Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

divers

Le billet d’humeur de Ibn Khaldoun Sören Platon, une rubrique spéciale confinement. Humeur 15 et 16

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Par les confinements qui courent, quelques humeurs futiles…  surtout par les confinements qui durent longtemps

Humeur 15 Un peu de polémique

J’avais décidé de ne pas me mêler des administrations en temps exceptionnel de gestion de crise sanitaire, économique, sociale et mentale. Les personnels de la main gauche de l’État (pour reprendre l’expression de Pierre Bourdieu directeur d’une somme collective La France parle. La misère du monde), aide-soignant.e.s, médecins urgentistes ou pas, tous les invisibles qui travaillent contre la pandémie. Il est hors de question de tirer sur l’ambulance. Toutefois à entendre certains discours dont je ne nommerai pas les auteur.e.s, on est en droit de se questionner des amalgames et les procédés frôlant l’imposture. Si vous critiquez ce que je dis, vous remettez en question le travail que nous faisons pour la santé publique. Ainsi un haut responsable dit « politique » - on devra questionner le sens conféré à ce mot-valise de « politique » - finit une interview sur des certitudes qu’ils présentent comme n’étant pas « politiciennes ». Signifiant par-là que ce qui est dit par sa voix est politique au sens grandiose du terme. L’expérience de la pandémie lui a fait acquérir deux certitudes : 1. Nous ne sommes pas seuls au Monde et la Nouvelle-Calédonie n’est pas une partie isolée du Monde et 2. La Nouvelle-Calédonie dans le Monde a besoin de la France, nation puissante qui aide la Nouvelle-Calédonie en tant que crise. Vous voyez le paralogisme et tour de passe-passe rhétorique. Si vous critiquez ces énoncés, vous critiquez le travail accompli pour lutter contre la pandémie. On a envie de dire à l’auteur de ces propos de lire Glissant sur le Tout-Monde et Tjibaou sur les systèmes relationnels des interdépendances des archipels d’Océanie. Mais cet homme conservateur de droite ne doit pas lire ces auteurs. Juste une remarque : je ne suis pas convaincu que les communautés océaniennes et peuple kanak se positionnent pour une souveraineté de Kanaky-Nouvelle-Calédonie contre la France. Je pense que le lien la relation l’interdépendance entre la Nouvelle-Calédonie et la France doivent être recomposés et renégociés.

Humeur 16 Sans commentaire! 

Voici plusieurs citations autour desquelles je brode/borde ce texte.

Après coup, tisser/tresser sont des jeux de langage dont l’écriture fait partie. Ces textes sont de Barthes et Foucault. Auteurs qui se connaissaient bien au point que certains biographes évoquent une brève amitié homosexuelle de jeunesse (Didier Éribon ; David Macey). Michel Foucault avait introduit Roland Barthes au Collège de France.  Il en avait fait de même pour Pierre Bourdieu et Pierre Hadot. J’avais suivi les cours remarquables du dernier qui traduisait et commentait les Ennéades de Plotin à l’École Pratique des Hautes Études à Paris. Je rédigeais alors un mémoire de maîtrise « Le statut de l’âme et de l’intellect selon Platon et Aristote » sous la direction de Pierre Thillet, universitaire érudit et traducteur d’Alexandre d’Aphrodise qui plus est expert de la philosophie scolastique et arabophone. Les deux citations de Barthes sont extraites du Plaisir du texte tandis que celle de Foucault provient d’un des derniers textes « La technologie politique des individus » paru de son vivant aux États-Unis en 1982 puis de manière posthume aux États-Unis en 1988 et 1994 en France.

1. Roland Barthes Le plaisir du texte, Paris Seuil/Points 1973.

2. Michel Foucault « La technologie politique des individus » (« The Political Technology of Individuals » ; université du Vermont, octobre 1982 ; trad. P.-E Dauzat, in Huston (P ;H.) et Martin (L.H.), éd. Technology  of The Self. A Seminar with Michel Foucault, Amherst, The University of Masachusetts, 1988, pp. 145-162) pp. 813-828 dans Dits et Écrits 1954-1988 IV 1980-1988 édition établie sous la direction de Daniel Defert et François Ewald 

