Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

nouvelle-caledonie

Nouveauté disponible à Calédo Livres : HOMMAGE AUX FAMILLES CALÉDONIENNES

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Nouveauté disponible à Calédo Livres : HOMMAGE AUX FAMILLES CALÉDONIENNES

CATALOGUE D’EXPOSITION « HOMMAGE »

 

Ce catalogue est l’aboutissement d’un long travail de recherches et de compilation des histoires de familles calédoniennes arrivées au XIXe siècle en Nouvelle-Calédonie.

Descendants de ces pionniers, les familles qui ont participé au recueil des photographies et des témoignages écrits ou oraux, ont pris conscience par ce geste de l’intérêt de transmettre au plus grand nombre, les clés de compréhension de ce passé.

Ouvrant volontiers leurs précieux héritages aux yeux de tous, ils n’ont pas hésité à confier à la ville de Nouméa, photos, objets, mobiliers et anecdotes familiales qui ont contribué à rythmer les diverses expositions sur ce thème.

 

Dans cet ouvrage, le public pourra découvrir ou de redécouvrir plus de cent familles calédoniennes présentées lors des différentes éditions de l’exposition « Hommage » depuis 2016 à la maison Higginson.

 

Jusqu’au 30/11/2019, la maison Higginson accueille le quatrième et dernier volet de l’exposition « Hommage », qui propose un regard sur le passé afin de rendre hommage aux familles calédoniennes et leurs pionniers.

 

EXPOSITION :

HOMMAGE 3

Venez découvrir le troisième volet de l’exposition « Hommage » consacré à ces familles calédoniennes qui ont bâti la Nouvelle-Calédonie. Une invitation à s’immerger dans la vie de l’archipel au 19e et 20e siècle.

Troisième « hommage » rendu par la mairie de Nouméa aux lignées qui ont bâti la Nouvelle-Calédonie. Jusqu’au 27 octobre, 33 aventures familiales sont retracées à la maison Higginson à travers des documents anciens.

 

« HOMMAGE 4», SUITE ET FIN

Cette exposition est le quatrième et dernier volet de l’exposition « Hommage », présentée à raison d’une édition par an depuis 2016 à la Maison Higginson.

 

Elle retrace l’histoire des familles calédoniennes pionnières qui ont participé à la construction de la Nouvelle-Calédonie. Issues de la colonisation libre ou pénitentiaire, leur installation, souvent dans des conditions difficiles, a contribué à donner au pays toute sa richesse actuelle.

 

Ce quatrième volet permet de découvrir 34 familles calédoniennes et leurs conditions de vie au XIXème et au XXème siècle, à travers des photographies anciennes, des textes, des objets et du mobilier, dans une scénographie interactive permettant une reconstitution historique de l’arrivée des familles.

CONTENU DE L’EXPOSITION

34 panneaux concernant les familles : Anger, Avelot, Banuelos, Barket, Bienfait, Blaise, Boucher, Bray, Calê, Campot, Chenevier, Cherrier, Chevrier, Coulon, Exbroyat, Flotat, Gastaldi, Genet, Goujon, Grassi, Grimini, Lécard, Legras, Martin, Morandeau, Pascal, Pinsat, Rabdeau, Savoie, Terrier, Tessier, Trinome, Vautrin et Vico.

30 panneaux de photographies anciennes sur différents thèmes (commerce, hôtellerie, chasse, transports, agriculture, élevage…)

des objets et du mobilier, des cartes postales, faisant référence à la vie en Nouvelle-Calédonie au XIXème et au XXème siècle.

Une scénographie interactive et ludique avec une frise historique permet de mieux connaître les 34 familles et le mode de vie des calédoniens à cette époque.

 

SOURCES

L’exposition « Hommage 4 » a été réalisée à partir du fonds de cartes postales anciennes de l’Agence de développement de la culture kanak (ADCK), de la collection des cartes postales du Musée de la Ville, des photographies anciennes des Archives de la Nouvelle-Calédonie et de photographies personnelles provenant des familles.

