Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

158 résultats pour “frédéric Angleviel

Claudine Jacques et Nicolas Kurtovitch au Boops Café pour dédicacer leurs ouvrages de l’éditeur Au Vent des Îles

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Claudine et Nicolas
Claudine et Nicolas

Claudine et Nicolas

Ce samedi 08 août, Claudine Jacques et Nicolas Kurtovitch étaient au Boops Café (le café de Boop) du quartier Latin. Ils se sont prêtés à une séance de dédicace de leurs ouvrages Trois Femmes et Caledonia Blues parus Aux Vent des Îles. Ces cafés littéraires sous la houlette de Betty Boop, héroïne sexy d'une série de dessins animés américains de 1930 avec son célèbre poo-poo-pee-doo, sont désormais récurrents dans ce lieu convivial. Les deux auteurs pays ont attiré du monde.

En traînant ses guêtres et surtout ses oreilles dans les cafés littéraires, on apprend des choses. Après le succès de la restitution de poèmes écrits par Frédéric Olhen dans le cadre de passeurs d’histoires par Sylvain Lorgnier à Lifou, ces précieuses paroles recueillies vont faire l’objet d’une publication en collaboration avec la bibliothèque Bernheim et une autre surprise de Frédéric Ohlen écrivain à plein temps désormais nous attend. Claudine Jacques a terminé un roman qui sera publié prochainement. La nouvelliste et romancière est sur une bonne vague, les deux ouvrages le sien et celui de Nicolas Kurtovitch se vendent en grande quantité. Peu d’auteurs calédoniens tirent en milliers d’exemplaires, les trois champions étaient réunis au Boops café.

Frédéric Ohlen  en veston, Claudine Jacques et ses amies auteures et Claudine en dédicaces de son ouvrage à Jenny Briffa la superwoman
Frédéric Ohlen  en veston, Claudine Jacques et ses amies auteures et Claudine en dédicaces de son ouvrage à Jenny Briffa la superwomanFrédéric Ohlen  en veston, Claudine Jacques et ses amies auteures et Claudine en dédicaces de son ouvrage à Jenny Briffa la superwoman

Frédéric Ohlen en veston, Claudine Jacques et ses amies auteures et Claudine en dédicaces de son ouvrage à Jenny Briffa la superwoman

Partager cet article
Repost0

La douceur, ouvrage de deux poètes, prix Arembô 2021

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Nicolas Kurtovich lors de la remise de son Prix, Frédéric Ohlen était absent du pays pour l'évènement, Photo de l'association Ecrie en Océanie

Nicolas Kurtovich lors de la remise de son Prix, Frédéric Ohlen était absent du pays pour l'évènement, Photo de l'association Ecrie en Océanie

Voix inspirées, chantres d’une poésie sans frontière, Frédéric Ohlen et Nicolas Kurtovitch allient leurs talents, très divers, à une indéniable richesse esthétique et sensible.

Fruit d’une collaboration amicale, cette création originale vient approfondir la parole croisée de ces deux poètes.

 

Prix : 980 XPF TTC

Éditeur : Écrire en Océanie    Format 13 x 21 cm, broché, 38 pages

 

Nicolas Kurtovitch, entremêlant ses cultures calédoniennes, slaves et universelles, exalte la nature, le monde et l’homme dans ce qu’ils ont de grand et d’humble ; imprégnée par le taoïsme, son écriture poétique chante le dépouillement et valorise l’exemplarité et l’essentiel. Il renouvelle la forme par des aménagements du haïku et du vers libre dans ses nombreux recueils.

Dès l’adolescence, Frédéric Ohlen devient poète. Il sera, plus tard, éditeur, rédigera au fil des années une douzaine de livres marqués par autant de rencontres, de voyages, de récits, d’expériences. Ils résument avec force son parcours sur la Terre. Entre hommage à la beauté des lieux et des îles, ses textes célèbrent, ils interrogent.

Le Prix littéraire Arembô s’attache à récompenser l’œuvre d’un auteur océanien, écrivant en français, notamment pour sa contribution au développement culturel ainsi que pour sa capacité à livrer un témoignage sur son époque.

