Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jean-Victor Colombani-Jaffré, passionné de lecture administrateur de la chaine YouTube La croisée des livres invité de NC News

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Partager cet article
Repost0

Marché Lucien avec Christine Bourrelly pour EEO et le potager de Sari avec Sébastien

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

EEO fait son marché !EEO fait son marché !
EEO fait son marché !EEO fait son marché !

EEO fait son marché !

Le marché Lucien de la Bibliothèque Bernheim est devenu un rendez-vous incontournable pour de nombreuses personnes et un plus pour les lecteurs qui fréquentent la bibliothèque le samedi. Ce samedi 31 juillet, en plus des stands habituels, l’association Ecrire en Océanie proposait ses publications à des prix « spécial marché », c'est-à-dire, défiant toute concurrence. Quelques auteurs sont venus soutenir Christine Bourrelly, écrivaine et libraire d’un jour qui est membre bénévole de cette association.

Sari Oedin fait un gros travail avec son jardin pédagogique. Il est plus beau de jour en jour. Il avait un invité de marque avec Sébastien Limousin toujours affable et jamais avare de conseils pour les amateurs de plantes. Ci-dessous quelques photos de cette manifestation.

Le potager magiqueLe potager magique
Le potager magique
Le potager magiqueLe potager magique

Le potager magique

Partager cet article
Repost0

Le numéro 62 de Nuelasin est disponible et en téléchargement dans cet article

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Le numéro 62 de Nuelasin est disponible et en téléchargement dans cet article

èTéléchargez le dernier numéro de Nuelasin

Le plus de la rédaction : Bonne lecture à vous. Wws

Celë petrehi la hnapan e Gaijoli

Ame la uma ne meköle troa pane jidri Iengenë me föi angeic, tre hna hnëkëne hë thatraqane lai hejine ase faipoipo. Asehë hnëkë hnene la lue föe qangöne la lapai Catreie, qangöne la qenenöj troa ceme nyidro lue trefëne ngöne lai pane jidr. Kola troa wai Iengenë ka hape nyipi jajinyikö. E cili, tro lapai trahmany hmaca a hamëne la ketre trenge mani me itre xaa sinakoko koi kem me thinei jajiny. Kösëlo ole laka nyipi jajiny, pëkö caa hnepe mekune ne nyitru troa ti thupene la hnaopene i fiju, laka troa cili thenge la he i neköi tixene lapa. Ame la sine maano ka wië ka simadra ne la ifiju tre troa amamane kowe la itre hene la lapa, angetre troa amanathithine elany la faipoipo fene la ihmelekap laka lue lapa asëhi kuhu. Troa hai Iengenë maine troa hnyimafë pena. Celëhi matre kaloi koi angeic e thatrokö a tro menu e qëmekene ikötresai. Ngo e ka tromenu amelo itre tremeien me thinei trahmany laka angatrehi la angetre nyi göhnei Iengenë hnine la lapa kacahae tre, tropenaha angatre a ceitune me itre öni ka ihej troa jele kapë hnënyöngönë angeic.

Amehi la kola ase hamëne la hna ahetrenyine, Huline hi, tane nyikeine a hë Catreieti jë : « Thei Iengenëtijë nge trojë wai Copaqatr ke eahlo lo atre troa thueimei epone makanu. The thëthëhminekö hamënefe koi eahlo lo sine maano. » Kola cilethili hnei Catreie, kola xele ma goeë tixei angeic. Kola isiine troa dredrehnyima hnei angeic, ngo kola amamane la akötre i atre xötrei faipoipo laka, ketre itupath katrulai troa traqa koi angetre xötrei ikötresae. Hetre itre xötrehë qëmekei angeic, hnei angatre hna cili thengefe.

Traqaha e Gaijoli, Copaqatr me Yaelaqatr a lapajupe fenei hmelekap, nge lue trefën a löjë hnine la uma ne meköl. E faif hnaipajö

E koilo uma i huhnami, kolo palahi a xen, nge muzik fekö lai a tha cilekö, kolokö a nango iqeqëth e celë, me i ameköti, matre madricatre ha nekönatr. Jidri ka troa qeacatr la jidrice.

