Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le temps des ingénieurs de la navigation aérienne : mémoires d’outre-mer 1945-1968

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Le temps des ingénieurs de la navigation aérienne : mémoires d’outre-mer 1945-1968

Ces ingénieurs ont fait l’aviation civile à partir de 1945 dans le tout nouveau secrétariat général qui en avait la charge.   

DGAC Collection mémoire de l’aviation civile Livre / 290 pages

Rédigé par un comité éditorial de membres du groupement des ingénieurs de l’aviation civile retraités (GIACRE)

Cliquer sur ce lien pour lire l'ouvrage en lecture électronique sur le site du patrimoine et de la mémoire de l'aviation civile et le cas échéant le télécharger

Préface de l’ouvrage de Patrick Gandil, directeur général de l’aviation civile

Le temps des ingénieurs de la navigation aérienne est un temps ancien, celui des vingt-cinq premières années de la DGAC qui était encore le SGAC. L’appellation s’est éteinte il y a presque quarante ans, remplacée par celle d’ingénieur de l’aviation civile. Les premiers INA, recrutés parmi les personnels formés avant guerre et qui constituèrent à partir de 1945 l’ossature du tout nouveau secrétariat général à l’Aviation civile et commerciale, ont depuis longtemps disparu ; mais beaucoup de ceux qui firent partie des premières promotions de l’ENAC, alors installée à Orly, sont encore parmi nous.

Ils parlent aujourd’hui du temps qu’ils passèrent outre-mer. Ils avaient devant eux, pour leur première expérience professionnelle, un champ immense, celui d’une France présente sur tous les continents. Ils semblent presque tous l’avoir vécu comme une chance.

La mémoire qu’ils nous livrent est donc une mémoire lointaine, par la distance et par le temps. C’est aussi, par définition, une mémoire technique, une mémoire d’ingénieur. Mais c’est également une mémoire du politique, à la fois parce que les INA servirent dans un outre-mer qui allait connaître de profonds bouleversements institutionnels et parce que, malgré leur jeunesse, leur grade d’ingénieur en faisait les interlocuteurs d’hommes de premier plan.

C’est ensuite une mémoire féconde, car elle nous parle de pays au nom disparu et d’événements qui font déjà partie de l’histoire : pour donner toute leur valeur à ces témoignages, il a fallu puiser dans les dossiers, les photographies, les cartes, et redécouvrir ainsi la richesse un peu oubliée de nos fonds documentaires.

C’est enfin et surtout une mémoire humaine. L’éloignement, l’isolement et la nécessité de faire face à des situations souvent imprévues, avec des moyens de fortune, formaient le caractère et rendaient toute théorique la partition entre vie privée et vie professionnelle.

Merci au GIACRE pour son initiative, merci d’avoir permis à nos aînés d’évoquer ce temps qui s’éloigne. Empreints dans leur récit du souci d’exactitude inhérent à leur métier, ils s’efforcent de parler avant tout de leur mission ; mais, derrière la description qui se veut objective se dissimulent la nostalgie d’un lointain riche en couleurs et, parfois aussi, le souvenir ému de leur propre jeunesse. (Source Giacre et info Frédéric Angleviel. Ça date de 2010 mais c’est un ouvrage gratuit et instructif)

Publié dans Divers

Partager cet article
Repost0

Concours du premier roman calédonien, le prix Michel Lagneau 2020/2021 est lancé à vos claviers !

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Concours du premier roman calédonien,  le prix Michel Lagneau 2020/2021 est lancé à vos claviers !

Prix Michel Lagneau

Concours du premier roman

Lancé en 2005 à l’occasion du SILO – salon international du livre océanien – le prix Michel Lagneau a été initié par l’ADAMIC (Association pour le développement des arts et du mécénat industriel et commercial de Nouvelle-Calédonie) à la mémoire M. Michel Lagneau, fondateur des imprimeries ARTYPO.

L’objectif était également d’encourager la création littéraire calédonienne et d’offrir une édition professionnelle du manuscrit, assuré par les éditions Madrépores et le mécénat des imprimeries ARTYPO qui s’engage à éditer et imprimer 700 exemplaires du livre.