 

Les textes qui accompagnent les photos des familles ont été largement inspirés d’articles parus dans l’ouvrage « Le bagne en héritage » (Bérangère Bourgeot, Gilles Caprais aux éditions Les Nouvelles Calédoniennes) et sont le fruit de témoignages collectés auprès des différentes familles. (Infos du site de la mairie)

 

Publié dans Nouvelle-Calédonie

Partager cet article
Repost0

La Nouvelle-Calédonie face à la crise des finances publiques, un livre gratuit à télécharger

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

La Nouvelle-Calédonie face à la crise des finances publiques, un livre gratuit à télécharger

À partir du constat d’une crise des finances publiques qui touche, certes avec ses spécificités, la Nouvelle-Calédonie comme la plupart des pays dans le monde, il s’agit d’étudier les solutions pour y remédier.

 

La démarche la plus évidente consiste à agir sur deux leviers en même temps, à savoir augmenter les recettes, donc les impôts, tout autant qu’à diminuer les dépenses. Sur le premier aspect, est-il possible de réfléchir à de nouvelles formes de fiscalité, comme par exemple avec l’adoption récente de la Taxe Générale sur la Consommation (TGC) en Nouvelle-Calédonie ? N’est-il pas également envisageable de favoriser une meilleure application du système actuel, en corrigeant la défiscalisation ou en luttant contre l’évasion fiscale ? Le volet dépenses publiques questionne quant à lui la réforme de l’administration et des politiques publiques autour de la logique de performance. Cette optique est illustrée en évoquant notamment les réformes menées en Nouvelle-Calédonie et en interrogeant une économie mixte particulièrement importante sur le territoire. Enfin, l’ouvrage offre une perspective transversale sur les finances sociales, aussi soumises aux tensions budgétaires comme le démontre le RUAMM. Il s’agit d’un aspect essentiel du débat puisque, dans de nombreux pays, elles représentent le premier poste des dépenses publiques.

 

L’approche se veut large à au moins deux titres. D’une part, d’un point de vue disciplinaire, car il s’agira de lier approches juridique, économique et gestionnaire, en associant universitaires et praticiens. D’autre part, d’un point de vue géographique, puisque les spécificités calédoniennes seront étudiées en tant que telles mais aussi à la lumière des problématiques et des solutions métropolitaines et internationales. En définitive, l’objectif est de replacer les questions financières au cœur des débats démocratiques et des choix sociaux dont elles sont indissociables. C’est fondamental à l’heure où les Néo-Calédoniens se prononcent sur leur destin.

 

Sous la direction de Manuel Tirard

 

Actes du colloque international des 12 et 13 juillet 2017 à l’Université de la Nouvelle-Calédonie (source UNC)

 

fTélécharger le livre en suivant ce lien

Publié dans Nouvelle-Calédonie

Partager cet article
Repost0

Lauréat 2019 du prix Livre Mon Ami Le Ciel d'Homère d'Agnès de Lestrade

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Lauréat 2019 du prix Livre Mon Ami Le Ciel d'Homère d'Agnès de Lestrade

C'est le roman Le Ciel d'Homère d'Agnès de Lestrade qui remporte le prix Livre, Mon Ami 2019.

Agnès n'est pas une inconnue pour nous car son roman Un Indien dans mon jardin faisait déjà partie de la sélection 2012.

«Le Ciel d’Homère» gagnant du vingt-troisième prix Livre, mon ami a été désigné ce mercredi. Une belle histoire d'amitié, celle qui va se lier entre Anouck, neuf ans, et un drôle de vieux monsieur qui n’a plus de toit. Agnès de Lestrade viendra rencontrer son jeune public.

Publié dans Nouvelle-Calédonie

Partager cet article
Repost0

LÔL, la troisième édition du festival l’île Ô Livres se profile Laurent Corvaisier en sera.