Hnine la uma kola iaja hnei Catreie me Iengenë ngo pëkö ithahnata. Nyidro a isa lapa, pëkö mej me thele hna goe, ke xou ma igoeë. Hna thewe nyidro hnei hnaeë nge kamel palahi la eë hnine la hnatresij. Lue qatreföe palahi kuhu fenei hmelekap a nango qatuëne koilo uma ne meköl laka hna fe acone la qëhnelö.

Enepe ithahnatapi :

- Hnauën laka tro palapihë epun atro Jokin a troa ihujë me eni ? Öni Iengenë.

- Troa hnyingë Hnepehni föi Iwedr ajai angeic hnei föi angeic matre kapajuhë hnei angatr asë. Tha ka ngazokö, eni a kapa madrine la ajai angeic. Ka mingöming catre eö, angetre Hunöj a qaja tunelai. Itrexan a qaja kahape kalolo catr la ajai Hnepe. Öhnyiöhë hnei angeic lo ijine keremes e Havila. Ma trejine epone ?

Pour la toute première fois, chez Gaijoli

La case où Iengenë devait se donner pour la première fois à son mari, avait été préparée pour le soir du mariage.

Deux femmes âgées, du clan de la famille de Catreie, étaient prêtes, comme de coutume, pour assister les époux dans l’épreuve véritable : s’assurer de la virginité d’Iengenë. Le clan du mari, dans ce cas, verserait une somme d’argent supplémentaire et quelques ignames de plus aux parents de la fille, récompense accordée à sa pureté préservée, aucune arrogance n’ayant défrayé l’orifice vaginal, voie par laquelle devait passer la tête de l’héritier. Le mouchoir blanc, taché du sang virginal, serait montré aux autorités claniques qui attribuent la qualité de «vraie fille» à Iengenë. Ces personnes garantes de la paix du clan donneraient leur bénédiction le lendemain du mariage sous la tonnelle devant les notables des deux familles réunies. Iengenë serait alors sujet d’admiration ou de raillerie. Il valait mieux pour elle qu’elle n’ait pas connu d’aventure avant le mariage. Si c’était le cas, les belles-sœurs et la belle-mère, sensées assurer la bonne adhésion d’Iengenë dans sa nouvelle famille, se transformeraient en véritables bêtes féroces pour l’avilir.

Sitôt la remise de cadeaux terminée, Huline, le responsable du mariage fit venir Catreie.

– Appelle Iengenë et partez voir Copa qatr, c’est elle qui a la charge de vous apporter le coco vert. Tu n’oublies pas de lui remettre le mouchoir.

Catreie regardait fixement le sol afin de fuir le regard du grand frère. Un sourire forcé déchira son visage et révéla le mal-être du jeune marié qui doit subir son examen de passage vers le monde conjugal. D’autres générations bien avant lui avaient connu cette même épreuve. De feu.

Chez Gaijoli, Copa qatr et Yaella qatr furent laissées sous la tonnelle et le couple entra de suite dans la case.

Il était environ cinq heures de l’après-midi.

Là-bas, à la maison commune, tout le monde continuait de manger, la musique ne s’arrêtait plus. Quelques démonstrations d’excès de boisson et de règlements de compte avaient déjà commencé à la très grande joie des enfants.

La nuit risquait d’être longue.

Dans la case, Catreie et Iengenë s’appréciaient. Se parlaient- ils? Non, ils se taisaient et se fuyaient même du regard, gênés de se regarder dans les yeux, l’un et l’autre. Pendant longtemps ils restèrent séparés par le foyer où le feu continuait de brûler dans la cendre.

Dehors, l’attention des deux vieilles était toujours fixée sur la porte de la case mi-close.

Puis... vint le temps des paroles.

- Pourquoi avoir été jusqu’à Jokin pour me demander en mariage? Se risqua Iengenë.

