Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Ash et Vanille et Frimeurs des îles, deux nouveautés en 2016

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Ash et Vanille et Frimeurs des îles, deux nouveautés en 2016

Le chant du Mana Ash et Vanille Tome 2

Sosthène Desanges (Solo)

Les trois chouettes éditions, 2016

Roman

Le fantôme, la petite sorcière, l’oiseau marcheur, la jolie Vaaï et le jeune guerrier sont de retour ! L’improbable alliance revient dans un deuxième tome pour de nouvelles aventures !

L'appel de la voiture - T9 Frimeurs des îles

Niko & Solo

Badaboom éditions, 2016

Bande dessinée

Ressortez les jantes alu et le gros son… Après six ans d’absence, les pires frimeurs de Nouméa font leur comeback sur l’Anse Vata à travers un neuvième album de bande dessinée.

Des ouvrages disponibles en librairie et sur le site Pacific Book'in

Ash et Vanille et Frimeurs des îles, deux nouveautés en 2016

Publié dans Ecrivain calédonien

Partager cet article

Repost 0

Des livres, un geste vers l’autre… à la maison du livre

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Julie Revault, Jean Brice Peirano et Sandra Morand
Julie Revault, Jean Brice Peirano et Sandra Morand

Julie Revault, Jean Brice Peirano et Sandra Morand

Mardi 29 novembre à partir de 20 h rendez-vous à la Maison du Livre/Célières pour assister en direct et en public à l’émission "DES LIVRES ET NOUS » :

Des livres, un geste vers l’autre…

L’animatrice Virginie SOULA reçoit :

Julie Revault, chargée dactions culturelles "livre et de la lecture", direction culture de la province Sud.

Sandra MORAND, auteur et lauréate 2015 de l’aide à l’écriture, résidente 2016 à la MLNC.

Laure OZANON, auteur et lauréate 2015 de l’aide à l’écriture, résidente 2015 à la MLNC.

Nathalie GUIART, auteur et lauréate 2015 de l’aide à l’écriture.

Jean-Brice PEIRANO, directeur de la Maison du Livre de la Nouvelle-Calédonie.

Et en Live le groupe : Chavi

Des livres, un geste vers l’autre… à la maison du livre

Publié dans Maison du livre NC

Partager cet article

Repost 0

Sur les pas d'Hemingway à Cuba pour honorer le Lider Maximo

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Sur les pas d'Hemingway à Cuba pour honorer le Lider Maximo

Le père de la révolution cubaine s’est éteint vendredi 25 novembre. Une mort annoncé par son frère et successeur Raul Castro. Fidel Castro avait 90 ans. Trump le futur président des Etats-Unis a fait savoir que Castro était « un dictateur brutal qui a opprimé son propre peuple ». Pourtant, un américain que j’ai toujours admiré était son ami, Ernest Hemingway. L’homme et son œuvre sont indissociables, le proverbe Les amis des mes amis sont mes amis, me rapprocherait plutôt du « Lider Maximo ». Ci-dessous quelques informations extraites du site Cubalatina. JP

 

Ernest Hemingway, bien qu'américain, n'appartient pas aux yeux des Cubains aux yankees et autres impérialistes régulièrement dénoncés à La Havane.

Il aimait la littérature, mais aussi la fête et l'alcool, trois passions auxquelles il s'adonna sans réserve dans le périmètre magique de la vieille Havane. La capitale cultive le souvenir de ces escapades, Hemingway est entré dans la légende.

ERNEST HEMINGWAY (1899 – 1961)

Cojimar

Un monument en bord de mer, dans le petit port de Cojimar, est consacré à l'écrivain-pêcheur, Rebaptisé Marina Hemingway, le port sert maintenant de base aux compétitions de pêche au gros. Le romancier amateur de marlins est également présent de l'autre côté de La Havane : à Cojimar, le petit port de pêche où vivait Gregorio Fuentes, qui fut son inspiration pour le héros du "Vieil Homme et la Mer" qui lui valut son prix Nobel. Sa maison de San Francisco de Paula, une petite ville à une quinzaine de kilomètres de la capitale cubaine, est devenue un musée.