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

De Laurent

De Laurent

LÔL, la troisième édition du festival "l’île Ô Livres" se profile. Ce festival est dédié à la promotion de la lecture auprès des jeunes, l’un des invités sera Laurent CORVAISIER d’où ce petit billet pour faire connaissance avec cet auteur.

 

Pour cette nouvelle édition, l’association Lire en Calédonie, qui orchestre l'événement, va tenter de surprendre. La présence d'illustrateurs très connus comme Laurent Corvaisier et, pour les fans de "Mortelle Adèle", de Ms accompagné de son illustratrice Diane Le Feyer participeront ç cette surprise.

 

Le festival s'ouvrira le 19 juillet prochain sous le slogan "Lire c’est LôL". Situé Place des cocotiers et dans la maison Higginson, l'événement se déplacera également en province Nord. Ateliers, performances et spectacles y seront gratuits.

 

Merci Album – 7 mars 2018 de Laurent Corvaisier (Auteur, Illustrations)

A partir de 3 ans - Découvrez tous les livres de 3 à 5 ans

 

Une petite fille écrit à celui ou celle qui lui a donné son cœur au sens propre.

Grâce à lui, elle peut aujourd'hui à nouveau courir, nager, danser, faire du vélo, mais aussi être amoureuse, rêver, espérer : vivre, tout simplement.

Elle imagine son donneur, se raconte que c'est un garçon, même si elle n’en sait rien, puisque le don est anonyme. Elle ressent sa présence autour d'elle, et pas seulement dans sa poitrine, lui parle de son bonheur d'être en vie. Elle le lui fait partager, car elle en est certaine, ce bonheur, il le ressent aussi. Et la nouvelle vie de la fillette prolonge celle du donneur, pas tout à fait finie.

 

Une lettre pour dire merci, belle et sans pathos, à hauteur d'enfant qui touche au cœur forcément.

 

Une vidéo ci-dessous

Publié dans Nouvelle-Calédonie

Partager cet article
Repost0

C'est la saison des baleines du 19 au 25 juillet, le festival L'Île Ô Livres sur Nouméa puis Voh

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

C'est la saison des baleines du 19 au 25 juillet, le festival L'Île Ô Livres sur Nouméa puis Voh

Publié dans Nouvelle-Calédonie

Partager cet article
Repost0

Les plantes sauvages comestibles avec deux spécialistes. Une conférence au REX jeudi 18 avril

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Les plantes sauvages comestibles avec deux spécialistes. Une conférence au REX jeudi 18 avril

Bernard Suprin était consultant en études et formation, mais aussi prospecteur botaniste, spécialiste de l’étiquetage botanique passionné de photographie.

 

Il a retrouvé en mai 2002 le Pittosporum tanianum réputé disparu. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages sur la botanique néo-calédonienne et du « Guide botanique du jardin Lacroix à Dumbéa ». « Mille et une plantes en Nouvelle-Calédonie », le livre de poche préféré des randonneurs, son précédent ouvrage, est un guide botanique de terrain pour faciliter la reconnaissance des espèces traitées en détail dans ses précédents ouvrages « Plantes du littoral en Nouvelle-Calédonie » et « Florilège des plantes en Nouvelle-Calédonie » qui ont eu un grand succès et reçus le prix POPAI 2013 au salon international du livre océanien.

 

Gabriel Levionnois est un chef atypique : né à Tahiti, il grandit en Nouvelle-Calédonie. Après des études supérieures de sciences économiques, Gaby poursuit son cursus universitaire avec un sport études judo. Sa passion pour la cuisine l’emporte et il intègre ensuite un CAP de cuisine. Il débutera sous les auspices du chef William Deleuil (élu meilleur chef Gault et Millau en 2012) dans deux restaurants de Guy Savoy à Paris durant 4 ans. Après un retour au pays, il part voguer comme chef sur les yachts de luxe durant 6 ans. Il y travaille des produits d’exception avec carte blanche ! C’est en 2007 que Gaby rentre définitivement sur son caillou et ouvre Au P’tit Café.