Roland Barthes sur Plaisir/Vérité

« Si j’accepte de juger un texte selon le plaisir, je ne puis me laisser aller à dire : celui-ci est bon, celui-là est mauvais. Pas de palmarès, pas de critique, car celle-ci implique toujours une visée tactique, un usage social et bien souvent une couverture imaginaire. Je ne puis doser, imaginer que le texte soit perfectible, prêt à entrer dans un jeu de prédicats normatifs : c’est trop ceci, ce n’est pas assez cela ; le texte (il en est de même de la voix qui chante) ne peut m’arracher que ce jugement, nullement adjectif : c’est ça ! Et plus encore : c’est cela pour moi ! ce « pour moi » n’est ni subjectif, ni existentiel, mais nietzschéen (« … au fond, c’est toujours la même question : Qu’est-ce que c’est pour moi ?... »). Le plaisir du texte p. 24

Roland Barthes sur la liberté textuelle

« Le texte est (devrait être) cette personne désinvolte qui montre son derrière au Père Politique. » Le plaisir du texte p. 84.

Michel Foucault sur la manière dont les États traitent « ses » populations

« La population n’étant jamais que ce sur quoi veille l’État dans son propre intérêt, bien entendu, l’État peut, au besoin, la massacrer. La thanatopolitique est ainsi l’envers de la biopolitique. » Michel Foucault « La technologie politique des individus » p.826. 

Relisant Barthes, je tombe sur un carton d’invitation servant de marque-page au livre Le Plaisir du texte.  

Au recto, on lit :

« En savoir plus sur… La Beauté Histoire de l’Art/Expo/Conférences lundi 13 août à 18h00 Théâtre de Poche Centre d’Art, 6 boulevard extérieur Nouméa. Avec une reproduction miniature de Jean Dubuffet de 1947 « Plus beaux qu’ils croient ».

Au verso :

« La Beauté conférence d’histoire de l’art lundi 13 août à 18h00 animée par Hamid Mokaddem, philosophe. « La beauté est-elle affaire de goût ? Est-elle une essence invariable ou dépend-elle des canevas que l’histoire et la norme culturelle imposent aux opinions ? Des questions posées dès l’Antiquité que la période contemporaine réactive sous d’autres formes et qui seront la ligne directrice de cette conférence.

Exposition du 13 au 26 août proposée par l’association Fluctua Nato, Maëva, Madjane, Dominique Marinet-Carrier Aline Mori Patrice Kaïkilekofe Julien Herby Mathieu Venon Yvon Jauneau et leurs invités…

Vernissage le 13 août à 19h00 (entrée libre et gratuite). »

Marque-page oublié ou plutôt resté dans le livre de Barthes délaissé. Je ne sais plus en quelle année c’était. J’avais cité lors de la conférence  le texte que j’intitule « plaisir/vérité/jugement de goût ». J’avoue que lors d’une évaluation, comme on dit de nos jours, en classe terminale, Christian Jambet, professeur de philosophie au lycée Jacques Amiot d’Auxerre avait donné ce texte à commenter. À mon tour, professeur au lycée Lapérouse, j’avais fait de même avec mes élèves.

J’habite proche d’une rue dénommée « Yvon Jauneau » décédé depuis. Mathieu Venon me rendant visite m’avait signalé ce fait. La conférence, je l’avais faite à l’invitation d’Aline Mori, artiste peintre et ancienne collègue au Lapérouse. Tout ceci ne nous rajeunit pas ! Mais confirme la vitalité culturelle par le biais associatif. Grâce à Aline, j’avais pu être introduit dans ce milieu que je ne fréquentais pas. Je regrette de n’avoir pu vouloir m’attarder au moment festif qui suivait la conférence. En sortant, je croisais le compagnon d’Aline dont le physique me faisait penser aux personnages de Tintin ou Rouletabille. Il arrivait en retard avec une jeune femme d’une beauté époustouflante. L’ascétisme me privait d’une conversation.

Partager cet article
Repost0

Jean-Victor et La Croisée des Livres à TEDx Nouméa !!!

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Partager cet article
Repost0

Le billet d’humeur de Ibn Khaldoun Sören Platon, une rubrique spéciale confinement. Humeur 12

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Je continue à diffuser l’humeur du philosophe, car il faut entendre les érudits. En période de confinement on a du temps pour philosopher sans tomber dans le complotisme. Nous avons plus besoin plus besoin d’urgentiste que de complotiste en ce moment. C’est ma philosophie de béotien. Joël PAUL

Humeur 12

Sommes-nous en guerre ?