Ce livre fait l’objet d’une coédition Écrire en Océanie et Noir au Blanc. (source le distributeur Calédo Livres)

Publié dans Poésie

Partager cet article
Repost0

Paysages ouvrage collectif publié par Ecrire en Océanie

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Paysages ouvrage collectif publié par Ecrire en Océanie

Ce recueil rassemble des textes de formes variées (fragments, poèmes, théâtre, nouvelles...) de douze auteurs :

Cyril Pigeau (prix Ecrire en Océanie)

Mireille Rolly (prix Médiathèque Ouest)

Alain Lincker (prix Association des bibliothécaires du Nord)

Christine Cho (lauréate 2012)

Frédérique Viole (lauréate 2011)

Léopold Hnacipan (lauréat 2010) et des auteurs membres du jury : Michel Chevrier, Claudine Jacques, Firmin Mussard, Frédéric Ohlen, Nicole Perrier et Roland Rossero

Publié dans Ecrivain calédonien

Partager cet article
Repost0

Silo 2017 c'est parti

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Peter Bakowski, Imasango Katia avec au centre Frédéric  Ohlen modérateur Photo JP
Peter Bakowski, Imasango Katia avec au centre Frédéric  Ohlen modérateur Photo JP

Peter Bakowski, Imasango Katia avec au centre Frédéric Ohlen modérateur Photo JP

Chaleur et sécheresse, c'est le paysage calamiteux qui attend les courageux qui partiront de Nouméa avec au passage le spectacle des champs de maïs OGM, "Organisme génétiquement mort" brûlés par le soleil. Mais la récompense est au bout de la route. Poète, ecrivains, philosophes, et la grande Librairie sont à la disposition des visiteurs. JP

Le Silo c'est jusqu'à dimanche. Venez voir les auteurs d'ici et d'ailleurs.

Dominique Berton et Auriane Dumortier en dédicace à la grande librairie Photos JP
Dominique Berton et Auriane Dumortier en dédicace à la grande librairie Photos JPDominique Berton et Auriane Dumortier en dédicace à la grande librairie Photos JP
Dominique Berton et Auriane Dumortier en dédicace à la grande librairie Photos JP

Dominique Berton et Auriane Dumortier en dédicace à la grande librairie Photos JP

Publié dans Ecrivain calédonien

Partager cet article
Repost0

Mots pour Maux : Frédéric Ohlen, un grand de la littérature calédonienne nous offre un poème

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

DYSPNÉE

Pour Élisée Bec,

animateur et éditeur de la revue Lichen 

 

Le sait-on assez, la poésie est

un respirateur pour tout asphyxié

On souffre toujours, nous les humains,

de pneumonie latente ou foudroyante

 

On est donc toujours à la recherche d'oxygène

d'où qu'il vienne :

de l'éditeur-jardinier, du poète qui nous inocule en chemin

sa formule ou son vaccin,

voire d'un humble ver marin

qui sait, lui, respirer sous le sable !

 

Oui, comme tout un chacun,

on essaie bêtement de ne pas mourir

Au plus simple des motifs : 

pour n'avoir pas su assez fortement vivre

quand il était encore temps.

 

Débile, hélas, sans pep's ni impetus,

biffé de la Liste

par défaut. 

 

A tous les inspirés 

merci de nous empêcher

sang d'encre ou Souffle d'Or

de trop médiocrement être

 

Frédéric Ohlen

Nouméa, le lundi 13 avril 2020.

Écrivain, poète, éditeur, enseignant, Frédéric Ohlen est né en 1959 à Nouméa. Il vit ses premières années dans la ferme de son grand-père. Il y apprendra l’amour des mots et du monde. La poésie est au cœur de son itinéraire : l’enfance, la mort, les îles, elle noue avec le monde de l’intime et celui de la Terre, des terres, un lien quasi viscéral. Ancien président de la Maison du Livre de la Nouvelle-Calédonie, fondateur des éditions L’Herbier de Feu, Frédéric Ohlen a une très riche bibliographie en plus de la poésie, qui va du roman au récit de vie, en passant par l’anthologie poétique ou l’album jeunesse. Deux de ses ouvrages, Quintet un roman et Les Mains d’Isis, ont été publiés chez Gallimard.