En 2012, la Maison du Livre de la Nouvelle-Calédonie relance ce prix en réunissant à nouveau les différents partenaires : l’ADAMIC, ARTYPO, les éditions Madrépores, la bibliothèque Bernheim, la médiathèque du centre culturel Tjibaou, NC 1ère et un représentant de la famille Lagneau.

À ce jour, cinq lauréats ont été publiés, cinq premiers romans singuliers, dont « L’Hom Wazo » de Dora Wadramane, prix des lycéens Vi Nimö 2017 et « Chroniques de la mauvaise herbe » de Vincent Vuibert, meilleure vente littérature locale en 2013 et 2014.

Composition du jury : Jean-Brice Peirano, représentant de la Maison du Livre de la Nouvelle-Calédonie Auriane Dumortier, représentante du SILO Nadège Lagneau, représentante de la famille Lagneau Pierre Bui, représentant d'ARTYPO Gilbert Bladinières, représentant des éditions Madrépores Manuel Touraille, représentant de l'ADAMIC Manuel Castejon, représentant de l'ADCK-centre culturel Tjibaou Sylvain Derne, le lauréat de l'édition précédente Trois lecteurs conviés par les organisateurs :

Isa Qala (autrice et initiatrice des «Rando-Lectures sur Lifou), Pablo - Pablo Barri (animateur et responsable de la médiathèque de Boulari), Mylène Godard (photographe et professeur de Lettres à la retraite).

Imprimeur, tirage et éditeur Les imprimeries ARTYPO (Nouméa), mécène du prix Michel Lagneau depuis sa première édition, prendra en charge les supports de communication liés au concours, ainsi que le premier tirage du roman lauréat. Cinq cents (500) exemplaires, de maximum cent douze (112) pages couverture souple en quadrichromie incluse). Les éditions Madrepores (Nouméa) éditeront l'oeuvre lauréate, avec possibilité d'élargir sa diffusion à une édition en ligne.

Règlement télécharger le PDF en suivant ce lien

 

Publié dans Ecrivain calédonien

Partager cet article
Repost0

Représentations et Pratiques Sociales en Milieu Kanak par Frédéric Patane à la librairie Calédo Livres, un franc succès, un public nombreux

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Représentations et Pratiques Sociales en Milieu Kanak par Frédéric Patane à la librairie Calédo Livres, un franc succès, un public nombreux
Représentations et Pratiques Sociales en Milieu Kanak par Frédéric Patane à la librairie Calédo Livres, un franc succès, un public nombreux

Frédéric Patane, enseignant et docteur en anthropologie du handicap, a attiré la foule à la librairie. La libraire s’est retrouvée en rupture de chaises assez rapidement. Mais même debout le public est resté, car le docteur Patane a su faire passer immédiatement son enthousiasme. Il milite depuis de nombreuses années au sein de diverses associations à l'échelle locale et régionale. Il a pris une part active dans les groupes de travail ayant contribué à la rédaction de la loi du pays de 2009 en faveur des personnes en situation de handicap de Nouvelle-Calédonie. Il en a longuement parlé en fin d’exposé.

Le Handicap en milieu océanien avait peu été traité par le passé et presqu’uniquement par des Australiens. Frédéric Patane a comblé un vide avec cette recherche doctorale menée en Nouvelle-Calédonie de 2013 à 2019. Il a sillonné la Grande Terre et les îles pour recueillir une cinquantaine de témoignages. En début d’intervention il a expliqué la particularité de faire ce travail en tribu. Le fait d’être un « Blanc », n’a pas été une gêne. On lui a fait des confidences que l’on n’a pas le droit d’évoquer entre kanak. Il a ainsi pu ainsi comprendre les facteurs explicatifs du malheur. Comment on se protège du mal, car le handicap est souvent un message de l’invisible, une affaire de lutin, de boucan, de transgression de la coutume que l’on cherche à soigner avec le guérisseur avant la médecine occidentale la plupart du temps. Son exposé a tenu en haleine le nombreux public. Il est pratiquement impossible de résumer cette heure et demi de causerie du professeur. Avec son expérience d’enseignant, il avait préparé « son cours ». Il avait même prévu la distribution de schémas explicatifs. Sans note, malgré de nombreuses citations d’anthropologues ou de chercheurs, Frédéric Patane a fait étalage se sa connaissance et sa mémoire. Il aurait pu parler encore longtemps mais il a aussi la maîtrise du timing, il a libéré son auditoire à 19h30. Il ne reste plus qu’à acheter son livre pour garder une trace de son intervention ou approfondir ses connaissances sur le handicap en milieu kanak.

