Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le temps des ingénieurs de la navigation aérienne : mémoires d’outre-mer 1945-1968

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Le temps des ingénieurs de la navigation aérienne : mémoires d’outre-mer 1945-1968

Ces ingénieurs ont fait l’aviation civile à partir de 1945 dans le tout nouveau secrétariat général qui en avait la charge.   

DGAC Collection mémoire de l’aviation civile Livre / 290 pages

Rédigé par un comité éditorial de membres du groupement des ingénieurs de l’aviation civile retraités (GIACRE)

Cliquer sur ce lien pour lire l'ouvrage en lecture électronique sur le site du patrimoine et de la mémoire de l'aviation civile et le cas échéant le télécharger

Préface de l’ouvrage de Patrick Gandil, directeur général de l’aviation civile

Le temps des ingénieurs de la navigation aérienne est un temps ancien, celui des vingt-cinq premières années de la DGAC qui était encore le SGAC. L’appellation s’est éteinte il y a presque quarante ans, remplacée par celle d’ingénieur de l’aviation civile. Les premiers INA, recrutés parmi les personnels formés avant guerre et qui constituèrent à partir de 1945 l’ossature du tout nouveau secrétariat général à l’Aviation civile et commerciale, ont depuis longtemps disparu ; mais beaucoup de ceux qui firent partie des premières promotions de l’ENAC, alors installée à Orly, sont encore parmi nous.

Ils parlent aujourd’hui du temps qu’ils passèrent outre-mer. Ils avaient devant eux, pour leur première expérience professionnelle, un champ immense, celui d’une France présente sur tous les continents. Ils semblent presque tous l’avoir vécu comme une chance.

La mémoire qu’ils nous livrent est donc une mémoire lointaine, par la distance et par le temps. C’est aussi, par définition, une mémoire technique, une mémoire d’ingénieur. Mais c’est également une mémoire du politique, à la fois parce que les INA servirent dans un outre-mer qui allait connaître de profonds bouleversements institutionnels et parce que, malgré leur jeunesse, leur grade d’ingénieur en faisait les interlocuteurs d’hommes de premier plan.

C’est ensuite une mémoire féconde, car elle nous parle de pays au nom disparu et d’événements qui font déjà partie de l’histoire : pour donner toute leur valeur à ces témoignages, il a fallu puiser dans les dossiers, les photographies, les cartes, et redécouvrir ainsi la richesse un peu oubliée de nos fonds documentaires.

C’est enfin et surtout une mémoire humaine. L’éloignement, l’isolement et la nécessité de faire face à des situations souvent imprévues, avec des moyens de fortune, formaient le caractère et rendaient toute théorique la partition entre vie privée et vie professionnelle.

Merci au GIACRE pour son initiative, merci d’avoir permis à nos aînés d’évoquer ce temps qui s’éloigne. Empreints dans leur récit du souci d’exactitude inhérent à leur métier, ils s’efforcent de parler avant tout de leur mission ; mais, derrière la description qui se veut objective se dissimulent la nostalgie d’un lointain riche en couleurs et, parfois aussi, le souvenir ému de leur propre jeunesse. (Source Giacre et info Frédéric Angleviel. Ça date de 2010 mais c’est un ouvrage gratuit et instructif)

Publié dans Vie Pratique

Partager cet article
Repost0

Représentations et Pratiques Sociales en Milieu Kanak par Frédéric Patane à la librairie Calédo Livres, un franc succès, un public nombreux

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Représentations et Pratiques Sociales en Milieu Kanak par Frédéric Patane à la librairie Calédo Livres, un franc succès, un public nombreux
Représentations et Pratiques Sociales en Milieu Kanak par Frédéric Patane à la librairie Calédo Livres, un franc succès, un public nombreux

Frédéric Patane, enseignant et docteur en anthropologie du handicap, a attiré la foule à la librairie. La libraire s’est retrouvée en rupture de chaises assez rapidement. Mais même debout le public est resté, car le docteur Patane a su faire passer immédiatement son enthousiasme. Il milite depuis de nombreuses années au sein de diverses associations à l'échelle locale et régionale. Il a pris une part active dans les groupes de travail ayant contribué à la rédaction de la loi du pays de 2009 en faveur des personnes en situation de handicap de Nouvelle-Calédonie. Il en a longuement parlé en fin d’exposé.