- Il faut demander à Hnepehni, la femme à Iwedr, c’est elle qui a donné l’idée à son mari, le groupe a suivi. Ce n’est pas triste, personnellement je suis heureux de son choix. Tu parais belle, et tout le monde aussi le dit. à Hunöj, les gens disent que Hnepe a eu le bon ton. Elle t’avait déjà à l’œil depuis qu’elle t’a rencontrée à la kermesse de Havila. Tu es sa cousine, n’est-ce pas?

For the very first time, at Gaïjoli’s

The hut where Iengenë was to give herself to her husband for the first time had been prepared for the evening of the mariage. Two elderly women, belonging to the clan of Catreie’s family were ready, as usual, to help the married couple during the genuine event, that of confirming Iengenë’s virginity. In that case, the husband’s clan would pay a supplementary amount of money and some more yams to the girl’s parents as a reward authorized for preserving the purity of whom the hymen, the way by which the crown of the heir must pass through, had submitted no humiliation. The white handkerchief stained with the blood of the virgin would be shown to the authorities of the clan, who gurantee peace, responsible for assigning the quality of ‘’virgin » to Iengenë and would bless the couple before the notables of the two families united under the latticework of creepers the day after the marriage. Iengenë would then be the subject of admiration or mockery. It would have been better for her if she hadn’t had love affairs before her marriage. If so, her sisters-in-law and her mother-in-law, supposed to ensure Iengenë’s good intergration in the family, would be transformed into real ferocious animals to degrade her. As soon as all the gifts were handed out, Huline, responsable for the marriage summoned Catreie. « Call Iengenë and go and see old Copa qatr*. She’s the one in charge of bringing you green coconuts. Don’t forget to give her the handkerchief. » Catreie stared at the floor to avoid been looked at by his big brother. He forced out a smile which revealed the newlywed’s uneasiness about passing the marital test. Well before him, other generations had gone through the same thing. To be on trial. At Gaïjoli’s, the two old ladies, Copa qatr* and Yaella qatr* were left on their own under the latticework and the couple entered the hut one after the other. It was about five o’clock in the afternoon. Over there, in the Common House everybody continued to eat, the music non-stop. Some people displayed effects of excessive drinking while others had scores to settle amongst themselves to the delight of the children. There was every chance that the night would be long. In the hut, Catreie and Iengenë were getting acquainted with each other. Were they conversing with each other ? No, they kept quiet and avoided looking at each other, embarrassed to look into one another’s eyes. For a long while, they stayed apart, separated by the hearth where the fire continued to burn among the ashes. From the outside, the two old ladies kept their attention fixed on the half- closed door. Then, words began to be spoken. « Why go right up to Jokin to ask for my hand in marriage ? » Iengenë dared. « You have to ask Hnepehni, Iwedr’s wife. She’s the one who gave the idea to her husband and everyone followed it. It’s not bad, I myself am happy about her choice. You look beautiful and everybody also says it. At Hunöj people say that Hnepe has good taste. She kept an eye on you since she met you at the village fair at Havila. You are her cousin- sister, aren’t you ? »

Partager cet article
Repost0

Le Marché de Lucien de samedi 31 août avec l’association EEO

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Le Marché de Lucien de samedi 31 août avec l’association EEO
Le Marché de Lucien de samedi 31 août avec l’association EEO

Le Marché de Lucien est un événement populaire ouvert à tous qui se tient tous les derniers samedi de chaque mois. Organisé autour des valeurs telles que le partage, l’écocitoyenneté et la protection de l’environnement. La bibliothèque accueille gratuitement durant les heures d’ouvertures au public (de 9 h à 16 h), des exposants et des associations proposant de l’artisanat, des produits maraîchers.

Le dernier livre de Christine Bourrelly présente sur le stand en attendant sa causerie mercredi prochain à Calédo Livre

Il y a toujours un événement nouveau et différent chaque samedi du marché. Ce samedi, c'est l’association Écrire en Océanie qui présentera ses publications, cette association commence à avoir un catalogue fourni, une véritable maison d’édition est en train de naître.