Représentations et Pratiques Sociales en Milieu Kanak par Frédéric Patane à la librairie Calédo Livres, un franc succès, un public nombreux
Représentations et Pratiques Sociales en Milieu Kanak par Frédéric Patane à la librairie Calédo Livres, un franc succès, un public nombreuxReprésentations et Pratiques Sociales en Milieu Kanak par Frédéric Patane à la librairie Calédo Livres, un franc succès, un public nombreuxReprésentations et Pratiques Sociales en Milieu Kanak par Frédéric Patane à la librairie Calédo Livres, un franc succès, un public nombreux

Publié dans conférences, Culture Kanak

Partager cet article
Repost0

HANDICAP : Représentations et Pratiques Sociales en Milieu Kanak de Frédéric Patane

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

HANDICAP : Représentations et Pratiques Sociales en Milieu Kanak de Frédéric Patane

Préface de Charles Gardou et Frédéric Angleviel

Collection : Portes océanes chez L’Harmattan

Cet ouvrage est une synthèse d'une recherche doctorale menée en Nouvelle-Calédonie de 2013 à 2019. L'auteur, à travers de nombreux entretiens, nous fait découvrir le regard porté sur le handicap dans le monde kanak. Autrement dit, quels sont les facteurs explicatifs du malheur ? Quels sont les fonctions et le statut social de la personne avec une déficience au sein de cette communauté culturelle ? Quel rôle joue la coutume dans la prise en charge des plus vulnérables ?

La loi du pays de 2009 en faveur des personnes en situation de handicap reconnaît la primauté de l'individu sur le groupe. Quel est l'impact de cette nouvelle législation sur les solidarités sociales kanak basées sur l'intérêt communautaire ?

Le nouveau mode de prise en charge des personnes en situation de handicap, tel que préconisé par le législateur, n'est-il pas symptomatique des mutations socio-économiques qui traversent aujourd'hui la société kanak ?

Frédéric Patane est enseignant et docteur en anthropologie du handicap. Il milite depuis de nombreuses années au sein de diverses associations à l'échelle locale et régionale. Il a pris une part active dans les groupes de travail ayant contribué à la rédaction de la loi du pays de 2009 en faveur des personnes en situation de handicap de Nouvelle-Calédonie.

 

Photo du fichier de Pacific.studies EU

Illustration de couverture : Cédille

****

L’administrateur du blog ecrivainducaillou a demandé à Frédéric Patane d’enrichir cet article avec un message personnel.

« Cet ouvrage montre combien la question du handicap est abordée différemment selon les cultures. Par exemple, dans une tribu du Botswana, la naissance d’un enfant en situation de handicap est un honneur pour les parents. Ils auraient été choisis par les dieux pour l’accueillir et l’éduquer. Dans nos sociétés modernes, la survenue d’un handicap est, au contraire, considérée comme un drame individuel. Ainsi, les personnes avec une déficience sont trop souvent confiées à des spécialistes dont le travail est de les « normaliser ». Pourtant, si vous les interrogez, elles revendiquent, par-dessus tout, leur droit à la fragilité, et elles souhaitent être actrices de leur vie. Mais il leur faut encore beaucoup de courage et de pugnacité pour réaliser leur projet de vie. En effet, notre société calédonienne n’est pas encore tout à fait prête pour les accueillir en tant que citoyen à part entière. » Frédéric Patane

NB : Chaque année, le 22 juin, a lieu la Journée nationale de réflexion sur le don d'organes et la greffe et de reconnaissance aux donneurs. Cet article est aussi une modeste participation à cette journée du blog ecrivainducaillou

L’ouvrage de Frédéric Patane est le résumé, la vulgarisation d’une thèse de recherche doctorale présentée à Lyon en 2019.