Le Handicap en milieu océanien avait peu été traité par le passé et presqu’uniquement par des Australiens. Frédéric Patane a comblé un vide avec cette recherche doctorale menée en Nouvelle-Calédonie de 2013 à 2019. Il a sillonné la Grande Terre et les îles pour recueillir une cinquantaine de témoignages. En début d’intervention il a expliqué la particularité de faire ce travail en tribu. Le fait d’être un « Blanc », n’a pas été une gêne. On lui a fait des confidences que l’on n’a pas le droit d’évoquer entre kanak. Il a ainsi pu ainsi comprendre les facteurs explicatifs du malheur. Comment on se protège du mal, car le handicap est souvent un message de l’invisible, une affaire de lutin, de boucan, de transgression de la coutume que l’on cherche à soigner avec le guérisseur avant la médecine occidentale la plupart du temps. Son exposé a tenu en haleine le nombreux public. Il est pratiquement impossible de résumer cette heure et demi de causerie du professeur. Avec son expérience d’enseignant, il avait préparé « son cours ». Il avait même prévu la distribution de schémas explicatifs. Sans note, malgré de nombreuses citations d’anthropologues ou de chercheurs, Frédéric Patane a fait étalage se sa connaissance et sa mémoire. Il aurait pu parler encore longtemps mais il a aussi la maîtrise du timing, il a libéré son auditoire à 19h30. Il ne reste plus qu’à acheter son livre pour garder une trace de son intervention ou approfondir ses connaissances sur le handicap en milieu kanak.

Représentations et Pratiques Sociales en Milieu Kanak par Frédéric Patane à la librairie Calédo Livres, un franc succès, un public nombreux
Représentations et Pratiques Sociales en Milieu Kanak par Frédéric Patane à la librairie Calédo Livres, un franc succès, un public nombreuxReprésentations et Pratiques Sociales en Milieu Kanak par Frédéric Patane à la librairie Calédo Livres, un franc succès, un public nombreuxReprésentations et Pratiques Sociales en Milieu Kanak par Frédéric Patane à la librairie Calédo Livres, un franc succès, un public nombreux

Publié dans conférences

Partager cet article
Repost0

HANDICAP : Représentations et Pratiques Sociales en Milieu Kanak de Frédéric Patane

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

HANDICAP : Représentations et Pratiques Sociales en Milieu Kanak de Frédéric Patane

Préface de Charles Gardou et Frédéric Angleviel

Collection : Portes océanes chez L’Harmattan

Cet ouvrage est une synthèse d'une recherche doctorale menée en Nouvelle-Calédonie de 2013 à 2019. L'auteur, à travers de nombreux entretiens, nous fait découvrir le regard porté sur le handicap dans le monde kanak. Autrement dit, quels sont les facteurs explicatifs du malheur ? Quels sont les fonctions et le statut social de la personne avec une déficience au sein de cette communauté culturelle ? Quel rôle joue la coutume dans la prise en charge des plus vulnérables ?

La loi du pays de 2009 en faveur des personnes en situation de handicap reconnaît la primauté de l'individu sur le groupe. Quel est l'impact de cette nouvelle législation sur les solidarités sociales kanak basées sur l'intérêt communautaire ?

Le nouveau mode de prise en charge des personnes en situation de handicap, tel que préconisé par le législateur, n'est-il pas symptomatique des mutations socio-économiques qui traversent aujourd'hui la société kanak ?

Frédéric Patane est enseignant et docteur en anthropologie du handicap. Il milite depuis de nombreuses années au sein de diverses associations à l'échelle locale et régionale. Il a pris une part active dans les groupes de travail ayant contribué à la rédaction de la loi du pays de 2009 en faveur des personnes en situation de handicap de Nouvelle-Calédonie.

 

Photo du fichier de Pacific.studies EU

Illustration de couverture : Cédille

****

L’administrateur du blog ecrivainducaillou a demandé à Frédéric Patane d’enrichir cet article avec un message personnel.

« Cet ouvrage montre combien la question du handicap est abordée différemment selon les cultures. Par exemple, dans une tribu du Botswana, la naissance d’un enfant en situation de handicap est un honneur pour les parents. Ils auraient été choisis par les dieux pour l’accueillir et l’éduquer. Dans nos sociétés modernes, la survenue d’un handicap est, au contraire, considérée comme un drame individuel. Ainsi, les personnes avec une déficience sont trop souvent confiées à des spécialistes dont le travail est de les « normaliser ». Pourtant, si vous les interrogez, elles revendiquent, par-dessus tout, leur droit à la fragilité, et elles souhaitent être actrices de leur vie. Mais il leur faut encore beaucoup de courage et de pugnacité pour réaliser leur projet de vie. En effet, notre société calédonienne n’est pas encore tout à fait prête pour les accueillir en tant que citoyen à part entière. » Frédéric Patane

NB : Chaque année, le 22 juin, a lieu la Journée nationale de réflexion sur le don d'organes et la greffe et de reconnaissance aux donneurs. Cet article est aussi une modeste participation à cette journée du blog ecrivainducaillou

L’ouvrage de Frédéric Patane est le résumé, la vulgarisation d’une thèse de recherche doctorale présentée à Lyon en 2019.