Les fidèles d'Hemingway peuvent encore hanter ses lieux de prédilection dans la vieille Havane, du bar " Floridita "à celui de " La Bodeguita del medio " en passant par l'hôtel Ambos Mundos où il séjourna dans les années 30.

Le Floridita

Hemingway passait tous les jours prendre son mojito. C'est un symbole de l'amitié entre nos deux peuples", ajoute le barman, face à une peinture murale où le romancier trinque avec le poète cubain Nicolas Guillen, sur fond de drapeaux des deux pays, qui ont rompu leurs relations diplomatiques en 1961.

Un peu plus haut dans la vieille ville, le Floridita honore l'écrivain avec une statue de lui, accoudé au bar où un daïquiri spécial lui avait été dédié : sans sucre, mais avec double ration de rhum... Non loin de la Finca, la Marina Barlovento servait de point de départ au romancier. C'est là, en mai 1960, qu'il fit la connaissance du jeune Fidel Castro, qui venait de prendre le pouvoir à Cuba.

Le vieil homme et la mer

Le Nobel de littérature dédié au peuple cubain

Le vieil homme et la mer : Santiago, un vieux pêcheur cubain n'a ferré aucun poisson depuis quatre-vingt-quatre jours. Laissant son jeune ami Manolin, le seul qui croit toujours en lui, il décide de partir en mer, très loin sur le Gulf Stream, en quête de la prise qui lui vaudra à nouveau l'estime de ses pairs. Loin des côtes, sa ligne se tend enfin. La chance serait-elle de retour ? Santiago réalise très vite qu'il s'agit là d'une prise hors du commun. Toute la nuit, il se laisse entraîner dans l'espoir de l'épuiser. Le second jour, son adversaire, remontant des eaux sombres de la mer, se révèle enfin à lui. Un gigantesque espadon, tel qu'il n'en a jamais vu, jaillit devant lui dans toute sa splendeur. Les espoirs et les craintes du vieil homme se confirment. Il savait déjà que la bataille serait longue, il sait maintenant qu'il y aura un seul gagnant. Le poisson replonge aussitôt comme s'il n'était venu que pour lui lancer un défi...

En 1954 il reçoit le Prix Nobel de la littérature et le dédie au peuple cubain. L’écrivain qui avait l’habitude de s’habiller avec une “guayabera”, une chemise cubaine, ne cachait jamais son admiration.”

Après tant de temps dans ce pays je me considère comme un cubain

Ernest Hemingway

Rencontre historique avec Castro

La rencontre historique entre Ernest Hemingway et Fidel Castro eu lieu le dimanche 15 mai 1960. Une poignée de main unissait deux personnes qui s’admiraient mutuellement. “Je n’ai jamais lu quelque chose d’aussi merveilleux que Le vieil homme et la mer”, a commenté Fidel Castro, pour qui ses livres furent une source de connaissances historiques et géographiques.

Fidel Castro affirma que Pour qui sonne le glas eu une grande influence dans une étape de sa vie quand il cherchait une sortie à une situation compliquée dans l’ile.

Extrait du site Cubalatina suivre le lien pour en savoir plus

Sur les pas d'Hemingway à Cuba pour honorer le Lider Maximo

Publié dans Divers

Partager cet article

Repost 0

Les itinérances de deux artistes Hélène Savoie et la peintre Béatrice Camallonga

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Les itinérances de deux artistes Hélène Savoie et la peintre Béatrice Camallonga

LES ITINÉRANCES DE DEUX ARTISTES, une nouvelle parution calédonienne chez l’Harmattan dans la collection Lettre du Pacifique  qui sera présentée et dédicacée par ses auteurs Hélène Savoie et Béatrice Camallonga au cours de 3 événements culturels, avec des expositions-ventes d’ipadraws, originaux de l'artiste plasticienne Béatrice Camallonga, et des lectures de poèmes d'Hélène Savoie.