Au niveau local calédonien, on devrait dire pour être précis et vrai, au niveau glocal en Nouvelle-Calédonie, l’énoncé de Clausewitz-Sun Tzu, reformulé chacun à leur manière par Mao puis Freud, macronisé c’est-à-dire popularisé en mot d’ordre relayé par ses disciples notamment des outre-mer  –  « nous sommes en guerre »  –  a-t-il un sens ? Quel est-il ?  Deuxième question,  la transmission du Covid 19 et la chaîne de transmission sont-ils traités au niveau scientifique ? Que peuvent les sciences du vivant ? Les sciences du vivant entretiennent, comme toutes les sciences, des rapports avec d’une part une idéologie et d’autre part, avec les technologies. Le premier rapport est une idéologie scientifique tandis que le second fait partie des technosciences. En France, l’excellent philosophe des sciences Georges Canguilhem avait consacré un essai précis  sur la question « Qu’est-ce qu’une idéologie scientifique ? » Un de ses disciples, Michel Foucault fera varier l’usage de ce concept dans ses recherches des années 80 sur la biopolitique. Sur les technosciences, beaucoup de recherches ont été effectuées depuis la découverte de l’ADN, notamment suite aux travaux de  Monnot, Jacob et alii. Tous deux auteurs d’essais tels que Le hasard et la nécessité ou la magnifique œuvre La Logique du vivant. Toutes ces références indiquent que nous sommes outillés pour clarifier la situation de pandémie et que ces outils d’analyse nous encouragent à cesser de nous engager dans une guerre fictive, pour ainsi dire fictionnée, et  au contraire de cultiver la distance critique pour ne pas céder à la panique et au bluff.

On cite trop souvent La peste de Camus beaucoup  moins Surveiller et punir de Foucault  encore moins La naissance de la clinique du même auteur  presque jamais La logique du vivant de François Jacob ou cet excellent petit ouvrage de Georges Canguilhem La connaissance de la vie. On apprend que l’expérimentation scientifique n’a jamais fait partie de l’éthique. Avant les régimes totalitaires racistes nazis, dès l’Antiquité, la médecine expérimentait sur les cobayes humains en ayant recours aux esclaves.

Demain, je reviendrai sur les questionnements sur la guerre, sur le mot d’ordre se substituant à l’information critique… en effet, vous ne croyez pas que je vais avoir la folle prétention de tout dire au même moment. Déjà recadrer les questions ce n’est pas une mince affaire.

Hier l’humeur 11 trop dure n’a pas été diffusée pour ne pas plomber une atmosphère déjà suffisamment pesante. Et puis je vis aussi et puis j’écris d’autres choses et puis je fais ce que je veux de mon confinement. Je m’interdis d’ironiser sur les bégaiements et aphasies de nos journalistes, consultants et politiciens glocaux qui ne font que répéter en écho les doutes de la recherche scientifique.

Partager cet article
Repost0

Le billet d’humeur de Ibn Khaldoun Sören Platon, une rubrique spéciale confinement. Humeur 9 et 10

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

 Bonjour, 

La dixième pointe d’humeur. Même observation : celles et ceux qui ne désirent pas/plus lire ces futilités me le disent et je les soustrairais des quelques rares destinataires ciblés.

Humeur 10

VIP ! J’avais mis du temps à comprendre l’acronyme de Very Important Person le jour où je voulais, par sens de ce qu’il est convenu d’appeler « obligation morale », me rendre à l’hôpital de Nouméa pour rendre une visite amicale à un jeune anthropologue missionné par le CNRS. Il avait eu un accident d’automobile de retour de Brousse. Il fallait quasiment faire la queue ! Rien que pour le soutenir et lui demander si tout allait bien, s’il avait besoin de quelque chose ! Aucune inquiétude ! Il allait être hébergé à sa sortie par un de ses anciens collègues en poste dans un des plus prestigieux instituts de recherches de Nouméa. Collègue qui occupe aujourd’hui la fonction la plus haute des institutions politiques de la Nouvelle-Calédonie! C’est à la demande d’une autre anthropologue que je m’étais déplacé à cet hôpital.  C’est elle, à qui je faisais la remarque de la célérité des soin si soucieux prodigués autour de lui, qui me répondit avec ironie. « C’est un VIP ! » VIP ? : « Very Important Person ! »