 

Avec ces deux conférenciers de cet acabit, une belle soirée est garantie !

 

Quelques exemples des livres disponibles en Nouvelle-Calédonie de Bernard Suprin.

 

De fleur en fleur. Guide des plantes mellifères en Nouvelle-Calédonie de Bernard Suprin, 2016

De fleur en fleur répond aux questions que se posent tous les apicullteurs calédoniens, professionnels ou amateurs. L’objectif de ce guide est de cerner les plantes les plus fréquentées par les abeilles. Les espèces traitées sont indigènes (40 % du total) et introduites.

 

Mille et une plantes en Nouvelle-Calédonie de Bernard Suprin, 2013

Ce guide d’identification, au format pratique, pouvant être apporté avec soi sur le terrain, traite 1020 plantes à l’aide de 1400 photos et illustrations de qualité pour une lisibilité optimale. Les espèces sont présentées par couleurs de fleurs pour faciliter l'accès à l'information ; des pictogrammes signalent les espèces endémiques, protégées et envahissantes.

 

Florilège des plantes en Nouvelle-Calédonie, tome 2 de Bernard Suprin, 2011

L’ambition du Florilège des plantes en Nouvelle-Calédonie est d’apporter des connaissances sur la flore exceptionnelle de Nouvelle-Calédonie, avec à l’appui des visuels de qualité visant à simplifier l’identification sur le terrain.

 

Plantes du littoral en Nouvelle-Calédonie de Bernard Suprin, 2008

Dans ce volume richement documenté et illustré par une iconographie de qualité, l’auteur nous livre le fruit d’années de patientes compilations et de milliers d'heures de terrain. Les 172 dossiers clairs et concis fourmillent de renseignements souvent étonnants, parfois inédits, enrichis de nombreuses anecdotes.

 

Tous ces livres peuvent être commandés chez book’in Pacific ou achetés en librairie

Partager cet article
Repost0

Assises de la culture trois jours d’intenses réflexions

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Assises de la culture trois jours d’intenses réflexions
Assises de la culture trois jours d’intenses réflexions

 

 

 

Trouver des solutions pérennes pour améliorer le fonctionnement de la culture pour la prochaine mandature, car les Provinciales risquent de rebattre les cartes avec des moyens financiers limités, était l’objectif de ces assises.

 

Les acteurs de la culture n’ont pas chômé pendant les journées d’assises. Ces assises n’ont pas été un coup d’épée dans l’eau mais plutôt un coup de pied dans la fourmilière. En 2018, 3 Milliards ont été encore dépensés pour la culture malgré les coupes budgétaires « insupportables ». Une photographie des compétences et des organisations était nécessaire comme l’a souligné Thomas De Deckker secrétaire adjoint au gouvernement de la Nouvelle-Calédonie. La Culture, c’est 32 directions et 29 établissements publics sur le territoire actuellement. Cette pléthore de directions et d’établissement pour 280 000 habitants est le fruit des accords politiques et de la provincialisation et de, probablement, une compétition pour être le meilleur dans le domaine de la culture entre les provinces, ce qui a engendré 20 glorieuses années depuis 1998. Mais le nerf de guerre, l’argent, fait défaut maintenant et même si les caisses étaient pleines, rationaliser et évaluer est une nécessité.