Quelques parutions en illustration

 

Partager cet article
Repost0

Société des études historique de Nouvelle-Calédonie : Le bulletin de la SEHNC n°207 de juillet 2021 est disponible

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Société des études historique de Nouvelle-Calédonie : Le bulletin de la SEHNC n°207 de juillet 2021 est disponible
Société des études historique de Nouvelle-Calédonie : Le bulletin de la SEHNC n°207 de juillet 2021 est disponible

Auteur : Collectif chaque numéro est vendu 1500 F CFP

Bulletin de la SEHNC n° 205

Table des matières du bulletin n° 205 (4ème trimestre 2020) de la Société d’études historiques de la Nouvelle-Calédonie :

- « 18 jun 1940 : une décision courageuse » par Jean-François Burck,

- « Le sprinter calédonien André Beyney » par Gérard Cauvile,

- « In mémoriam Loïc Mangematin » par Benoît Delvinquier,

- « Données archéologiques sur le passé ancien de l’archipel calédonien » par Christophe Sand,

- « Les fêtes franco-russes à Nouméa (du 5 au 12 mai 1894) » par Luc Legeard.

Bulletin de la SEHNC n° 206

Table des matières du bulletin n° 206 (1er trimestre 2021) de la Société d’études historiques de la Nouvelle-Calédonie :

- « Le centenaire d’ANZAC » par Simon Appleton,

- « Portrait de la Grande Citoyenne, Louise Michel en Nouvelle-Calédonie » par Luc Legeard,

- « New Caledonia au Panama (1698-1700) » par Simon Appleton,

- « Acrè aux cobaleurs, les très riches années du cobalt calédonien (1876-1904) – 1ere partie » par Benoît Delvinquier.

Lien vers le site de SEHNC

La SEHNC au salon des collectionneurs qui a lien chaque année à la mairie de Noumea

La SEHNC au salon des collectionneurs qui a lien chaque année à la mairie de Noumea

Partager cet article
Repost0

Champignons de Nouvelle-Calédonie de la société mycologique de NC

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Affiche vendu 350 F chez Calédo Livre

Affiche vendu 350 F chez Calédo Livre

Guide naturaliste

Compagnon idéal du promeneur, des amoureux de la nature, ce guide offre une sélection des espèces plus ou moins courantes du règne fongique de Nouvelle-Calédonie.

Éditeur : Société mycologique de NC 2021 Prix 2500 F CFP chez Calédo Livres et dans toutes les bonnes librairies de Calédonie

Champignons, précieux alliés de la nature !

Les champignons représentent un monde invisible sous nos pieds lorsque nous marchons dans la nature. Présents sous forme de mycélium (filaments 10 à 20 fois plus fins qu’un cheveu), ils jouent des rôles clés dans la nature et notamment dans nos forêts uniques. De formes, de couleurs incroyables, ils ne manqueront pas de vous surprendre !

Partager cet article
Repost0

Exposition MISE*ENJEU dans et hors les murs du centre d’Art jusqu’au 31 octobre. Un programme riche à découvrir ci-dessous

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Exposition MISE*ENJEU dans et hors les murs du centre d’Art jusqu’au 31 octobre. Un programme riche à découvrir ci-dessous

La Ville de Nouméa présente au centre d’Art une nouvelle exposition, évolutive et participative. Intitulée « MISE*ENJEU », elle abordera les problématiques sociétales actuelles et tentera de répondre à cette interrogation : comment les artistes peuvent-ils contribuer aux changements de nos sociétés et participer aux transitions culturelles et environnementales ? « MISE*ENJEU » sera ponctuée de résidences artistiques et d’ateliers participatifs pour faire émerger l’idée d’un espace d’expérimentation continu et collectif.

L’EXPOSITION

L’exposition Mise*EnJeu se construit face et avec le public. Elle s’enrichit au fil du temps, des projets et des collaborations, dans et hors les murs du centre d’Art.

Le visiteur est invité à participer aux différentes phases de l’exposition : il est sollicité, incité à agir et à interagir avec les artistes et médiateurs, à commenter, à partager, pour devenir un co-commissaire d’exposition. Workshops, ateliers et rencontres viendront émailler et animer les échanges.