Une causerie sur cet ouvrage en présence de l’auteur est programmée à la libraire Calédo Livres le 29 juillet 2020. Venez nombreux monsieur Patane va surement nous faire découvrir un aspect de notre société mal connu.

Publié dans Culture Kanak

Partager cet article
Repost0

Les aventuriers des îles Chesterfield : Conférence de Gilbert Castet, Président du musée maritime de Nouvelle-Calédonie ce jeudi

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Les aventuriers des îles Chesterfield : Conférence de Gilbert Castet, Président du musée maritime de Nouvelle-Calédonie ce jeudi Les aventuriers des îles Chesterfield : Conférence de Gilbert Castet, Président du musée maritime de Nouvelle-Calédonie ce jeudi

 À 18h00 entrée libre dans la limite des places disponibles (durée environ 1h00)

Les îles Chesterfield, partie intégrante du Parc naturel de la Mer de Corail, abritent une biodiversité exceptionnelle aujourd’hui bien connue de tous. Mais qui se souvient de l’histoire de cet archipel calédonien dont le nom fut donné en 1793 par un baleinier anglais ?

Devenu un point de passage pour les navires de commerce et les baleiniers, cet archipel inhabité, situé à 550 km au nord-ouest de la Grande Terre, est connu des marins comme une zone de navigation particulièrement dangereuse, à l’origine de plusieurs naufrages. Cette mauvaise réputation n’a pas empêché de nombreuses colonies d’oiseaux marins de s’y installer depuis plusieurs siècles et d’y produire du guano.

Utilisé comme engrais naturel au 19ème siècle, le guano devient rapidement une ressource stratégique indispensable au développement de l’agriculture. Il n’en faudra pas plus pour que la France décide en 1878 de prendre possession de l’archipel, devançant de peu les Anglais…

Gilbert Castet, vous propose de découvrir l’histoire mouvementée de cet archipel, qui fut le lieu de nombreuses péripéties et naufrages.

Session supplémentaire jeudi 30 juillet 2020 à 18hentrée libre dans la limite des places disponibles (durée env 1h)

Publié dans conférences

Partager cet article
Repost0

Le Mémorial du bagne calédonien – Les chaînes et La terre, les premières photos des deux volumes, le travail d’une vie pour Louis-José Barbançon dit-on au pays du ouï-dire !

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Le Mémorial du bagne calédonien – Les chaînes et La terre, les premières photos des deux volumes, le travail d’une vie pour Louis-José Barbançon dit-on au pays du ouï-dire !

Aux éditions Au vent des Îles dans toutes les bonnes librairies (en cours d’acheminement, on peut réserver, ce mémorial aura sa place dans toutes les bibliothèques calédoniennes) 

Volume 1 : Les chaînes.

Ce volume traite du « Malheur », terme par lequel les condamnés nommaient leur condition de forçats. Un « malheur » qui commence en général à Toulon puis Saint-Martin-de-Ré et se poursuit sur les convois puis à l’île Nou où ils deviennent, pour la société de Nouméa, les « gens d’en face ». Autant de phases de répression présentées en plusieurs chapitres qui abordent également l’action et la vie du personnel de l’Administration pénitentiaire qu’il soit militaire, civil, médical religieux ou encore kanak. À l’ombre du « malheur », d’autres aspect du bagne sont explorés, l’île des Pins, les minorités étrangères, arabes, asiatiques, kanak ou encore des facettes moins sombres comme la fanfare ou les artistes du bagne. Enfin, vient le terrible chapitre des punitions, des chaînes, des bastonnades, des instruments de torture, du quartier cellulaire de l’île Nou, du camp Brun, le camp de l’horreur et des exécutions à la guillotine.

Volume 2 : La terre.

Ce second volume aborde le thème du travail forcé qui se décline en de multiples activités : corvées sur et en dehors de l’île Nou, travail dans les carrières ou au four à chaux, affectation dans les fermes pénitentiaires ou sur les établissements agricoles ou forestiers de l’AP, Bacouya, Prony, engagements chez les colons ou au profit des sociétés minières par les « contrats de chair humaine ». Le bagne devient bâtisseur, entrepreneur de travaux publics et l’abondance de sa main-d’œuvre en fait le principal consommateur de la colonie.

