Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Tita et le voleur de couleurs

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Couverture

Couverture

Steeven Labeau, Ophélie Marten-Jeanroy

Éditions des Mers Australes, 2017

Jeunesse - Roman

Deuxième tome des aventures trépidantes de Tita la petite Tahitienne. Ce roman jeunesse (à partir de 10 ans), illustré en couleurs, nous plonge dans les croyances polynésiennes.

Disponible à Pacifique Book’In au prix de 1 700 XPF / 14.25€

Voir aussi (un autre article sur ce blog). Ce livre sera disponible sur le stand océanien pour Livre Paris

Stephen et sa compagne photographiés par Joêl PAUl à Tahiti

Stephen et sa compagne photographiés par Joêl PAUl à Tahiti

En dédicace à Tahiti

Publié dans Livre jeunesse

Partager cet article
Repost0

Pour la journée des droits de la femme, le prix Arembo 2018 a été décerné à Déwé Gorodé

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

L’association Ecrire en Océanie a décidé de remettre judicieusement son prix littéraire, le prix Arembo, à madame Déwé Gorodé pour l’ensemble de son œuvre ce 8 mars. Une belle récompense amplement méritée qui ne pouvait pas mieux tomber.

Le Prix littéraire AREMBO s’attache à récompenser l’œuvre d’un auteur résidant en Océanie, écrivant en français, notamment pour sa contribution au développement culturel de son pays ainsi que pour sa capacité à livrer un témoignage sur son époque. Il faut rappeler que le premier prix en 2015 avait été remis à Jean Marie Creugnet. En 2017 c’est Jean Vanmai qui avait été récompensé avec Nicolas Vignoles pour un ouvrage de 2016. L’année 2018 est une récompense qui rend hommage à la femme et à la poésie. Ce prix Arembo est très convoité par les auteurs calédoniens.

Ecrire en Océanie, association néo-calédonienne créée en juillet 2008, a pour vocation première la promotion de l’écrit en Océanie. L’association ne cesse depuis lors d’être au plus près de la littérature d’émergence francophone.

Sous la présidence fondatrice de Claudine Jacques présidente d’honneur de la nouvelle présidente Nicole Isch et de la vice-présidence de Macate Wenehoua, Elle agit en créant des concours annuels de nouvelles et contes, et en publiant les textes des lauréats.

Extrait de l’hommage de la présidente d’Ecrire en Océanie Nicole Isch pour présenter la lauréate :

Photo de madame Déwé Gorodé du site d'ïle en île

Le parcours de Madame Gorode est exemplaire. Un peu d’histoire.

Déwé Görödé est née le 1er juin 1949, dans la tribu de l’Embouchure, dans la commune de Ponérihouen (Pwârâiriwâ en paicî, littéralement « l'embouchure de la rivière »), sur la côte Est de la Nouvelle-Calédonie.

Ses études littéraires à Montpellier, de 1969 à 1973, marquent les vrais débuts de l’écriture poétique, la découverte des écrivains de la négritude, des romantiques et de Marx...

Révélateur en matière d’écriture, ce séjour en France est également le déclencheur d’une prise de conscience politique. À son retour, elle rejoint les Foulards rouges, puis le Groupe 1878, mouvements contestataires kanak nés de mai 1968. En mai 1976, elle participe à la création du Palika.

Licenciée en lettres modernes, elle commence à enseigner en 1974.

Entre 1994 et 1996, paraissent Utê Mûrûnû, petite fleur de cocotier et L’Agenda, deux recueils de nouvelles où elle exprime le lien à la terre et la place de chacun dans une société en voie de reformulation.

En 1996, elle publie également Par les temps qui courent, un recueil d’aphorismes.

Elle poursuit parallèlement son chemin d’écriture en signant Dire le vrai avec Nicolas Kurtovitch.

En 2000, à l’occasion du VIIIe Festival des arts du Pacifique à Nouméa, elle s’essaye au théâtre avec Kënâké 2000, mis en scène par Pierre Gope, au théâtre de Poche. Cette pièce traite de la politique et de l’histoire récente et la figure de J.M. Tjibaou y est centrale.

L’Épave, son premier roman, paraît aux éditions Madrépores en 2005 ; il est réédité en 2007 et en 2015, en version papier et numérique. Dans le ventre d’une barque échouée, des êtres voient leurs destins s’entremêler, leurs histoires de vie, de mort de d’amour s’entrelacer.

Graines de pin colonnaire, un second roman composite, paraît à l’occasion du Salon international du livre océanien, en septembre 2009. On y trouve des voix de femmes, notamment la parole d’une femme malade qui transcende son mal par l’écriture.