AU COEUR DE LA TRANSITION

Exposition participative et évolutive, MISE*ENJEU mettra au défi le thème de la « transition » pour tenter de créer le changement : le rapport entre nature et culture sera au centre de cette exposition 2021.

MISE*ENJEU ouvre un espace de remise en jeu, un laboratoire d’expériences créatives pour « créer le changement ». Ici, l’esprit du jeu anime la recherche, il incite à la création, développe l’imagination et crée la découverte, pour réinventer le monde.

UNE EXPOSITION EN PLUSIEURS CHAPITRES

L’exposition est composée de quatre séquences :

À partir du 22 juillet : « Scénographie »

L’ouverture de l’exposition se fait sur un espace scénographique nu, construit par Terence Barnes, principalement avec du carton recyclé. Cet espace invite le public à questionner l’environnement dans lequel il évolue, investi et transformé par l’homme. Le public va être invité à déambuler dans cet espace, et les artistes en création à l’habiter.

Du 22 juillet au 31 août : « C’est ma nature »

Ici, c’est la question de la nature humaine qui est posée. Quelle est la place de l’Homme dans sa relation au vivant ? L’artiste Mariana Molteni travaillera sur la notion de paysage, à partir d’une oeuvre de Louis Macouillard, datant de 1943 et issue de l’exposition Passion de collectionneurs qui s’est déroulée à la Maison Higginson. L’idée étant de créer des ponts entre deux artistes, entre deux époques, entre deux paysages, entre deux pratiques artistiques. Une fresque aux dimensions spectaculaires naîtra sous les yeux du public.

Du 10 août au 18 septembre : « Thinking room »

Cette résidence réunissant trois artistes différents (Florence Giuliani, Denise Tiavouane et Nicolas Kurtovitch) transforme l’espace d’exposition en espace de réflexion collective. Une invitation à vivre chacun la question de nos engagements pour un lendemain. Thinking room est un espace immersif pour les « spect’acteurs » du jour d’après.

Du 1er au 31 octobre : « Prothèse »

Prothèse rend hommage à l’artiste, ce bricoleur : parce que créer est une façon de reconstruire le monde. A travers des ateliers d’up-cycling ouverts au public, éloge sera fait à l’artiste qui sommeil dans chacun de nous.

UN ESPACE DE MÉDIATION

Rencontrer les artistes en résidence ? Visiter l’exposition avec des médiateurs culturels ? Participer à la co-construction et à l’évolution de MISE*ENJEU ? C’est possible

Du 22 juillet au 31 août

- Les mardis de 9h à 14h30 : rencontre avec Mariana Molteni.

- Les samedis 7 et 21 août de 9h à 11h : visites accompagnées par des médiateurs culturels et café partagé. Sur inscription.

Du 10 août au 18 septembre

- Les samedis 4 et 18 septembre à 10h : visites accompagnées par des médiateurs et café partagé. Sur inscription.

Du 1er au 31 octobre

- Les samedis 16 et 30 octobre à 10h : visites accompagnées par des médiateurs culturels et café partagé. Sur inscription.

•        Nocturnes

Tous les derniers mercredis du mois, d’août à novembre, à 18h. Sur inscription.

DES ARTISTES MULTIPLES

Les résidences de création in situ seront programmées après l’ouverture de l’exposition évolutive. Ces résidences, façon work in progress permettent au public d’être témoin d’une œuvre en train de se faire et/ou d’y participer pour comprendre une démarche de création, et aux artistes de créer, directement en salle d’exposition, face au public.

TERENCE BARNES

Scénographe inventif, Terence Barnes conçoit et réalise des espaces ludiques, des outils pédagogiques, notamment dans les musées, ainsi que des expositions principalement destinées au jeune public.

Ici, il a monté un paysage fait entièrement de cartons recyclés qui servira de support aux futures créations des artistes et du public.

MARIANA MOLTENI

Mariana Molteni est née en 1975 à Buenos Aires, en Argentine. Elle a suivi des études de céramique, de scénographie, et a appris le dessin, la peinture et la sculpture. De 2000 à 2005, elle suit des cours à l'Ecole Nationale des Beaux-arts de Buenos Aires, et prépare une Licence en Arts Visuels. Après avoir vécu à Bordeaux, elle s’est installée en Nouvelle-Calédonie en 2011. Le travail de Mariana Molteni prend source à la confluence des cultures latino-américaine, pacifique et européenne.