L’idée du gouvernement avant ces assises semblait être de créer un guichet unique, une seule tête pour chapeauter la culture, ce qui explique les débats parfois houleux et le succès de l’atelier gouvernance partagée. Les meilleurs moments des trois jours se sont déroulés pendant cette session. Harmoniser les compétences du secteur de la culture pour une meilleure lisibilité, un engagement transversal et une plus grande mutualisation des moyens et des actions, ça sent la guillotine. Les directeurs des établissements étaient tous présents comme des condamnés à mort. Le projet d’un GIP, (groupement d'intérêt public) serait fatal à certaines directions. Mais les débats n’ont pas été inutiles. Parti de l’idée d’une gouvernance pyramidale on a senti que l’on se dirigeait plutôt vers une coordination pays par la création d’une Haute autorité, un haut conseil de la culture, une commission Théodule de plus, un paradoxe quand on cherche à rationaliser. Certaines personnes ont avancé l’idée de rebaptiser la direction de la culture et de lui donner de nouveaux pouvoirs et le tour serait joué mais…

 

Résumer ces débats sera fait par les professionnels de la culture dans le modeste billet d’un blogueur, qui n’a pas assisté à toutes les rencontres, c’est impossible mais il était facile de comprendre, qu’il y avait nécessité de mettre à plat les choses de la culture, de parler. Le Centre Culturel Jean-Marie Tjibaou était tout à fait indiqué pour cela. La parole, c’est quelque chose de fort chez les kanak, ils ont souvent fait la leçon, dominés les débats. Depuis toujours, la parole, au sens kanak, s’est toujours préoccupée de la question : que faire des autres ? Ils n’ont pas manqué de rappeler que la non-signature des accords de Nainville-Les-Roches par les partisans de rester français avait entraîné les événements mais ce fut les seules allusions politiques. Les kanak ont grandi, ils sont devenus homme, « do Kamo », il ne faut pas l’oublier. Les « autres » de la culture ont été formidablement bien représentés par l’historienne Christiane Terrier qui n’a pas fait l’impasse de la culture « Caldoche ». Elle a évoqué les lieux de mémoire commun qu’il faudrait sanctuariser. Car la culture d’ici se décline en noire et blanc. Même si l’image de marque pays doit et est la culture kanak.

Junior Touyada

Je donnerai personnellement une mention à Junior Touyada du département des arts traditionnels qui a réveillé le public par une présentation impeccable et artistique de la culture. D’autres jeunes ont fait des interventions remarquées. Ils ne vont pas en vacances quand ils partent faire études, au retour, ils parlent et veulent être des acteurs du changement. JP

 

PS : l’organisation et l’accueil par l’ADCK était comme toujours à la hauteur, ce n’est pas du cirage de pompes, la plupart du staff et des employés sont en claquettes. (Suite de l'article)

Preuves que la parole a circulé avec les photos ci-dessus
Preuves que la parole a circulé avec les photos ci-dessus
Preuves que la parole a circulé avec les photos ci-dessus
Preuves que la parole a circulé avec les photos ci-dessus
Preuves que la parole a circulé avec les photos ci-dessus
Preuves que la parole a circulé avec les photos ci-dessus
Preuves que la parole a circulé avec les photos ci-dessus
Preuves que la parole a circulé avec les photos ci-dessus
Preuves que la parole a circulé avec les photos ci-dessus
Preuves que la parole a circulé avec les photos ci-dessus
Preuves que la parole a circulé avec les photos ci-dessus

Preuves que la parole a circulé avec les photos ci-dessus

Partager cet article
Repost0

Assises de la culture dans la coutume et le respect

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Clôture avec des artistes
Clôture avec des artistes

Clôture avec des artistes

Coutume d'au-revoirCoutume d'au-revoir
Coutume d'au-revoir
Coutume d'au-revoirCoutume d'au-revoirCoutume d'au-revoir

Coutume d'au-revoir

Pilou endiablé toutes ethnies confonduesPilou endiablé toutes ethnies confondues
Pilou endiablé toutes ethnies confondues
Pilou endiablé toutes ethnies confonduesPilou endiablé toutes ethnies confondues

Pilou endiablé toutes ethnies confondues

Des artistes discrets un musicien et un sculpteurDes artistes discrets un musicien et un sculpteur