Dans le même registre, un de mes frères envoyait un courriel destiné aux membres de la famille : « Rachid… est mort ! » Inquiet, je n’avais lu que le prénom « Rachid » croyant qu’il s’agissait d’un de nos frères ; l’œil sélectif ne voyait pas le nom propre qui s’affichait dans l’objet du courriel. Je faisais part de manière ironique en me rassurant et disant que ce n’était que Rachid Taha et non Rachid notre frère. Ce à quoi j’eus droit à des injures de la part du frère auteur de l’information. Insulte relayée par un autre de mes frères qui avait connu le chanteur et qui avait tissé avec lui des relations d’amitié. J’avais croisé l’artiste à deux reprises. Lors d’un concert à Migennes petit patelin icaunais lorsqu’il faisait partie du groupe Carte de séjour. Certes sympathique ! Puis une seconde fois à Nouméa cette fois-ci artiste mondialement célébré ! Encore une fois simple et tel qu’il est en lui-même. Mais enfin ! Entre le Rachid mon frère et le Rachid artiste et ami d’un autre frère… Les VIP à mes yeux sont les proches les intimes qui du fait de ce que je suis ne font pas partie des puissants de ce monde. Plutôt les humbles et les petits.    

 

Partager cet article
Repost0

Le billet d’humeur de Ibn Khaldoun Sören Platon, une rubrique spéciale confinement. Humeur 8

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Je restreins encore  les destinataires ….

Humeur 8

Rêve : Alité au Médipôle sous une tente à côté d’autres contaminé.e.s. Pêle mêle sans aucun soin genré ni ethnies classes races, survie et contraintes matérielles démocratisent l’accès à la mort ou pouvoir de faire durer un peu de vie avant la cessation définitive de celle-ci. Un vieillard à ma gauche, une jeune fille à peine adolescente, enfin de ce qui restait à distinguer de ces corps en sursis, qui se raccrochaient tous deux au lien à ce qui est appelé vie. La femme ou fille se réveillait parfois et on entendait un murmure monocorde :

« Aujourd’hui mami est partie ! » silence puis « Personne ne savait et tout le monde s’en moquait » et puis elle retombait dans un sommeil profond. Le vieillard me fixait. Croyant qu’il m’oublierait, je tournais mon regard vers la gauche. Il calculait le croisement : « T’es qui toi ? Hein ? Où vas-tu ? Qui es-tu ? D’où viens-tu ? » Je levais les yeux au plafond. « Fais pas semblant hein fais pas le malin hein c’est toi qui m’as donné cette saloperie de corona hein c’est toi hein avoue que c’est toi ! » avant que sa voix ne soit étouffée par le manque d’oxygène. Deux blouses blanches passèrent très vite presque en éclair et en rafales on entendait leur voix : « ô vous que j’eusse aimée ô vous qui le saviez », avais-je bien entendu ? Ou étais-je en proie aux délires ou entre rêve et semblant de réalité. Rêve : je me voyais atteint et pris dans la folle expansion de la courbe pandémique.

Partager cet article
Repost0

Le billet d’humeur Ibn Khaldoun Sören Platon, une rubrique spéciale confinement

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Le billet d’humeur Ibn Khaldoun Sören Platon, une rubrique spéciale confinement

Après la lecture du sixième billet d’humeur d’un certain Ibn Khaldoun Sören Platon, philosophe, je me suis dit, pourquoi en cette période confinement ne pas en faire profiter les visiteurs de mon blog. C’est plein de bon sens un philosophe. « Le bon sens est la chose du monde la mieux partagée : car chacun pense en être si bien pourvu que ceux même qui sont les plus difficiles à contenter en toute autre chose n’ont point coutume d’en désirer plus qu’ils en ont. » Première phrase du célèbre Discours de la méthode provocatrice et ironique de Descartes. Que dit Ibn Khaldoun Sören Platon dans ses humeurs. Voir ci-dessous. Bonne lecture JP

Humeur 5

Autochtone ? Vous avez dit autochtone ?

Autochtone cas autochtone il existe un virus autochtone. On l’avait baptisé « chinois » « brésilien » d’autres lieux et nationalités maintenant « autochtones ». Le virus se reproduirait à la manière des générations spontanées. Sans autre transmission que l’apparition divine de l’autoproduction. J’ai des doutes consulte Le Petit Robert ; élève docile et studieux je copie les définitions :

« … 1. Qui est issu de soi-même où il habite, qui est censé n’être pas venu par immigration ou n’être que de passage.  aborigène, indigène, naturel, originaire. Peuple, race autochtone. – Coutumes autochtones, relatives aux habitants du pays. Les touristes et les autochtones. 2. – qui n’a pas suivi de transport. Terrains autochtones. Contraire : Étranger. »

Ainsi le virus ne subirait pas de mutations ne serait plus transmissible par transport. Il serait autochtone.

