Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Les 20 ans de l’alliance Champlain Nouvelle-Calédonie

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Les 20 ans de l’alliance Champlain Nouvelle-Calédonie

Les 20 ans de l’alliance Champlain

On n’a pas tous les jours 20 ans c’est pour cela qu’un tel anniversaire se fête et c’est la manifestation à laquelle j’ai assisté ce mardi 28 août dans la salle de lecture de la bibliothèque. Un anniversaire réussi avec orchestre et gâteaux.

À l'origine, l'Alliance Champlain est une association québécoise fondée en 1983.  Les créateurs de l’association l’ont nommée ainsi en l’honneur de l’explorateur français Samuel de Champlain (1567-1635), fondateur de la ville de Québec, en Amérique du Nord. Des Calédoniens, dont la plupart adhère à la Société d'Études Historiques de Nouvelle-Calédonie, s'étaient affiliés à la lointaine association québécoise. Puis l'idée s'est imposée de créer une entité locale appelée Alliance Champlain, Nouvelle-Calédonie. Depuis, l'association québécoise a été rebaptisée Québec dans le Monde.

La soirée a débuté par une rétrospective de 20 ans de littérature québécoise avec l’évocation des grands hommes qui ont permis à la belle province d’exister et de prospérer. Daniel Miroux nous a appris que désormais les québécois ne nous considéraient plus comme des cousins. Le pays est composé de descendants de Français et d’une immigration diverse. De plus le lâche abandon de la France des premiers colons a laissé des traces mais les québécois adorent la France. Le président Miroux a aussi fait le bilan de ses actions et dons à la bibliothèque Bernheim 1000 livres environ, une cinquantaine par an. Soixante-quatre livres ont été offerts cette année. Comme 250 étudiants calédoniens partent se former là-bas chaque année depuis le développement de l’industrie métallurgique, ces livres servent beaucoup aux étudiants pour faire connaissance de cette province avant de partir et au retour pour retrouver un peu ce beau pays.

Le clou de la soirée a été ce beau concert de l’orchestre caledoharmonia avec en final un superbe morceau interprété brillamment, la musique du film de Federico Fellini avec Anthony Quinn, Giulietta Masina en 1954 de Nino Rota « La Strada ». Bon anniversaire à cette association. JP

Qui était Samuel Champlain ?
Samuel de Champlain serait né à Brouage, dans l'ancienne province de Saintonge en France (aujourd'hui Charente-Maritime), entre 1567 et 1580 ; il est mort à Québec (Nouvelle-France, ancienne dénomination du Canada) le 25 décembre 1635.
En 2012, un acte de baptême identifié par le généalogiste Jean-Marie Germe indiquerait que l'explorateur fut baptisé le 13 août 1574, à La Rochelle, dans l'ancienne province d'Aunis.
Champlain est tout à la fois un navigateur, un cartographe, un soldat, un explorateur, un géographe, un commandant et un chroniqueur français.
Après une formation de navigateur en Saintonge (vers 1586-1594), il se fait soldat en Bretagne (1595-1598), puis explorateur des colonies espagnoles d'Amérique (1599-1601), du fleuve Saint-Laurent (1603) ainsi que de l'Acadie (1604-1607) et de la côte atlantique (entre l'actuel Nouveau-Brunswick et Cap Cod). Il est surtout connu pour avoir ensuite fondé la ville de Québec, le 3 juillet 1608. À cette fin, il bénéficie du soutien du roi Henri IV de France, de Pierre Dugua de Mons, de François Gravé, et du chef montagnais Anadabijou.
N'appartenant pas à la noblesse, Champlain agit en tant que subalterne d'un noble désigné par le roi : à Québec, il est « lieutenant du vice-roi de la Nouvelle-France » resté en France, puis à partir de 1629 « commandant en la Nouvelle-France en l’absence » du cardinal de Richelieu. Administrateur local de la ville de Québec jusqu'à sa mort, il ne reçoit jamais le titre officiel de gouverneur de la Nouvelle-France, même s'il en exerce les fonctions. Son acharnement à vouloir implanter une colonie française en Amérique du Nord lui vaut, depuis le milieu du XIXe siècle, le surnom de « Père de la Nouvelle-France ».
Les difficultés rencontrées dans cette entreprise sont nombreuses, et ce n'est qu'à partir des étés 1634 et 1635, dans les dix-huit derniers mois de sa vie, que Champlain voit son rêve de colonisation se concrétiser, avec l'arrivée et l'établissement de quelques dizaines de familles de colons.

Wikipédia

Les 20 ans de l’alliance Champlain Nouvelle-Calédonie
Les 20 ans de l’alliance Champlain Nouvelle-Calédonie
Les 20 ans de l’alliance Champlain Nouvelle-Calédonie
Les 20 ans de l’alliance Champlain Nouvelle-Calédonie
Les 20 ans de l’alliance Champlain Nouvelle-Calédonie

Publié dans Nouvelle-Calédonie

Partager cet article

Repost 0

Une île de Nouvelle-Calédonie : Ouvéa

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Regardez et vous comprendrez pourquoi la Nouvelle-Calédonie est si attachante.

Ouvéa est l'un des plus beaux atolls du Pacifique, avec sa plage de sable blanc qui s'étend sur 25 km, caressée par une eau limpide et turquoise à vous couper le souffle. Longue de 35 km et large par endroit de moins de 40 mètres, l'île est traversée du nord au sud par une unique route. Les habitants d'Ouvéa puisent leurs origines dans les migrations polynésiennes et mélanésiennes. Le nom même de l'île est le nom polynésien de l'île Wallis (Uvea).
Ouvéa a hérité du surnom d' « île la plus proche du Paradis » dans les années 70, de Katsura Morimura, jeune écrivain japonaise venue séjourner à Ouvéa. Enchantée par le lieu, elle intitula son roman en cours « L'île la plus proche du paradis » et y situa l'action sur l'île.