Une causerie sur cet ouvrage en présence de l’auteur est programmée à la libraire Calédo Livres le 29 juillet 2020. Venez nombreux monsieur Patane va surement nous faire découvrir un aspect de notre société mal connu.

Publié dans Culture Kanak, Essai

Partager cet article
Repost0

Les aventuriers des îles Chesterfield : Conférence de Gilbert Castet, Président du musée maritime de Nouvelle-Calédonie ce jeudi

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Les aventuriers des îles Chesterfield : Conférence de Gilbert Castet, Président du musée maritime de Nouvelle-Calédonie ce jeudi Les aventuriers des îles Chesterfield : Conférence de Gilbert Castet, Président du musée maritime de Nouvelle-Calédonie ce jeudi

 À 18h00 entrée libre dans la limite des places disponibles (durée environ 1h00)

Les îles Chesterfield, partie intégrante du Parc naturel de la Mer de Corail, abritent une biodiversité exceptionnelle aujourd’hui bien connue de tous. Mais qui se souvient de l’histoire de cet archipel calédonien dont le nom fut donné en 1793 par un baleinier anglais ?

Devenu un point de passage pour les navires de commerce et les baleiniers, cet archipel inhabité, situé à 550 km au nord-ouest de la Grande Terre, est connu des marins comme une zone de navigation particulièrement dangereuse, à l’origine de plusieurs naufrages. Cette mauvaise réputation n’a pas empêché de nombreuses colonies d’oiseaux marins de s’y installer depuis plusieurs siècles et d’y produire du guano.

Utilisé comme engrais naturel au 19ème siècle, le guano devient rapidement une ressource stratégique indispensable au développement de l’agriculture. Il n’en faudra pas plus pour que la France décide en 1878 de prendre possession de l’archipel, devançant de peu les Anglais…

Gilbert Castet, vous propose de découvrir l’histoire mouvementée de cet archipel, qui fut le lieu de nombreuses péripéties et naufrages.

Session supplémentaire jeudi 30 juillet 2020 à 18hentrée libre dans la limite des places disponibles (durée env 1h)

Publié dans conférences

Partager cet article
Repost0

Atelier d’écriture au dock socioculturel avec Joël PAUL

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Atelier d’écriture au dock socioculturel avec Joël PAUL
Atelier d’écriture au dock socioculturel avec Joël PAUL

Un samedi sur deux, l’association Ecrire en Océanie propose un atelier d’écriture au dock socioculturel. Un rendez-vous bimensuel pour permettre aux écrivains et à tous ceux qui aiment la littérature des rencontres dans une ville proche de Nouméa tandis qu’un marché et diverses animations se déroulent à proximité. C’est une belle initiative cette décentralisation de la culture initiée par Nicole Chardon-Irsh présidente de l’association Ecrire en Océanie. Ce samedi 25 juillet 2020 Joël PAUL blogueur et écrivain est venu présenter son travail et faire la promotion de sa nouvelle Le Chaudron de Nick publiée dans la collection une nouvelle un auteur de EEO. Plus de deux heures d’un presque monologue, l’écrivain est un bavard et l’accueil convivial l’a rendu encore plus volubile.

Joël PAUL, Sylvie Coquillard et un photographe professionnel bien connu jules hmaloko

 

Publié dans Divers sur Joël PAUL

Partager cet article
Repost0

Le salon des collectionneurs de Nouméa fête ses 20 ans

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Le salon des collectionneurs de Nouméa fête ses 20 ans
Le salon des collectionneurs de Nouméa fête ses 20 ans

Cette année, le salon des collectionneurs de Nouméa fête ses 20 ans ! Soyez présent pour célébrer cet anniversaire ! L’entrée est gratuite ! Le salon porté par l’OPT, la mairie de Nouméa et le Club Philatélique du Cagou sont très heureux de vous inviter à cet événement qui ravira aussi bien les collectionneurs de timbres que ceux de monnaies, de cartes postales et de toutes autres collections.