Suivent les chapitres consacrés à la réhabilitation avec la présentation des centres de concessionnaires, Bourail, La Foa-Fonwhari, le Diahot et Pouembout-Koniambo. La formation ou la reconstitution de familles étant au cœur de la colonisation pénale, les femmes au bagne, le devenir des enfants, les internats de l’AP sont tout autant de sujets qui, avec la libération et la condition des libérés, précèdent la longue agonie du bagne calédonien.

Deux volumes présentés dans un coffret, non vendus séparément.

Écrit par Louis-José Barbançon, co-édité par l’association Témoignage d’un passé.

Biographie :

Louis-José Barbançon voit le jour à Nouméa (Nouvelle-Calédonie), le 12 avril 1950. Descendant de familles issues des deux colonisations, la libre et la pénale, il grandit dans un milieu « de tradition gaulliste et chrétienne », précise-t-il. Son enfance est marquée par la disparition précoce de son père, en 1953, dans le naufrage de La Monique, au large de Maré, l'une des îles Loyauté de l'archipel calédonien. Sa mère, institutrice chez les sœurs de Cluny, se retrouve seule avec un petit garçon qu'elle décide d'inscrire à l'école, à un âge où à l'époque les enfants n'y vont pas encore.

En 1968, baccalauréat en poche, il s'envole vers Aix-en-Provence où l'attendent des études d'histoire qui vont peser lourd dans sa vie d'homme. D'abord parce qu'elles le conduiront à explorer, avec le passé de sa terre natale, le versant secret de sa propre histoire familiale. Ensuite parce qu'elles vont le conduire à questionner son rapport à la Nouvelle-Calédonie, mais également les rapports entre celle-ci, le Pacifique qui l'entoure et sa lointaine Métropole.

Il revient au pays au début des années soixante-dix, débute sa carrière d'enseignant, suit de près l'actualité politique en observateur, puis s'y engage en tant qu'acteur. En 1979, il devient secrétaire général de la Fédération pour une nouvelle société calédonienne (F.N.S.C.), mouvement autonomiste qui souhaite ouvrir la voie à un nouveau dialogue entre les deux principales communautés du pays, Kanak et Calédoniens d'origine européenne.

Attaché de cabinet au Conseil du gouvernement de 1979 à 1984, il participe à l'élaboration d'un ensemble de réformes, notamment dans les domaines foncier, éducatif et fiscal. En 1982, la F.N.S.C. s'allie avec le Front indépendantiste et rend possible l'élection du leader indépendantiste kanak Jean-Marie Tjibaou à la vice-présidence du conseil gouvernemental.

Au sortir des années 1984-1988, qui voient la Nouvelle-Calédonie plonger aux limites de la guerre civile, Louis-José Barbançon décide de rassembler les notes prises durant toute la décennie. Ce sera Le Pays du non-dit, publié à compte d'auteur en 1992. Le livre est un succès de librairie : deux éditions, aujourd'hui épuisées, et une expression, « pays du non-dit », qui, comme le livre, fait rapidement référence. Suit en 1995 La Terre du lézard. Puis il tient de décembre 1995 à mai 1996, dans l'éphémère Quotidien calédonien, une chronique, Rue de l'Observatoire.

S'affirme dans ces écrits une passion de la terre calédonienne.

Source : ile en ile.org (Le site de référence pour les informations sur les auteurs du Pacifique)

Un article sur Louis-José Barbançon sur ce blog

Partager cet article
Repost0

Atelier d’écriture au dock socioculturel avec Joël PAUL

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Atelier d’écriture au dock socioculturel avec Joël PAUL
Atelier d’écriture au dock socioculturel avec Joël PAUL

Un samedi sur deux, l’association Ecrire en Océanie propose un atelier d’écriture au dock socioculturel. Un rendez-vous bimensuel pour permettre aux écrivains et à tous ceux qui aiment la littérature des rencontres dans une ville proche de Nouméa tandis qu’un marché et diverses animations se déroulent à proximité. C’est une belle initiative cette décentralisation de la culture initiée par Nicole Chardon-Irsh présidente de l’association Ecrire en Océanie. Ce samedi 25 juillet 2020 Joël PAUL blogueur et écrivain est venu présenter son travail et faire la promotion de sa nouvelle Le Chaudron de Nick publiée dans la collection une nouvelle un auteur de EEO. Plus de deux heures d’un presque monologue, l’écrivain est un bavard et l’accueil convivial l’a rendu encore plus volubile.