Fascinée par la grandeur de la végétation qui l’entoure, Mariana Molteni présente ici un travail de peinture et de collage, où la végétation sauvage est faites de nombreuses formes et couleurs. Son projet est de faire émerger notre patrimoine naturel commun : l’espace du vivant, la nature qui nous entoure ainsi que la richesse de nos paysages intérieurs, culturels et singuliers.

FLORENCE GIULIANI, DENISE TIAVOUANE ET NICOLAS KURTOVITCH

Nicolas Kurtovitch, Florence Giuliani et Denise Tiavouane seront en résidence pour le chapitre « Thinking Room ».Une enfance en Afrique du Nord, de longs séjours dans plusieurs régions de France puis la Nouvelle-Calédonie depuis 1992, des aller-retour réguliers entre le Pacifique et l’Europe depuis 2004 dans lesquels s’inscrit souvent l’Asie comme lieu d’étape, le Japon en particulier... Florence Giuliani est une artiste plasticienne multiple.

Originaire de la tribu de Pwëa à Pouébo, Denise Tiavouane a grandi en partie à Yaté. Figure de proue de l’art contemporain kanak, elle immerge le public dans un monde mystique, plein de l’énergie de la terre de Nouvelle-Calédonie. Ses peintures sont autant de portes d’entrées qui mènent aux racines de sa culture traditionnelle et à son identité kanak, qu’elle ne cesse d’interroger.

Né à Nouméa en 1955, Nicolas Kurtovitch est dramaturge, poète, romancier et nouvelliste, il a publié une trentaine d’ouvrages. Après un cursus universitaire à Aix-en-Provence, il revient en 1980 en Nouvelle-Calédonie, enseigne la géographie, puis dirige un lycée jusqu’en 2010. Il sort son premier recueil de poèmes, Sloboda, en 1973. Il a aussi participé à des écritures à quatre mains : Dire le vrai/ Tell the truth, un recueil de poèmes, avec Déwé Gorodé ; Les dieux sont borgnes, une pièce de théâtre créée en 2002 et jouée en Avignon en 2003, avec le dramaturge Pierre Gope.

INFORMATIONS PRATIQUES

Exposition Mise*Enjeu du 22 juillet 2021.

Salle d’exposition du centre d’Art, 6 boulevard Extérieur, Faubourg-Blanchot. Renseignements et inscriptions aux visites au 25 07 53. Entrée libre et gratuite du mardi au vendredi de 8h30 à 16h30, et 1 heure avant chaque représentation au Théâtre de Poche. Quartiers : Faubourg Blanchot au centre d'art

Partager cet article
Repost0

21e édition du salon des collectionneurs à Nouméa : Une réussite avec des livres pour les amateurs

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

21e édition du salon des collectionneurs à Nouméa : Une réussite avec des livres pour les amateurs21e édition du salon des collectionneurs à Nouméa : Une réussite avec des livres pour les amateurs
21e édition du salon des collectionneurs à Nouméa : Une réussite avec des livres pour les amateurs
21e édition du salon des collectionneurs à Nouméa : Une réussite avec des livres pour les amateurs21e édition du salon des collectionneurs à Nouméa : Une réussite avec des livres pour les amateurs

Pour les amateurs de littérature, le salon des collectionneurs est aussi un formidable endroit pour retrouver des parutions parfois épuisées en librairie. Les amateurs d’histoire trouveront aussi avec la SEHNC de quoi satisfaire leur curiosité. Il se termine ce soir mais l’année prochaine tout recommence. Cette année de belles voitures anciennes se sont invitées au reste des collections et l’exposition dans nos quartiers est visibles sur les grilles. Le portrait ma voisine de la Vallée des colons de votre serviteur a été sélectionnée.