Pour les amateurs de littérature, le salon des collectionneurs est aussi un formidable endroit pour retrouver des parutions parfois épuisées en librairie. Les amateurs d’histoire trouveront aussi avec la SEHNC de quoi satisfaire leur curiosité. Le prolifique historien Frédéric Angleviel est un inconditionnel de ce salon, il encore présent cette année avec un stand de ses collections et il propose ses ouvrages dédicacés sur place pour l’occasion. Vendredi matin dès l’ouverture la mairie a été prise d’assaut. C’est jusqu’à dimanche !

Le salon des collectionneurs de Nouméa fête ses 20 ansLe salon des collectionneurs de Nouméa fête ses 20 ansLe salon des collectionneurs de Nouméa fête ses 20 ans
Le salon des collectionneurs de Nouméa fête ses 20 ans
Le salon des collectionneurs de Nouméa fête ses 20 ans
Le salon des collectionneurs de Nouméa fête ses 20 ans
Le salon des collectionneurs de Nouméa fête ses 20 ans
Le salon des collectionneurs de Nouméa fête ses 20 ans
Le salon des collectionneurs de Nouméa fête ses 20 ans
Le salon des collectionneurs de Nouméa fête ses 20 ans
Le salon des collectionneurs de Nouméa fête ses 20 ans

Publié dans Evénement culturel

Partager cet article
Repost0

Le Tome 3 d’analyses d’œuvres littéraires calédoniennes, par Nicole CHARDON-ISCH

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Le Tome 3 d’analyses d’œuvres littéraires calédoniennes, par Nicole CHARDON-ISCH
Le Tome 3 d’analyses d’œuvres littéraires calédoniennes, par Nicole CHARDON-ISCH

Pour le troisième recueil d’analyses d’œuvres littéraires calédoniennes, rédigé par Nicole ISCH présenté à la presse depuis le mois de mars, une causerie était organisée à la librairie Calédo livres ce mercredi 15 juillet 2020. Cet ouvrage plébiscité par les enseignants est un véritable bréviaire pour les professeurs de Lettres de Nouvelle-Calédonie surtout ceux qui arrivent de métropole. Ils peuvent rapidement avoir un aperçu de la littérature locale pour introduire un peu de culture pays aux candidats à la kâgne ou stimuler des vocations.

 

L’avant-propos de ce 3ème tome a été rédigé par Frédéric Ohlen, Officier des Arts et des Lettres. Cet ouvrage qui vient en complément des deux premiers et finalisera cette entreprise littéraire et pédagogique qui était indispensable. Bravo et merci à Nicole Chardon-Isch de s’y être attelée. JP

 

Troisième volume d'une entreprise littéraire et pédagogique, ce recueil présente des œuvres inspirées par la Nouvelle-Calédonie. L'analyse de pièces de théâtre, bandes dessinées, contes, romans ou nouvelles, essais philosophiques, est offerte aux lecteurs curieux, attentifs aux déclinaisons littéraires. Enrichie d'interviews, elle montre l'intérêt et l'esthétique d'œuvres représentatives d'un espace et d'une époque.

 

Nicole Chardon-Isch est enseignante en lettres classiques et écrivaine, elle s'attache, au sein de l'association Ecrire en Océanie, à décrypter les beautés et les mystères des textes de Nouvelle-Calédonie.

Publié dans Essai

Partager cet article
Repost0

Bonne fête à mes amis et visiteurs amoureux de la littérature

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Bonne fête à mes amis et visiteurs amoureux de la littérature

Publié dans Divers

Partager cet article
Repost0

Tupaia, le pilote polynésien du capitaine Cook par Joan Druett aux éditions URA

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Une belle initiative d’un éditeur polynésien tandis que l’on reparle en ce moment de l’histoire commune entre Polynésiens et Amérindiens grâce à l’audace de leurs navigateurs.

Les amoureux de voyages maritimes, de culture et d’histoire polynésienne peuvent se réjouir de la traduction d’un ouvrage majeur, écrit en 2010 par l’historienne et romancière néo-zélandaise Joan Druett et plusieurs fois primé.

Tupaia, le pilote polynésien du capitaine Cook, restitue l’incroyable destin de ce Raiatéen de haute naissance qui fut le navigateur et l’interprète de James Cook, en particulier en Nouvelle-Zélande, mais était également un initié et un érudit de culture polynésienne – grand-prêtre au marae de Taputapuatea – fin diplomate, linguiste émérite, brillant orateur, dessinateur de talent… et bien évidemment, expert en géographie du Pacifique.