Joël PAUL, Sylvie Coquillard et un photographe professionnel bien connu jules hmaloko

 

Publié dans Divers sur Joël PAUL

Partager cet article
Repost0

Ecrire en Océanie, analyse des textes inspirés par la Nouvelle-Calédonie et fait la promotion de l’écrit en Océanie au cours d’atelier au dock socioculturel de Païta

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Ecrire en Océanie, association néo-calédonienne créée en juillet 2008, a pour vocation l’analyse des textes inspirés par la Nouvelle-Calédonie et la promotion de l’écrit en Océanie.

L’association ne cesse depuis lors d’être au plus près de la littérature d’émergence francophone… suite sur la page d’accueil de l’association

 PS : Ce samedi 25 juillet, Le chaudron de Nick sera présenté et en vente en compagnie de l’auteur. Ci-dessous une présentation des ouvrages de l’auteur au cours de la dernière causerie chez Calédo Livres.

Joël PAUL à Calédolivres une recension disponible sur le site EEO avec beaucoup d’autres articles sur la littérature calédonienne

Depuis Homère et l’Odyssée, Les 39 marches de John Buchan, les récits de Graham Greene, Douglas Preston, Michael Crichton, la littérature renouvelle le thriller qui s’enrichit au fil du temps. L’écrivain Joël Paul, dans Le Chaudron de Nick, explore le milieu de la mafia chinoise. Le format de la collection « Un auteur une nouvelle » chez Ecrire en Océanie permet de montrer le récit dans sa singularité.

Les critères du genre sont réunis dans cette nouvelle palpitante :

 - théorie du complot

- cible et victime innocente

- indice prémonitoire (vitrail représentant un chaudron)

 - traque

- manipulation psychique (jeu du chat et de la souris)

- voyages

- Règlements de comptes

- présence d’un méchant qui va mettre des obstacles sur le chemin du héros ; détraqué, dévoré d’ambition, cet adversaire conduit l’enquêteur dans la gueule du chaudron où bout le nickel en fusion, sous prétexte de lui faire visiter les lieux ; la nouvelle se termine par une scène méphistophélique qui lui donne une connotation fantastique.

Joël Paul, qui mène de front une activité littéraire dense et une chronique sur son blog de grande utilité, « Ecrivains du Caillou », est devenu un auteur incontournable à la maturité avérée ; il excelle dans l’exploration de l’histoire où la fiction se mêle au présent.

Ainsi Les Visiteurs du château Hagen font revivre des personnages historiques et bousculent la chronologie de manière originale. De même, dans Mes nuits avec Roymata, le légendaire Roymata vient hanter le narrateur dans une aventure mystique, entre fantastique et réalité, dans un Vanuatu chargé de mystères. Les Moustaches de Tigre explorent un épisode terrible de la guerre d’Indochine et permettent à l’auteur de brosser des portraits sans concession. Le Calédonien fait revivre l’épopée d’un exil volontaire d’une famille française vers la Nouvelle-Calédonie, emportant avatars et espoirs avec elle. Une part de biographie se mêle à la fiction, présentant un personnage principal pétri de sensibilité. Ce sont là quelques exemples de la production littéraire de Joël Paul, qui se plaît à l’entrechoc des époques.

Si l’auteur, empêché, n’a pu se rendre à la causerie, d’aucuns dans la salle ont salué sa fécondité et son talent, qui mériterait de figurer dans les classiques de la littérature française.