21e édition du salon des collectionneurs à Nouméa : Une réussite avec des livres pour les amateurs21e édition du salon des collectionneurs à Nouméa : Une réussite avec des livres pour les amateurs
21e édition du salon des collectionneurs à Nouméa : Une réussite avec des livres pour les amateurs
21e édition du salon des collectionneurs à Nouméa : Une réussite avec des livres pour les amateurs21e édition du salon des collectionneurs à Nouméa : Une réussite avec des livres pour les amateurs
21e édition du salon des collectionneurs à Nouméa : Une réussite avec des livres pour les amateurs
21e édition du salon des collectionneurs à Nouméa : Une réussite avec des livres pour les amateurs21e édition du salon des collectionneurs à Nouméa : Une réussite avec des livres pour les amateurs
Partager cet article
Repost0

Le numéro 61 de Nuelasin est disponible et en téléchargement dans cet article

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Le numéro 61 de Nuelasin est disponible et en téléchargement dans cet article

èTéléchargez le dernier numéro de Nuelasin

Bosusë. En cette période froide de l’année, je vous livre le iji wacitr. Boire l’eau de mer mais bon, ce n’est pas la période. Qui c’est qui va descendre dans l’eau à 11°c (hier à Tiéta) C’est un de mes souvenirs d’enfance. Bonne lecture à vous et bon weekend.

Wws

Iji wacitr, boire l’eau de mer. (La purge)

La journée de purge consiste à boire des feuilles médicamenteuses trempées dans l'eau de mer, du lever du jour jusqu'à son coucher. Comprenons que cela peut varier selon l'âge et la santé du patient. Comprenons aussi que tout homme est un homme malade en puissance et par conséquent, il est toujours d'intérêt de boire cette décoction que les gens de Drehu appellent couramment wacitr. Le mot ne convient pas parce qu'il correspond à l'eau saumâtre bue vers l’autre moitié de la journée. Mélange d'eau salée et d'eau douce. Or, la première étape consiste à descendre directement dans la mer avec les plantes, mélange de feuilles, de lianes et d'écorce de bois râpé, ficelé dans de jeunes feuilles palmées de cocos-germés. Les buveurs de wacitr se rendent dans la mer jusqu’à la ceinture pour ingurgiter de l’eau salée, la bouche grande ouverte au vent du large. La responsable trempe l'enveloppe de feuilles dans l'eau et la soulève au-dessus de la bouche du patient qui naturellement s'impatiente d’avaler le breuvage. Deux jusqu'à cinq levées au plus, avant de passer au tour du suivant. Après quatre à cinq descentes dans l'eau, l'enveloppe est défaite. Un feu allumé sous la cocoteraie, chauffe des pierres. La maîtresse aidée des garçons, retire alors les pierres chauffées au rouge et les place au milieu des feuilles médicamenteuses. L'enveloppe est ensuite bien refermée. Après avoir ficelé le tout, les buveurs descendent à nouveau dans l’eau pour la dernière fois. C'est la partie appelée 'boire le médicament chaud' pour mettre fin au cycle de ‘boire de l’eau salée.’ Après cet exercice, tout le monde passe à l'eau saumâtre mélangée à d'autres feuilles médicamenteuses macérées dans une grosse bassine. Il n’est pas loin de la mi-journée et les buveurs, le visage quelque peu avachi par la fatigue mais surtout par l’eau salée, se retrouvent sous la cocoteraie, allongés sur des nattes ou sur des nids de feuillages. D'autres personnes, les plus coriaces, on va dire, passent le plus clair du temps à rester dans l'eau ou comme un engin flottant pendant toute la journée. Et c'est ce que les mamans préfèrent pour faciliter la surveillance. Les plus jeunes tenaillés par la faim réclament constamment de la nourriture. La consigne étant bien sûr de ne pas manger pour laisser l'eau de mer et les feuilles agir sur tout l'organisme. Il arrive que des jeunes qui ne le savent pas et qui ne tiennent, trouvent à manger sous la cocoteraie. Pas de chance, ils se font toujours prendre. A la descente dans l'eau pour boire la gorgée ou bien au moment de boire la bassine de wacitr, le récalcitrant rejette tout. On assiste alors à des scènes hilarantes. La grand-mère se saisit de l’adolescent et le noie. Il boit alors la gorgée, le double voire le triple de ce qui lui aurait été proposé s'il l’avait bue normalement. 