Ouvéa is one of the most beautiful atolls in the Pacific, with its white sandy beach that stretches for 25 km, caressed by the breathtaking turquoise clear water. The island, 35 km long and in places less than 40 meters wide, is crossed from north to south by a single road. The people of Ouvéa trace their origins in the Polynesian and Melanesian migration. The very name of the island is the Polynesian name of Wallis Island (Ouvéa).
Ouvéa inherited the nickname « île la plus proche du Paradis » (i.e. "the island closest to paradise") in the 70s, from Katsura Morimura, a young Japanese writer who came to visit Ouvéa. Enchanted by the place, she titled the novel she was writing "The island closest to paradise", and had placed the action on the island.

Publié dans Nouvelle-Calédonie

Partager cet article

Repost 0

Une orchidée dans mon jardin

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Une orchidée dans mon jardin

Ma Vanta en fleur

Depuis des années j’attendais sa floraison. J’ai beaucoup de plantes dans mon jardin et une orchidée accrochée dans un citronnier quatre saisons. Depuis deux semaines elle est en fleur c’est banal pour les orchidophile mais pour moi c’est une première. J’ai recherché des renseignements sur internet voici le résultat de mes recherches.

Les Orchidées peuvent être épiphytes, dans ce cas elles s'accrochent aux arbres, fougères ou autres végétaux grâce à leurs racines aériennes. Ce ne sont pas des parasites car elles ne puisent aucun élément dans leur support. Mon orchidée est de ce type. Elle est accrochée et vit de l’air du temps.

Les Vandas : Principalement originaire d’Asie et d’Inde, les vandas sont des orchidées qui poussent dans les arbres. Dans leur milieu naturel, les vandas bénéficient d’un compromis idéal entre soleil, chaleur et humidité. Mon orchidée semble du type Vanda Hybride rouge mais comme je ne suis pas un spécialiste, j’aimerais avoir confirmation par un lecteur de cet article....

L'orchidée sur le citronnier et la fleur en début de floraison
L'orchidée sur le citronnier et la fleur en début de floraison

L'orchidée sur le citronnier et la fleur en début de floraison

Suite de cet article sur caledonianPost

Publié dans Divers sur Joël PAUL

Partager cet article

Repost 0

les visiteurs du château Hagen (Editions Humanis)

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Affiche de l'exposition et le château Hagen

Affiche de l'exposition et le château Hagen

En mai 2013 a eu lieu l’exposition La Vallée des Colons d’hier et d’aujourd’hui au château Hagen à Nouméa. Un événement rendu possible grâce à l’espace d’échanges et de débats des conseils de quartiers à laquelle j’ai modestement participé. J’ai voulu prolonger cette expérience enrichissante, avec ce livre.

Les visiteurs du château Hagen est un ouvrage de fiction fantaisiste. Ce court roman n’a pas la prétention d’apporter quelque chose de nouveau sur l’histoire passionnante de la colonisation, c’est un regard espiègle sur le passé de la société calédonienne.

L’histoire, à travers mes visiteurs, devient drôle et farfelue jusqu’à la folie. Un ouvrage à lire d’un trait pour rire ou sourire.

Joël PAUL

© 2014 – Editions Humanis – Ce livre est disponible en version numérique et en version papier. Il sera disponible sur les principaux sites en ligne prochainement et en librairie à Nouméa. Voir en fin de page le lien vers Amazone où l'on peut déjà le commander en version papier.

Plus d'infos, plus de photos voir la page http://ecrivainducaillou.over-blog.com/les-visiteurs-du-chateau-hagen.html

La présentation de l’éditeur :

Les visiteurs du château Hagen de Joël Paul

- Ce vieux est fou ! Il dit qu’il veut protéger la gamine…, s’exclama Mélanie.

 - Quelle gamine ? Cécilia, la descendante Tetzger ? Elle doit avoir quatre-vingt-dix ans ! La gamine…, de qui parlez-vous, monsieur ? dis-je en m’adressant au vieux.

Il me répéta son histoire. Je le laissai s’en aller, puis j’entraînai Mélanie à l’intérieur du château, jusqu’à la deuxième salle de l’exposition, consacrée aux années 1900-1950.

- Regarde, lui dis-je en lui montrant l’une des photographies exposées.

Elle comprit enfin ce que j’avais compris moi-même, en discutant dans le parc avec le vieux. Elle faillit s’évanouir

- Mais c’est Émile ! Le vieux avec ses chiens ! C’est le sosie d’Émile le libéré ! Plus que le sosie, c’est Émile ! Il est mort depuis plus de soixante ans ! dit-elle, effarée. Je ne suis pas trouillarde, mais si un fantôme se balade dans le parc…

- Je n’ai pas d’explications, mais tu vois bien : en comparant la photo et le vieux… ce n’était pas un des habitants de la vallée des Colons d’aujourd’hui, mais de celle d’hier. On n’aurait jamais dû intituler l’exposition « La vallée des Colons, d’hier et d’aujourd’hui ». Pour les vieux, c’est compliqué, ces histoires de dates.

 À travers ce court récit, Joël Paul pose son regard espiègle sur les premières heures de la colonisation, et nous entraîne au grès de sa fantaisie dans une Nouvelle-Calédonie où les époques se mélangent et se confondent.

Pour commander :

La version papier sur Amazone suivre le lien

La bande annonce vidéo http://www.amazon.fr/dp/B00MC4USFE

Couverture de la version papier

Couverture de la version papier

Ma biographie aux éditions Humanis. JP

Humanis

Partager cet article

Repost 0