Humeur 6

Les week-end en Nouvelle-Calédonie sont pleins. Je veux dire remplis. Remplis d’événements culturels. Le Pays du Non-Dit bascule depuis maintenant un bout de temps vers celui du Sur-Dit. Symétrique inverse ? Pour ma part, le service culturel de la Province des Îles m’ayant convié à une causerie sur le conte philosophique Oudouane et Tchitchi, j’ai participé au premier Festival Loyalty tenu au centre culturel Tjibaou. La médiathèque Loohna de Lifou a rendu possible la vente de livres. Après ma causerie, j’ai pu écouler quelques exemplaires du conte mais aussi les 4 derniers Yeiwene Yeiwene et 3 Upiko Hnawang. Peintre miniaturiste de Nouvelle-Calédonie. Moment savoureux !

Tout le festival fut une réussite : organisation animation impeccables, prestations culturelles (théâtres musiques conférences) et culinaires à hauteur de l’événement. La culture kanak s’est exprimé dans son élément le centre culturel Tjibaou. Hier après-midi, j’ai entendu et beaucoup apprécié la conférence sur la philomathématique ou philomathique de Richard Waminya. Lumineuse, la parole de ce chercheur de haut niveau valorisait le concept central de la culture et philosophie kanak, la « relation ».

Un seul mot : « Encore ! » ajouté de quelques autres : « On en redemande ! » 

Partager cet article
Repost0

Weemol Broché une nouveauté du 30 août 2021 de jacques-olivier trompas (Auteur)

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Weemol Broché une nouveauté du 30 août 2021 de jacques-olivier trompas (Auteur)

Weemol, le crépuscule du rêve est le premier numéro d'une nouvelle collection de carnets de voyage à travers l'Océanie de Jacques-Olivier Trompas

Collection Carnets du Pacifique Australie - Territoires du Nord disponible sur Amazon

Editeur: Blurb (30 Août, 2021

Suive ce lien pour un diaporama de l’aperçu

Jacques-Olivier Trompas est arrivé en Nouvelle-Calédonie en 1973, après une petite enfance passée à Tahiti. Issu d’une famille imprégnée par les lettres et la politique, il a très tôt choisi l’image comme moyen d’expression propre.

D’abord photographe, aujourd’hui réalisateur de documentaires et de fictions, il a travaillé entre Nouméa et Paris à la réalisation d’une quarantaine de films de télévision, ayant fait l’objet de sélection et de prix dans différents festivals. Ses travaux de scénariste l’ont amené à écrire son premier roman, Au pays des borgnes, sorti en 2018.

Partager cet article
Repost0

Une belle initiative pour le mois du Patrimoine

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Ancien barrage de Yahoué du site office du tourisme province sud

Ancien barrage de Yahoué du site office du tourisme province sud

Monique Villisseck et Mélody Cimoa veulent créer une association dans le but de valoriser l'histoire et les patrimoines du sud de la Nouvelle-Calédonie. La ferme de Yahoué, la mission de La Conception, Saint-Louis, les mines, les exploitations forestières, la mission de Yaté, la chapelle américaine de Plum, la briqueterie, etc. Le patrimoine du Grand Sud est riche. Ces deux amoureuses du Sud souhaitent faire connaître ces trésors en créant une association autour de l'histoire et du patrimoine du Grand Sud.

Afin de lancer la création de cette association, une après-midi découverte de l'histoire du quartier de Yahoué est proposée le samedi 18 septembre, à 13h30, au départ du parking de la pharmacie mutualiste de Pont-des-Français. Le nombre de places est limité à vingt personnes et il est nécessaire d'avoir son propre moyen de transport.

Plus sur LNC, un article réservé aux abonnés

Les personnes intéressées pour intégrer l'association peuvent envoyer un mail à : asso.patrimoines@gmail.com

Photo de Mélody Cimoa, Melody Cimoa, directrice de l’office du tourisme du Grand Sud, au Salon du tourisme Actualité publié(e) le 04/06/2018 sur le site de la province Sud ainsi que la photo de l'ancien barrage de Yahoué au début du billet.