Publié dans Poésie

Partager cet article
Repost0

Représentations et Pratiques Sociales en Milieu Kanak par Frédéric Patane à la librairie Calédo Livres, un franc succès, un public nombreux

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Représentations et Pratiques Sociales en Milieu Kanak par Frédéric Patane à la librairie Calédo Livres, un franc succès, un public nombreux
Représentations et Pratiques Sociales en Milieu Kanak par Frédéric Patane à la librairie Calédo Livres, un franc succès, un public nombreux

Frédéric Patane, enseignant et docteur en anthropologie du handicap, a attiré la foule à la librairie. La libraire s’est retrouvée en rupture de chaises assez rapidement. Mais même debout le public est resté, car le docteur Patane a su faire passer immédiatement son enthousiasme. Il milite depuis de nombreuses années au sein de diverses associations à l'échelle locale et régionale. Il a pris une part active dans les groupes de travail ayant contribué à la rédaction de la loi du pays de 2009 en faveur des personnes en situation de handicap de Nouvelle-Calédonie. Il en a longuement parlé en fin d’exposé.

Le Handicap en milieu océanien avait peu été traité par le passé et presqu’uniquement par des Australiens. Frédéric Patane a comblé un vide avec cette recherche doctorale menée en Nouvelle-Calédonie de 2013 à 2019. Il a sillonné la Grande Terre et les îles pour recueillir une cinquantaine de témoignages. En début d’intervention il a expliqué la particularité de faire ce travail en tribu. Le fait d’être un « Blanc », n’a pas été une gêne. On lui a fait des confidences que l’on n’a pas le droit d’évoquer entre kanak. Il a ainsi pu ainsi comprendre les facteurs explicatifs du malheur. Comment on se protège du mal, car le handicap est souvent un message de l’invisible, une affaire de lutin, de boucan, de transgression de la coutume que l’on cherche à soigner avec le guérisseur avant la médecine occidentale la plupart du temps. Son exposé a tenu en haleine le nombreux public. Il est pratiquement impossible de résumer cette heure et demi de causerie du professeur. Avec son expérience d’enseignant, il avait préparé « son cours ». Il avait même prévu la distribution de schémas explicatifs. Sans note, malgré de nombreuses citations d’anthropologues ou de chercheurs, Frédéric Patane a fait étalage se sa connaissance et sa mémoire. Il aurait pu parler encore longtemps mais il a aussi la maîtrise du timing, il a libéré son auditoire à 19h30. Il ne reste plus qu’à acheter son livre pour garder une trace de son intervention ou approfondir ses connaissances sur le handicap en milieu kanak.

Représentations et Pratiques Sociales en Milieu Kanak par Frédéric Patane à la librairie Calédo Livres, un franc succès, un public nombreux
Représentations et Pratiques Sociales en Milieu Kanak par Frédéric Patane à la librairie Calédo Livres, un franc succès, un public nombreuxReprésentations et Pratiques Sociales en Milieu Kanak par Frédéric Patane à la librairie Calédo Livres, un franc succès, un public nombreuxReprésentations et Pratiques Sociales en Milieu Kanak par Frédéric Patane à la librairie Calédo Livres, un franc succès, un public nombreux

Publié dans conférences

Partager cet article
Repost0

Livre Paris avec la Nouvelle-Calédonie avec Frédéric Ohlen et Christophe Sand

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Livre Paris avec la Nouvelle-Calédonie avec Frédéric Ohlen et Christophe Sand
Créé il y a 35 ans, le Salon du livre de Paris est l'événement culturel et littéraire le plus populaire de France et l'un des plus reconnus à l'international.

Pour sa 36ème édition, le Salon change de nom et devient Livre Paris, avec une formule rénovée.

Les auteurs et éditeurs de Nouvelle-Calédonie et de Polynésie française seront présents sur leur stand « Océanie » J39, au sein du village Outre-mer où le Ministère des Outre-mer accueille, sur un espace commun, les éditeurs et auteurs ultramarins.