L’auteur qui, dans son introduction, présente Tupaia comme « le Machiavel tahitien de son époque », explique pourquoi il fallait tirer de l’oubli cet homme au destin exceptionnel, qui a tant contribué au succès du voyage de l’Endeavour et qui, pourtant, « n’a jamais fait partie de la légende populaire qui entoure le capitaine Cook. »

À propos de Tupaia, une critique de Paul Little, dans le magazine North and South : « On nous a souvent dit quels grands navigateurs étaient les Polynésiens d’autrefois, mais on nous l’a rarement démontré de façon si convaincante et avec autant de clarté. »

Cet ouvrage de 415 pages, enrichi d’une bibliographie d’une grande richesse, d’illustrations de la main même de Tupaia et d’un lexique maritime approprié, a été traduit de l’anglais par Henri Theureau et Luc Duflos, tous deux résidents de Raiatea.

Henri Theureau est le traducteur de la trilogie de l’Arbre à pain (de Célestine Hitiura Vaite, éditions Au Vent des Îles), de Panne Sèche (No More Gas, de Nordhoff & Hall, éditions ‘URA) et de Un Rêve d’Îles (de Gavan Daws, éditions ‘URA).

Luc Duflos, ancien capitaine de la marine marchande dans le Pacifique, puis pilote maritime de Nouvelle-Calédonie, est féru de vieux gréements et d'histoire océanienne.

Contact éditeur : contact@ura.pf

Joan Druett

L’historienne et romancière, Joan Druett, née en 1939, vit à Wellington en Nouvelle-Zélande. Elle est l’auteur d’une douzaine d’ouvrages historiques et d’une dizaine de romans, tous liés à la mer.

Dans son ouvrage Tupaia, le pilote polynésien du capitaine Cook, paru en langue française chez 'Ura éditions, elle restitue l’incroyable destin de ce Raiatéen de haute naissance qui fut le navigateur et l’interprète de James Cook, en particulier en Nouvelle-Zélande, mais était également un initié et un érudit de culture polynésienne – grand-prêtre au marae de Taputapuatea – fin diplomate, linguiste émérite, brillant orateur, dessinateur de talent… et bien évidemment, expert en géographie du Pacifique.

Henri Theureau, est le traducteur de la trilogie de l’Arbre à pain (de Célestine Hitiura Vaite, éditions Au Vent des Îles), de Panne Sèche (No More Gas, de Nordhoff & Hall, éditions ‘URA), de Tupaia, le pilote polynésien du capitaine Cook (de Joan Druett, éditions 'URA) et de Un Rêve d’Îles (de Gavan Daws, éditions ‘URA). Il habite à Ra'iatea aux Iles sous le Vent de Tahiti.

Publié dans Histoire

Partager cet article
Repost0

Violences faites aux Néocalédoniennes : Caledonia Blues, de Claudine Jacques Au vent des îles dans Le Monde, le magazine Des Livres

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Des Livres

Date : 10 juillet 2020 Page de l’article : p.20

Pays : FR Périodicité : Hebdomadaire

 

Histoire d'un livre

Violences faites aux Néocalédoniennes

Il n'y a pas d'à peu près dans l'horreur», assène l'un des protagonistes de la nouvelle Gowe » (Pars!, en bichlamar, un pidgin parlé en Nouvelle-Calédonie et à Vanuatu), à sa jeune épouse. L'avertissement vaut manifestement pour tout le recueil : chacun des textes le composant dessine avec une précision terrible les différentes violences faites là-bas aux femmes. Car telle semble être la véritable opposition qui structure la Grande Terre, au-delà de la division Kanak-Caldoches. Ces « emboucanements » trouvent ici une expression empreinte de sincérité, qui doit beaucoup à l'aptitude de l'autrice à nouer ses drames en une poignée de mots. Les troublantes miscellanées de ce Caledonia Blues sonnent admirablement justes jusqu'à l'écœurement. Certes, le lecteur sortira un peu groggy de leur lecture. Mais il aura en chemin retrouvé le sens de cette idée, que l'on croit souvent usée et creuse, selon laquelle « les mots nous libèrent ». ZOÉ COURTOIS

Caledonia Blues, de Claudine Jacques Au vent des iles. 212 p

(Source de l'info FB de Claudine Jacques)

Histoire. « Poulo Condore. Un bagne français en Indochine », de Frédéric Angleviel avait déjà eu l’honneur d’un article dans Le Monde en Janvier 2020

Publié dans Nouvelles

Partager cet article
Repost0

1 2 > >>