Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Rencontre avec Sylvain Lorgnier, mon ami le conteur

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Arrivé en Nouvelle-Calédonie en 1995, Sylvain Lorgnier habite Canala, en Tribu, durant trois ans, période pendant laquelle il a la révélation de la Parole et du Geste. Après avoir été formateur pour adultes, il quitte tout en 2001 pour s’aventurer sur les chemins du conte en participant à la création du collectif artistique les Enfants migrateurs puis en créant sa propre compagnie : Les Artgonautes Du Pacifique.

Depuis il sillonne les routes de Nouvelle-Calédonie, avec plus d’une cinquantaine d’histoires dans sa besace, et développe des ateliers d’oralité et des veillées où il mêle conte, slam, chanson, littérature. Nous retrouverons Sylvain pour de nombreux contes lors du salon du livre, venez explorer son univers

==> Plus (Suivre ce lien)

Mon aventure avec Sylvain voir ci-dessous

Les Artgonautes du Pacifique et la Bibliothèque Bernheim présentent Paroles de Thio. Lien vers l'article

Pour certains la richesse de la Calédonie c’est le Nickel. L’entreprise symbole : La SLN. Cette SLN est née à Thio en 1880. Autour d’elle une commune s’est créée avec de nouvelles normes, de nouvelles règles. Des populations de là-bas déplacées à ici et des populations d’ici déplacées à là-bas. Un destin commun se forgeait dans la mine et la douleur. Pendant un siècle la commune a vécu au rythme de La SLN et son histoire a toujours été intimement liée à l’Histoire du Pays : colonisation, évangélisation, Guerres mondiales, fin de l’indigénat, Boom du Nickel, « événements » pour certains, guerre civile pour d’autres.

Aujourd’hui, beaucoup sont partis de Thio, arrachés comme les cultures lors des inondations. Beaucoup d’autres tentent de trouver un chemin entre la Mine et la Tradition. Certains se perdent, d’autres se retrouvent….

Paroles de Thio, ce sont des graines de Parole données par les gens de Thio ou ayant habités à Thio, graines plantées dans le terreau fertile d’auteurs du Pays qui en ont fait naitre des boutures de Paroles. Trois comédiens entremêlent leur art et vous les offrent en bouquet.

Publié dans Evénement culturel, video

Partager cet article
Repost0

Hutsi de Antoine Kaburahe un témoignage de la tragédie burundaise préfacé par Gaël Faye

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Hutsi de Antoine Kaburahe un témoignage de la tragédie burundaise préfacé par Gaël Faye

Le hasard m’a conduit vers le Burundi le 1er novembre 2018 quand le Père François Grossin, supérieur régional des Pères maristes, titilla ma curiosité en parlant des martyrs de Buta au cours de son homélie durant la messe de la Toussaint à l’église Saint Jean-Baptiste de la Vallée des Colons en Nouvelle-Calédonie ! J’avais en mémoire les images terribles des massacres au Rwanda mais peu de connaissances sur les massacres intercommunautaires burundais. De retour chez moi, touché par cette révélation, j’ai cherché sur le net des ouvrages ou des articles sur ces événements. Un article d’un journaliste, Antoine Kaburahe, sur ce carnage a retenu mon attention. Cet article émouvant a fait le tour du monde. Le papier est tellement bien écrit que j’ai de suite envisagé de le reprendre en introduction d’un roman sur le sujet. Comme le vivre ensemble, le communautarisme, les conflits ethniques sont aussi des sujets calédoniens. Dans mon prochain livre, Lénine est Mort dans la région des Grands Lacs, j’ai osé des petites comparaisons et fait des parallèles entre Mélanésie, les îles noires de notre Pacifique Sud et ce petit pays d’Afrique.

 

Ce journaliste, directeur des publications IWACU, m’a de suite autorisé à utiliser son article en précisant qu’il dirigeait une maison d’édition dès notre premier échange. Il vit en exil et dirige son journal de la Belgique. J’ai décidé de publier chez lui pour bénéficier des connaissances qu’il a sur son pays et aussi par amitié. Mais je ne savais pas qu’il préparait un livre, ce livre est paru depuis. Je viens de le recevoir et je l’ai lu d’une traite. Hutsi, un titre bien adapté qui évoque les métis Hutu-Tutsi et résonne comme un appel à la réconciliation.