 

- le 19 novembre à Lifou, à la galerie d'art de l'association Uhmamana à Luecilla

- le 26 novembre à la galerie Lec lec tic de Nouméa (Promenade de l'Anse-Vata), de 15h30 à 18h00, dans le cadre de l'exposition "Petits formats".

* de 14h00 à 17h30

Henri Gama et Fabrice Ballay pour l'ouvrage "Fabrice Ballay. Amulettes. Conversations privées". Textes d’Henri Gama. Un livre plein de découvertes qui donne envie de faire ses propres amulettes. Petits et grands enfants peuvent suivre les conseils de l’artiste. Une belle aventure en images qui prolonge et multiplie la rencontre. Les amulettes nous ressemblent, comme nous elles portent des secrets, des attentes, des envies d’être en lien.

* de 15h00 à 17h30

Nicolas Vignoles pour son roman au format poche "César d'honneur". Un livre émouvant, plein de suspense... Pour les retardataires qui auront raté les séances de dédicaces des mois précédents...

- Le 21 janvier 2017, à Paris, dans l'espace "Poésie" de la librairie l’Harmattan (rue des Ecoles, dans le 5ème), de 15h à 18H.

Les itinérances de deux artistes : article LNC du 26.11.2016 à 04h25

L’écrivaine Hélène Savoie et la peintre Béatrice Camallonga viennent de publier aux Editions l’Harmattan, dans la collection Lettres du Pacifique, un ouvrage intitulé Itinérances. Les deux auteurs le dédicaceront aujourd’hui samedi de 15 h 30 à 18 heures à la galerie Lec lec tic à l’Anse-Vata (Nouméa), dans le cadre de l’exposition de peinture « Petits formats » où seront présentés les « ipadraws » de Béatrice Camallonga. Les deux auteures offrent dans ce livre un choix inédit de textes et d’œuvres picturales qui conduisent le lecteur en Nouvelle-Calédonie, vers l’Australie, au Vanuatu ou encore en Asie. Inlassable chercheuse en littérature et anthropologie, Hélène Savoie a créé la collection Lettres du Pacifique. Déléguée pour l’Océanie de la Société des poètes français, sociétaire de la Société des gens de Lettres et membre d’honneur du Cercle des auteurs du Pacifique, elle poursuit depuis 1982 son travail d’écriture.

Depuis les années 2000, Béatrice Camallonga, artiste peintre autodidacte qui vit à Lifou, n’a jamais cessé de créer, d’exposer ses aquarelles, et d’innover dans de nouveaux procédés artistiques comme les « ipadraws », nom qu’elle a donné à sa technique de dessins photographiques stylisés. Elle a fait de nombreuses expositions en Métropole, à Nouméa et à Lifou.

Images de l'exposition de la galerie Lec Lec Tic et de l'artiste peintreImages de l'exposition de la galerie Lec Lec Tic et de l'artiste peintre

Images de l'exposition de la galerie Lec Lec Tic et de l'artiste peintre

Publié dans Poésie

Partager cet article

Repost 0

Lancement d’un nouvel ouvrage sur Canala, causerie poétique et remise de prix.

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Lancement d’un nouvel ouvrage sur Canala, causerie poétique et remise de prix.

Une semaine chargée pour la littérature calédonienne.

- Du 23 novembre au 4 décembre de 7h30 à 18h30 au centre culturel du Mont Dore à Boulari, l’association « Négropo mémoires et racines », née sous l'impulsion d'éric Gay et d'une trentaine d'habitants et anciens habitants de cette vallée de Canala, présente une exposition photo sur les familles pionnières de la région de Canala. Le nouvel ouvrage « Canala - de Napoléonville à la Grande Guerre ».

Cet ouvrage a demandé 3 ans de travail aux auteurs. Il sera en vente en salle d’Honneur de la Mairie au prix de 6 000 F. Le vernissage aura lieu ce mercredi 23 novembre à 18h00.

- Causerie avec Françoise DELMAS ce mercredi 23 novembre à 18h autour de l'ouvrage Passeurs de rives de Françoise et Sonia DELMAS à librairie CalédoLivres au centre ville de Nouméa. Un témoignages poétiques a ne pas rater. Des mots écrits à deux mains, souffle poétique et humaniste, passent des rives vers d’autres possibles.