NCI

Les derniers ouvrages publiés par l'association EEO
Les derniers ouvrages publiés par l'association EEO

Les derniers ouvrages publiés par l'association EEO

Des livres de Joël PAUL

Des livres de Joël PAUL

Partager cet article
Repost0

Le salon des collectionneurs de Nouméa fête ses 20 ans

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Le salon des collectionneurs de Nouméa fête ses 20 ans
Le salon des collectionneurs de Nouméa fête ses 20 ans

Cette année, le salon des collectionneurs de Nouméa fête ses 20 ans ! Soyez présent pour célébrer cet anniversaire ! L’entrée est gratuite ! Le salon porté par l’OPT, la mairie de Nouméa et le Club Philatélique du Cagou sont très heureux de vous inviter à cet événement qui ravira aussi bien les collectionneurs de timbres que ceux de monnaies, de cartes postales et de toutes autres collections.

Pour les amateurs de littérature, le salon des collectionneurs est aussi un formidable endroit pour retrouver des parutions parfois épuisées en librairie. Les amateurs d’histoire trouveront aussi avec la SEHNC de quoi satisfaire leur curiosité. Le prolifique historien Frédéric Angleviel est un inconditionnel de ce salon, il encore présent cette année avec un stand de ses collections et il propose ses ouvrages dédicacés sur place pour l’occasion. Vendredi matin dès l’ouverture la mairie a été prise d’assaut. C’est jusqu’à dimanche !

Le salon des collectionneurs de Nouméa fête ses 20 ansLe salon des collectionneurs de Nouméa fête ses 20 ansLe salon des collectionneurs de Nouméa fête ses 20 ans
Le salon des collectionneurs de Nouméa fête ses 20 ans
Le salon des collectionneurs de Nouméa fête ses 20 ans
Le salon des collectionneurs de Nouméa fête ses 20 ans
Le salon des collectionneurs de Nouméa fête ses 20 ans
Le salon des collectionneurs de Nouméa fête ses 20 ans
Le salon des collectionneurs de Nouméa fête ses 20 ans
Le salon des collectionneurs de Nouméa fête ses 20 ans
Le salon des collectionneurs de Nouméa fête ses 20 ans

Publié dans Notre Caillou

Partager cet article
Repost0

Le Tome 3 d’analyses d’œuvres littéraires calédoniennes, par Nicole CHARDON-ISCH

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Le Tome 3 d’analyses d’œuvres littéraires calédoniennes, par Nicole CHARDON-ISCH
Le Tome 3 d’analyses d’œuvres littéraires calédoniennes, par Nicole CHARDON-ISCH

Pour le troisième recueil d’analyses d’œuvres littéraires calédoniennes, rédigé par Nicole ISCH présenté à la presse depuis le mois de mars, une causerie était organisée à la librairie Calédo livres ce mercredi 15 juillet 2020. Cet ouvrage plébiscité par les enseignants est un véritable bréviaire pour les professeurs de Lettres de Nouvelle-Calédonie surtout ceux qui arrivent de métropole. Ils peuvent rapidement avoir un aperçu de la littérature locale pour introduire un peu de culture pays aux candidats à la kâgne ou stimuler des vocations.

 

L’avant-propos de ce 3ème tome a été rédigé par Frédéric Ohlen, Officier des Arts et des Lettres. Cet ouvrage qui vient en complément des deux premiers et finalisera cette entreprise littéraire et pédagogique qui était indispensable. Bravo et merci à Nicole Chardon-Isch de s’y être attelée. JP

 

Troisième volume d'une entreprise littéraire et pédagogique, ce recueil présente des œuvres inspirées par la Nouvelle-Calédonie. L'analyse de pièces de théâtre, bandes dessinées, contes, romans ou nouvelles, essais philosophiques, est offerte aux lecteurs curieux, attentifs aux déclinaisons littéraires. Enrichie d'interviews, elle montre l'intérêt et l'esthétique d'œuvres représentatives d'un espace et d'une époque.

 

Nicole Chardon-Isch est enseignante en lettres classiques et écrivaine, elle s'attache, au sein de l'association Ecrire en Océanie, à décrypter les beautés et les mystères des textes de Nouvelle-Calédonie.

Publié dans Ecrivain calédonien

Partager cet article
Repost0

1 2 3 > >>