Cet ouvrage est un témoignage bouleversant d’un de ses amis journalistes. Antoine a rédigé cet ouvrage à la première personne. L’histoire de son ami, la nostalgie de son pays, c’est aussi son histoire personnelle. Cela se sent dans l’écriture chargée d’émotions. « Le Burundi est un pays qui vit dans la peur », écrit-il. Il parle de « l’ogre 72 » pour parler des massacres du premier génocide. Il y a des expressions comme « Au Burundi les larmes coulent vers l’intérieur » mais il écrit aussi dans un autre passage « Un homme qui ne pleure pas se consume … ». Ce livre et le drame de ce pays méritent d’être connus. Hutsi va y contribuer et j’espère en toute modestie arriver à apporter ma pierre à l’édifice avec mon projet qui avance bien, dixit mon éditeur « fin loin de chez nous », comme on dit ici. JP

 

Ci-dessous un article d’IWACU sur ce livre

Littérature : Je n’ai pas lu, j’ai écouté « Hutsi, au nom de tous les sangs »

 19/06/2019 Par Marie Louise Sibazuri

Un article IWACU avec possibilité de commander l’ouvrage sur cette page.

 

L’écrivaine partage ses impressions après la découverte de cet ouvrage qui connaît un grand succès.

 Il y a deux jours, j’ai eu entre les mains le nouveau livre d’Antoine KABURAHE : « Hutsi. Au nom de tous les sangs ». En voyant le titre, la personne qui était avec moi s’est exclamée « Ah, Hutsi ! C’est sans doute une histoire de père hutu et de mère tutsie. Un de ces vocables inventés par ceux qui veulent nous rajouter d’autres fausses ethnies. Et ça va certainement parler aussi de 72. Ça ne vaut pas la peine de lire tout ça. Tout le monde sait ce que ces gens-là ont vécu ! »

Après son départ, j’ai réfléchi à ses paroles. N’est-ce pas un peu présomptueux de prétendre savoir ce que quelqu’un a vécu dans telle ou telle circonstance ? Chaque histoire est personnelle. Tous les hutsi ont-ils vécu la leur de la même manière ? Comme j’avais le livre entre les mains, au lieu de spéculer, j’ai décidé de l’ouvrir pour voir à quelle voix Antoine avait prêté sa plume.

Et j’ai lu le livre d’une traite ! J’ai du mal d’ailleurs à dire que je l’ai lu. Je devrais plutôt dire que je l’ai écouté. Tout en passant d’une page à l’autre, j’avais l’impression d’être assise là, à écouter Aloys égrener son histoire. Je pouvais visualiser son regret des omelettes et des salades que son père préparait le dimanche, et que lui n’a pas eu l’occasion de manger. Ou alors, ne se souvient pas avoir mangé. Je pouvais sentir sa fierté à évoquer ce père qui dansait merveilleusement le twist et roulait en Volkswagen. Ce père culotté qui n’a pas renoncé à son amour malgré les barrières de diverses appartenances. Ce père enfin qui, avec l’épouse bien-aimée, avait su construire aux siens un foyer heureux ! Pendant des heures, j’ai vécu le désarroi de ce petit garçon qui voit partir son père et continue à attendre en vain son retour. Son regret lancinant de ce que son père n’ait pas songé à fuir au lieu de répondre à la convocation du Commissaire. Ce silence blessé de la maman qui ne sait pas expliquer la disparition du père parce qu’en réalité elle n’a rien à expliquer. Cette stigmatisation des victimes auxquelles on colle l’infamante étiquette de bamenja. J’ai versé des larmes sur les rêves brisés de toute une famille, particulièrement sur ceux de Laetitia, de Désiré et de Jean De Dieu. Sur le silence et la solitude qui ont miné Melaniya jusqu’à la fin de sa vie. Mais parallèlement à tous ces malheurs, racontés avec simplicité, j’ai admiré le combat qui a été mené d’abord par la maman puis par ses deux filles aînées pour s’en sortir. J’ai été très touchée par la gratitude qui transparaît dans tout le livre pour ces femmes fortes de la famille Kanyarushatsi.

 

Une ouverture aux différences et une résistance aux divisions

Une autre chose qui m’a fort interpellé dans ce livre, c’est le combat d’Aloys contre l’intolérance et autres violences. Comme si d’avoir tant souffert avait forgé en lui une ouverture aux différences et une résistance au sectarisme et autres divisions. Malgré le mal-être qu’il traîne en lui, malgré l’histoire qui se répète comme si le passé ne nous apprenait rien, malgré l’errance qui est le sien en ce moment, il garde l’espoir en « un pays sûr, fraternel, ouvert à tous les sens et à tous les sangs ; un pays ouvert à tous les meilleurs possibles ».

Je trouve que ce livre est un partage interpellant et qui ne laissera indifférent personne de ceux qui se donneront le plaisir de l’ouvrir. C’est un appel à une résistance consciente contre tout ce qui sape le vivre ensemble des Burundais. C’est surtout un hymne à la vie qui ne se laisse pas anéantir, quels que soient les combats à livrer. Si tu ne l’as pas encore lu, je te le recommande fortement. Il se lit facilement et je te parie que tu ne le poseras pas avant de l’avoir terminé !

4ème de couverture

4ème de couverture

Publié dans Divers sur Joël PAUL

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3