- Remise du prix FÄRÄ PECII 2016

La Médiathèque municipale de Thio/Maison Page et l’ensemble de ses partenaires, vous invitent ce vendredi 25 novembre, à partir de 18 h, à la Maison du Livre / Célières pour la remise du prix littéraire Färä Pecii (2d édition).

Tristan l'auteur priméSuite aux votes des lecteurs des différentes médiathèques partenaires, cordonné par la médiathèque de Thio, le lauréat 2016 est l’écrivain Tristan Derycke pour son roman

« Protocole Fatal » (éd° Noir au blanc, 2015).

- Vernissage ce jeudi 24  novembre à la bibliothèque Bernheim de l'exposition des Batons De Souhaits

Lancement d’un nouvel ouvrage sur Canala, causerie poétique et remise de prix.
Lancement d’un nouvel ouvrage sur Canala, causerie poétique et remise de prix.
Lancement d’un nouvel ouvrage sur Canala, causerie poétique et remise de prix.

Partager cet article

Repost 0

EDMOND CAILLARD Sous la direction de Jean-Claude Roux et Max Shekleton

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

EDMOND CAILLARD Sous la direction de Jean-Claude Roux et Max Shekleton

Parution de novembre 2016 chez l’Harmattan

Les souvenirs du colon aux Nouvelles-Hébrides (Vanuatu)

1903-1913 Une jeunesse aux colonies d'antan

Collection Portes océanes

HISTOIRE OCÉAN PACIFIQUE Vanuatu

Cette suite de récits pris sur le vif présente les facettes variées de l'expérience vécue d'un jeune colon installé en 1902 avec sa famille au Vanuatu, un étrange archipel devenu alors un Far West insulaire disputé âprement entre France et Grande-Bretagne. Alors que son époque exalte "le devoir de colonisation", le jeune Edmond Caillard fait une plongée durable dans "le milieu indigène". Il mesure ainsi le choc de l'occidentalisation, avec ses nouveaux modes de consommation, ses pratiques commerciales, l'apparition des plantations.

Extrait d’un article de Laroche Marie-Charlotte. Edmond Caillard (1885-1969). In: Journal de la Société des océanistes, tome 25, 1969. pp. 301-302 dans notices nécrologiques.

Edmond CAILLARD. 1885-1969.