 

Frédéric Ohlen présentera son nouveau recueil de poèmes à l’occasion de salon
Les Mains d’Isis
Collection Continents Noirs, Gallimard
Parution : 03-03-2016

Tous les hommes, on le sait, sont hantés par le Temps. Odi quod facit, sed facit quod sum. «Je hais ce qu’il fait, mais il fait ce que je suis», écrivait déjà Frédéric Ohlen dans La Peau qui marche (1999).

Dans la ruée ou à mi-voix, de Vanuatu jusqu’à Rome, sur les collines de Sendai ou dans les rues de Raiatea, la Mort est là, en filigrane ou triomphante. Hymne à la vie qui va et demeure, les quarante-deux poèmes du livre se présentent comme le moyen ultime de la prédire et de la saisir, de la deviner – puis de s’en défaire.

Car le poète avance «un lotus dans les carotides». On ne naît pas, on ne s’éveille pas par accident, assure-t-il. Nos vies ont un sens, en dépit des séismes.

Écrire, donc, mais a fresco, sur le vif. Rassembler les fragments épars. Recoller au corps. Pour retrouver, loin des «pluies de colères», sang et chair sur les restes de notre humanité, «obscène dans le feu de son évidence», la beauté.

 

Rencontre-Dédicace

17 mars 2016, 14:00 - 15:30, ASSOCIATION DES EDITEURS ET DIFFUSEURS DE LA NOUVELLE CALEDONIE (1-J39). Invité OHLEN Frédéric, Auteur.

17 mars 2016, 16:00 - 18:00, ASSOCIATION DES EDITEURS ET DIFFUSEURS DE LA NOUVELLE CALEDONIE (1-J39). Invité OHLEN Frédéric, Auteur. SAND Christophe

18 mars 2016, 12:00 - 13:30, ASSOCIATION DES EDITEURS ET DIFFUSEURS DE LA NOUVELLE CALEDONIE (1-J39). Invité OHLEN Frédéric, Auteur

20 mars 2016, 16:30 - 18:00, GALLIMARD (EDITIONS) (1-P65/N65/R65)

Poésie : Les mains d'Isis. Invité OHLEN Frédéric, Auteur

NB : Sur le stand Océanie (1-J39) Les éditeurs de la délégation calédonienne sont représentés par le pôle Lire un pays... la Nouvelle-Calédonie, les maisons d’édition de Nouvelle-Calédonie sont :

ADCK-Centre culturel Tjibaou / Académie des langues kanak / Association pour la promotion de l’œuvre de Jean Mariotti / Centre de Documentation pédagogique de Nouvelle-Calédonie / De Bas en Haut / Éditions du Cagou /Éditions Catherine Ledru / Éditions Caouanne / Éditions de la Province Nord / Éditions de la Province des îles Loyauté / Éditions Traversées / Expressions / Footprint Pacifique / Fortunes de Mer / Grain de Sable / GRHOC /Humanis / La Brousse en Folie / L’Éclectique / L’Herbier de Feu / Le Rayon Vert / Lilia Calédonie / Madrépores /Manta Moon / Musée de la Ville de Nouméa / Photosynthèse éditions / Plume de notou / Société d’études historiques / Solaris (…)

Les distributeurs calédoniens présents à Livre Paris avec les éditions Humanis auront mes deux derniers livres à la disposition des visiteurs. J’espère qu’ils y seront ! (Une petite pub pour moi en passant sur mon blog)

Livre Paris avec la Nouvelle-Calédonie avec Frédéric Ohlen et Christophe Sand
Livre Paris avec la Nouvelle-Calédonie avec Frédéric Ohlen et Christophe Sand

Publié dans Ecrivain calédonien

Partager cet article
Repost0

SILO 2020 : Sur le Deck avec Racines, un voyage au cœur du pays natal… un court roman de science-fiction de Frédéric Ohlen