Il peut aussi arriver que des jeunes ne tiennent pas le coup. Ils ne sont pas habitués à de telle breuvage, soit qu’ils sont malades le jour de la descente dans l’eau. Ils sont alors ramenés à la tribu au plateau pour qu'ils n'aient pas de mauvaises influences sur les autres.

Pendant toute la journée, le corps se vide de tout son contenu et on va au petit coin toutes les demi-heures voire les quarts. Mais il y en a aussi qui ne vont pas se soulager au petit coin. Ceux-là vomissent. Ils sont les plus souffrants et les plus épuisés. Vers la fin de la journée, tout le monde sait que la libération est proche. On va redevenir normal prêt à vivre le nouveau cycle, la nouvelle année, la nouvelle igname, la nouvelle vie. Le feu qui a servi à brûler les pierres pour chauffer le paquet de breuvage, chauffe à présent les cocos verts qui vont être bus pour bien faire partir les dernières toxines que l'organisme n'a pas évacuées dans la journée. A ce moment-là, mieux vaut pour soi plonger à nouveau dans l'eau pour refroidir les fesses en feu causé par les déjections. Les buveurs de wacitr marchent alors tels des canards en écartant bien les jambes. Après le coco vert chaud, une tisane ou bien un thé attend le groupe. Il est dit alors que le groupe vient de recouvrer la vraie vie. Des petits jésus qui reviennent. Le soir, une grande soupe et un bon repas attendent tout le monde mais l'attention et le service sont toujours accordés aux ressuscités.

Les gens de l'île ne boivent pas l'eau de mer parce qu'ils sont malades. L’habitude est ancrée dans le sang d’une génération à une autre. Une affaire de famille où les gens viennent pour passer du bon temps. Des fois, Lifou assiste à des arrivées massives des familles des autres îles ou bien de la Grande-Terre comme s'ils ont signé le contrat pour vider l'océan. 

Partager cet article
Repost0

La douceur, ouvrage de deux poètes, prix Arembô 2021

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Nicolas Kurtovich lors de la remise de son Prix, Frédéric Ohlen était absent du pays pour l'évènement, Photo de l'association Ecrie en Océanie

Nicolas Kurtovich lors de la remise de son Prix, Frédéric Ohlen était absent du pays pour l'évènement, Photo de l'association Ecrie en Océanie

Voix inspirées, chantres d’une poésie sans frontière, Frédéric Ohlen et Nicolas Kurtovitch allient leurs talents, très divers, à une indéniable richesse esthétique et sensible.

Fruit d’une collaboration amicale, cette création originale vient approfondir la parole croisée de ces deux poètes.

 

Prix : 980 XPF TTC

Éditeur : Écrire en Océanie    Format 13 x 21 cm, broché, 38 pages

 

Nicolas Kurtovitch, entremêlant ses cultures calédoniennes, slaves et universelles, exalte la nature, le monde et l’homme dans ce qu’ils ont de grand et d’humble ; imprégnée par le taoïsme, son écriture poétique chante le dépouillement et valorise l’exemplarité et l’essentiel. Il renouvelle la forme par des aménagements du haïku et du vers libre dans ses nombreux recueils.

Dès l’adolescence, Frédéric Ohlen devient poète. Il sera, plus tard, éditeur, rédigera au fil des années une douzaine de livres marqués par autant de rencontres, de voyages, de récits, d’expériences. Ils résument avec force son parcours sur la Terre. Entre hommage à la beauté des lieux et des îles, ses textes célèbrent, ils interrogent.

Le Prix littéraire Arembô s’attache à récompenser l’œuvre d’un auteur océanien, écrivant en français, notamment pour sa contribution au développement culturel ainsi que pour sa capacité à livrer un témoignage sur son époque.

Ce livre fait l’objet d’une coédition Écrire en Océanie et Noir au Blanc. (source le distributeur Calédo Livres)

Partager cet article
Repost0

1 2 3 > >>