— Edmond Caillard, une des personnalités les plus marquantes des Nouvelles-Hébrides et de la Nouvelle-Calédonie, vient de disparaître à l'âge de 84 ans. Tous ceux qui l'ont connu conserveront le souvenir de son activité inlassable, de son intelligence à la fois réaliste et entreprenante, jointes à un esprit d'observation qui faisaient de lui un des plus sûrs experts des problèmes économiques et politiques de ces territoires, devenus sa seconde patrie. Né à Périers, en 1885, dans la Manche, Edmond Caillard avait 17 ans quand il quitta sa Normandie natale avec sa mère et son frère pour rejoindre aux Nouvelles-Hébrides, en 1902, « l'oncle Briault ». C'est à la rude école de ce bourlingueur des Mers du Sud qu'il s'initie à la vie de colon et aux difficultés du recrutement de la main-d'œuvre autochtone, la grande affaire des planteurs de l'époque. Très marqué par ces expériences de jeunesse, Edmond Caillard aimait à évoquer ce passé. Dans des récits encore inédits, il a décrit le défrichement et l'exploitation de sa plantation d'Aoré, les difficultés et les dangers des voyages à travers les îles. L'archipel hébridais était encore en ce début du xxe siècle le refuge de trafiquants d'armes et d'alcool, d'évadés du pénitencier de Nouméa. Les meurtres et les rixes étaient fréquents. Les bateaux de guerre chargés d'assurer la régularité des opérations de recrutement et la protection des indigènes avaient bien du mal à assurer la sécurité des individus. A travers ces pages, revit une époque maintenant révolue. Elle n'a pas été sans tremper fortement le caractère du jeune homme qui y participa. Vers 1920, attiré par la politique et même par la polémique, il s'installa en Nouvelle-Calédonie. Il est nommé Conseiller général. Il fait paraître de nombreux articles dans la France Australe. On y trouve de pertinentes informations sur les 302 SOCIETE DES OCEANISTES problèmes économiques et financiers des années 20 à 30, fruits d'une expérience acquise lors des années passées dans les terres françaises du Pacifique austral. Bientôt, il est repris par le goût d'une vie plus active et la nostalgie des terres quasi-vierges des Hébrides. Il devient le directeur d'une importante société : la Compagnie cotonnière des Nouvelles- Hébrides, qui s'implante à Mallicolo. Là, durant 25 années, avec dynamisme et sagacité, il gère les intérêts qui lui sont confiés sans cesser pour autant de collaborer régulièrement à la France Australe, au Néo-Hébridais et à Océanie Française. Sa grande connaissance des problèmes et des difficultés auxquelles doivent faire face les planteurs hébridais pour l'exploitation de leurs propriétés, le désignait pour défendre les intérêts de ceux dont il avait si longtemps partagé la vie et les préoccupations. Nommé Président du Syndicat des Planteurs des Nouvelles-Hébrides, il s'attache particulièrement à résoudre la question de la main-d'œuvre. Pour cela il voyage, il organise un courant de travail avec ce qui est alors l'Indochine ; regarde du côté de Wallis dont la population cherche des débouchés. Il semble qu'Edmond Caillard ait eu une vive et sensible compréhension des problèmes que posait entre les deux guerres cette période de développement économique. Très attaché à ces territoires, il a grandement contribué à leur mise en valeur : d'une part en réalisant lui-même une œuvre créatrice, d'autre part, en faisant connaître par la voie de la presse non seulement les immenses possibilités de ces terres isolées dans le Pacifique sud, mais aussi en proposant des solutions aux difficultés suscitées par l'éloignement, un climat souvent malsain et les contacts à établir avec une population autochtone aux mœurs et aux coutumes traditionnelles. La lecture de ses souvenirs auxquels Edmond Caillard avait donné le titre de Scènes de la vie hébridaise et dont nous espérons bientôt publier des extraits, ainsi que celle de bon nombre de ses articles nous fait mieux connaître la valeur de ce caractère et la qualité de sa personnalité, mais aussi la finesse d'un esprit philosophique qui savait tirer des conclusions pertinentes des riches expériences d'une vie bien remplie. Marie-Charlotte LAROCHE.

Carte postale 1910-1920

Carte postale 1910-1920

EDMOND CAILLARD Sous la direction de Jean-Claude Roux et Max Shekleton

Publié dans Ecrivain calédonien

Partager cet article

Repost 0

Une bonne idée de cadeau pour les fêtes, De fleur en fleur

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Une bonne idée de cadeau pour les fêtes, De fleur en fleur

L’ouvrage est disponible en librairies et grandes surfaces ou chez l’auteur-éditeur à prix réduit, dès maintenant. Plan ci-joint. Il est prudent de téléphoner avant (26 49 40). 

Avec ses 1 400 photos « De fleur en fleur » représente des centaines d’heures de patiente traque sur le terrain, tant dans les milieux naturels que dans les jardins, espaces verts et même les terrains vagues…

L’objectif de l’ouvrage est de mieux cerner quelles sont les plantes les plus fréquentées par les abeilles. Les espèces traitées sont indigènes (40 % du total) et introduites.

Ce projet participatif a fait appel à trente-cinq collaborateurs dont les principaux sont :

-       le Centre de promotion de l’apiculture,

-       Anne-Marie Sémah, palynologue (spécialiste des pollens) et de

-       Bruno Marchand, apiculteur passionné de photos d’abeilles.

 Ce guide de 528 pages en format A5 passe en revue 467 espèces classées par couleurs de fleurs. 95 % des fiches montrent les photos d’abeilles en action de butinage.