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

SILO 2020 : Sur le Deck avec Racines, un voyage au cœur du pays natal… un court roman de science-fiction de Frédéric Ohlen
SILO 2020 : Sur le Deck avec Racines, un voyage au cœur du pays natal… un court roman de science-fiction de Frédéric Ohlen

Avec « Racines », le nouveau roman de Frédéric Ohlen, on est entraîné dans l’enquête de Carlos, un jeune homme envoyé par son grand-père pour retrouver ses racines, la Terre des origines à partir d’informations d’un mystérieux journal de bord qui sert de guide au narrateur, une sorte de voyage dans le temps. Un voyage écrit au présent qui raconte l’avenir et la recherche d’identité d’un immortel qui assume mal cette situation en recherchant les vrais hommes.

Le personnage principal une créature né par clonage, un vénusien car il y a une petite zone avec des températures assez clémentes pour que la vie soit possible sur la planète aussi chaude que notre minerai à la sortie d’un four rotatif de la SLN. C’est la vérité vraie, parole de Frédéric.

Avec cet ouvrage nous sommes propulsés hors de notre espace temps, en symbiose, le temps de la lecture, avec l’univers, bien au-delà de notre galaxie. C’est une reconnexion bénéfique avec les autres mondes, difficile à imaginer car nous ne sommes que de minuscules microbes dans l’infini. Une immensité que l’on entrevoit à peine sans pollution lumineuse en regardant le ciel. Alors pourquoi cette attirance, cette attraction de notre extraterrestre pour notre Caillou, une île du Pacifique qui l’aspire comme un trou noir ; ses racines probablement, son amour résultat d’un atavisme peu courant chez un clone mi-homme, mi-robot pour des lieux, des êtres aimés du passé. « Le temps ne fait pas oublier un réel amour, il ne fait que le consumer à petit feu vous faisant sentir qu'il était bien réel... », une citation qui vient du cosmos, peut-être, car son auteur est inconnu, d’un UFO peut-être, un Frédéric Ohlen volant à peine identifié. L’auteur a traversé le SILO comme une météorite mais vous pourrez le retrouver début novembre pour une causerie à la librairie Calédo Livre.

Frédéric, officier des arts et lettres depuis 2019, auteur chez Gallimard connu pour ses poèmes et sa maison d’édition L’herbier de feu n’était peut-être pas attendu dans le genre fiction futuriste mais ce pas d’aujourd’hui qu’il s’intéresse à ce genre, il connait bien le sujet. Il est à l’origine du Sci-Fi club de Nouvelle-Calédonie.

Ses projets, son grand projet. Dire à la face du monde que Louise Michel n’est pas la Grande communarde déportée en Nouvelle-Calédonie mais que c’est Nathalie Lemel (ou Le Mel), née Perrine Natalie Duval le 24 août 1826 à Brest dans le Finistère, déportée en Nouvelle-Calédonie avec Louise Michel. Il va le dire et l’expliquer dans un projet d’ouvrage qui devrait voir le jour bientôt avec un éditeur du Pacifique. Ça va faire mal ! Les archives de Nouvelle-Calédonie, très riches en documents, ont été épluchées par Fréderic Ohlen. Louise Michel, « c’est du pipi de chat », le chat de…  à côté de Nathalie Lemel. Il a été persuasif sur le Deck de l’ADCK.

Nathalie Lemel est morte dans la misère et atteinte de cécité en 1921 à l’hospice d’Ivry-sur-Seine dans Val-de-Marne. Elle a été une militante de l'Association internationale des travailleurs et féministe qui a participé, sur les barricades, à la Commune de Paris de 1871. Elle est moins connu que Louise Michel. Pour Frédéric Ohlen, c’est une injustice, attendons la suite. JP

PS : En cette fin d'année, où tout le monde aurait besoin d'un super héro pour régler nos problèmes mondiaux. Le Week End Geek 2020 est de retour.

Les 14 et 15 novembre à la Maison des artisans le monde de l’imaginaire revient pour la neuvième édition du week-end GEEK organisé par le SCI FI CLUB.