Le troisième roman, Tâdo, Tâdo, wéé ! – No more baby, est édité par Au vent des îles, à Tahiti, en 2012, dans la collection Littérature du Pacifique. Il retrace l’épopée kanak vue du dedans, au cours du XXème siècle.

À l’orée du sable, son dernier recueil de poèmes a été publié en France en 2014, aux éditions Vents d’ailleurs.

Extraits de « A l’orée du sable »

Le maître du sanctuaire

Point maître

de la terre

sur le tertre

le prêtre

dit sa prière

à l’ancêtre

tutélaire

dans la pierre

du sanctuaire

 

L’air est doux

L’air est doux

au clair du jour

tel l’amour

en appel

au secours

en sa tour

prend garde

à l’affût

de mots taillés

en armes fourbies

en écriture

d’embuscade

en poésie

de combat

à remplir

l’absence

le temps

du souvenir

 

oui

voici venu

le temps

de battre

le rappel

de mémoire 

Publié dans Evénement culturel

Partager cet article
Repost0

Jean-Marie Tjibaou. Une parole kanak pour le monde de Eric Waddell à Livre Paris

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

L'auteur au salon du livre de Papeete

L'auteur au salon du livre de Papeete

Jean-Marie Tjibaou, leader charismatique du mouvement indépendantiste kanak des années 1980, est incontestablement une figure emblématique de l’histoire contemporaine de la Nouvelle-Calédonie.

Cet ouvrage apporte un éclairage inédit sur le parcours d’un homme — « [d’]une figure que l’on n’a pas le droit d’oublier » dira Aimé Césaire — dont le nom figure désormais au côté de ceux de Nelson Mandela, de Ferhat Abbas ou d’Isaac Rabin. À l’heure où l’avenir institutionnel de la Nouvelle-Calédonie est en jeu, le retour sur la parole et le chemin de Jean-Marie Tjibaou apparaît essentiel, mémoire calédonienne qui doit désormais être partagée tant elle scelle le principe de destin commun et propose des éléments de réponse aux interrogations du monde moderne.

(source des informations site de Vent des îles)

Livre Paris, Porte de Versailles

Au vent des îles – Stand P14

Dédicaces samedi 17 et dimanche 18, de 15 h à 17 h.

Une vidéo de 2016 pour entendre l'ethnologue parler de notre région

En sus d'Eric Waddell, beaucoup d'autres auteurs du Pacifique à découvrir comme :

Isabelle Esquevin, auteur et photographe passionnée de cet ouvrage aux mille couleurs ! 
Dédicace vendredi 16 (16h à 18h), samedi 17 et dimanche 18 (15h à 17h)

au Stand P14

Un livre sur l'art Urbain trés réussi pour avoir rencontré l'auteure et vu les graffeur à l'oeuvre à Papeete au salon du livre en Polynésie, je peux vous dire que ça vaut de s'y intéresser. JP

Aussi

Pierre Furlan à Livre Paris pour son dernier roman : « Le Livre des îles noires. Vies de Fletcher »

Thanh-Van Tran-Nhut présentera son dernier roman « Kawekaweau » à Livre Paris

Publié dans Colonisation, Histoire

Partager cet article
Repost0

Le Chien bleu dénonce le gaspillage d’argent public pour la littérature

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

J’ai aucune affinité particulière pour ce journal satirique mais comme je passe mon temps à défendre et à essayer de promouvoir la littérature calédonienne. J’ai une petite idée sur la question. J’essaie en ce moment d’aider les sans-grade, les oubliés qui vont payer leur billet d’avion et se rendre au salon à leur frais. Je fréquente ce milieu depuis longtemps, c’est exécrable et effectivement inefficace.

Je me suis rendu, invité par l’association des écrivains de Polynésie, au salon du fenua. J’ai pu constater l’efficacité et l’ingéniosité que les Tahitiens déploient pour se financer sans Maison du Livre avec des éditeurs impliqués et des hommes politiques qui soutiennent la littérature. Je ne suis qu’un auteur en dilettante qui pratique le blogging sur un sujet de niche, la littérature, mais j’observe, je vois. J’ai un merveilleux souvenir de mon séjour en Polynésie et des rencontres littéraires que ce voyage m’a permis de faire mais j’ai vu la gabegie dénoncée dans le papier du Chien bleu. Hier encore, j’ai été le témoin d’une peau de banane glissée sous mes pieds par bêtise à propos d’une remise de prix. Heureusement, que j’ai aussi des amis et la journée de la femme m’a évité un déplacement pour rien, encore merci aux organisateurs.