Des artistes discrets un musicien et un sculpteur

Partager cet article
Repost0

Ouverture du festival 2019 du livre et du cinéma de Rochefort

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Resh, slameur kanak, ouvrait la 13e édition du Festival Rochefort Pacifique. Geste des Océaniens présents vers Hervé Blanché, maire de Rochefort, en ouverture du 13e Festival Rochefort Pacifique. Photos de la maison de la Nouvelle-Calédonie
Resh, slameur kanak, ouvrait la 13e édition du Festival Rochefort Pacifique. Geste des Océaniens présents vers Hervé Blanché, maire de Rochefort, en ouverture du 13e Festival Rochefort Pacifique. Photos de la maison de la Nouvelle-Calédonie

Resh, slameur kanak, ouvrait la 13e édition du Festival Rochefort Pacifique. Geste des Océaniens présents vers Hervé Blanché, maire de Rochefort, en ouverture du 13e Festival Rochefort Pacifique. Photos de la maison de la Nouvelle-Calédonie

FOCUS SUR LES ILES SALOMON

BIENVENUE À TITOUAN LAMAZOU, Artiste de L’UNESCO pour la Paix,  peintre et écrivain officiel de la Marine et parrain de cette 13e édition

RENDEZ-VOUS À ROCHEFORT SUR MER DU 21 AU 24 MARS 2019

 

13e FESTIVAL ROCHEFORT PACIFIQUE
LE SLAMEUR KANAK RESH OUVRE LES CHEMINS DE PAROLE

Ce mercredi 20/03/2019, c'est une performance du jeune slameur kanak Resh qui a ouvert les "chemins de parole et de partage" de la 13e édition du Festival Rochefort Pacifique. Suivi par le maire de Rochefort qui osait avec panache slamer le riche programme des quatre jours à venir, et par la délégation unie du Pacifique qui posait un geste pour demander à entrer dans la maison rochefortaise.
Premiers rendez-vous ce jeudi 21 le film "Profession aborigène", et pour la Nouvelle-Calédonie un rendez-vous "Un livre, un auteur" avec Isa Qala pour "La Tribu des veuves" (Plume de Notou) et une signature de "Coutume kanak" de Sébastien Lebègue au musée Hèbre de Saint-Clément à 18h (Au Vent des îles/ ADCK-centre culturel Tjibaou).
Tout le programme : http://www.rochefortpacifique.org/
(Événement soutenu par la MNC)

Publié dans Nouvelle-Calédonie

Partager cet article
Repost0

La semaine de la langue française et de la francophonie avec Ouvea en Nouvelle-Calédonie

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Semaine 2018 à la bibliothèque Bernheim avec Daniel Miroux au centre. Veronique Mollot au micro et Yolande Verlaguet directrice de l'Enseignement de la Nouvelle-Calédonie depuis août 2015

Semaine 2018 à la bibliothèque Bernheim avec Daniel Miroux au centre. Veronique Mollot au micro et Yolande Verlaguet directrice de l'Enseignement de la Nouvelle-Calédonie depuis août 2015

Cette manifestation offre au public l'occasion de manifester son attachement à la langue française en célébrant sa richesse et sa diversité, avec pour objectif, de faire partager son goût de la langue et du français, par le biais de manifestations. En Nouvelle-Calédonie c’est avec l’ïle la proche du paradis que se conjuguera cette manifestation avec la sortie du lexique Iaai-francais de l’Alliance Champlain.

LE LEXIQUE IAAI-FRANÇAIS et FRANÇAIS-IAAI, un ouvrage de 524 pages, plus de 15 000 entrées et près de 300 constructions possessives

DEUX ÉVÈNEMENTS SONT PRÉVUS

 

Le mercredi 20 mars 2019 à 18h00 à CALÉDOLIVRES à Nouméa présentation du livre entrée libre

 

Le jeudi 21 mars à 17h30, une cérémonie coutumière de présentation de l’ouvrage se déroulera au sénat coutumier à Nouville sur inscription au 92 98 43

 

 

Langue riche de par sa phonologie et son système vocalique, le IAAI se caractérise par une expression de la possession la plus développée des langues kanak.