En dédicace avec Sylvie Baille et Nicole Irsh de l'association Ecrie en Océanie
En dédicace avec Sylvie Baille et Nicole Irsh de l'association Ecrie en Océanie

En dédicace avec Sylvie Baille et Nicole Irsh de l'association Ecrie en Océanie

Publié dans Roman, Evénement culturel

Partager cet article
Repost0

Frédéric Ohlen, un menhir de la littérature calédonienne invité du SILO 2018

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

Frédéric Ohlen au festival de ST MALO et Frédéric Ohlen au dernier SIlo avec Titaua Peu Photo JP
Frédéric Ohlen au festival de ST MALO et Frédéric Ohlen au dernier SIlo avec Titaua Peu Photo JP

Frédéric Ohlen au festival de ST MALO et Frédéric Ohlen au dernier SIlo avec Titaua Peu Photo JP

Frédéric Ohlen est un auteur incontournable du Caillou, Ecrivainducaillou ne pouvait pas passer à coté d’un éloge pour ce poète et romancier calédonien. Un surdoué d’une intelligence remarquable souvent imité, jamais égalé. Cet homme de lettres, au style hors du commun, est l’écrivain contemporain qui permet à la Calédonie de briller au-delà du récif. Notre chevalier des Arts et Lettres et des Palmes académiques applaudi par des monuments français de la littérature comme Érik Orsenna ou Antoine Gallimard en personne pour son ouvrage Quintet est la locomotive du petit train des auteurs de notre île du Pacifique Sud, notre phare Amédée de la plume. Son talent a été récompensé par de nombreux prix. C’est le seul auteur d’ici à avoir reçu le prix POPAÏ du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie à deux reprises. Chapeau bas ! Monsieur Ohlen, le salon international du livre océanien vous tend les bras. JP

Le SILO 2018 se tiendra les 6,7,et 8 septembre 2018 à l'ADCK

Danse avec les mots,

Une vie au service de l’écriture et de la lecture…

Issu d’une famille d’émigrants allemands venus de Hambourg, ville hanséatique partiellement détruite par un gigantesque incendie en 1842, Frédéric Ohlen est un auteur bien ancré dans la terre calédonienne. Son ancêtre Heinrich Ohlen, qui tenait une pension de famille à Sydney (Castlereagh Street), décide de s’embarquer pour la Nouvelle-Calédonie en 1859. Il y fondera, à Païta, en affrontant les foudres du clergé catholique, et notamment celles du R. P. Xavier Montrouzier, la première école laïque. Aujourd’hui, l’école publique, sise au centre du village, porte son nom.

Frédéric Ohlen a raconté l’histoire de cet homme hors du commun, et au-delà de lui, de la Calédonie d’avant le bagne, dans un roman à cinq voix, Quintet (Gallimard, 2014). Un texte fortement imprégné par le Rêve océanien. Qui plus est, une fiction reconnue – cas unique – par nombre de grands media nationaux.

Habeas corpus

Frédéric Ohlen est né, un siècle plus tard, le 15 décembre 1959, dans l’ancien Quartier général des Forces américaines reconverti en polyclinique à l’Anse-Vata. Aîné de sa fratrie, il vit alors au 6e Kilomètre, dans l’une des dernières fermes de Nouméa. Répondant à l’appel d’une vocation précoce apparue dès l’école primaire, il écrit, à l’âge de dix ans, son premier livre : L’Écureuil (1970). Fin cavalier, il sera, trois années durant, de 1975 à 1977, champion territorial de sauts d’obstacles par équipe. Il présidera, plus tard, aux destinées du club hippique La Gourmette (1982-1984).

Étudiant, Frédéric Ohlen est proche, à Paris, d’une association de lutte contre la torture qui tente de faire libérer des dissidents soviétiques ou sud-américains en résidence surveillée ou en prison. On peut citer, parmi eux, Andreï Sakharov, l’un des pères de la bombe H en URSS, devenu prix Nobel de la Paix en 1975, ou le pianiste argentin Miguel Ángel Estrella. Après des études de Droit et de Sciences politiques (il est, à la Sorbonne, l’élève de Robert Badinter), il devient volontaire à l’Aide technique, en Brousse, à Bourail, dans un lycée expérimental, cycle de remédiation qui accueille des enfants en grande difficulté.