Il y a des locomotives, des écrivains de pointure métropolitaine publiés dans des grandes maisons comme souhaité dans l’article du Chien Bleu mais il y a trop de jalousie pour valoriser cette chance. Pour ma part, je continuerai tant que ça me plaira à tenir mon blog mais les informations deviennent difficiles à obtenir. Surtout, mes amis auteurs ne venez pas me dire que je vous casse la baraque. C’est tout le contraire, il faut remettre de l’ordre dans la maison surtout quand les caisses sont vides. Le gaspillage n’a plus sa place, il a raison le molosse. Je déplore néanmoins le coup de griffe à notre ministre de la culture qui fait beaucoup pour la connaissance et l’émancipation des femmes. Je les ai entendu (les dames) hier lui rendre hommage au centre culturel JMT. JP

 

Le bon papier du Cien bleu dans le numéro 241 de mars

Le bon papier du Cien bleu dans le numéro 241 de mars

Publié dans Notre Caillou

Partager cet article
Repost0

Journée de réflexion sur la femme ce jeudi 8 mars au Centre Culturel Jean-Marie Tjibaou

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Une participante qui ne cache pas sa joie

Une participante qui ne cache pas sa joie

À l’initiative de :

Guillaume Soulard photo JP

Le centre culturel JMT, malgré l’arrivée de la dépression Hola, a maintenu une partie des animations prévues pour La journée de la femme au centre culturel Tjibaou. Cette journée, organisée par le gouvernement est aussi l’occasion d’un magnifique marché ouvert dès ce matin. Au cours de l’inauguration, les discours prononcés en l’honneur des femmes par des représentantes des trois provinces avaient tous un point commun, saluer le travail de Déwé Gorodey malheureusement absente.

Guillaume Soulard représentant le centre culturel a ouvert les hostilités avant de laisser sa place aux différentes représentantes des délégations de femmes dans une joyeuse ambiance dans le hall et les couloirs pleins de visiteurs et d’exposants. La joie des femmes qui aiment se retrouver ainsi faisait plaisir à voir. La journée de la femme est fêtée sur tout le territoire. JP

Des femmes du public à l'honneur pour cette journée. Photos JPDes femmes du public à l'honneur pour cette journée. Photos JP
Des femmes du public à l'honneur pour cette journée. Photos JPDes femmes du public à l'honneur pour cette journée. Photos JP

Des femmes du public à l'honneur pour cette journée. Photos JP

Les discours des responsables des trois provinces et du gouvernement
Les discours des responsables des trois provinces et du gouvernement
Les discours des responsables des trois provinces et du gouvernement
Les discours des responsables des trois provinces et du gouvernement
Les discours des responsables des trois provinces et du gouvernement
Les discours des responsables des trois provinces et du gouvernement
Les discours des responsables des trois provinces et du gouvernement

Les discours des responsables des trois provinces et du gouvernement

Photos JP

Photos JP

Photos JPPhotos JP
Photos JP

Photos JP

Publié dans Vie Pratique

Partager cet article
Repost0

Fabienne Fabre-bijaczyk anime un atelier d’écriture à la maison municipale de quartier de Magenta.

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Fabienne Fabre-bijaczyk Photo de Joël PAUL lundi 05 mars 2018

Fabienne Fabre-bijaczyk Photo de Joël PAUL lundi 05 mars 2018

Lundi 05 mars à 17h30, c’était le premier rendez-vous des habitués dans ce nouveau lieu. Ils étaient peu nombreux par manque d'habitude de l’endroit en bord de mer pourtant avec l'avantage d'un grand parking goudronné. De plus, la maison de quartier de magenta est assez jolie, elle ressemble à une habitation de particulier. La maire de Nouméa a ouvert sa maison à l’atelier en mal de local depuis l’impossibilité de rester à la maison Célières. C’est une bonne chose d’ouvrir ce lieu destiné aux jeunes à des personnes d’un autre milieu ou moins jeunes pour favoriser la mixité sociale. Espérons que des habitants du quartier viennent rejoindre les anciens car l’atelier est très convivial.

Ce n’est pas une école mais un laboratoire d’idée. Sur un thème imposé, on écrit un texte qui est ensuite lu par son auteur. On en discute, on en rit, on s’enrichit des remarques des autres rédacteurs présents et on reste libre de le mettre ou non en ligne sur le site de l’atelier. Il n’y a pas de contrainte, c’est l’auberge espagnole (lieu où l'on amène ce dont on aura besoin). Du papier un stylo et on planche sur le devoir que l’on partage ou non.