Chaque fiche fait généralement l’objet d’une page. On y trouve les infos essentielles : origine, présence sur le territoire, description succincte, époques de floraison, appréciation de l’importance (une, deux ou trois abeilles) des substances récoltées par l’abeille : nectar, pollen ou miellat. Enfin, quelques anecdotes choisies en rehaussent l’intérêt.

Un grand nombre de fiches sont accompagnées de photos de grains de pollen qui sont propres à chaque espèce végétale, comme les empreintes digitales chez les humains. La présence de ces « marqueurs » dans les miels précise la traçabilité des fleurs visitées et permet même d’évaluer les pourcentages respectifs de pollen présents pour chaque espèce végétale.

Bernard Suprin était consultant en études et formation, mais aussi prospecteur botaniste, spécialiste de l’étiquetage botanique passionné de photographie.

Il a retrouvé en mai 2002 le Pittosporum tanianum réputé disparu. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages sur la botanique néo-calédonienne et du « Guide botanique du jardin Lacroix à Dumbéa ». « Mille et une plantes en Nouvelle-Calédonie », le livre de poche préféré des randonneurs, son précédent ouvrage, est un guide botanique de terrain pour faciliter la reconnaissance des espèces traitées en détail dans ses précédents ouvrages « Plantes du littoral en Nouvelle-Calédonie » et « Florilège des plantes en Nouvelle-Calédonie » qui ont eu un grand succès et reçus le prix POPAI 2013 au salon international du livre océanien. (voir sur ce blog un article sur Bernard Suprin)

Une bonne idée de cadeau pour les fêtes, De fleur en fleur
Une bonne idée de cadeau pour les fêtes, De fleur en fleur

Publié dans Ecrivain calédonien

Partager cet article

Repost 0

Goncourt 2016 à Leila Slimani. Berhneim avait aussi fait le bon choix avec Gaël Faye

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Photo du site de l'académie Goncourt

Photo du site de l'académie Goncourt

Le Prix Goncourt 2016 a été attribué à Leila Slimani pour Chanson douce, chez Gallimard au 1er tour de scrutin par 6 voix. Ont obtenu 2 voix : Gaël Faye Petit pays Grasset, 1 voix à Catherine Cusset L'autre qu'on adorait Gallimard et 1 voix à Régis Jauffret Cannibales Seuil.

 

Le Goncourt des lycéens 2016 a été attribué à Gaël Faye pour Petit pays Grasset

Comme chaque année, le comité de lecture de Bernheim a voté en même temps que le Jury du prix Goncourt et a choisi " Petit Pays" de Gaël Faye.

Le Prix de la bibliothèque Bernheim est attribué à « Possédées » de Frédéric Gros

Et le coup de cœur du jury est enfin allé à « tropique de la violence » de Nathacha Appanah

Goncourt 2016 à Leila Slimani. Berhneim avait aussi fait le bon choix avec Gaël FayeGoncourt 2016 à Leila Slimani. Berhneim avait aussi fait le bon choix avec Gaël FayeGoncourt 2016 à Leila Slimani. Berhneim avait aussi fait le bon choix avec Gaël Faye

A noter : ce samedi 19 novembre à 9 h 30 en salle d'animation jeunesse.

"L'ours et la Lune", spectacle animé par Cécile Alix, lauréate de Livre mon Ami 2016.

Entrée libre et gratuite

Publié dans Nouvelle-Calédonie

Partager cet article

Repost 0

Pito Mā 11 Radio Cocotier de Gotz, Marotea

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Pito Mā 11 Radio Cocotier de Gotz, Marotea

De la BD 100% tahitienne de l’éditeur Au vent des îles, 2016

Déjà le onzième album des aventures de Pito Ma. Clins d’œil humoristiques sur la vie polynésienne, avec comme fil conducteur de cet album, les ragots qui nourrissent le quotidien des îles …