Il passe ensuite brillamment le concours de professeur de Lettres-Histoire. Il est, en effet, le premier Calédonien à sortir major d’un concours national. Actuellement chargé de mission auprès des inspecteurs pédagogiques régionaux en Lettres et en Histoire-Géographie (lycées professionnels), il œuvre pour la Maîtrise des langages et s’investit dans la lutte contre l’illettrisme.

« Quintet »

Une critique et une presse unanimes !

« La révélation de ce printemps. » Nouvel Obs – Rue 89

« Quintet est un ravissement… » Libération

« Un coup de maître. …la magie romanesque contamine rapidement et voluptueusement l’esprit du lecteur… » Endemix

« Un premier roman formidable, picaresque, inouï… » France Inter

Stand de la Nouvelle-Calédonie, Salon du Livre de Paris, 2015

Frédéric Ohlen au salon de Paris avec Cthie Manné et Erik Orsenna
Frédéric Ohlen, Cathie Manné et Erick Orsenna au salon du livre de Paris

« Récit ample et érudit, ce livre éclaire les souffrances qui hantent encore l’archipel.» Le Monde

« Il y a un côté Faulkner dans Quintet. Un roman porté par l’incandescence de la reconnaissance de l’autre. » Laure Adler

Une écriture très fluide, très belle. On a envie de continuer. Outre-Mer 1re

« La Calédonie a maintenant son roman.  Et quels personnages ! » Érik Orsenna

Biographie complète ✔Cliquez sur le lien en bleu

Frédéric Ohlen à Rochefort et à sa remise de médaille au Haussariat à NouméaFrédéric Ohlen à Rochefort et à sa remise de médaille au Haussariat à Nouméa

Frédéric Ohlen à Rochefort et à sa remise de médaille au Haussariat à Nouméa

Publié dans Evénement culturel

Partager cet article
Repost0

Dégrisements d'Alain Camus

Publié le par ecrivainducaillou.over-blog.com

 

Compil lecture du 02 avril

Ce samedi 02 avril 2011 je suis allé faire un tour aux « Lectures vagabondes » qui se tenaient à la maison du livre à Nouméa. N’ayant pas la possibilité de rester, j’ai assisté à l’ouverture des festivités orchestrées par Frédéric Ohlen en l’absence du directeur de MLC Jean-Brice Peirano et de sa collaboratrice Fanny Torre.

Frédéric a les clefs de la maison, il est chez lui dans la maison Célières. C’est avec son brio habituel qu’il a lancé la journée.

Je n’ai passé qu’une petite heure pour écouter la lecture de dégrisements d’Alain Camus. Je n’ai pas été déçu. Un texte fort comme je les aime, un texte vrai qui parle des sans-grades, de la Calédonie profonde et authentique. Un texte qui interpelle de suite lorsque l’on connaît bien le pays, un texte bien loin des exercices de style complètement inaudibles que l’on peut parfois entendre dans les salons des intellectuels calédoniens. L’écrivain ouvrier, le béotien que je suis est sorti bouleversé de cette lecture. Une heure de presque monologue pour parler du mal vivre du métis, des problèmes d’identité, d’intégration, de la brousse, de la ville, de la violence, de la prison. Eblouissante performance d’Alain Camus que je ne connaissais pas. Je vais vous raconter un passage car je n’ai pas eu une copie du récit. Le héros de « dégrisements » est le narrateur. Il est en cellule de dégrisement. Il s’interroge sur sa vie et sa situation de métis ; trop blanc pour certains, trop noir pour les autres. Dans ce passage, il dit « de mémoire » : «  Ce n’est quand même pas de ma faute si je suis né d’une mère descendante des kanak présentés à l’exposition coloniale pour montrer des cannibales et d’un père qui avait ses ancêtres parmi les visiteurs de l’exposition ». Ce ne sont pas les paroles exactes mais tout le récit est dans cette veine. Bravo monsieur Camus. JP

Publié dans Ecrivain calédonien

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>