Dans un article des nouvelles Calédoniennes de ce lundi, Pascal Hébert secrétaire général de la Fédération des œuvres laïques (FOL) dénonce le manque de moyens pour l’action publique. C’est indispensable de dégager des moyens pour la jeunesse, les bibliothèques ou la musique mais certaines structures produisent du vent. Il faut bien cibler les destinataires des fonds publics. En accueillant un atelier d’écriture dans une maison de quartier, on fait de la bonne synergie avec des bénévoles mais ça ne doit pas nuire aux actions primordiales comme le souligne Pascal Hébert dans l’article LNC. « L’associatif ne doit pas être un outil de la casse du service public », dit-il.

La maison municipale de quartier de Magenta est une structure de proximité destinée à accueillir, conseiller et guider les habitants dans leurs démarches administratives. En plus de ce rôle de guichet de services publics, elle constitue également un lieu de loisirs où les habitants et les associations peuvent donner vie à leur quartier par le biais de l’animation des quartiers. Plus sur l’atelier de Fabienne

Maison municipale de quartier de Magenta 28, rue André-Rolly Tél. 28.97.61 – Fax 25.94.19

Contacts de Fabienne pour participer aux prochaines éditions

Fabienne Fabre = 81 89 36

http://atelierdecrituredelamaisondulivre.unblog.fr

Photos de Joël PAUL, le chien avec sa houppette rose fait partie de l'atelier
Photos de Joël PAUL, le chien avec sa houppette rose fait partie de l'atelierPhotos de Joël PAUL, le chien avec sa houppette rose fait partie de l'atelier
Photos de Joël PAUL, le chien avec sa houppette rose fait partie de l'atelierPhotos de Joël PAUL, le chien avec sa houppette rose fait partie de l'atelier

Photos de Joël PAUL, le chien avec sa houppette rose fait partie de l'atelier

Publié dans Evénement culturel

Partager cet article
Repost0

Salon du Livre Paris 2018 avec Céline Fuentes et les auteurs calédoniens présents en France.

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Photo du site FB de Céline

Photo du site FB de Céline

Du 16 au 19 mars 2018, la 38ème édition de Livre Paris s’invite Porte de Versailles : un événement majeur du monde de l’édition, avec des exposants venus des quatre coins du globe, une foule d'auteurs en dédicace et de nombreux ateliers de rencontres et débats. Cet événement propose diverses scènes thématiques, des séances de dédicaces, des tables rondes et conférence, des rencontres avec les auteurs.

Découvrez ci-dessous les différentes scènes et rendez-vous sur le site du salon pour accéder au détail des programmations :

Livre Paris continue son tour du monde de la littérature. Après avoir fait un zoom sur le Maroc l'année dernière, la Russie est l'invitée d'honneur de Livre Paris mais l’Océanie sera bien présente voir mes articles précédents et mon amie Céline Fuentes aussi. Elle fait le déplacement à ses frais pour rejoindre les auteurs du Pacifique comme Catherine C. Laurent, Anne Bihan, Denis Pourawa, Paul Wamo déjà sur place et nos Calédoniens invités dont Hamid Mokadden ancien prof de Céline à l’IUFM de Nouméa. Il faut du courage pour faire le déplacement. Certains auteurs sont pris en charge par la maison du livre de Calédonie, une structure typiquement calédonienne puisque les MDL en France sont des noms de librairies ou des médiathèques, mais les places sont limités. Sandra Dumeix auteure calédonienne actuellement en Europe sera aussi de la fête. Elle a hâte de se procurer Un homme de Sagesse. (C'est un scoop)

Biographie de Céline Fuentes :

Enseignante de métier et engagée dans l'éducation populaire, Céline Fuentes est installée en Nouvelle-Calédonie depuis une quinzaine d'années. Elle a écrit trois livres pour enfants : Abécédaire et petits poèmes calédoniens (2016), La grande traversée (2017), C'est pas grave si c'est raccommodé (2016). Ces ouvrages sont disponibles via Snk Editions, Hachette Calédonie ou sur Amazon. Un quatrième livre pour enfants est à paraître courant 2018 dans la collection 100% calédonien.

En 2017, elle se lance avec Un si petit voyage, un premier roman feel good qui nous entraîne à la découverte de la Nouvelle-Calédonie aux côtés d'une jeune femme en quête du bonheur. Il a été finaliste du prix Femme Actuelle 2018. La suite de ce roman est à paraître courant 2018.

Elle sera présente au salon du livre de Paris du 15 au 19 mars de 14h à 18h sur le pavillon océanien. 