 

Dès l’établissement des missionnaires protestants, au milieu du XIXe siècle, la langue IAAI a eu sa propre écriture, avec la fixation d’une orthographe qui sert de référence aujourd’hui en dehors de certains ajustements liés à la nécessité des linguistes de la rendre plus proche de la réalité et aussi à l’évolution de la langue due à sa proximité avec le français.

 

Ce livre est certes d’abord destiné aux originaires d’Ouvéa mais il est aussi un précieux document pour tous ceux qui s’intéressent à cette ile des Loyauté dont ils souhaitent approfondir la langue (Calédoniens de toutes origines, chercheurs, enseignants, historiens, touristes…).

 

Dictionnaire français-iaaï Tusi hwen iaai ae gaan de Daniel Miroux

Alliance Champlain, 2007

Ce dictionnaire n’a pas la prétention d’être exhaustif. Facile d’utilisation, il permet une connaissance approfondie du iaaï (langue parlée à Ouvéa, une des îles Loyauté de Nouvelle-Calédonie) et s’adresse aux locuteurs du iaaï ou aux personnes désireuses de se familiariser avec cette belle langue kanak, riche en nuances. Chaque mot est associé à une phrase, indiquant ainsi l’utilisation du vocable dans son contexte. Des listes de termes complémentaires donnent au lecteur une vue d’ensemble sur un même thème (animaux, coquillage, corps humain, famille, couleurs, etc.). Le hwen iaaï fait partie des langues austronésiennes, plus précisément de la branche Est de cette famille linguistique, appelée également branche océanique. Des six groupes de langues répertoriées dans l’archipel néo-calédonien, le iaaï est apparenté au groupe des langues loyaltiennes (fagauvéa excepté).

 

Daniel Miroux n’en est pas à son premier ouvrage sur Ouvéa :

 En 2003, de TUSI HWEN IAAI le premier manuel de conversation français-iaai, le TUSI HWEN IAAI AE GAAN.

En 2007, il publie le dictionnaire français-iaai, le TUSI HWEN IAAI AE THEP.

En 2010 Le guide historique et linguistique de Iaai, édité avec le concours de l’Académie des Langues Kanak.

 

LE PARLONS IAAI de Daniel Miroux

Paru novembre 2011 à Paris dans la collection “PARLONS” aux éditions L’HARMATTAN.

Langue austronésienne d'Océanie, le iaaï appartient au groupe des langues de la Nouvelle-Calédonie, plus particulièrement à celui de l'archipel des Loyauté, où se situe l'île d'Ouvéa. Langue d'origine mélanésienne, le iaaï est riche de par sa phonologie et sa morphologie verbale. Elle se caractérise également par un système de déclinaisons très élaboré dans les classificateurs possessifs. Sa pérennité semble assurée grâce à son enseignement dans les établissements scolaires d'Ouvéa.

 

Dis-moi dix mots

La Semaine de la langue française et de la francophonie est également l'occasion de privilégier, de valoriser les actions menées dans le cadre de l'opération "Dis-moi dix mots".

Initiée par le ministère de la Culture et de la Communication, l'opération "Dis-moi, dix mots" est une manifestation de sensibilisation à la langue française.

De septembre à juin, durant chaque année scolaire, chacun est invité à se saisir de 10 mots, sélectionnés par les différents partenaires francophones, autour d'une thématique annuelle et à jouer avec eux, sous la forme artistique de son choix.

 

Les 10 mots 2019

Arabesque, composer, coquille, cursif/-sive, gribouillis, logogramme, phylactère, rébus, signe, tracé. Plus

 

Publié dans Nouvelle-Calédonie

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>