GOTZ

Gotz est né en 1964. Artiste peintre, il a abordé toutes les formes d’expression plastique avant de se consacrer à son art : la peinture. Il vit depuis 1991 à Tahiti, sur l’île de Moorea au milieu de l’exubérante végétation d’une vallée où est installé son atelier. Illustrateur, il est l’auteur des planches de « Pito ma », une bande dessinée dans laquelle il croque la vie polynésienne avec humour. Gotz a également réalisé plusieurs ouvrages sur le tatouage polynésien, un sujet qui le passionne. C’est avec gourmandise que, tout môme, Gotz dévorait les histoires de Spirou, Gaston Lagaffe et Astérix… Il en recopiait avec soin les personnages et les décors, s’en inspirant pour créer de petites histoires. Il a travaillé seul sur les cinq premiers albums, il s’est adjoint les services d’un scénariste depuis quelques temps. Toerau sur les épisodes 6 à 8, et Marotea parolier et chroniqueur radio depuis le N°9. «J’avais besoin de me renouveler. Je commençais à être en décalage avec l’ambiance générale de Papeete » explique Gotz qui vit souvent reclus dans sa vallée de Moorea dans un article du 16 septembre 2014 dans Tahiti Infos. Grâce à l’arrivée de scénaristes certains points de vue changent et la famille Pito Ma s’enrichit de nouveaux personnages. Le club des cinq camarades du début est devenu une brochette d’une douzaine de figures.

Autre BD illustré par Gotz L’ALLIANCE MA’OHI chez le même éditeur

Le peuple Pacifique vit en parfaite harmonie sur le grand continent Hawaiki Nui jusqu’à l’arrivée de ce grand navire inconnu. À son bord, le terrible Byron se révèle être un tyran sanguinaire assoiffé de pouvoir.

Publié dans Ecrivain du Pacifique

Partager cet article

Repost 0

Pina de Titaua Peu Littératures du Pacifique, Au vent des îles, 2016

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Pina de Titaua Peu Littératures du Pacifique, Au vent des îles, 2016

Roman

Dans une famille tahitienne qui cumule toutes les misères, Pina, dernière de sa fratrie, observe, du haut de ses huit ans, cette comédie humaine sur fond de révolte, de désamour et de violence. C’est pourtant elle, petite enfant noire aux cheveux crépus, la moins aimée, qui deviendra le guide du clan familial. L’histoire dramatique d’une famille de neuf enfants qui dépeint avec réalisme et finesse les rapports complexes qu’entretiennent les membres d’une même lignée qui se méconnaissent, se heurtent et souffrent dans le silence. Pina brosse le portrait d’une Polynésie déchirée où deux mondes parallèles se côtoient sans se voir. Un livre coup de poing, un grand cri de rage trempé dans la sueur, le sang, le sperme et les larmes.

FICHE DÉTAILLÉE

Dans une famille tahitienne qui cumule toutes les misères, Pina, dernière de sa fratrie, observe, du haut de ses huit ans, cette comédie humaine sur fond de révolte, de désamour et de violence. C’est pourtant elle, petite enfant noire aux cheveux crépus, la moins aimée, qui deviendra le guide du clan familial. L’histoire dramatique d’une famille de neuf enfants qui dépeint avec réalisme et finesse les rapports complexes qu’entretiennent les membres d’une même lignée qui se méconnaissent, se heurtent et souffrent dans le silence. Pina brosse le portrait d’une Polynésie déchirée où deux mondes parallèles se côtoient sans se voir. Un livre coup de poing, un grand cri de rage trempé dans la sueur, le sang, le sperme et les larmes.

Source de ce résumé et fiche détaillée le site de Pacific Book'in

Titaua PEU, PINA, interview au salon du livre de Tahiti 2016

Ajoutée le 14 nov. 2016 Interviewée par Titaua Porcher-Wiart, notre auteure choc nous livre quelques clefs d'approche de son écriture. Apauraa rotopu ia Titaua PEU, aito vahine papa'i buka e o Titaua Porcher-Wiart, 'orometua no te pae o te papa'i. Fa'a'ite mai o PEU vahine tetahi mau ha'amaramaramara'a faufa'a roa.

Publié dans Ecrivain du Pacifique

Partager cet article

Repost 0

1 2 > >>