Snk Editions :

Snk Editions est une maison d'édition calédonienne créée en 2016 distribuée par Hachette Calédonie. Elle a développé la collection jeunesse "100% calédonien" destinée aux 3/8 ans avec Abécédaire et petits poèmes calédoniens (2016) et La grande traversée (2017). Un troisième ouvrage est à paraître courant 2018 dans cette collection.

Parallèlement, Snk Editions a édité C'est pas grave si c'est raccommodé (2016) dans la collection "Enfants d'hier" qui propose un regard d'enfant sur des faits historiques. Avec Un si petit voyage, Snk Editions se lance dans le genre "Feel good books/romans optimistes" afin de faire découvrir la Nouvelle-Calédonie autrement. Aujourd'hui, Snk Editions est à la recherche d'un distributeur métropolitain.

Les couvertures des ouvrages de Céline FuentesLes couvertures des ouvrages de Céline FuentesLes couvertures des ouvrages de Céline Fuentes

Les couvertures des ouvrages de Céline Fuentes

4ème de Abécédaire

4ème de Abécédaire

Partager cet article
Repost0

Les guerriers de Manuel Touraille n’ont pas effrayé le public de la causerie de mercredi, ils étaient pacifiques.

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Manuel, Nicole et Frédéric photos de Joël PAUL
Manuel, Nicole et Frédéric photos de Joël PAUL

Manuel, Nicole et Frédéric photos de Joël PAUL

Qui sont ces guerriers pacifiques ? Un paradoxe ? Un oxymore comme l’a précisée Nicole Chardon-Isch, présidente de l'association Ecrire en Océanie qui présentait l’ouvrage de Manuel Touraille hier soir à la librairie Calédo Livres.

Ecrire en Océanie permet aux auteurs débutants de trouver des conseils et d’accéder à l’édition mais elle offre aussi aux auteurs confirmés une recension gratuite par des bénévoles très compétents. Manuel Touraille homme de théâtre n’est pas un débutant mais il est fidèle à Ecrire en Océanie dont il est membre du jury, pour les concours d’écriture organisés chaque année. Après chaque explication de texte, Frédéric Ohlen, auteur et éditeur célèbre en Nouvelle-Calédonie, lisait un passage de la nouvelle avec sa voix de Stentor. Le récit de Manuel avec la voix de bronze de Frédéric a résonné et mis en valeur le style poético-philosophique de l’auteur spécialiste du sondage du mystère et de l’inconnu. Manuel est passionné des mythes et légendes océaniennes. Il est fasciné par les guerriers qui viennent presque toujours de la mer précise-t-il. Il est très friand d’anecdotes sur les cités perdues, englouties comme celle, pas encore clairement identifiée, proche des Loyauté.

Manuel a expliqué aussi pourquoi il avait une passion pour les guerriers pacifiques ou non, ceux d’Ataï, ou les engagés kanak de la Grande Guerre. Curieux, il cherche à comprendre la jeunesse et la culture océanienne. Son travail de directeur du REX Nouméa une structure dédiée aux jeunes, lui permet d’être en prise directe avec eux. Manuel Touraille nous étonnera encore, il travaille sur Maurice Leenhardt sujet de son prochain ouvrage.

Le vivre ensemble est aussi un sujet qu’il a longuement abordé. Belle causerie, attendons la prochaine. Mon petit doigt me dit qu’il sera question de poésie. JP

Photos de Joël PAUL
Photos de Joël PAULPhotos de Joël PAUL

Photos de Joël PAUL

Etude des Guerriers pacifiques, Manuel TOURAILLE

 

Par Nicole CHARDON-ISCH

Introduction

Homme de théâtre, gestionnaire d’entreprise culturelle, Manuel Touraille n’en est pas moins pourvu d’humanisme et rempli du désir d’une société juste et simple, respectueuse de l’harmonie avec la nature. En rappelant la splendeur et les vertus de l’ancienne cité de Nan-Madol, mystérieuse, située sur une île perdue au nord de la Nouvelle Calédonie, environ à 3100 km de Nouméa, il invite ses concitoyens à plus de considération envers la planète et envers leurs semblables.

Nan Madol est un site en ruines qui se trouve dans la partie sud-est de l'île de Pohnpei. Le site est constitué d'une série d'îlots artificiels qui furent la capitale de la dynastie Saudeleur jusqu'aux alentours de 1500. (l'intervention et les questions réponses de Nicole Isch et manuel Touraille sont disponibles sur le site Ecrire en Océanie

Publié dans Essai, Livre jeunesse

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3