publié dernièrement n’est pas encore épuisé. Je dispose de quelques exemplaires que je vous dédicacerai avec plaisir. Un cadeau à offrir. Si vous êtes intéressés, n’hésitez pas à me contacter en mp. Merci.

Imasango Poète ARBRE aux éditions de la Margeride, octobre 2018.

Publié dans Poésie

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>