Capture d'écran

Monique Villisseck, historienne spécialiste de la commune du Mont-Dore

Une vidéo de 2017 pour faire connaissance avec Monique Villisseck

Partager cet article
Repost0

La dernière pile à lire de Jean-Victor Colombani-Jaffré

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Retrouver les vidéos de Jean-Victor sur sa chaîne You Tube à la Croisée des Livres en suivant ce lien. Jean-Victor est la coqueluche des médias qui aiment la littérature. Comment pourrait-il en être autrement !

En dessous de sa dernière vidéo j’ai mis en ligne sa vidéo traduite en langue des signes pour que les amoureux de la lecture, même malentendants, puissent se régaler de la présentation de ces deux romans : Pêche et piraterie dans les quarantièmes rugissants de Marcel Barbarin ainsi que Bluff de David Fauquemberg, un roman que j’ai personnellement beaucoup aimé. JP

PS : Il essaie de n'oublier personne Victor, bravo !

Partager cet article
Repost0

En quête de sens d'une identité partagée avec Permalove

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

En quête de sens d'une identité partagée avec Permalove
En quête de sens d'une identité partagée avec Permalove

Sari Oedin se dévoue et se dépense sans compter pour réussir à attirer du monde autour de ses nombreux projets. C’est aussi un écrivain biographe. (avec l'aide de ses amis car il ne se prêtant pas du tout écrivain mais il se lance et est à l'origine d'un ouvrage). Il est le bienvenu sur ce blog.

Il est tellement entreprenant qu’on a du mal à le suivre c’est un héros du quotidien avec des superpouvoirs pour favoriser le vivre ensemble et sauver la planète. Il mérite d’être soutenu. 

Il nous parle de son dernier bébé Permalove :

« Vous êtes intéressé ? Venez à un atelier "mémoire familiale" que notre association Permalove Culture Innovation NC organise en septembre et octobre prochain dans le cadre du Mois du Patrimoine et du festival Big Bang sur le thème : "en quête de sens d'une identité partagée"… »

Cet événement se déroulera fin octobre. Ci-dessous une vidéo de présentation et le programme avec les dates.

Permalove, c’est quoi exactement ?

Ses missions :

1. Favoriser par la créativité libérée et l’intelligence collective humaine, l'émergence de solutions aux problèmes de société et anticiper l'avenir. Privilégiant l'approche communautaire et une vision holistique, l'association a pour buts d'innover dans les domaines environnementaux, social, éducatif, culturel, artistique et de promouvoir la bonne santé physique et mentale des Calédoniens.

2. Créer des potagers (si possible en agro foresterie), en particulier en milieu urbain, intégrant des actions pédagogiques, intergénérationnelles et de réinsertion sociale pour participer à la promotion et à la mise en place d'une alimentation saine et végétale, tout en favorisant l’activité physique par la culture de la terre.

3. Animer des ateliers de réflexion philosophique dont les réalisations viendront alimenter la saga littéraire « BIG BANG » (nouvelles qui envisagent des futurs possibles) et tout autre support artistique (musique, théâtre, peinture…) afin de réaliser un recueil des idées pour le futur et alimenter les innovations.

4. Favoriser le travail de mémoire personnel, familial en animant des ateliers « Raconte-moi ton histoire » ou en créant des supports adaptés (films documentaires...). Savoir d'où l’on vient en exprimant ses besoins identitaires, permet d’être mieux ancré dans le présent pour savoir ou aller.

5. Animer des conférences, des évènements publics, des campagnes de communication grand public pour promouvoir le concept Big Bang – 3 Générations Santé NC (BB-3GSNC) qui consiste à sensibiliser la population à penser l’avenir social de la Nouvelle Calédonie sur au moins 75 ans. L’idée est d’être force de proposition dans l’élaboration de politiques visionnaires dans le domaine du développement humain. La question essentielle traitée de différentes manières sera la suivante : Comment les générations futures pourraient être mieux émotionnellement et psychologiquement dans le monde de demain qui sera bien différent du nôtre ? Cette vision prend en compte la transformation de notre modèle économique et social qui est en cours et offre un espace de réflexion sur l’après.

Pour préparer Big Bang

Pour préparer Big Bang

Partager cet article
Repost0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>